Retour à l'accueil
Live Reports :: Swallow the Sun

Live report : Swallow the Sun

Tous les concerts de Swallow the Sun Swallow the Sun [Doom Metal]
Tous les concerts de Insomnium Insomnium [Melodic Death Metal]
Tous les concerts de OMNIUM GATHERUM OMNIUM GATHERUM [Melodic Death Metal]
jeudi 10 décembre 2009 - Glaz'art, Paris
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Laury Lux




C'est ce jeudi 10 décembre qu'a eu lieu la seule et unique date française de la tournée rassemblant Swallow The Sun, Insomnium et Omnium Gatherum. Pour l'occasion, la capitale s'est mise aux températures hivernales pour accueillir les trois formations finlandaises, et le Glaz'Art s'est lui-même transformé en temple du Metal Finlandais le temps d'une soirée.

D'une capacité moyenne de 350 personnes, le Glaz'Art rassemblait ce soir un peu plus d'une centaine de metalheads.





Omnium Gatherum

Bien que les éternels bouchons parisiens aient eu raison de ma participation au début du set d'Omnium Gatherum, c'est avec plaisir que je retrouve le combo, défendant son dernier opus en date, The Redshift.

Le death-metal mélodique du groupe tient plutôt bien la route, et ce malgré un light-show minime et un léger manque de charisme de son hurleur en chef. Pourtant, ce dernier n'hésite pas à haranguer la foule, point levé... La set-list est logiquement tournée vers les derniers efforts du groupe ("Just Signs", "Dysnomia", mais aussi "Chameleon Skin", ou encore "Nail"...), et saura rendre le public parisien bien plus réceptif en fin de set.

Le show des finlandais est à la fois puissant et tout en retenue, à l'instar des fins claviers d'Aapo Koivisto et des innombrables solos de la paire guitaristique, mais ce qui marque le plus, c'est cette clarté dans les balances, vraiment très bon pour une première partie. Chaque instrument est audible, et ne prédomine pas sur un autre. Du coup, les nombreux passages acoustiques sont reproduits le plus fidèlement possible et parviennent à aérer le set.

Omnium Gatherum est heureux de jouer ici, il le fait savoir à maintes reprises (les "merci beaucoup" plus ou moins maladroits...) et c'est avec le sourire qu'il assène ses tubes ("A Shadowkey"...) à un public montant en puissance au fil du show.

La technique des gaillards étant loin d'être reprochée, c'est sous les applaudissements que le combo quitte les planches parisiennes, le sentiment du travail bien fait encore visible sur leurs sourires.





Insomnium

Visiblement l'un des groupes les plus attendus de la soirée (il n'y a qu'à voir le nombre de t-shirts du groupe), c'est vers 21h qu'Insomnium investit les planches du Glaz'Art. Arrivée triomphale sur les arpèges d'"Equivalence" issu du dernier album sorti cet été, Across The Dark. Le public parisien ne met pas longtemps avant de montrer au combo qu'il est entièrement acquis à sa cause, à l'instar des nombreux fans hurlant "In-som-nium!" à chaque fin de titre...

Les musiciens sont eux aussi contents d'être là ce soir, et font tout leur possible pour assurer un show implacable doté d'une ambiance électrique. Niilo (chant et basse) n'hésite pas à jouer avec le public pour annoncer les morceaux joués, les guitaristes enchaînent les headbanging coordonnés... Au final, seul Markus Hirvonen (batterie) semble faire son boulot sans plus d'envie que ça...

La set-list fait la part belle aux deux derniers albums en date, les excellents Above The Weeping World et Across The Dark avec les véritables tubes "Mortal Share", "Down With The Sun" et "Where The Last Wave Broke" (sur lequel Ville Friman (guitare) se charge du chant clair avec plus ou moins de réussite). La plupart des morceaux issus d'Across The Dark voit l'arrivée d'Aleksi Munter (Swallow The Sun) aux claviers, venant épauler le groupe comme sur album.

Bien que la musique d'Insomnium soit avant tout nuancée et bourrée d'atmosphères, elle se révèle également taillée pour les planches: incroyablement puissante et mélodique. Comme pour Omnium Gatherum, le son met chaque instrument en valeur, même si on aurait souhaiter une basse un poil plus audible...

Après une heure de jeu, Insomnium quitte les planches, pour y revenir après les appels incessants d'un public gourmand. "You want more?!" La réponse parisienne ne se fait pas attendre et c'est sur le violent "The Elder" de l'album In The Hall Of Awaiting que le rappel victorieux se verra couronner. Fin du concert, Niilo invitera le public à venir boire un coup avec lui au stand de merchandising.

Un set résolument puissant, une bonne humeur plus que communicative et un enchaînement de tubes aussi mélodiques qu'énergiques auront permis aux finlandais de se mettre le Glaz'Art dans la poche. Un concert très plaisant, où les amateurs de la musique progressive d'Insomnium auront pu en profiter pleinement.
Dur d'imaginer la réaction du public pour Swallow The Sun après un tel show...





Swallow The Sun

Après la furie d'Insomnium, c'est au tour des doomeux Swallow The Sun de monter sur scène.

Le light-show, dans les tons bleuets et bien plus puissant que précédemment, installe une ambiance sombre dès les premières notes du combo. Bien moins accrocheuse que celle d'Insomnium, la musique de Swallow The Sun résonne et fait mouche dans le cœur de certains fans aguerris, pendant que d'autres, plus calmes, assistent au show dans un silence religieux, comme hypnotisé par le spectacle.

C'est avec un titre issu de son nouvel album New Moon, "These Woods Breathe Evil", que le groupe entame un véritable best-of de sa discographie, piochant tour à tour dans chacun de ses albums. Certains titres, lourds et oppressants (typiques pour le style) installent une atmosphère chargée dans la salle parisienne, tandis que d'autres plus accrocheurs et massifs parviennent à faire remuer la fosse ("Don't Fall Asleep", "Falling World", l'excellent "Descending Waters"...).

Mikko Kotamäki (chant), caché derrière son traditionnel bonnet, laisse une grande part de mystère en ne communiquant que très peu avec l'audience. Mais à ses côtés, Matti Honkonen (basse) et Aleksi Munter (claviers) remuent comme des damnés et ne se privent pas pour faire bouger le public...

Globalement, le son de Swallow The Sun tire trop dans les graves, la basse trop présente, contrairement aux claviers, enlève une fine couche de détails que l'on retrouve sur album. En revanche, l'impact lourd et pesant s'en trouve grandement amélioré...

Le set de Swallow The Sun se termine après un peu plus d'une heure de live. Véritable messe sombre en l'honneur du doom, le show de ce soir prouve que le groupe mérite sa place de pionnier du doom finlandais. A la fois proche et distant du public, Swallow The Sun parvient à créer un sentiment mystérieux qui sied parfaitement à la musique lourde du combo.




Voici donc une soirée très chargée, menée par des groupes aussi talentueux les uns que les autres. Les murs du Glaz'Art en tremblent encore!
Les Finlandais sont parvenus à réchauffer les esprits, et ce malgré les températures hivernales. Il n'y a pas à dire, après une soirée comme celle-ci, on regrette amèrement qu'elle ne soit que la seule date française de la tournée...



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 17 décembre 2009 par kumelia
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Voir les 1 commentaires précédents
Disons qu'on a réussi à se mettre assez proche pour pouvoir shooter comme il faut (surtout pour Insomnium)... Sinon c'était vraiment sympa...
jeu. 17 déc. 09- 12:45  
Ouais j'ai vu, mais c'était surtout par rapport à la taille de la scène, on dirait qu'ils jouent dans mon garage :-D (d'un autre côté, y'a pas tellement de grandes salles en France)
jeu. 17 déc. 09- 15:34  
C'est vrai que maintenant que tu le dis, la salle était pas bien grande! J'avoue que j'ai plus l'habitude de ce genre de salles plutôt que des stades!
La proximité avec les musiciens est vraiment intéressante dans ces petites salles...

ven. 18 déc. 09- 10:33  


Groupes en rapport


Swallow the Sun
Swallow the Sun
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Doom Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Insomnium
Insomnium
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Beyond
Beyond
2013

Chronique de New World Shadows
New World Shadows
2011

Chronique de The Redshift
The Redshift
2008

Omnium Gatherum
Omnium Gatherum
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Daylight Dies
Daylight Dies
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Doom Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de An Ode To Woe
An Ode To Woe
2008

Chronique de The Angel And The Dark River
The Angel And The Dark River
1995

My Dying Bride
My Dying Bride
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Doom Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Never Ending Way Of ORwarriOR
The Never Ending Way Of ORwarriOR
2010

Orphaned Land
Orphaned Land
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Doom Metal
Origine : Israël

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Black Masses
Black Masses
2010

Chronique de Black Masses
Black Masses
2010

Chronique de Dopethrone
Dopethrone
2000

Electric Wizard
Electric Wizard
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Doom Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: