Retour à l'accueil
Live Reports :: Bring Me The Horizon

Live report : Bring Me The Horizon

Tous les concerts de Bring Me The Horizon Bring Me The Horizon [Metalcore]
Tous les concerts de Everytime I Die Everytime I Die
jeudi 8 octobre 2009 - Le Metropolis, Montréal
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Unfurl




emotional night?

Phénomène du moment, ils sont sur tous les t-shirts, ils sont sur Youtube, une ligne de fringue et des coupes de cheveux qui seraient apparemment la clé de leur succès...
Ce soir, c'est Bring Me The Horizon qui envahit la scène du Métropolis...
Pour tout vous dire, je me suis rendue au show poussée par la curiosité d'avantage que par une profonde dévotion envers leur musique, en effet, le phénomène, le groupe préféré des émo (eeeeeeuuuh?) a vraiment titillé ma curiosité...
Et visiblement, je ne suis pas la seule que les anglais ont attiré ce soir.
Dans le Métropolis, la majorité du public n'était là que pour eux, si on en croit le nombre de T-shirts à leur "effigie"...Mais pourtant, le jeune groupe partage la scène avec Every time I Die, qui est, me semblait-il plus connu...mais ERREUR.




Le premier rang se blinde aux alentours de 19h45 de jeunes demoiselles probablement spécialement venues pour la belle gueule d'Oliver Sykes, chanteur de BMTH...
Première chose qui m'étonne; la violence de la musique de groupe, dont le dernier album, Suicide Season est une vraie perle, ne correspond absolument pas à l'image des (parfois très) jeunes filles qui étaient là ce soir... J'aurais d'avantage vu des gars amateurs de -core prêts à défoncer tout et n'importe quoi...
C'est sur Chelsea Smile que le groupe rentrera sur scène, et...dans le pit, mon cerveau est comprimé par le sons absolument dégueulasse du set. Le groupe devrait sérieusement penser à renvoyer leur ingé son, car, à mesure que le show avançait, il devenait de plus en plus impossible de reconnaître les morceaux tant les basses étaient fortes et couvraient absolument tout le reste...
Oliver Sykes? Est-ce que j'ai entendu sa voix? Pas beaucoup... la grosse caisse et la basse bouffant tout l'espace auditif...
Mais pour le peu que j'en ai entendu, il est possible de dire qu'il y a Oliver Sykes en studio et Oliver Sykes en live...malheureusement, bien qu'il soit surprenant qu'une telle voix sorte d'un corps tout maigrichon comme le sien, on sent que nous avons affaire à quelques modifications en studio, puisque nous n'entendrons pas grand chose des growls extrêmement graves ou les véritables hurlements stridents que le chanteur nous offre sur les disques... mais cela reste quand même assez impressionnant...




Finalement, mes oreilles semblent se faire à la torture qui leur est infligée et j'arriverais péniblement à reconnaître Pray For Plagues, qui s'avèrera être absolument énorme, puis No Need For Instructions I've Read About Girls Like You On The Back Of The Toilet Doors (oui oui c'est un titre) et je quitterai le pit après The Comedown, me tassant dans un coin essayant d'entendre (et je pousserais même le vice et dirais "écouter") le reste du show.
Le groupe nous lâchera pas mal de morceau de leur dernier opus, mais skippant It Was Written In Blood, qui est ma chanson préférée.
Nous aurons droit à Suicide Season et à une interprétation intense, Football Season Is Over...entre autre.
Le guitariste nous fera preuve de son agilité, et escaladera les balcons pour aller jouer à l'étage supérieur du Métropolis, avant de revenir comme si de rien n'était sur scène, en passant par les enceintes...normal.
Oliver Sykes se jètera les pieds en premier dans le public, n'ayant pas peur de se faire arracher les cheveux par toutes les filles hurlantes...




Et puis le groupe nous quittera après environ 45/50 minutes de set sur l'absolument génial Diamonds Aren't Forever....
Pas de rappel, pas de rien du tout...bon...ok.

C'est maintenant au tour de Every time I Die de monter sur scène...et bizarrement, il me semble que le Métropolis s'est vidé après le départ de Bring Me The Horizon...
Preuve que la grande majorité du public était venu pour eux.
Et je ne vais pas mentir en disant que je ne pourrais pas dire grand chose du groupe Every time I Die, puisque moi même je n'étais venue que pour Bring Me The Horizon.
Je n'avais même pas eu le temps d'écouter le dernier album du combo américain, intitulé New Junk Aesthetic, mais je savais plus ou moins de quoi il s'agissait...
La prestation s'avère efficace, le chanteur et le guitariste n'hésitant pas à se jeter dans la foule en gueulant comme des fous...
Le public restant s'avère être un peu plus masculin, et les pogos lancés par le chanteur d'ETID seront bien plus violents que les bains de foule d'Oliver Sykes... et quelques demoiselles, un peu secouées, viendront, en larmes, se réfugier dans le petit coin de la salle où je m'étais parquée.




Une fois encore, le groupe nous laissera après environ 50 minutes de show, et après avoir fait monter sur scène quelques fans bien contents, mais sans rappel...
Est-ce que le "non-rappel" est une nouvelle tendance sur la scène metal? Si oui, alors vivement la prochaine collection prêt-à écouter, parce que cela nous laisse toujours sur notre faim...

En conclusion, ce fût un show quelque peu particulier, Bring Me The Horizon était clairement la vedette de la soirée, et il le méritait. Un charisme scénique vraiment intense et une prestation énergique, bien que beaucoup trop courte.
Un groupe à voir malgré la mauvaise publicité qui peut parfois leur être faite, et certains aspects de leur réputation...



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 9 octobre 2009 par Unfurl
(2)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Ouais c'est trop dommage pour le sons =/ surtout pour un groupe de ce genre...
Mais ça va si tu as bien aimé dans l'ensemble =). Bravo pour ton live report et tes photos sont magnifiques !

lun. 12 oct. 09- 15:27  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Sempiternal
Sempiternal
2013

Bring Me The Horizon
Bring Me The Horizon
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Metalcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Scream Aim Fire
Scream Aim Fire
2008

Chronique de The Poison
The Poison
2005

Bullet For My Valentine
Bullet For My Valentine
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Metalcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de III
III
2012

Chronique de Samantha
Samantha
2002

Eths
Eths
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metalcore
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Nightmare
Nightmare
2010

Chronique de Avenged Sevenfold
Avenged Sevenfold
2007

Avenged Sevenfold
Avenged Sevenfold
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Crusade
The Crusade
2006

Chronique de Ascendancy
Ascendancy
2005

Chronique de Ember To Inferno
Ember To Inferno
2003

Trivium
Trivium
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Killswitch Engage
Killswitch Engage
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Five
Five
2016

The Agonist
The Agonist
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Metalcore
Origine : Canada

Rapports de concerts: