Retour à l'accueil
Live Reports :: Lacuna Coil

Live report : Lacuna Coil

Tous les concerts de Lacuna Coil Lacuna Coil [Rock Metal]
Tous les concerts de Spoil Engine Spoil Engine [Metal]
Tous les concerts de Carneia Carneia [Metal]
Tous les concerts de Aeverium Aeverium [Metal]
Tous les concerts de Vague View Vague View [Metal]
Tous les concerts de Stonemule Stonemule [Metal]
samedi 3 novembre 2018 - Het Entrepot, Bruges
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Denis Lemoine




C'est une nouvelle fois en Belgique que Metalship s'est rendu le samedi 3 novembre, au Het Entrepot, dans la belle ville de Bruges ! Au programme, un véritable mini fest avec pas moins de 5 groupes au soutien des Italiens de LACUNA COIL, qui débutent la tournée promotionnelle de leur nouvel album live The 119 Show – Live In London ! Récit d'une belle journée.






STONEMULE



Het Entrepot est une salle très agréable, avec un balcon circulaire et une scène à deux niveaux. L'acoustique est très bonne, les lights très sympas. C'est un vrai plaisir d'assister à un concert dans ces conditions. Premier groupe à en profiter STONEMULE, dont nous n'avions jamais entendu parler pour être honnête. Le combo basé à Coxyde a sorti en début d'année Dystopian State un EP 5 titres plutôt prometteur. STONEMULE navigue entre rock metal et stoner. On pense aux groupes grunge des années 90, aux FOO FIGHTERS, à FU MANCHU. Sur scène, c'est vraiment pas mal du tout. Les musiciens sont excellents, le vocaliste Tom Vandaele a une très bonne voie et il communique bien avec le public. Horaire oblige (17h30 début du set), la salle n'est pas encore très remplie, mais cela valait le coup d'arriver tôt car STONEMULE est une bonne petite surprise !


Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Setlist STONEMULE

Away (Dystopian State – 2018)
All will be gone (Dystopian State – 2018)
Poisoned pride
Last rites (Dystopian State – 2018)






VAGUE VIEW



On avait déjà croisé VAGUE VIEW en juin dernier au Verlichte Geest de Roulers en première partie de SPOIL ENGINE. Le groupe n'a pour l'instant publié que des singles. Leur metal assez inclassable nous avait fait plutôt bonne impression. Les Belges jouent ce soir à domicile devant un public plus nombreux et sur une une scène bien plus grande. L'occasion était donc belle pour eux de conquérir de nouveaux fans. Et ils vont s'appliquer à le faire avec un certain savoir-faire. Les différents titres passent plutôt bien, avec de vrais bons moments comme "False prophecy" ou "Sleepers". La prestation du groupe est globalement convaincante, mais VAGUE VIEW se montre sans doute un peu timide dans l'occupation de l'espace, même si le vocaliste Dondi Welvaert et les guitaristes Fre Gereels et Nigel Verrecas s'aventurent sur les plots situés à l'avant de la scène. Après les avoir vu deux fois sur scène, on serait bien curieux de les écouter sur disque et on guettera donc une éventuelle sortie.


Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Setlist VAGUE VIEW

False prophecy
Open eyes
Succubus
My eyes
Thin skin
Sleepers






AEVERIUM



Changement de registre complet avec AEVERIUM. La formation allemande nous propose un metal mélodique et moderne dans la lignée d'un AMARANTHE d'un DELAIN ou des Brésiliens de SEMBLANT. On notera également par-ci par-là quelque touches de néo-metal. Le groupe a sorti deux albums (Break Out en 2015 et Time en 2017) et possède dans sa besace de bons petits tubes comme "Hunted" ou "Break out". Etonnamment, le groupe met l'accent sur son premier album (5 titres sur 6). Les compositions sont soignées et joliment restitués. Michael Karius, le guitariste et auteur principal, nous gratifie au passage de quelques sympathiques solos. Les ambiances sont bien travaillées notamment grâce à des claviers très présents. Le chant est partagé entre Marcel "Chubby" Romer et Vanessa Katakalos. Cette dernière vient juste de remplacer Aeva Maurelle et ce n'est que son deuxième concert avec le groupe. Elle semble parfois en retrait et sa complicité avec les autres musiciens reste perfectible mais elle laisse entrevoir de belles qualités vocales.



Elle peut compter sur son partenaire pour faire le show. Car en plus d'être un très bon chanteur, Marcel Romer est un frontman très volubile, toujours prompt à faire une bonne blague, à jouer avec le public, pour le faire s'accroupir puis jumper. Le temps passe vite en compagnie d'AEVERIUM. Trop vite ! Avec cette attitude cool et fun et des compositions de qualité, AEVERIUM n'a eu aucun mal à se mettre le public dans la poche et à glaner des nouveaux fans. La file d'attente au stand merchandising à la fin du concert ne trompe pas, AEVERIUM a séduit ce soir !

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Setlist AEVERIUM

Do you remember (Break out – 2015)
Distrust (Break out – 2015)
Hunted (Time – 2017)
The other side (Break out – 2015)
Break out (Break out – 2015)
Heaven's burning (Break out – 2015)






CARNEIA



Et hop, encore un changement de style complet avec CARNEIA. Le runnning order n'a pas forcément mis les Belges en position idéale. La transition entre le metal enjoué d'AEVERIUM et la partition beaucoup plus sombre et torturée de CARNEIA va s'avérer difficile pour le public. Car les sensations sont plus inconfortables et malsaines. On navigue dans les eaux de DEFTONES, NINE INCH NAILS ou TOOL. Les musiciens sont compétents, notamment le batteur, excellent. Le chanteur a une très bonne voix. Mais au bout de 3 ou 4 morceaux, on décroche un peu à cause du manque de variation. Les structures et les riffs sont trop souvent identiques. Le trip sensoriel proposé par CARNEIA n'est pas facile à appréhender, et demeure finalement assez hermétique.


Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Setlist CARNEIA

Colour-blind (Symmetry Of Mind – 2016)
Alter ego
Red lights (Symmetry Of Mind – 2016)
Black mess (Symmetry Of Mind – 2016)
Lay down
Making of the universe
White collar (Symmetry Of Mind – 2016)






SPOIL ENGINE



L'attente a été un peu longue avant de voir débarquer SPOIL ENGINE. En cause : le backdrop du groupe que les roadies ont eu toutes les peines du monde à installer ! Après quelques moments ubuesques, à base d'escabeau et de moues dubitatives, tout rentre dans l'ordre ! Comme VAGUE VIEW, SPOIL ENGINE avait foulé les planches du Verlichte Geest de Roulers au mois de juin 2018 et Metalship avait pu constater sa puissance de feu. Et bien, on prend les mêmes et on recommence ! La setlist est quasi identique et reste principalement axée sur le dernier album Stomsleeper, paru en mai 2017 sur Arising Empire, division de Nuclear Blast.



Comme à son habitude, Iris Goessens entraîne tout le monde dans son sillage avec une énergie très communicative ! Elle n'hésite pas à venir au plus près de ses fans. Ceux-ci l'invite à se jeter dans le public, mais elle résistera à la tentation. Il faut dire la salle est désormais blindée et que les slammers s'en donnent à cœur joie ! La fosse est très remuante mais l'ambiance est cette fois-ci très bonne enfant ! Les musiciens sont au diapason de leur vocaliste et distribue les mandales avec enthousiasme. On notera au passage que c'était l'une des dernières occasions de voir à l'oeuvre le guitariste Bart Vandeportaele, puisque celui-ci a décidé de quitter le groupe pour se consacrer à sa famille. Au fil des nombreux concerts donnés depuis la sortie de l'album, SPOIL ENGINE a acquis une véritable aisance, qui s'exprime encore mieux sur la scène plus grande de Het Entrepot. La prestation du groupe nous a semblé ainsi encore meilleure qu'au mois de juin. SPOIL ENGINE n'a une nouvelle fois pas déçu !


Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Setlist SPOIL ENGINE

Doomed to die (Stormsleeper – 2017)
Hollow crow (Stormsleeper – 2017)
Wastelands (Stormsleeper – 2017)
Verdict (Stormsleeper – 2017)
Black sails (Stormsleeper – 2017)
Silence will fall (Stormsleeper – 2017)
G5
Stormsleeper (Stormsleeper – 2017)
Disconnect (Stormsleeper – 2017)
Fitting the pieces (Skinnerbox v.07 – 2007)






LACUNA COIL



La mise en place du backdrop de LACUNA COIL prendra heureusement moins de temps que celui de SPOIL ENGINE, et c'est donc vers 23h30 que les Transalpins entament leur set. Hormis cette toile de fond, le décor est plutôt dépouillé. Beaucoup plus que sur le blu-ray / dvd The 119 Show – Live In London qui a sans doute bénéficié de moyens plus conséquents. Mais le spectacle est loin d'être au rabais pour autant ! Le groupe a pris l'habitude de se grimer sur scène. C'est le batteur Ryan Folden qui déboule en premier avec un maquillage de tête de mort et un costume à l'effigie de l'album live, dernière sortie discographique du groupe. Et cela fait son petit effet ! Suivent le guitariste Diego Cavalotti, l'impressionnant bassiste Marco Coti Zelati, Andréa Ferro et enfin Cristina Scabbia, incandescente dans sa robe rouge !





N'ayant pas de nouvelles compositions à défendre, le quintet va pouvoir piocher allègrement dans ses huit albums pour agrémenter une setlist plutôt copieuse. Du moins on était en droit de le penser, mais pas mal d'albums passent à la trappe, notamment le très accessible Shallow Life, et LACUNA COIL se concentre surtout sur ses productions les plus récentes, qui ont vu le retour d'une musique plus sinueuse. Cristina est une vocaliste et une maîtresse de cérémonie de grande classe. André Ferro n'est pas en reste et assure sa part de chant avec brio. Les instrumentistes font preuve d'une superbe maîtrise. On regrettera juste que le batteur Ryan Folden, au jeu très visuel, soit placé tout au fond de la scène. La partition de LACUNA COIL est plutôt sombre, et paradoxalement il se dégage de ce show une vraie bonne humeur. Le public chantera de nombreux refrains, à l'exemple d' "Enjoy the silence", l'incontournable reprise de DEPECHE MODE. "Nothing stands in our way" conclut un show impeccable et riche en bons moments. Il ne reste plus qu'à rentrer chez soi et à se mettre le blu-ray / dvd pour revivre tout ça !


Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Setlist LACUNA COIL



Our truth (Karmacode – 2006)
Kill the light (Dark Adrenaline – 2012)
Die & rise (Broken Crown Halo – 2014)
Trip the darkness (Dark Adrenaline – 2012)
Blood, tears, dust (Delirium – 2016)
My demons (Delirium – 2016)
Intoxicated (Dark Adrenaline – 2012)
Delirium (Delirium – 2016)
Zombies (Broken Crown Halo – 2014)
End of times (Delirium – 2016)
Ghost in the mist (Delirium – 2016)
I don't believe in tomorrow (Dark Adrenaline – 2012)
The house of shame (Delirium – 2016)
Ultima ratio (Delirium – 2016)
Enjoy the silence (DEPECHE MODE cover) (Karmacode – 2006)
Heaven's a lie (Comalies – 2002)
Nothing stands in our way (Broken Crown Halo – 2014)

Merci à Valérie Reux de Century Media, à Het Entrepot et à Denis pour les photos.






Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 19 novembre 2018 par Gandalflegris
(1)




Rapport précédent

Tout


Commentaires




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Delirium
Delirium
2016

Chronique de Broken Crown Halo
Broken Crown Halo
2014

Chronique de Dark Adrenaline
Dark Adrenaline
2012

Chronique de Shallow Life
Shallow Life
2009

Lacuna Coil
Lacuna Coil
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Rock Metal
Origine : Italie

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Stormsleeper
Stormsleeper
2017

Spoil Engine
Spoil Engine
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Metal
Origine : Belgique

Rapports de concerts:

Carneia
Carneia
Voir la page du groupe
Création : 2013
Genre : Metal
Origine : Belgique

Rapports de concerts:

Aeverium
Aeverium
Voir la page du groupe
Création : 2013
Genre : Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Vague View
Vague View
Voir la page du groupe
Création : 2017
Genre : Metal
Origine : Belgique

Rapports de concerts:

Stonemule
Stonemule
Voir la page du groupe
Création : 2014
Genre : Metal
Origine : Belgique

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Legions of Violence
Legions of Violence
2008

Prophecy
Prophecy
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Thrash Metal
Origine : Brésil