Retour à l'accueil
Live Reports :: HEAVY MONTREAL - jour 2

Live report : HEAVY MONTREAL - jour 2

Tous les concerts de Slayer Slayer [Thrash Metal]
Tous les concerts de Twisted Sister Twisted Sister [Heavy Metal]
Tous les concerts de Lamb Of God Lamb Of God [Metal]
Tous les concerts de Bad Religion Bad Religion [Hardcore]
Tous les concerts de Death Angel Death Angel [Thrash Metal]
Tous les concerts de Epica Epica [Metal symphonique]
Tous les concerts de Hatebreed Hatebreed [Hardcore]
Tous les concerts de Exodus Exodus [Thrash Metal]
Tous les concerts de Alestorm Alestorm [Pagan/Folk]
Tous les concerts de Body Count Body Count [Fusion]
Tous les concerts de Symphony X Symphony X [Metal Progressif]
Tous les concerts de We Came As Romans We Came As Romans [Hardcore]
Tous les concerts de Nashville Pussy Nashville Pussy [Hard Rock]
Tous les concerts de Unearth Unearth [Metalcore]
Tous les concerts de Cynic Cynic [Metal Progressif]
Tous les concerts de Stick To Your Guns Stick To Your Guns [Hardcore]
...
dimanche 10 août 2014 - Parc Jean-Drapeau, Montréal
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Unfurl




Jour 2 du festival Heavy Montréal. Après la folie furieuse semée par Metallica, nous avions hâte de voir ce que le festival allait nous offrir aujourd'hui.
Amarylis vous raconte...




À peine arrivé dans le métro, on ressent déjà l'effervescence de la journée. Des t-shirts de Lamb of God, Slayer, Cancer Bats ou encore Epica déambulent dans les couloirs de la station Berri-UQAM. Impossible de se perdre, il suffit juste de suivre la file. Cependant, même si cette journée semble prometteuse, elle sera je pense, plus relaxe malgré tout, car il faut se l'avouer, difficile de battre l'ambiance de la veille avec la prestation de Metallica.
En quelques mots : Soleil, chaleur, métal, bières et .... coupelles de fruit. (histoire de rester en santé.)




12h30, nos Ontariens du groupe Cancer Bats ont débarqué sur scène sous le nom de Bat Sabbath. Ils ont été les premiers à ouvrir cette deuxieme journée de festival sur la scène Heavy.
Bat Sabbath... Ça ne vous dit rien ? Alors, imaginez-vous l'énergie de Cancer Bats avec les grands classiques de Black Sabbath. Petit clin d'œil à l'album Master of Reality de Black Sabbath, car nos ontariens ont choisi la même police d'écriture pour leur logo. Liam Cormier donne vraiment l'impression d'être encore plus actif. Vétu d'une cape noire et d'un petit t–shirt ouvert presque jusqu'au nombril, notre chanteur à commencer par le titre Children of The Grave en appéritif puis ils ont enchaîné rapidement avec Paranoid, Lord of the Word et War Pig sous les gesticulations, les headbangs et les circles pit. Le public était déjà bien en forme. Tout le monde reprenait en cœur les refrains. Liam ne s'épuise jamais et il n'hésite pas à faire participer le public également. Petit cadeau au final en nous interprétant un titre de leur album Hail destroyer.




Le monde commence à arriver tranquillement, après 30 min de prestation, on retrouve sur la scène d'à coté, Grimskunk, un groupe québécois aux influences punk, ska et rock progressif. Ils étaient d'ailleurs présents au Rockfest cette année. Je les avais malheureusement manqués. Péché pardonné, je me suis ratrappée aujourd'hui. Le groupe est principalement connu pour leurs revendications. Nos musiciens ont l'air en forme et dynamiques. Des projections sont diffusées sur les écrans pour appuyer un peu plus leur propos (War and Terror). Le chanteur et claviériste Joe Evil fait vibrer les festivaliers avec des sonorités variées qui nous plongent aussi bien en Jamaïque que dans les années 70. C'est vraiment un mélange de plusieurs genres, de quoi ravir les anciens et conquérir les curieux. Pour finir leur prestation, ils termineront sur un « Fuck you St-Lambert », destiné à la ville qui se trouve dans les environs. Depuis quelques temps, celle-ci fait tourner une pétition pour ne plus avoir de festival à proximité pour des raisons de trouble sonore.




Tout en circulant entre les festivaliers déguisés en banane ou encore avec des masques à gaz, j'ai fini par rejoindre Unfurl, l'une de nos photographes metalshipiennes pour arriver à la scène de l'Apocalypse où le groupe Nashville Pussy débute leur prestation. Nous voici plongés dans une toute autre ambiance, cette fois-ci bien plus rétro et plus Rock n'Roll que mes deux concerts précédents. Le groupe classé comme étant du rock sudiste, s'est formé autour du couple Blaine Cartwright (à la guitare et au chant) et Ruyters Suys (à la guitare). C'est sans aucun doute une prestation énergique et efficace qui nous est offerte à nous. Il faut dire que la belle moustache du chanteur nous rappel un peu Lemmy, le chanteur de Motörhead.




Tout en me baladant un peu, des rythmes plus familiers m'attirent vers la plus petite scène du festival, celle de la Forêt, où le groupe Gideon donne leur prestation. Nos Américains d'Alabama semblaient contents d'être là, car, me semble-t-il, c'est un peu une première pour eux au Heavy MTL. Cris hargneux, breakdowns explosifs entrecoupés de chants clairs que j'ai trouvés par contre un peu moins convainquants. Bien typique des sonorités metalcore. Je retrouve vite l'esprit et les divers t-shirts des groupes de hardcore et de metalcore en vogue qui peuplent le pit habituellement. Bonne petite découverte me concernant.

Mais ma journée n'est pas terminée, il faut déjà repartir pour glisser une oreille à l'un des plus grands du métal symphonique, j'ai nommé Epica. Notre jolie chanteuse néerlandaise, crinière rousse au vent, ne manque pas de charisme et d'élégance, il faut bien le reconnaître. Le groupe est d'ailleurs venu présenter leur dernier album paru cette année : The Quantum Enigma. Seule petit hic, la calibration des instruments avec la voix de Simone. Placé de là où j'étais c'était parfois un peu confus et pas toujours audible. Cependant le public est au rendez-vous. Si vous les avez ratés au Heavy, sachez qu'ils jouent avec Machine Head et Children of Bodom le 15 octobre prochain au Metropolis.




Cynic, Stick to Your Guns, We Came as Romance et le groupe du rappeur Ice-T, Bodycount, se sont enchaînés à une vitesse fulgurante et il est temps de retrouver Hatebreed sur l'une des scènes principales. On pourrait les considérer comme les papas du hardcore après Agnostic Front et Madball. Hatebreed joue dans la cour des grands depuis longtemps et n'ont plus grand chose à prouver. Nous avons eu d'ailleurs le privilège d'interviewer Jamey Jasta, le chanteur, juste un peu avant leur représentation. Ne ratez pas la vidéo qui sera mise en ligne prochainement.

C'est à présent une foule assez conséquente qui se regroupe devant eux. Il n’a pas fallu bien longtemps avant que la foule se déchaîne sous Honor Never Dies ou encore Perseverance. Beakdowns, riffs lourds, et voix hargeneuse, Jamey est sans aucun doute un frontman d'exception. Gros jump collectif sous Destroy Everything avec les festivaliers qui crient à tue-tête le titre de celui-ci. Côté performance, on peut dire qu'ils ont assuré.




Après cette excellente prestation, je m'accorde une petite pause histoire de grignoter quelque chose et de trouver un coin à l'ombre. Nous avons été plutôt chanceux, le soleil était au rendez-vous, mais la chaleur aussi...
Le choix en matière de nourriture ne manque pas, et il faut dire que le Heavy est bien organiser aussi. Le Wii-Fi est accessible un peu partout, ainsi que des airs de détente. Cette année, il y a des bracelets à puce, ce qui permet une certaine fiabilité au niveau des checkings et surtout une facilité pour gérer les accès réservés, empêchant ainsi toute source de conflit.

Il est temps pour moi de rejoindre l'une des petites scènes du festival pour voir Unearth. Il va falloir me contenter de quelques titres, car malheureusement, ils jouent en même temps que Twisted Sister que je ne veux pas rater non plus. Leur public est là malgré tout et ils nous ont offert une prestation dynamique. Après quelques soucis techniques de trépied de batterie, sans grande assistance, l'un des guitaristes vient apporter de l'aide au batteur et le show continue avec force et rage. Unearth sortira son prochain album le 28 octobre prochain, quelques vidéos circulent déjà sur le net avec leur nouveau titre. J'ai bien hâte de découvrir cela.




Pas trop de temps à perdre, Twisted Sister a déjà commencé, j'arrive donc en pleine prestation. Difficile de passer à côté, le groupe n'a pas montré le bout de leur nez maquillé depuis quelques années déjà et ils étaient sans aucun doute, l'un des groupes les plus attendus de la journée. Ils sont donc de passage pour le 30e anniversaire de l’album Stay Hungry. Beaucoup plus naturel qu'auparavant, il n'en reste pas moins qu'ils ont gardé leur énergie en sautant partout et également leur esprit théâtral avec un brin d'humour. Dee Snider, notre tornade blonde, portait fièrement un t-shirt avec les inscriptions : Stop taking selfies.
Il finit par laisser tomber son t-shirt (un peu comme certaines filles du public) pour nous dévoiler ses abdos et nous mettre à l'évidence qu'il était toujours en pleine forme malgré ses 59 ans. Des milliers de personnes reprenaient leurs grands classiques We're Not Gonna Take It et I Wanna Rock tous en cœur. Ce fut une belle opportunité de les voir, ne les ratez pas s'ils sont dans les parages. Le spectacle vaut le coup d'œil.
Cela pris très peu de temps avant que le public appel les suivant sur la scène juste à côté : Lamb of God !




Et finalement, le tour est arrivé pour notre tête d'affiche de ce soir. Les membres de Slayer ont pris possession des lieux dans un jeu de lumières multicolores incroyable. La disparition de leur guitariste Jeff Hanneman et les départs à répétition de Dave Lombardo mettent des challenges supplémentaires, mais il n'en reste pas moins que le groupe à réellement assuré ce soir. Gary Holt n'en égale pas moins son prédécesseur. South of Heaven, War Ensemble, Raining Blood, Black Magic... Tous les classiques étaient réunis. En tout et pour tout 1h30 de prestation incroyable.




La fatigue commence à se faire ressentir et c'est sur leur dernier titre, Angel of Death, qu'il est temps de rejoindre le métro. Les gens commencent à partir tranquillement.
La journée a été riche et diversifiée en tout genre. Chacun a pu se retrouver musicalement sans problème et apprécier le festival à sa façon. Il n'en reste pas moins que c'est probablement l'une des meilleures éditions métal d'Evenko. Félicitations et à l'année prochaine pour l’édition 2015.

Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 21 août 2014 par Unfurl
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Slayer
Slayer
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Stay Hungry
Stay Hungry
1984

Twisted Sister
Twisted Sister
Voir la page du groupe
Création : 1973
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de VII: Sturm Und Drang
VII: Sturm Und Drang
2015

Chronique de Wrath
Wrath
2009

Chronique de Sacrament
Sacrament
2006

Chronique de Sacrament
Sacrament
2006

Lamb Of God
Lamb Of God
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Bad Religion
Bad Religion
Voir la page du groupe
Création : 1979
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Death Angel
Death Angel
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Epica
Epica
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hatebreed
Hatebreed
2009

Chronique de Supremacy
Supremacy
2006

Chronique de The Rise Of Brutality
The Rise Of Brutality
2003

Chronique de Perseverance
Perseverance
2002

Hatebreed
Hatebreed
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Bonded by Blood
Bonded by Blood
1985

Exodus
Exodus
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Alestorm
Alestorm
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Pagan/Folk
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Body Count
Body Count
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Fusion
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Iconoclast
Iconoclast
2011

Chronique de Paradise Lost
Paradise Lost
2007

Symphony X
Symphony X
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

We Came As Romans
We Came As Romans
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Nashville Pussy
Nashville Pussy
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The March
The March
2008

Unearth
Unearth
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Kindly Bent to Free Us
Kindly Bent to Free Us
2014

Chronique de Re-Traced
Re-Traced
2010

Cynic
Cynic
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Stick To Your Guns
Stick To Your Guns
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Beheading Of A King
Beheading Of A King
Voir la page du groupe
Création : 2008
Genre : Metal
Origine : Canada

Rapports de concerts:

Truckfighters
Truckfighters
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Rock Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Master
Master
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Death Metal
Origine : Tchèque (République)


Grave
Grave
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Trouble
Trouble
Voir la page du groupe
Création : 1979
Genre : Doom Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Machine Head
Machine Head
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Concerts:
Rapports de concerts:

Agnostic Front
Agnostic Front
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Madball
Madball
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Angel
Angel
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis