Retour à l'accueil
Live Reports :: HEAVY MONTRÉAL - Jour 1

Live report : HEAVY MONTRÉAL - Jour 1

Tous les concerts de Metallica Metallica [Thrash Metal]
Tous les concerts de The Offspring The Offspring [Autre]
Tous les concerts de Anthrax Anthrax [Speed Metal]
Tous les concerts de Three Days Grace Three Days Grace [Metal]
Tous les concerts de Voivod Voivod [Thrash Metal]
Tous les concerts de Dropkick Murphys Dropkick Murphys [Autre]
Tous les concerts de Apocalyptica Apocalyptica [Metal symphonique]
Tous les concerts de Pennywise Pennywise [Autre]
Tous les concerts de Municipal Waste Municipal Waste [Thrash Metal]
Tous les concerts de Overkill Overkill [Thrash Metal]
Tous les concerts de Protest The Hero Protest The Hero [Metal Progressif]
Tous les concerts de Babymetal Babymetal [Autre]
Tous les concerts de Madball Madball [Hardcore]
Tous les concerts de Mass Hysteria Mass Hysteria [Rock Metal]
Tous les concerts de Beyond Creation Beyond Creation [Death Metal]
Tous les concerts de Nekrogoblikon Nekrogoblikon [Death Metal]
...
samedi 9 août 2014 - Parc Jean-Drapeau, Montréal
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Unfurl




We're back

Le festival Heavy Montréal était de retour en ce beau week-end d'Août avec une formule nouvelle.
Le nom a changé, fini Heavy MTL, le metal pur laisse sa place à une plus grande ouverture. Les organisateurs ont ajouté quelques touches punks, rock. Moins de brutalité et une plus grande diversité.

Pour la première fois depuis la création du festival, c'est un Parc Jean Drapeau sold-out qui accueillait les spectateurs...et pour une raison très simple: Metallica bouclait la soirée.
Une première journée riche en bonne humeur et en bon son, racontée avec enthousiasme par votre préféré: Arnaud Stopa.





Eagle Tears

Programmé en même temps que Monster Truck, eux aussi jouant dans un registre stoner, les gagnant du En Route Montréal Eagle Tears avait fort à faire. Cette bande au look hippies, dont les cheveux peuvent bien être comparé aux barbes des ZZ Top, a commencé par leur titre phare Lady Bison.
Le groupe définit à lui seul la nouvelle orientation du festival: assez loin des accords destructeurs métalliques, mais pas assez gentils pour se retrouver dans le festival de la semaine passée. Eagle Tears est en fait un peu comme une Coors light: c'est frais, ça passe bien quand il fait chaud, et ça se boit lors des longs trajets en voiture avec du Steppenwolf dans la radio. Born to be wild. Un peu comme leur prestation.

Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Apocalyptica

C'est un peu le moment détente de la journée. Sur la scène Canadian Molson, le quatuor finnois est particulièrement attendu. À moins peut-être que ce ne soient que des fans de Metallica qui attendent patiemment leurs vedettes?

Entrée en trompe des violoncellistes, connus pour leurs reprises de titres des têtes d'affiche de la journée. Peut-être pour éviter de faire doublon, on aurait pu s'attendre à un bon tour de chauffe pour les fans, mais aucun titre des Four Horsemen n'a été joué. Le spectacle a été ponctué par la pièce Bittersweet, entracte du spectacle, qui a laissé planer un silence quasi religieux

Photo Photo Photo Photo



Voivod

Le retour des vedettes chéries de Jonquière a été étrangement accueilli mollement. Beaucoup de monde, mais peu de vrais fans. Déjà à l'affiche du Heavy Mtl 2012, les Québécois avaient depuis sorti leur album Target Earth, unanimement complimenté par la critique. Le thrash, quasi omniprésent cette année, commençait-il à écœurer certains festivaliers?

Le Trifluvien Dominic Laroche, à la basse, en remplacement de Jean-Yves «Blacky» Thériault, avait de quoi redynamiser la formation. Le concert, très classique, débordait pourtant d'énergie. Denis «Snake» Bélancher, parfait en harangueur de foule, a pourtant tout donné pour faire bouger plus que le pit frontal. Dommage.





Anthrax

Pendant qu'Arnaud partait à la conquête de Beyond Creation, c'est juchée sur la plateforme qui surplombe le site du Heavy Montréal que j'observe avec intérêt la prestation d'Anthrax. On ne les présente plus, mais leurs performances sont toujours d'une énergie sans retenue. Joey Belladonna commence à prendre de l'âge, cela paraît dans ses mouvements. Malgré tout, le petit bonhomme chevelu saute dans tous les sens et prend d'assaut la passerelle réservée à James Hetfiled et ses copains, en faisant le tour plusieurs fois de suite. Le tout sans sembler essoufflé.
Scott Ian a lui aussi une grande part dans le succès du groupe. Maniant sa guitare avec une grande précision, il n'hésite pas à s'approcher de la foule pour faire hurler le public qui vit la performance avec passion.

Une certaine communion semble exister au sein d'Anthrax, Le groupe s'amuse et donne à son public tout ce qu'il y a à donner. Une merveilleuse mise en bouche pour les amateurs du fameux "Big 4".

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Beyond Creation

Petit mot sur la tête d'affiche de la scène de la Forêt, vu entre une pause et le concert de Offspring. Clairement, la formation montréalaise a de quoi donner et peut facilement s'imposer sur la scène death nord-américaine. Mené par le chanteur-guitariste Simon Girard, le début de spectacle est frustrant: frustrant de devoir partir vers la grande scène pour The Offspring, et n'avoir eu au final que très peu de metal dans la journée, ce genre se cantonnant aux deux petites scènes. Ouverture vers les autres genres, vous avez dit?





The Offspring

Car par ouverture, on parle surtout vers le punk cette année. Pennywise, The Offspring, Bad Religion le lendemain, il existe depuis le début du metal une synergie entre les deux mondes — qui ont d'ailleurs su enfanter tout le monde hardcore. The Offspring a alors profité du 25e anniversaire de son album le plus populaire, Smash, pour le jouer... intégralement! Du reste de la discographie, on a eu lors du rappel les classique All I Want, The Kids Aren't Allright, You Gonna Go Far, Kid et Why Don't you get a Job?

Scéniquement, les festivaliers ont eu le droit à un concert plus que respectable. On est loin des carcans du metal, de la mise en valeur des grosses guitares et des solos. Dexter Holland est un puissant chanteur, meneur de foules. Noodles, le guitariste, a profité d'un intermède pour boire à la santé du festival. Ce n'était pas son premier verre en tout cas!





Metallica

Défi réussi pour le Heavy Montréal 2014. En faisant venir les Mets au Parc Jean-Drapeau, le festival a affiché complet pour la première fois de sa courte histoire. Ce n'est pas étonnant, en considérant qu'il s'agit de la seule et unique représentation du groupe en Amérique du Nord de leur tournée By Request. Et en plus, la dernière date! L'afflux de nombreux fans de contrées éloignées (car oui, traverser la frontière peut paraître éloigné ici) a amplement aidé à asseoir la position du festival comme rendez-vous important.




Le principe du By Request est de laisser les fans choisir la liste des titres. Pas de surprise de ce côté-là, on a eu tous les classiques de Metallica: Master of Puppets, For Whom the Bells Tolls, One, Ride the Lightning, Nothing Else Matters. Peut-être que la présence d'Orion a pu être surprenant, mais ce qu'il est plus, c'est l'absence complète des titres de Cyanide, album qui consacre le retour du groupe au niveau des illustres albums. Le titre en ballotage, qui a été mis au jeu par vote par SMS tout au long de la journée, a de quoi rendre amer. The Four Horseman a remporté le choix avec 1100 voix environ (sur une foule de 45 000). On ne prend pas les festivaliers pour des dupes avec des numéros surtaxés. Metallica a offert une prestation humaine et enchanteresse, il est dommage que cette initiative complètement mercantile vienne faire tache d'huile.




Car oui, Metallica est redevenu ce qu'il était: un groupe qui prend du plaisir sur scène et qui veut faire plaisir. La présence d’admirateurs sur les côtés de scène— dont deux on peut prendre le micro pour annoncer les titres Battery et Sad But True — en est le parfait témoignage. James Hetfield sur ces traits d'esprit parfois ironique («Le festival serait-il heavy si nous n'étions pas là?» — Ça fait six ans qu'Evenko vous demande, ont du se dire certains) parait enthousiasmé par la foule. Peut-être à cause de la pause qui suivra le concert?

Le concert, très inégal en rythme — un ventre mou s'est construit autour d'Orion — a vu une nouvelle fois un Lars Ulrich survolté, mais qui surjoue son rôle, comme lors d'un solo qui le met «à terre». Robert Trujillo s'accapare pour lui toute la largeur de la scène — et elle va très loin! — et sans doute le Met le plus en forme de la soirée. Son solo de basse est particulièrement jouissif. Quant à Kirk Hammett, son talent n'a d'égal que le nombre de médiateurs qu'il a lancé en fin de spectacle: c'est a dire beaucoup trop! La soirée se termine sur Seek and Destroy, ponctué par un jeté de ballons de plage, dont 4 énormes, dont les festivaliers ont trouvé un malin plaisir d'essayer de dégommer les micros et les lampes de l'avant-scène.




Au final, la pièce Lord of Summer, le nouveau titre du quatuor, a de quoi laissé perplexe. Jouée avant For Whom the Bells Tolls, elle donne un sentiment de pièce lente, particulièrement bien travaillé et du niveau comparable à un titre de l'époque pré-Black Album, mais qui manque d'énergie. De là à dire que le prochain album sera de même, il y a un Rubicon à ne pas franchir.



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 16 août 2014 par Unfurl
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Encore une affiche incroyable et de terribles photos !! Bravo Unfurl !! ;)
sam. 16 août 14- 19:13  
Merci beaucoup! :)
ven. 22 août 14- 04:51  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

The Offspring
The Offspring
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Autre
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Stomp 442
Stomp 442
1995

Chronique de Stomp 442
Stomp 442
1995

Chronique de Persistence of Time
Persistence of Time
1990

Chronique de State of Euphoria
State of Euphoria
1988

Anthrax
Anthrax
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Speed Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Three Days Grace
Three Days Grace
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Metal
Origine : Canada

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de War and Pain
War and Pain
1984

Voivod
Voivod
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : Canada

Rapports de concerts:

Dropkick Murphys
Dropkick Murphys
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Autre
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Apocalyptica
Apocalyptica
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Metal symphonique
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Pennywise
Pennywise
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Autre
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Municipal Waste
Municipal Waste
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Overkill
Overkill
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Protest The Hero
Protest The Hero
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metal Progressif
Origine : Canada

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Metal Resistance
Metal Resistance
2016

Babymetal
Babymetal
Voir la page du groupe
Création : 2010
Genre : Autre
Origine : Japon

Rapports de concerts:

Madball
Madball
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Matière Noire
Matière Noire
2015

Chronique de Failles
Failles
2009

Chronique de De Cercle En Cercle
De Cercle En Cercle
2001

Mass Hysteria
Mass Hysteria
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Rock Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Earthborn Evolution
Earthborn Evolution
2014

Chronique de The Aura
The Aura
2011

Beyond Creation
Beyond Creation
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Death Metal
Origine : Canada

Rapports de concerts:

Nekrogoblikon
Nekrogoblikon
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de La Futura
La Futura
2012

Chronique de Live from Texas
Live from Texas
2008

Chronique de Mescalero
Mescalero
2003

Chronique de XXX
XXX
1999

ZZ Top
ZZ Top
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Bad Religion
Bad Religion
Voir la page du groupe
Création : 1979
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Master
Master
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Death Metal
Origine : Tchèque (République)