Retour à l'accueil
Live Reports :: Between the buried and me

Live report : Between the buried and me

Tous les concerts de Between the buried and me Between the buried and me [Metalcore]
Tous les concerts de deafheaven deafheaven [Black Metal]
Tous les concerts de intronaut intronaut [Metal Progressif]
Tous les concerts de the kindred the kindred [Metalcore]
mercredi 26 février 2014 - Théâtre Corona, Montréal
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Amarilys Way




Texte par Arnaud Stopa

Par un curieux mélange de genres peuvent ressortir les meilleures soirées musicales de Montréal. C’est toute la puissance de la prog, à la sauce metal, qui nous a été servi au Théatre Corona, mercredi soir. Une soirée hypnotisant, se finissant en feu d’artifice avec les Américains de Between the Buried and Me.





Intronaut

À chaque concert de prog, on se fait avoir. Depuis Pink Floyd, c’est toujours la même recette : airs enivrants, lasers déroutants. Et puis, on arrive dans la salle, et on reste encore surpris de l’ambiance que cela génère. Il suffit de fermer les yeux, éblouie par les faisceaux lumineux et on se laisse bercer. Et on pense. À nous. À notre vie. On médite. Si le metaleux allait faire du yoga, il n’hésiterait pas à le faire sur le prog.

Justement, Intronaut, qui veut faire de nous des voyageurs de l’intérieur, remplit honorablement cette mission. Pas de quoi fouetter une âme de chat, mais la rythmique des titres à rallonges, le solo de basse de Joe Lester, les coups de tambours de Danny Walker viennent nous chercher au profond et extirper du fin fond de notre être une forme de béatitude cinglante. Et puis un sourire en coin vient se déposer sur le tout. Mine de rien, qu’est-ce qu’on est bien…

Photo Photo Photo Photo Photo



Deafheaven

Du black californien, c’est un peu comme une pizza chinoise ou du ski éthiopien. Difficile d’imaginer ce genre en dehors du cadre strictement européen, et surtout de ce côté de l’Atlantique. Il n’empêche, Deafheaven relève le défi, et fera grincer des dents plus d’un true. Esthétique sortie tout droit d’un centre de recherche de Palo Alto, look intello, pyjama noir porté par le chanteur George Clarke, lunettes du guitariste Kerry McCoy, son léché et propre, voire méticuleux, passages prog mélodieux. C’est bien loin des stéréotypes trop faciles attaché au genre — cheveux longs et gras, maquillages.

Et pourtant, ça prend. Au troisième titre Sunbather, la danse transe de Clarke amène le public à gigoter un peu plus. Un slameur passe par là, au rythme des cris strident du titre, et bercé par la ligne de guitare très bien jouée par Shiv Mehra. Puis survient la transe collective sur Windows. En rythme, les musiciens se laissent aller, pris dans leur mélodie. Puis repartent sur une charge montante. Fou!

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Between The Buried and Me

Sur des BTBAM venant du public, la fusée Between the Buried and Me s’est envolée. Une mise en orbite impeccable. Le public attendait ça avec impatience: le groupe originaire de Winston-Salem, Oregon, les a ensorcelés, en toute simplicité.

Beaucoup estiment que le quintette est le meilleur groupe de métal actuel. Même si je ne suis pas du même avis, il s’en rapproche après leur performance sans faute. Jeux de lumière, vidéos spatiales, maîtrise complète des titres et énergie communicante, c’est bien le gros lot que les fans montréalais ont tiré. Au point que lors des temps morts des titres, on entendait scandé à nouveau des BTBAM par-ci, par-là.

Comme on pouvait s’attendre, le groupe a repris son dernier album The Parallax II: Future Sequence, du premier au dernier titre. Puis Sun of Nothing en reprise. C’est une chose assez rare de nos jours — en bientôt dix ans de concerts, le seul groupe à avoir fait ça fut Amon Amarth avec l’album Surtur Rising, mais avait par la suite repris une dizaine de leurs anciens titres —, et surtout difficile de l’expliquer, tant l’événement concert est une pierre angulaire de la rémunération des artistes : pourquoi donc reprendre de bout en bout un album ?

Parce que BTBAM n’est pas un groupe comme un autre, et surtout parce qu’il voue encore un culte à l’objet de l’album : l’harmonie entre les compositions, l’histoire générale, la conception d’une œuvre d’un bout à l’autre.

À cela, il faut rajouter que le public était au rendez-vous. C’est tout de même impressionnant de voir tant de monde reprendre en cœur la totalité des chansons jouées lors de la soirée. Alors, pourquoi se fâcher contre cette habitude, alors que cela semble être apprécié ?


Oo Remerciements tout particulier à l'Institut Grasset oO

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo

Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 2 mars 2014 par Amarilys.way
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Between The Buried And Me
Between The Buried And Me
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Roads To Judah
Roads To Judah
2011

Deafheaven
Deafheaven
Voir la page du groupe
Création : 2010
Genre : Black Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Intronaut
Intronaut
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

The Kindred
The Kindred
Voir la page du groupe
Création : 2011
Genre : Metalcore
Origine : Canada

Rapports de concerts:

Amon Amarth
Amon Amarth
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts: