Retour à l'accueil
Live Reports :: Slayer

Live report : Slayer

Tous les concerts de Slayer Slayer [Thrash Metal]
Tous les concerts de gojira gojira [Death Metal]
Tous les concerts de 4arm 4arm [Thrash Metal]
samedi 23 novembre 2013 - Cepsum (complexe sportif de l'université de Mtl), Montréal
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Unfurl




Texte par Arnaud Stopa

Slayer et Gojira dans la même salle la même soirée, certains fans de métal montréalais en rêvaient... Leur vœu s’est exaucé samedi soir au CEPSUM de l’Université de Montréal. On n’aurait pas espéré mieux — sarcasme — tant cette salle offre un son sale qui ne déplairait pas a un fan de black metal de la première heure..





Première partie aux baies de Goji.

Technicité et précision dans l’exécution sont les maîtres mots qui collent aux Français de Gojira. Jusqu’à l’heure du début du spectacle. 20:15 pile-poil. Autant dire que les quelques retardataires pris dans l’organisation assez pitoyable de la file d’entrées se sont épris de frustration en manquant un spectacle qui en met plein la vue et les oreilles.
Piochant dans les trois dernières œuvres d’une courte discographie d’une néanmoins longue carrière — 5 disques sur 17 ans d’existence — les frères Duplantier ont eu du mal à séduire un public peu entiché des Bayonnais.
Joe l’a vite compris, en haranguant la foule acquise aux rois du thrash, de multiples « Slayer », dans le but d’embraser la foule. Et en le chambrant assez souvent. Rappelant la joie d’être à Montréal — comme à chaque fois — il aime aussi rire des particularismes québécois — «putain de tabarnacle de tabarnacle de merde» lance t'il après Blackhound.




La fougue du guitariste Christian Andreu tentait d’allumer la flamme avec des accords parfaitement maîtrisés, dynamiques et faciles à suivre. Mais le peu de la masse qui bougeait dans la fosse lui a vite fait changer d’idée. Quant aux lignes de basse, elles étaient à peine perceptibles. À qui la faute, sinon à l’acoustique déficiente? On aurait fait sans Jean-Michel Labadie, le concert aurait été le même. Au total, le public a entendu 9 titres pour 45 minutes de spectacle. Autant dire que plus long, peu aurait dit non. Et c’est bien ça le problème. Le plus talentueux des groupes français depuis... depuis qui déjà? — arrive souvent à Montréal en première partie VIP de groupes légendaires — Metallica pour ne citer qu’eux. Ils n’ont pourtant plus grand-chose à leur envier. Alors que leur faut-il de plus pour les voir enfin en haut de l’affiche?





God Hates Us All

Arrivent enfin sous une bardée de cris, les monstres sacrés du trash. Ni une ni deux, les légendes envoient la sauce sur vingt titres qui en paraissaient quatre : le trash ne se réinvente plus, malheureusement, une note de lassitude se glisse dans la gamme des moins téméraires comme moi. J’avais pu les voir déjà en 2007, dans une toute petite salle — sic! — de Strasbourg, en France, avec la formation originelle. De mes souvenirs, j’avais bien plus apprécié ce concert, en faisant abstraction de la vieillesse du groupe et de l’intimité de la salle, du point de vue musical.
Car oui, si Dieu existe, il nous en veut pour beaucoup, en rappelant auprès de lui Jeff Hanneman — bien que l’hommage rendu en fin de concert sur Angel of Death ait été émotif, au sens trash du terme — , qui surpassait de loin en technique et en musicalité Gary Holt. Ce dernier a néanmoins réussi à trouver une certaine complicité avec Kerry King depuis qu’il a rejoint le groupe pour la tournée depuis cet été.




C’est plutôt du côté du public que la fête a été la plus folle. Joyeusement violent, le cercle de la fosse a pris une tout autre dimension, atteignant un point d’orgue sur les premières notes de Raining Blood. D’un seul homme, la fosse s’est alors divisée en deux, sans l’intervention du chanteur Tom Araya pour se lancer dans une bataille au moment du riff du couplet. Impressionnant. Pour revenir à Tom, celui-ci a rendu une facture tout à fait honorable. Avec l’âge, pourtant, il en a encore beaucoup à donner, tant dans la puissance que la vitesse d’exécution. Tout aussi impressionnant.



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 30 novembre 2013 par Unfurl
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires




Groupes en rapport


Slayer
Slayer
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

4Arm
4Arm
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Thrash Metal
Origine : Australie

Rapports de concerts:
  • Slayer - 23 nov. 13 (Montréal)


Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Angel
Angel
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis