Retour à l'accueil
Live Reports :: Raismesfest 15

Live report : Raismesfest 15

Tous les concerts de Y&T Y&T [Hard Rock]
Tous les concerts de Pendragon Pendragon
Tous les concerts de Audrey Horne Audrey Horne [Hard Rock]
Tous les concerts de Elvenking Elvenking [Power Metal]
Tous les concerts de Evile Evile [Thrash Metal]
Tous les concerts de Myrath Myrath [Metal Progressif]
Tous les concerts de Bukowski Bukowski [Autre]
Tous les concerts de Eldorado Eldorado [Hard Rock]
Tous les concerts de Emerald Emerald [Heavy Metal]
Tous les concerts de Sticky Boys Sticky Boys
Tous les concerts de Asylum Pyre Asylum Pyre [Metal symphonique]
Tous les concerts de Komah Komah [Metalcore]
Tous les concerts de JC Jess JC Jess [Heavy Metal]
Tous les concerts de Gang Gang [Heavy Metal]
...
samedi 14 septembre 2013 - Château de la Princesse d'Arenberg, Raismes
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Dark Pimousse




Après 2-3 années de galère, le Raismesfest retrouve enfin son vrai visage. Bien qu'il ne soit toujours sur une seule journée, on ne compte pas moins de 17 groupes à l'affiche pour 13h de Metal/Hard Rock qui décoiffe. Alors mettez-vos ceintures, accrochez-vous à vos vestes à patchs, parce que l'affiche nous promet de très bons moments !

Malheureusement, le début du festival ne commence pas comme prévu car quelques soucis routiers m'amènent au château de la Princesse d'Arenberg après les prestations d'Emerald et Noise Emission Control auprès desquels je m'excuse. J'ai cependant pu entendre de l'extérieur le son de NEC et sincèrement, ça envoyer du lourd !

Photo




Wild Dawn

Wild Dawn fait donc son entrée sur la grande scène en remplacement de Myrath qui a eu quelques petits soucis administratifs. Un peu déçu car je souhaitais réellement voir les tunisiens sur scène, je me laisse vite prendre au jeu du quatuor d'Orléans qui fait le show. Petit "plus" pour le guitariste solo Romain et le bassiste Alex qui s'amusent réellement sur scène. Le premier album est à l'honneur avec des titres comme "Now or Never", mais le groupe insiste surtout sur leur futur opus "Pay Your Dues" dans les bacs à partir de mi-octobre. On peut dire que mon entrée dans le festival est très satisfaisante !

Photo Photo



Les Loques à Terre

Direction la scène découverte avec Les Loques à Terre, groupe de reprise lillois qui vient asséner un son plus rock. Bien que la front woman assure et possède une réelle présence sur scène, je ne suis pas réellement friand de ce style de musique, je m'éclipse pour faire un petit tour sur le site (merchandising, restauration, tour en harley davidson, tout y est !!).





El Dorado

De grands espoirs se fondent sur le groupe suivant, El Dorado, originaire d'Espagne, vont-ils nous amener le soleil ? Eh bien oui ! Une petite éclaircie perce les nuages gris et l'ambiance se réchauffe. Le quatuor nous distille un Hard rock aux petits oignons, piochant notamment leurs titres dans leur dernier album "Paranormal Radio". Une magnifique ballade "Kassandra" viendra un peu calmer l'assistance qui suit chaque mouvement du groupe. Une très bonne prestation, une très bonne découverte pour ma part.

Photo Photo



Asylum Pyre

A peine terminé, Asylum Pyre monte les marches de la scène découverte. Après quelques petits soucis techniques, le ton est donné. Rien à faire, les groupes à voix féminines ont vraiment usé de toutes les mélodies durant les années 2000 et forcément, le sentiment de déjà-vu est très grand. Malgré une prestation très correcte et de bons titres comme "The Herd", impossible pour moi de pénétrer le monde du groupe.





Elvenking

Bien placé pour voir monter sur scène le seul groupe de Folk, je ne manque aucun moment d'Elvenking. Tout d'abord drapés de tuniques noires et d'un masque blanc (rappelant Venise au vu de l'origine du groupe), les protagonistes se dévoilent rapidement laissant apparaître quelques peintures noires et rouges. Le début de la prestation est marqué par un souci de justesse, notamment avec la présence d'un violon, toujours délicat à accorder avec les guitares. Cependant, le groupe ne se démonte pas et les titres de leur dernier album Era s'enchaîne, "The Loser", "Through Wolf's Eyes". Le feu monte dans le public et l'on voit naître les premiers slams. Le groupe nous annonce que c'est leur premier concert en France (surprenant !!) et qu'ils travaillent actuellement sur un nouvel album. Une set-list efficace, une très bonne prestation, malgré quelques soucis techniques (un des guitaristes finira avec une guitare à 5 cordes), un bon moment passé à leur côté.

Photo Photo Photo



Gang

Les vieux briscards de Gang font leur entrée sur la scène découverte. Malgré leurs 20 ans d'expérience, la prestation sera un peu brouillonne, mais le groupe est tellement heureux d'être là que cela efface ces quelques soucis. Le style prévu : du bon Heavy/Thrash ! nNous aurons le droit à des titres de leur dernier album, notamment "Never Enough" et "Heavy Metal Fever". Une grande envie de partage qui fait mouche.





Bukowski

La grande scène se drape déjà des couleurs des Bukowski qui ne mettront pas longtemps pour foutre un énorme bordel dans le public. De la première à la dernière minute, le tout nouveau quatuor va se donner à fond et les spectateurs leur rendront bien avec les premiers pogos. Le groupe monte vite et fort et on le comprend mieux après une telle prestation car ça respire le professionnalisme. Des titres comme "Hazardous Creatures", "Hardtimes" ou "Keep Your Head On" vont mettre l'assistance sans dessous-dessus, alors que la magnifique ballade "Brother Forever" prend tout son sens et va venir titiller la fibre sentimental des métalleux. Julien (bassiste) vient nous chercher un par un et nous emmène dans sa folie, les autres membres se démènent aussi sur scène, souhaitant partager cet excellent moment avec nous. Un gros coup de cœur pour moi. Un groupe à voir, à revoir et à revoir encore jusqu'à plus soif.

Photo Photo Photo Photo



Komah

Je me remets doucement de Bukowski et me retrouve devant Komah, groupe de métalcore moderne qui malheureusement, n'arrivera pas à me convaincre, malgré une bonne prestation et de bons titres comme "New Life" ou "The Birth". N'étant pas fan de ce genre de musique, je laisse vite ma place car la pluie se fait de plus en plus présente.





Evile

L'atmosphère se noircit, les nuages et la pluie se fond de plus présent, et je pense que l'arrivée d'Evile n'y est pas pour rien. Habitué aux sons bien lourds, le thrash métal crade et massif des anglais devrait me convenir parfaitement. Surtout que le groupe est sur scène pour une dernière prestation avec son guitariste, Ol Drake, ce dernier ayant annoncé la fin de sa participation à l'aventure. Malgré tout ça, le groupe est heureux d'être sur scène, se la joue cool et assène un son vraiment pesant. Cependant, je n'arrive pas à entrer dans le paysage sombre du groupe, la lourdeur de l'ambiance n'ayant pas l'effet escompté sur moi.

Photo



Ricky Dozen

L'énergie de Ricky Dozen se fait ressentir dès leur arrivée sur les planches. Le groupe se donne, se fait plaisir et par la même occasion, nous fait plaisir. La pluie s'éloigne et le quatuor va mettre le feu avec un lancer de poupée gonflable qui fera son effet dans le public. Niveau son, le hard rock du groupe tient la route, c'est inspiré, précis, mais sans grande surprise. La prestation en revanche est très bonne, énergique, et le groupe de nous annoncer leur travail sur "King of Sorrow".





Audrey Horne

Décidément, la grande scène a décidé de me mettre des claques dans la tronche. Après Bukowski, c'est Audrey Horne qui s'apprête à nous en mettre plein les esgourdes ! Fort de leurs 11 ans d'expérience et de leurs 5 albums, le groupe lance l'assaut devant les fans abasourdis. Le groupe a la banane, prend son pied et forcément, dans l'assistance, cela se ressent. Dès les premières notes de morceaux comme "The King is Dead" ou "Threshold", le public est sur les dents et en redemande. Tout est présent dans ce concert, une immense présence du chanteur Torkjell, un jeu de scène entre les deux guitaristes Arve et Thomas tout simplement énorme, une grande prestation du bassiste Espen, et un batteur Kjetil, qui mène le tout de mains de maîtres. Un coup de cœur énorme pour ces Norvégiens qui finissent en apothéose sur "Straight Into Your Grave".

Photo Photo Photo



JC jess

Sur un petit nuage, je me dirige vers JC Jess dont la réputation du frontman n'est plus à faire puisqu'il a été le guitariste virtuose de Nightmare, rien de moins. Le souci est que passé derrière Audrey Horne est difficile, et du coup, j'ai du mal à entrer dans le Heavy Metal du quatuor. Je finis doucement par me laisser prendre au jeu, car les titres bien carrés, la prestation très professionnelle font mouche. Forcément, l'album en cours Broken Bones est à l'honneur, permettant au groupe de faire sa promo. Une bonne découverte, mais qui ne me laissera pas une trace indélébile.





Pendragon

Je vais vite me placer pour l'Ovni de la soirée, le groupe de métal Prog Pendragon. Dès l'entrée de Nick Barrett sur scène, on sent toute l'aura du frontman. Un immense silence gagne la foule, et la musique du quatuor prend toute son ampleur dès le premier morceau. Forcément, le dernier album Passion va être magistralement mis en valeur et les anglais nous ferons voyager avec des titres comme "The Voyager", "This Green And Pleasant Land" ou "Master of Illusion". Après 25 ans de carrière, les sosies de Pink Floyd pour la musique, n'ont plus rien à prouver. La magie va envahir toute l'enceinte du château, chaque arbre, chaque ombre va réagir à la lumière du show. Tout y est, une présence scénique énorme, un jeu de lumière excellent, une musique planante, contrastant avec tout ce qu'on a entendu aujourd'hui. Forcément, les passages instrumentaux font retomber l'ambiance, mais les mélodies magnifiques, cette atmosphère incroyable ne peut laisser de marbre. Un grand groupe, un grand monsieur en la personne de Nick Barrett, un moment de bonheur pur et simple.

Photo Photo Photo



The Sticky Boys

The Sticky Boys fait son entrée alors que je suis encore abasourdi par le spectacle que je viens de vivre. Eh bien, on va vite descendre car on va devoir s'investir. Même le batteur, Tom vient provoquer le public, le sommant de se réveiller et de foutre un boxon pas possible devant la scène découverte. Ce sera donc la première fois que je verrai un slam devant la scène découverte en 7 Raismesfest. Il faut dire que le Rock'n'Roll sans concession du trio de Paris est frais et efficace. Tel un TGV poussé à pleine vitesse, Alex et ses acolytes vont enchaîner les morceaux et l'assistance va réagir à chaque frasque. Que ce soit sur ou devant la scène, les personnes donnent tout ce qu'ils ont malgré le froid. Justement, le groupe réchauffe l'atmosphère et je sors conquis par la prestation des The Sticky Boys, en espérant les revoir bientôt.





Y&T

Pour clôturer ce Raismesfest, rien de tel qu'un bon vieux groupe de Heavy/Hard rock, et cette année, ce groupe s'appelle Y&T. Bien sûr, après 40 ans d'existence, les américains connaissent leur travail sur le bout des ongles et c'est important de voir que le plaisir est toujours présent. Alors que chaque solo de Dave est proche de la perfection, Brad (bassiste) prend des poses dont lui seul a le secret. Les autres membres, un peu plus en retrait, assurent cependant leurs parties. Le quatuor va même aller jusqu'à jouer "Midnight in Tokyo" à minuit. Un show carré, technique, mais sans surprise. Malgré cela, le public venu en nombre pour la tête d'affiche restera très présent jusqu'à la fin du set. Un beau spectacle qui conclura avec brio le festival.




Même si le Raismesfest s'est retranché sur un style qu'il maîtrise, le Hard Rock / Metal, il faut avouer que ce fût un des meilleurs depuis quelques années. Un très bon anniversaire du coup pour les 15 ans du festival! Chaque groupe s'est investi à fond, s'est déchaîné et forcément, dans l'assemblée, ce plaisir est partagé. De très bonnes découvertes avec Audrey Horne, Bukowski et The Sticky Boys (comme quoi le Hard Rock à encore de beaux jours devant lui), une ambiance toujours aussi chaleureuse, une organisation au poil, bref, j'espère que la prochaine édition sera encore plus grande (peut-être sur 2 jours)! Je serai de toute façon, au rendez-vous quoiqu'il arrive !!!

Photo Photo Photo Photo

Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 3 octobre 2013 par dark pimousse
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Voir les 1 commentaires précédents
Merci beaucoup Jeckills pour ton commentaire !! Effectivement, ce fût un très bon cru cette année.

Pour Asylum Pyre, je l'explique par le fait que j'ai beaucoup écouté de groupes à voix féminine, jusqu'à plus soif, et j'en ai vu aussi pas mal sur le site du RF (Epica, After forever, Delain, Whyzdom, Dylath Leen, Kells, etc.), du coup, je pense que c'est cette overdose qui joue réellement sur mon jugement. Le jeu de scène était bon, le guitariste assure, mais je n'ai simplement pas réussi à entrer dans leur jeu... Je n'ai malheureusement pas ressenti ce renouveau.

jeu. 3 oct. 13- 20:21  
Ah, c'est dommage, parce que leur dernier album, Fifty Years Later, est vraiment sympa !
jeu. 3 oct. 13- 20:27  
Va falloir que j'y jette une oreille alors !! ;)
lun. 7 oct. 13- 11:43  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Y&T
Y&T
Voir la page du groupe
Création : 1974
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de No Hay Banda
No Hay Banda
2005

Audrey Horne
Audrey Horne
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Hard Rock
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Red Silent Tides
Red Silent Tides
2010

Chronique de Heathenreel
Heathenreel
2001

Elvenking
Elvenking
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Power Metal
Origine : Italie

Rapports de concerts:

Evile
Evile
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Thrash Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Desert Call
Desert Call
2010

Myrath
Myrath
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Metal Progressif
Origine : Tunisie

Concerts:
Rapports de concerts:

Bukowski
Bukowski
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Autre
Origine : France

Rapports de concerts:

Eldorado
Eldorado
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Hard Rock
Origine : Espagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Unleashed
Unleashed
2012

Emerald
Emerald
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Heavy Metal
Origine : Suisse

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Natural Instinct ?
Natural Instinct ?
2009

Asylum Pyre
Asylum Pyre
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Metal symphonique
Origine : France

Rapports de concerts:

Komah
Komah
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Metalcore
Origine : Belgique

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Extratime
Extratime
2010

Chronique de Wake Of The Dead
Wake Of The Dead
2008

JC Jess
JC Jess
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Heavy Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Gang
Gang
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Heavy Metal
Origine : France

Rapports de concerts: