Retour à l'accueil
Live Reports :: Hellfest 2013 - J1 - Temple

Live report : Hellfest 2013 - J1 - Temple

Tous les concerts de The Great Old Ones The Great Old Ones [Black Metal]
Tous les concerts de Stille Volk Stille Volk [Pagan/Folk]
Tous les concerts de Hate Hate [Death Metal]
Tous les concerts de Týr Týr [Pagan/Folk]
Tous les concerts de Aura Noir Aura Noir [Black Metal]
Tous les concerts de Absu Absu [Black Metal]
Tous les concerts de Primordial Primordial [Black Metal]
Tous les concerts de Carpathian Forest Carpathian Forest [Black Metal]
Tous les concerts de God Seed God Seed [Black Metal]
vendredi 21 juin 2013 - Open air Clisson, Clisson
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Guillaume Catella




The Great Old Ones

Difficile de se concentrer devant du Black Metal comme première date du festival, surtout vu le niveau d`exigence demande par la musique très complexe de The Great Old Ones. T-shirts tous noirs, attitude implacable, les français ouvrent le festival avec force blasts et ligne mélodiques superbes, dans la grande tradition du Black Atmosphérique dont ils connaissent bien les codes. Visuellement rien de mémorable, et le show sera tout sauf dément. Il manque encore cette identité au groupe qu`il a pourtant musicalement: et pourquoi pas des masques de prêtres dévoues au culte de Cthulu?

Rapport : Prométhée





Stille Volk

Vendredi 11:40, il est l’heure pour moi d’attaquer mon Hellfest avec ce qui sera pour moi (et sûrement pas que pour moi), le concert le moins violent du festival. Place donc à Stille Volk sur la Temple pour 30 minutes de musique folk/celtique. Pas de double à 200 b.p.m. ni de grosse disto, un show tout en acoustique qui a réuni beaucoup de monde malgré l’heure. Le seul petit point négatif sera le son qui, bien que bon dans l’ensemble, sera surchargé en basse. Leur set sera sans accro, dans une ambiance bleutée (même si à cette heure-ci, les lights shows ne sont pas à leur avantage avec le soleil) et le public s’en donnera à cœur joie pour chanter et frapper en rythme dans ses mains. Tout ce qu’il me faut pour bien attaquer le festival.

Rapport : Camulus

Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Hate

Place aux Polonais de Hate sur la Temple, avec deux étendards ornés de l’Oméga de chaque côté de la scène. Un sample nous met dans l’ambiance et le groupe entre directement dans le vif du sujet en attaquant avec Erebos issu de leur avant-dernier album. Dès le début du set, le son est horrible, impossible de discerner les guitares qui sont couvertes par la batterie… Le groupe n’est donc pas à son avantage pour nous offrir un très bon show malgré l’énergie dont ils débordent sur scène. Au milieu du set, Adam nous fera un court discours pour rappeler le décès de leur bassiste début Avril dernier et nous expliquera que c’est sa femme qui est à la basse aujourd’hui. Tonnerre d’applaudissement pour elle et très bel hommage donc de la part du groupe pour Mortifer. Le set des polonais me laissera quand même sur ma faim à cause de cette histoire de son (pire son du festival pour moi…) mais l’énergie dont ils débordaient sur scène malgré la tragédie qui a frappé le groupe m’a inspiré le plus grand respect.

Rapport : Camulus

Photo Photo Photo Photo Photo



Tyr

C’est au tour de Tyr de monter sur les planches de la Temple. Très forte affluence pour le groupe Féroïens qui bénéficiera d’un son correct, entaché par la présence toujours trop importante de basse dans le son de la Temple. Le light show nous met dans l’ambiance et le groupe ne manque pas d’énergie sur scène pour nous envoyer 40 minutes de pagan metal au rythme des mélodies de ses deux guitaristes. Une excellente prestance sur scène de la part du groupe qui s’approprie le public très rapidement et qui nous offre un set de grande classe. Le groupe n’oubliera bien évidemment pas son classique et culte Hail to the Hammer pour la plus grande joie de ses fans.

Rapport : Camulus




Autre chronique de Tyr, par Prométhée :

Un coup d’œil à Misanthrope m’a convaincu que ce n’était décidément pas ma tasse de thé, bien qu’il y ait à l’évidence du professionnalisme. Trop old school, trop criard, et un peu kitsch peut-être. Quoiqu’il en soit je me dirige vers Tyr pour profiter d’un show viking, résolument taillé pour le festival.
La mise en scène s’avère assez mince, ce que je regrette, mais elle est largement compensée par une musique superbe, progressive et riche en mélodies. La grande surprise de Tyr en live c’est surtout le chant et les chœurs, extrêmement bien interprétés et magnifiques. Une plongée véritable dans un univers fantastique et guerrier, le pied monstre !

Rapport : Prométhée

Photo Photo Photo Photo Photo



Aura Noir

Je retourne sous la Temple pour Aura Noir et 50 minutes de black/thrash ultra puissant. Une super ambiance et beaucoup de monde pour le show des Norvégiens. Premier passage d’Apollyon sur cette scène en attendant d’y retourner pour le show d’Immortal le lendemain. Le son est de nouveau très moyen sur cette scène ce qui ne changera rien à l’entrain dont fera preuve le public durant le set. On aura droit à un tribute to Jeff Hanneman de la part d’Aura Noir qui jouera Fight till Death. Première utilisation du pentacle en néons qui surplombe la Temple, c’est kitch et d’un goût douteux à mes yeux mais bon passons. Mis à part le problème du son, qui semble lié à la sonorisation de cette scène, le concert est brutal, puissant, bref tout ce que l’on peut attendre d’un concert d’Aura Noir.

Rapport : Camulus





Absu

Place au trio Américain d’Absu que j’attendais beaucoup et on peut dire que je n’ai pas été déçu. C’est devant un tente moyennement remplie qu’Absu débute son concert. Le son au début du set était vraiment mauvais, trop de basse et les aigus des cymbales qui résonnent et grésillent. Problème réglé rapidement et retour au son moyen qu’offre la Temple. Le groupe ne tarde pas à dégager une ambiance maléfique et puissante. Proscriptor laisse les fûts quelques minutes pour venir sur le devant de la scène pousser des hurlements à faire froid dans le dos aux non-initiés. Un set extrêmement puissant et un Proscriptor littéralement déchaîné et impressionnant par sa capacité à frapper la batterie tout en headbangant et en chantant (oui les trois en même temps !). Un set débordant de puissance et de violence qui en aura ravi et conquis plus d’un.

Rapport : Camulus

Photo Photo Photo Photo Photo



Primordial

Place à Primordial sur la Temple maintenant. La foule est présente en nombre pour accueillir les Irlandais … qui n’arrivent pas. On passe nous annoncer qu’ils ont du retard à cause de leur compagnie aérienne. Le public patiente donc 20 minutes et voit Nemtheanga arriver maquillé sur scène pour demander 2 minutes supplémentaire pour que le groupe installe son matériel et qui tient à nous ajouter un « fuck » à l’encontre de leur compagnie aérienne. Le groupe fera tout pour jouer le plus longtemps possible mais les 40 minutes qu’ils restent ne leur permettent que 4 titres. Malgré tous ces déboires, le groupe nous offre, comme à son habitude, un set magique et magnifique. Arrivé au bout de la set-list on a l’impression qu’ils ne sont sur scène que depuis quelques minutes tant on a été emporté par leur musique. Alan est toujours aussi charismatique sur scène et sa voix toujours aussi particulière, occupant tout l’espace acoustique pour transporter le public au fil des morceaux du groupe. Le seul bémol du set sera le son, qui bien que meilleur que les autres concerts jusque-là, souffrira de basses un peu trop présentent mais ça ne gâchera en rien la beauté du concert. A voir et revoir…

Rapport : Camulus




Autre chronique de Primordial par Prométhée :

Le Temple ne suffit pas à contenir tous les fans de Primordial venus vibrer au contact du Black Epique des irlandais, et une bonne partie de l’Altar est remplie également. Attendu comme l’un des groupes les plus importants de la programmation Black Metal, Primordial se sera fait désirer. En effet, un membre du staff nous annoncera que le groupe est en retard, ayant eu semble-t-il des problèmes à l’aéroport. Quinze minutes de retard pour le groupe donc qui font s’impatienter les fans et croire à une annulation forcée de leur passage.
Fort heureusement, le chanteur arrive, capuche et maquillage, et nous demande deux minutes de patience. Primordial arrive, et s’il ne pourra jouer que quatre morceaux, ce sera certainement l’un des moments forts du festival.
Les deux premiers titres de Redemption At The Puritan’s Hand posent l’ambiance, et montrent un Naihmass Nemtheanga en grande forme. Lorsque « Coffin Ships » démarre, c’est la folie qui s’empare du public, dont une grande partie chante les paroles. Dernier titre, et pas des moindres, « Empire Falls » vient achever ce qu’il reste du Temple. Primordial est épique, mélodique, terriblement beau, et leur musique provoque de fortes émotions. Trop courtes malheureusement mais divines.

Setlist de Primordial au Hellfest 2013
- No Grave Deep Enough
- Bloodied Yet Unbowed
- The Coffin Ships
- Empire Falls

Rapport : Prométhée

Photo Photo Photo Photo Photo



Carpathian Forest

Voici venu l’heure d’un des concerts très attendus du Hellfest : les norvégiens de Carpathian Forest arrivent sur la scène de la Temple. Corpse paint pour tout le monde et Nattefrost arrive, chaines, menottes à la ceinture, crucifix en main : tous les éléments réunis pour passer un bon concert. Le drapeau norvégien dans le sens de la croix renversée et les drapeaux en croix renversées avec le logo de Carpathian Forest pour décorer la scène offrent un visuel sympa. Le public est nombreux pour assisté au spectacle.
Le groupe attaque donc son show qui sera ponctué de l’utilisation d’effets pyrotechniques (flammes et artifices seront de la partie). Comme on peut attendre d’un concert de Carpathian Forest, c’est crade et violent, Nattefrost s’amuse avec une machette qu’il brandit tantôt ou encore jette sur le plancher de la scène et du côté musicien, Vrangsinn, Blood Pervertor et Tchort ont autant la pêche que Nattefrost. Ça se bouscule dans la fosse et l’ambiance est énorme, après une heure de set on en redemanderait bien une part (et après une heure d’artifices, on peut sentir la poudre dans toute la tente). Seul regret pour ma part, j’aurais aimé avoir quelque chose d’aussi crade que le live ‘‘We’re going to Hollywood for This – Live Perversion’’ (parce que oui Carpathian se doit d’être crade au possible), mais bon je ne me plaindrais pas de ne pas avoir vu Vrangsinn en string !

Rapport : Camulus





God Seed

De retour à la Temple, c’est le concert de God Seed qui nous attend. Les anciens de Gorgoroth, Gaahl et King ov Hell semble moins attendus que Carpathian Forest car le tente n’est que moyennement remplie au début de leur set. Ambiance de scène épurée et vide, loin des crucifiés que l’on aurait pu attendre. Le groupe arrive sur scène dans une ambiance froide, passant du bleu au blanc, et seul Gaahl est maquillé. Autre surprise, le clavier sur scène qui en a surpris plus d’un.
Le groupe attaque et là c’est la catastrophe, le son est grésillant, on a l’impression d’écouter un vieil album de black alors que l’on se trouve quand même en présence de la tête d’affiche de la journée… Gaahl est statique, le reste du groupe est dans la démonstration avec des musiciens qui prennent la pause instrument en l’air toutes les 2 minutes, en bref aucune cohésion sur scène... Le groupe reprendra du Gorgoroth ce qu’ils auraient dû, à mon sens, éviter car le rendu n’était pas là… Ce fut donc un concert soporifique au possible qui m’a valu de m’endormir à 10 mètres de la scène… Un concert dont je ne garderais pas un souvenir mémorable !

Rapport : Camulus



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 29 juin 2013 par NanoRoux
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de EOD : A Tale Of Dark Legacy
EOD : A Tale Of Dark Legacy
2017

Chronique de Tekeli-Li
Tekeli-Li
2014

Chronique de Al Azif
Al Azif
2012

The Great Old Ones
The Great Old Ones
Voir la page du groupe
Création : 2011
Genre : Black Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Stille Volk
Stille Volk
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Pagan/Folk
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Erebos
Erebos
2010

Hate
Hate
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Pologne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Lay of Thrym
The Lay of Thrym
2011

Tyr
Tyr
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Pagan/Folk
Origine : Iles Féroé

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Merciless
The Merciless
2004

Aura Noir
Aura Noir
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Abzu
Abzu
2011

Absu
Absu
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Black Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Primordial
Primordial
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Black Metal
Origine : Irlande

Rapports de concerts:

Carpathian Forest
Carpathian Forest
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

God Seed
God Seed
Voir la page du groupe
Création : 2009
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Misanthrope
Misanthrope
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Viking
Viking
Voir la page du groupe
Création : 1986
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis


Grave
Grave
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Corpse
Corpse
Voir la page du groupe
Création : 1986
Genre : Death Metal
Origine : Suède


Gorgoroth
Gorgoroth
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts: