Retour à l'accueil
Live Reports :: Hellfest 2013 - J1 - Warzone

Live report : Hellfest 2013 - J1 - Warzone

Tous les concerts de WARZONE : WARZONE :
Tous les concerts de Vera Cruz Vera Cruz
Tous les concerts de Berri Txarrak Berri Txarrak
Tous les concerts de Bane Bane
Tous les concerts de Negative Approach Negative Approach
Tous les concerts de Deez Nuts Deez Nuts [Hardcore]
Tous les concerts de Terror Terror [Hardcore]
Tous les concerts de Agnostic Front Agnostic Front [Hardcore]
Tous les concerts de Anti-Flag Anti-Flag
Tous les concerts de Sick Of It All Sick Of It All [Hardcore]
Tous les concerts de 7 Weeks 7 Weeks [Rock Metal]
Tous les concerts de Eagle Twin Eagle Twin [Doom Metal]
Tous les concerts de Black Cobra Black Cobra [Sludge Metal]
Tous les concerts de Black Breath Black Breath [Thrash Metal]
Tous les concerts de Pallbearer Pallbearer [Doom Metal]
Tous les concerts de Black Pyramid Black Pyramid [Doom Metal]
...
vendredi 21 juin 2013 - Open air Clisson, Clisson
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Guillaume Catella




Vera Cruz

Les parisiens de Vera Cruz ont la lourde tache de devoir ouvrir la Warzone, la scène entièrement dédiée au Hardcore et ses dérivés. Un défi relevé avec brio tant le combo arrive à mêler Hardcore efficace et énergie digne des plus grands. Le public s`avère très réactif, répondant au chanteur lors des appels aux circles pits. Il en déclenchera d`ailleurs un en se mettant au centre du public, l`occasion de voir une tripotée de gens s`écraser dans la boue, le chanteur ayant visiblement oublié qu`il avait un câble. De quoi bien démarrer la scène, sans aucun doute.

Rapport : Prométhée





Bane

Aux Bostoniens de Bane de prendre possession de la bien-nommée Warzone. Fondés en 1995, Bane, originellement fondé par un ex-Converge, joue du hardcore aux influences punk, et est animé par leur très agitée tête de proue, à savoir le chanteur Aaron Bebard. Aaron n’a pas peur du contact et n’hésite pas à amener sa tête de bagnard au plus près du public, descendant à leur rencontre. Leur guitariste Zach Jordan ne manque pas non plus d’énergie, nous offrant des jumps ahurissants, tout en assurant des parties également très techniques, incorporant aussi un peu de tapping. Bosseurs émérites, Bane ont pondu au cours de leur carrière une discographie impressionnante, sans sortie dans les dernières années.

Rapport : Nanoroux

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Terror

A base de gros riffs Hardcore et d’appels au respect et à la famille, Terror va coucher le public de la Warzone d’un revers de main, faisant passer n’importe quelle formation pour une petite marchande d’allumettes. Forcément immense, le parterre de gens venu prendre quelques parpaings se déchaine devant les américains, dont le Hardcore est véritablement taillé pour le live. Chaque riff succédant à un autre est une nouvelle claque de plus. Ça ne joue pas fin, ça ne cherche pas à faire du mélodique, non, Terror est un groupe old school, et qui fait les choses très très bien.
Le chanteur est une véritable bête de charisme et motivera le public en l’invitant à faire travailler les services de sécurité derrière les barrières. Résultat sans appel : le pit s’enflamme, le public s’écrase contre la barrière et les slams pleuvent. Une bonne grosse claque, avec de surcroit un discours de respect et d’amour qui fait plaisir à entendre.

Rapport : Prométhée


Voici la vidéo par ARTE Live web du concert de Terror :


Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Agnostic Front

Voici la vidéo par ARTE Live web du concert de Agnostic Front:



Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Anti-Flag

Voici la vidéo par ARTE Live web du concert de Anti-Flag:







Sick of it All

Voici la vidéo par ARTE Live web du concert de Sick of it All:







Sleep

Assister à un concert de Sleep au Hellfest, c’était s’assurer une bonne dose de weed dans les poumons. Le groupe légendaire, pratiquant un Stoner Psychédélique et chamanique, est attendu par un grand nombre de fans adeptes de la fumette, et la Valley devient l’espace d’un instant un aquarium – heureusement ouvert – et le théâtre d’une expérience qu’on n’oubliera pas de sitôt.

Le son de Sleep est massif déjà. Le trio joue fort, lourd, et les gars sont possédés, surtout le bassiste-chanteur, dont le jeu de basse me surprendra quelque peu. Le regard dans le vide, tourné vers le ciel, ce dernier chante parfois, comme un shaman en transe. Les riffs sont Dooooooom, et se ressemblent. Une heure de concert semble être une heure d’invocation. Sleep fait planer, véritablement, et emporte toute la Valley dans une quiétude étrange. Un concert mystique et un des meilleurs du festival, sans aucun doute.





Neurosis

J’attendais Neurosis comme le Messie ce premier jour et à la fin de Sleep je fis le choix de me poser au premier rang, attendant une heure pour être sûr d’être devant l’un des groupes les plus importants de l’histoire de la musique moderne. Steve Von Till pointe le premier le bout de son nez, pour les balances, suivi par Scott Kelly, boitant comme un marin ivre, et Dave Edwardson, lunettes sur le nez. Les gars n’ont pas peur de se montrer sous leur vrai jour, ce qui sera le parti pris principal d’un live étrange.




La Valley est déjà remplie à craquer pour assister à ce concert de clôture de la scène. Premier constat : la vidéo n’est plus là, ce qui confirme ce que j’avais pu voir sur des lives sur Internet : le groupe s’est récemment séparé du génie Josh Graham et le résultat sera sans appel : pas de vidéo, et un live beaucoup plus classique, le choix du groupe de ne pas user des lumières interrogera beaucoup de monde, forcément partagé devant un spectacle si cru et austère.

Mais « Eye » introduit le set, et met tout le monde d’accord. Grosse surprise que ce titre, rarement joué en live, et toujours aussi impressionnant de bruitisme et de violence. «My Heart For Deliverance » suit, et s’avère décuplée par le live, surtout cette fin absolument magique, rehaussée par les talents de Noah Landis, écrasant son clavier comme un possédé. Les lights sont maigres, très maigres, et le groupe semble avoir fait le choix de recentrer ses concerts sur leurs personnes, certainement fatigués de la vidéo qui accaparait l’attention autrefois – une erreur m’est avis. Si le choix est risqué, et montre un courage de la part de Neurosis (à 50 ans, beaucoup auraient choisi de faire l’inverse au lieu de se mettre à nu) le résultat visuel est déconcertant et un peu décevant.




Heureusement, ce parti pris dans le visuel live est compensé par une setlist à tomber par terre. « At The End Of The Road », écrasante à souhait, « Times Of Grace », qui déchaine le public, « Distill », meurtrière, « At The Well », terriblement Doom ou encore « We All Rage In Gold », et sa fin mystique, qui me fera avoir des frissons. Von Till bouge comme un forcené, faisant l’aller-retour entre le micro et son ampli pour créer des larsens ; Scott Kelly, massif et imposant, a le regard le plus effrayant que j’ai jamais vu, et fixe l’assistance en hurlant, crachant et frappant sa tête contre son micro. Edwardson n’est pas en reste, avec ses grimaces d’autiste malsain, il n’a rien perdu de sa voix, et le prouvera sur un « Locust Star » final monstrueux de puissance. Noah Landis finira avec ses claviers par terre, se frappant la tête dessus. Et que dire de Jason Roeder, qui a tenu le concert de Sleep juste avant et qui prouve tout le groove tribal dont il est capable sur un « Bleeding The Pigs » immense en live ? Un concert intense, et impressionnant. Le meilleur du point de vue du son avec Sleep et Cult of Luna le lendemain, et l’un des meilleurs du festival tout court.




Setlist de Neurosis au Hellfest 2013 :
- Eye
- My Heart For Deliverance
- At The End Of The Road
- Times Of Grace
- Distill
- At The Well
- We All Rage In Gold
- Bleeding The Pigs
- Locust Star

Rapport : Prométhée

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo

Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 29 juin 2013 par NanoRoux
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires




Groupes en rapport


Deez Nuts
Deez Nuts
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Hardcore
Origine : Australie

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de One With The Underdogs
One With The Underdogs
2004

Terror
Terror
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Agnostic Front
Agnostic Front
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Sick Of It All
Sick Of It All
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

7 WEEKS
7 WEEKS
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Rock Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Eagle Twin
Eagle Twin
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Doom Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Black Cobra
Black Cobra
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Black Breath
Black Breath
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Pallbearer
Pallbearer
Voir la page du groupe
Création : 2008
Genre : Doom Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Black Pyramid
Black Pyramid
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Doom Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

High On Fire
High On Fire
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Doom Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Sleep
Sleep
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Doom Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Neurosis
Neurosis
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Vertikal II
Vertikal II
2013

Chronique de Vertikal
Vertikal
2013

Chronique de Fire was born
Fire was born
2009

Chronique de Eternal Kingdom
Eternal Kingdom
2008

Cult of Luna
Cult of Luna
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Hardcore
Origine : Suède

Rapports de concerts: