Retour à l'accueil
Live Reports :: Paradise lost

Live report : Paradise lost

Tous les concerts de Paradise lost Paradise lost [Gothique Metal]
Tous les concerts de Swallow the Sun Swallow the Sun [Doom Metal]
dimanche 6 mai 2012 - Le Bikini, Ramonville
Voir toutes les infos de ce concert





Dimanche 6 mai 2012, alors que la France entière retient son souffle pour connaître le nom de son président pour les cinq années à venir, une poignée d'irréductibles metalheads se sont donnés rendez-vous devant les portes du Bikini dans l'agglomération toulousaine pour accueillir Paradise Lost et sa première partie Swallow the Sun. Un package des plus séduisants qu'il était difficile de rater!





Swallow the Sun

Il est 20h30 lorsque les portes du Bikini s'ouvrent. Cette superbe salle de concerts accueille ce soir une bonne centaine de personnes qui semblent entièrement dévouées au combo britannique, à en juger par le grand nombre de t-shirt arborant fièrement le nom Paradise Lost.

Après un petit coup d’œil au stand de merchandising, le public s'amasse devant la scène pour contempler Swallow the Sun. Les lumières s'éteignent, une introduction chantée en finnois retentit avant l'arrivée des six musiciens.
Qu'on se le dise, les finlandais sont là pour défendre leur dernier opus, Emerald Forest and the Blackbird, il est donc normal que le set se consacre à celui-ci. Le premier titre éponyme sonne, montrant un Swallow the Sun particulièrement motivé, à l'image du guitariste-leader Juha Raivio. Très vite, l'auditoire est charmé par un son fort bien équilibré, qui contraste net avec un light-show souvent agaçant (les stroboscopes sont trop aveuglant).

Qu'à cela ne tienne, le groupe mené par son chanteur Mikko Kotamäki enchaine ses titres, passant de morceaux heavy à souhait ("Hate, Lead the Way", "Of Death and Corruption" ou "Night Will Forgive Us") à d'autres plus aériens voire 'mainstream' ("This Cut is the Deepest" ou le "Cathedral Walls", avec la voix samplée d'Annette Olzon de Nightwish). Une set-list dynamique donc, qui se voit sublimée par le culte "Swallow (Horror Pt. 1)" pour un final mélodique du plus bel effet.

S'il est clair que Swallow the Sun n'a jamais été un groupe très expressif sur les planches, le public toulousain a été plutôt surpris de voir les membres du combo scandinave s'amuser à haranguer la foule en essayant de faire monter la température. Les efforts sont louables et nous confortent dans l'idée que les incessantes tournées ont rendu le groupe de plus en plus à l'aise...

Après 45 minutes d'un show bien mené, les finlandais quittent la scène sous les applaudissements. Le set a fait la part belle au dernier opus (peut-être un peu trop même puisque seul un titre n'en était pas issu), qui passe bien l'épreuve du feu. Swallow the Sun a su convaincre par sa justesse d'interprétation, par la beauté de sa musique et par le niveau proprement hallucinant de son batteur Kai Hahto (connu pour jouer dans Rotten Sound ou Wintersun!), qui parvient à donner au Doom-Death un dynamisme certain!


Set-list:
Emerald Forest and the Blackbird
This Cut is the Deepest
Hate, Lead the Way
Cathedral Walls
Of Death and Corruption
Night Will Forgive Us
Swallow (Horror Pt. 1)





Paradise Lost

Dès la fin du set de Swallow the Sun, le public se rue sur le bar pendant que les techniciens montent la scène de Paradise Lost. On peut d'ores et déjà apercevoir un immense backdrop arborant la pochette de Tragic Idol, le nouvel opus des britanniques.
30 minutes plus tard, les lumières du Bikini s'éteignent. Une courte introduction permet aux musiciens de se mettre en place sous l'ovation du public et voici "Widow", issu de l'album Icon. Les guitares semblent un peu écrasées par une batterie débordante, soucis rapidement corrigé.
Nick Holmes (chant), qui a au passage opté pour les cheveux courts, arrive en courant sur scène, salue la foule et se met à chanter ses textes. Comme bien souvent, le frontman s'avère vite décevant: son chant est trop souvent à la ramasse ("Forever Failure", "Praise Lamented Shade"...), et donne l'impression qu'il lutte sans cesse avec sa voix... Fort heureusement, il a d'autres cartes en main et convainc par son sens de l'humour, notamment lorsqu'il présente les morceaux éponymes des albums ("Faith Divides Us, Death Unites Us", "Symbol of Life" ou "Tragic Idol").

Si le chant n'est pas vraiment au niveau ce soir, les autres musiciens sont remontés comme des pendules, à l'image d'Aaron Aedy (guitare), littéralement possédé par ses riffs. De même, la set-list présentée gomme les errements du frontman: un peu de Symbol of Life, du Draconian Times, un peu d'Icon et beaucoup de Tragic Idol, soit un véritable best-of de Paradise Lost!
"The Enemy" sonne plus heavy que jamais, et clôt ce concert dans la bonne humeur après 1h10 de live. Comme on pouvait s'y attendre, le public réclame le traditionnel rappel: les britanniques s'exécutent donc et nous gratifient d'un final explosif ("One Second", "Fear of Impending Hell", "Say Just Word"!).

Cette fois-ci, c'est vraiment la fin: les lumières se rallument, Adrian Erlandsson (batterie) en profite pour offrir ses baguettes aux fans. Ainsi, Paradise Lost a fait le boulot de belle manière, et ce même si son frontman n'a pas vraiment été à la hauteur. La réussite de ce concert réside dans la bonne humeur communicative, un son au poil et un light-show sobre tout en restant efficace.

Set-list:
Widow
Honesty in Death
Erased
Forever Failure
Soul Courageous
In this we Dwell
Praise Lamented Shade
Pity the Sadness
As I Die
Symbol of Life
Tragic Idol
The Enemy
RAPPEL:
One Second
Fear of Impending Hell
Faith Divides Us, Death Unites Us
Say Just Word




Une belle soirée s'achève dans les murs du Bikini. Les deux groupes ont su relever le défi de défendre leur dernier opus respectif en incorporant une vraie bonne humeur. Durant le show de Paradise Lost, les membres de Swallow the Sun ont été très disponibles et n'ont pas hésité à discuter avec leurs fans, signe d'un bel état d'esprit!

Merci à Paradise Lost, à Swallow the Sun et un grand merci à la salle pour booker de pareilles dates!



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 8 mai 2012 par kumelia
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Voir les 6 commentaires précédents
EH BEN encore une fois je suis pas d'accord avec toi lol : tu es trop GENTIL ; le concert de ce soire était LAMENTABLE , IRRESPECTUEUX, le pire de toute ma vie, pire que Sébastien Tellier, alors là je vais les allumer, comptes sur moi!
mer. 9 mai 12- 21:57  
Ha bon?? Et ben dis-donc, tu n'y vas pas de main morte! Et Swallow the Sun?
Je lirais ton report avec attention!

mer. 9 mai 12- 22:06  
Yess STS a intrigué et a assuré, autour de moi que du positif
jeu. 10 mai 12- 06:26  


Groupes en rapport


Paradise Lost
Paradise Lost
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Gothique Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Swallow the Sun
Swallow the Sun
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Doom Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Imaginaerum
Imaginaerum
2011

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Once
Once
2004

Nightwish
Nightwish
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal symphonique
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Wintersun
Wintersun
2004

Wintersun
Wintersun
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Guessing Game
The Guessing Game
2010

Cathedral
Cathedral
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Doom Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Sovran
Sovran
2015

Chronique de Sovran
Sovran
2015

Chronique de A Rose for the Apocalypse
A Rose for the Apocalypse
2011

Chronique de No Greater Sorrow
No Greater Sorrow
2008

Draconian
Draconian
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Doom Metal
Origine : Suède