Retour à l'accueil
Live Reports :: Judas Priest

Live report : Judas Priest

Tous les concerts de Judas Priest Judas Priest [Heavy Metal]
Tous les concerts de Black Label Society Black Label Society [Heavy Metal]
Tous les concerts de Thin Lizzy Thin Lizzy [Hard Rock]
jeudi 24 novembre 2011 - Centre Bell, Montréal
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Unfurl




Arnaud Stopa -

Exceptionnel. Pas besoin de plus de détails. Ma chronique est finie.

Pour ceux qui veulent vraiment en savoir plus, je me replonge dans mes souvenirs de cette soirée inoubliable.

En première partie, Thin Lizzy. Pas de chance pour eux, je n’étais pas là. Black Label Society, par contre, méritait mon attention. À eux seuls, le billet valait le coup. Ça suintait les clubs de motards, les vestes en jeans et le whiskey. Le groupe de Zakk Wylde, ancien guitariste d’Ozzy Osbourne, sait faire dans la provocation. Une introduction sur l’hymne canadien, mi-chanté, mi-chahuté, et voilà le rideau qui tombe sur un Zakk coiffé d’un chapeau indien, avec un support à micro en fourrure en main.




Au travers des dix titres proposés, on a affaire avec un groupe qui sait jouer des instruments et du public. John DeServio fait n’importe quoi avec sa basse, semble vouloir se faire examiner ses amygdales à tout le public, tandis que Nick Catanese, le guitariste, fait son repérage de groupies avec des clins d’œil à droite et à gauche. Sur Fire it Up, d’énormes ballons d’air sont lancés dans la salle. Quant au solo de Zakk juste après, il démontre toute l’étendue de son talent, parfois un peu trop.




Après une pause d’une trentaine de minutes, qui ont permis de garnir la salle d’un public quarantenaire, il est temps d’accueillir l’un des deux parents du metal. Judas Priest, après 43 ans de carrière, ne s’est pas fait prier et nous a concocté un concert d’un peu moins de trois heures. Justin Bieber, ce n’est pas toi qui tiendrais aussi longtemps. Ah oui, c’est vrai, ton répertoire ne te le permet pas non plus.

Voir Judas Priest, c’est voir en face de soi tout l’imaginaire metal qui en découle. Chaînes, couleurs argentées, pantalons en cuir, la venue en moto sur Electric Eye, le côté insoumis avec l’arrivé de Rob Halford sur le dernier titre, Living After Midnight, drapé de la fleur de lys. Enfin un groupe qui comprend son public!




On appréciera aussi l’effort fait pour les jeunes admirateurs (comme moi), qui n’ont pas eu l’occasion de parcourir la quinzaine de disques parus depuis les années 1960. D’une part, chaque titre est imagé en fond par la pochette de l’album. Pour un concert d’adieu, offrir cette rétrospective à la iTunes est remarquable et montre que le groupe sait vivre avec son temps.

De plus, il y a eu ces moments de pause, où Rob Halford s’asseyait sur l’estrade, et qui commençait à raconter un peu la vie du groupe, les souvenirs des débuts, l’importance de Birmingham (ville d’Ozzy Osbourne également). Dans une salle aussi grande que le Centre Bell, on arrive à entretenir une relation d’intimité entre le quatuor et nous.




L’œuvre de Judas Priest est, quant à elle, immortelle. On s’étonne que des titres comme Never Satisfied, Blood Red Skies puisse paraitre si actuels. Les classiques Painkiller, Breaking the Law, chanté intégralement par le public, ou Starbreaker, ont été de la partie. On

retiendra aussi l’hommage fait à Joan Baez et Fleetwood Mac, avec les titres Diamonds & Rust et The Green Manalishi.

Des musiciens, que dire? Rob Halford, après deux titres d’échauffement a poussé la voix comme d’habitude dans ces dix mille octaves, KK. Downing et Glenn Tipton, les guitaristes, s’amusaient à jouer derrière la tête, à discuter avec le public. Ian Hill, le bassiste, moins excentrique, participe tout de même à la fête lorsqu’il est demandé. Quant à Scott Travis, il aime beaucoup faire tourner sa baguette dans les doigts ou la lancer dans les airs. C’est écœurant…




À la fin d’un concert exceptionnel, mais sans surprises pour ceux qui suivent la tournée, Rob Halford quitte la scène sur un «Je reviendrai» en français, laissant le soin au reste du groupe de faire ses adieux, ceux-là, réels.

Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 5 décembre 2011 par Unfurl
(3)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Super photos Unfurl, comme d'habitude!
Merci de ne pas avoir raté cet immense groupe!

mar. 13 déc. 11- 07:24  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Order of the Black
Order of the Black
2010

Black Label Society
Black Label Society
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Heavy Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Thin Lizzy
Thin Lizzy
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Hard Rock
Origine : Irlande

Rapports de concerts:

Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Sonata Arctica
Sonata Arctica
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Heavy Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Helloween
Helloween
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts: