Retour à l'accueil
Live Reports :: Evanescence

Live report : Evanescence

Tous les concerts de Evanescence Evanescence [Neo Metal]
Tous les concerts de The Pretty Reckless The Pretty Reckless [Gothique Metal]
jeudi 27 octobre 2011 - Le Metropolis, Montréal
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Unfurl




Au début des années 2000, MTV diffusait en boucle le vidéo clip d’une femme suspendue à la fenêtre d’un immeuble, en robe de nuit, pieds nus, accrochée au bras d’un type costaud.
C’est comme ça que je me rappelle du clip «Bring Me To Life» du groupe américain Evanescence. Depuis la sortie de ce vidéo-clip là, le groupe a fait boule de neige. Leur album et le groupe lui même ont eu un succès phénoménal.
Néanmoins, au bout de 3 albums, dont The Open Door, en 2006, le groupe s’est essoufflé et nous n’avons plus entendu parler d’eux. Et ce malgré l’important impact qu’Evanescence a eu sur une grosse génération.
À l’annonce de la sortie d’un nouvel album, j’étais déjà surprise. Mais le comble de la surprise fut de savoir qu’Amy Lee et ses comparses seraient de passage au Métropolis de Montréal en ce 27 octobre.
La première curiosité qui vint me piquer le cerveau fut: qui sera présent? Des nouveaux fans? Les vieux de la vieille? Des gens qui avaient eux aussi 9 ou 10 ans quand la vague Evanescence s’est abattue sur le monde musical?
Et au final, le Métropolis est bondé, il y a de tout... Des jeunes et des moins jeunes!




Pour être tout à fait franche, je n’avais pas écouté le dernier album d’Evanescence sobrement intitulé... Evanescence.
Mais je connais mes classiques! Ainsi, le show s’ouvrira au son de What You Want, puis, d’entrée de jeu, un tube de la discographie du groupe «Going Under»
J’avais lu de bien mauvaises critiques au sujet des capacités vocales d’Amy Lee en live. Pourtant, la jolie brune ne fera pas éclater les verres, bien au contraire! La puissance est là, et en bonus, ça sonne comme sur le CD. Le son quant à lui est nikel, tout le monde est audible. Les jeux d’éclairages sont bluffants d’efficacité et correspondent totalement à l’image du groupe et de sa musique. La scène est légèrement sur-avancée, permettant à un piano à queue de jucher triomphalement à quelques centimètres du public. Amy Lee voguera de ce piano aux claviers situés sur la droite et n’hésitera pas à courir dans tous les sens et à headbanguer comme une dingue. Elle ne sera pas avare de salutations et de remerciements au public non plus, qui lui même sera extrêmement réceptif et chaleureux.




Le set list tourne autour du nouvel album, principalement, et me permet de découvrir la nouvelle façade du groupe par la même occasion. En résumé, Evanescence ne s’est pas renouvelé, c’est un groupe qui fonctionne selon les mêmes recettes et ce malgré le fait que seule la chanteuse Amy Lee soit la seule «membre fondatrice» au sein de la formation.
Le show ne s’essouffle toutefois pas, et lorsqu’arrive «Call Me When You’re Sober» on sent néanmoins que le groupe est en train d’abattre ses dernières cartes. Et l’arrivée de «Bring Me To Life» balance une dernière claque à la foule. Le tube qui a fait exploser la carrière d’Evanescence vient conclure le spectacle.
Le groupe sort de scène et le rappel se fera en trois temps, avec Never Go Back, Your Star... pour le dernier morceaux, Amy Lee se retrouve seule, à son piano. On sait alors qu’on va avoir droit au tubesque My Immortal. À la grande surprise, c’est sur ce morceau que le spectacle d’Evanescence se termine. Habituellement, les groupes balancent toute leur puissance en guise de morceau de conclusion.




Dans le cas présent, c’est avec une dose d’émotion et de nostalgie que le Métropolis rallumera les lumières et ouvrira les portes de la sortie à un public qui a été charmé.

En conclusion de ce show, une grande et agréable surprise. De la nostalgie aussi, de voir revivre un groupe qui a grandi un peu en même temps que nous. C’était un peu comme revoir un ancien camarade de classe, plusieurs années après s’être perdu de vue.



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 3 novembre 2011 par Unfurl
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Comme d'hab', les photos déchirent! Bien joué Unf'!
sam. 5 nov. 11- 18:23  
Même si je ne suis pas un grand fan, ça fait toujours plaisir de voir qu'un groupe que j'ai pas mal écouté pendant mon adolescence est toujours debout.
jeu. 1 déc. 11- 23:48  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de The Open Door
The Open Door
2006

Chronique de Anywhere But Home
Anywhere But Home
2004

Chronique de Fallen
Fallen
2003

Chronique de Origin
Origin
2000

Evanescence
Evanescence
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

The Pretty Reckless
The Pretty Reckless
Voir la page du groupe
Création : 2009
Genre : Gothique Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Immortal
Immortal
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Vol. 3: (The Subliminal Verses)
Vol. 3: (The Subliminal Verses)
2004

Chronique de Iowa
Iowa
2001

Chronique de Slipknot
Slipknot
1999

Slipknot
Slipknot
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hypnotize
Hypnotize
2005

Chronique de Mezmerize
Mezmerize
2005

Chronique de Steal This Album!
Steal This Album!
2002

Chronique de Toxicity
Toxicity
2001

System of a Down
System of a Down
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Lofofora
Lofofora
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Neo Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Korn
Korn
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: