Retour à l'accueil
Live Reports :: Sylak Open Air

Live report : Sylak Open Air

Tous les concerts de Dagoba Dagoba [Metal]
Tous les concerts de Benighted Benighted [Death Metal]
Tous les concerts de Born from Pain Born from Pain [Hardcore]
Tous les concerts de Kells Kells [Neo Metal]
Tous les concerts de Poutrelles Fever Poutrelles Fever
Tous les concerts de Troide Priamus Hecuba Troide Priamus Hecuba
Tous les concerts de 8 control 8 control
Tous les concerts de The Oath The Oath [Black Metal]
Tous les concerts de Cynical Tales Cynical Tales
samedi 10 septembre 2011 - Stade Regis Perrin, SAINT MAURICE DE GOURDANS
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Halord et Nyden




16h35 Troïdes Priamus Hecuba

Merci à Nyden (nouveau chroniqueur) pour la rédaction et les photos de Troïdes, Poutrelles Fever, Kells, Born From Pain et la conclusion de ce report.
Halord

Je suis arrivé pour les 3 dernières chansons. Ne connaissant pas ce groupe j’ai été pour le moins assez surpris.




En cette fin d’après midi ensoleillée, j’ai pu voir un groupe qui met du cœur à l’ouvrage. En effet, outre les sourires affichés sur le visage des musiciens, on avait l’impression que chaque membre était monté sur ressort! Et même s'il faisait assez chaud, les acteurs ont mouillé le maillot afin de régaler le public qui a répondu présent pour ce 2ème jour. Un des guitaristes est même monté tout en haut de la scène pour y jouer les riffs de la dernière chanson.




Musicalement, nous avons eu droit à un melting pot de genres. On a pu aussi bien apprécier des morceaux proches d'un Enhancer (rap/métal) que des morceaux au style rockabilly des années 50.





Photo
Poutrelles Fever: Photo Nyden

17h45 Poutrelles Fever

Le nom ne me dit absolument rien mais quand le groupe a fait les balances, le chanteur parlait avec un cheveu sur la langue (j’ignore si c’était vrai ou si c’était pour le personnage...), et débitait un grand nombre de conneries qui en disait long sur ce qui nous attendait!
C'est le moment pour le groupe de prendre les rênes du festival pour 45 min.




Photo
Poutrelles Fever: Photo Nyden
Les Poutrelles Fever sont assez atypiques puisqu’ils présentent dans leur effectif un saxophoniste, un tromboniste ainsi qu’un accordéoniste, ce qui est peu commun pour un festival métal!
C’est avec une énergie très communicative que le groupe joue ses partitions funky, jazzy, swing et même une valse mixée à leur sauce.




Photo
Poutrelles Fever: Photo Nyden
Le public est conquis puisqu’il danse, saute au rythme des notes endiablées de ce band made in Rhône-Alpes, faisant ainsi s’élever un nuage de poussière dans le ciel de St Maurice De Gourdans.
Et comme l’a si bien dit Roullianne «Bon, ssa ssé fait!»
Les Poutrelles Fever ne se sont pas pris une bûche…!





Photo
Kells: Photo Nyden

19h Kells

Encore un groupe que je ne connais pas, décidément.
C'est aussi le seul à compter un membre de la gente féminine parmi les artistes du festival.
Leur style est proche de Nightwish, et la chanteuse envoûte littéralement le public masculin qui s’est précipité vers la scène dès son apparition. Celle-ci n’hésite pas headbanger comme il se doit, et pousse même quelques «growls». Pour ma part on est loin d'une performance à la Arch Enemy mais cela n'a pas l'air de déranger un public en extase devant la sublime Virginie.




Photo
Kells: Photo Nyden
Lorsqu’un «à poil!» émane d’un festivalier, celle-ci n’hésite pas à lui renvoyer la politesse en lui demandant de commencer, ce qui a fait rire tout le monde sauf bien évidement celui qui a lancé cette suggestion, bref un grand moment de solitude.




Photo
Kells: Photo Nyden
Le bassiste maîtrise le tapping et n’hésite pas à le montrer. On dirait le bassiste de Korn puisque sa coiffure est pratiquement la même que ce dernier. C’est peut être fait exprès puisque l’on aura le droit à une reprise, de Korn justement, qui apparait dans la setlist en plus d’un morceau inédit.
Grâce à ce groupe nous avons pu assister également au plus petit circle pit dans l’histoire du métal !





Photo
Born From Pain: Photo Nyden

20h20 Born From Pain

Un de plus ! Et oui ce groupe ne fait pas partie de mon répertoire, inculte que je suis...
C’est un groupe hardcore qui nous vient tout droit des Pays Bas et qui ne fais pas dans la demi-mesure. Pour être passé à proximité des enceintes je peux vous dire que leur son était puissant et que ça envoyait du lourd!
Le chanteur Rob Franssen est massif et très remuant sur scène. Même si ce dernier s'exprimait en anglais, on a bien compris que lui aussi était très honoré et heureux d'être parmi nous ce soir.
Chaque titre étaient accompagné de circle-pit et de pogos dans un public dépensant toujours autant d’énergie. Voilà un groupe que j'ajoute volontiers à ma playlist!
Il est 21h quand la prestation de Born from pain se termine. La fosse ressemble de plus en plus à un champ de bataille et ce n’est que le début…





21H30 Benighted

Nos amis stéphanois investissent la scène unique du Sylak en toute simplicité, comme à leur habitude. Ce qui surprend chez Benighted, c’est la puissance, la vitesse d’exécution, la brutalité des compositions et la folie apparente de Julien, le « gruikeur/hurleur/chanteur » du groupe de Brutal Deathcore (tout un programme).




Les années passant, le groupe reste égal à lui même, distillant sans répit et sans pitié sa musique complexe emprunte de brutalité et de technique menées à leur extrémité.




Le public est chaud-bouillant, les musiciens sympas et souriants, mais il faut être sacrément préparé et connaisseur pour apprécier leur show sur le long terme. J’avoue sans honte qu’après quelques Scuds dans la tête, je décroche…




Bref, un bon concert pour s’éclater ou pour les amateurs de grind décoiffant.
J’avais beaucoup plus apprécié leurs précédents concerts car ils se terminaient invariablement par un joyeux foutoir, le public montant sur scène ou les musiciens allant jouer dans la fosse (Si, si…)




Aujourd’hui, la présence de barrières très dissuasives ont empêché cette osmose indispensable. Un point noir « sécuritaire » à mettre sur le compte de l’organisation, par ailleurs exemplaire.





23H00 Dagoba

La stature internationale et le succès reconnu de Dagoba dans l’hexagone donnent tout leur sens à la présence de ce groupe en tête d’affiche de la première édition du Sylak Rock festival. Les marseillais sont très attendus et quand les premiers accords retentissent, tout le monde quitte le bar et se précipite sur le devant de la scène.




Le son de Dago est ce soir particulièrement énorme et puissant. Les 4 musiciens maintenant très aguerris à la scène sont bien en place et assurent autant qu’il est possible de le faire. Le light-show est impressionnant, fait de lumières rouges intenses et de stroboscopes incessants. Cela donne une ampleur formidable à ce power metal industriel de haute volée.
Une fois n’est pas coutume, Shawter (le chanteur) fait un peu de promo pour leur nouvel opus (avec un dvd du concert au Hellfest 2011). Francky le batteur est impressionnant. Son jeu est puissant et racé, ce qui en fait un des meilleurs batteurs du moment. Comme à son habitude, il prend la parole au milieu du show pour haranguer la foule et relancer la machine : « Vous n'êtes pas fatigués Sylak ? »




Shawter, lui, ne fait pas dans la finesse et annonce Degree Zero « pour toutes les gonzesses en mini-short ! Vous nous avez régalé aujourd’hui ! »
Les morceaux issus des 4 albums du groupe se succèdent et les circle pit et Autres Wall of Death également. « Pour I See Red, je veux l’énergie de tous les thrashers dans le pit ».




S’ensuit un des meilleurs moments du show, avec ce morceau excellent au refrain accrocheur.
Francky reprend le micro pour demander au public ce qui est maintenant traditionnel pour un concert de Dagoba « Le plus grand Circle-Pit du festival, autour de la régie ».
C’est ainsi que le concert et le festival se terminent par la plus grande « farandole » du week-end, avec des furieux courant dans tous les sens.




Pour conclure, nous avons eu droit à une bonne première édition. Il y avait du monde mais il était très facile pour celui qui le souhaitait d’être près de la scène sans problème. Il est à noter aussi que les artistes ont été très abordables puisqu’ils vendaient eux-mêmes leurs produits dérivés, se baladaient parmi les festivaliers tout en restant très accessibles pour faire des photos, des dédicaces ou même discuter de leurs projets à venir.
Un grand merci à l’organisation du SYLAK et aux artistes présents pendant ces 2 jours. Je n’ai qu’une chose à dire : vivement l’année prochaine!



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 22 septembre 2011 par halord
(0)

Ce concert fait partie d'un festival sur plusieurs jours, découvrez ses autres programmations :
Sylak Open Air, ven. 9 sept. - rapport de concert



Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Quel bonheur ce fest !!! Longue vie à lui; oh putain, j'ai pris un pieds !!!!
ven. 23 sept. 11- 22:56  


Groupes en rapport


Dagoba
Dagoba
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Necrobreed
Necrobreed
2017

Chronique de Carnivore Sublime
Carnivore Sublime
2014

Chronique de Asylum Cave
Asylum Cave
2011

Chronique de Icon
Icon
2007

Benighted
Benighted
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Born From Pain
Born From Pain
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Hardcore
Origine : Pays-Bas

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Anachromie
Anachromie
2012

Kells
Kells
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Neo Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

The Oath
The Oath
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Black Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Imaginaerum
Imaginaerum
2011

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Once
Once
2004

Nightwish
Nightwish
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal symphonique
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Doomsday Machine
Doomsday Machine
2005

Chronique de Black Earth
Black Earth
1996

Arch Enemy
Arch Enemy
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts: