Retour à l'accueil
Live Reports :: Sylak Open Air

Live report : Sylak Open Air

Tous les concerts de Punish Yourself Punish Yourself [Indus]
Tous les concerts de Bernard Minet Bernard Minet
Tous les concerts de Andreas et Nicolas Andreas et Nicolas
Tous les concerts de God Damn God Damn [Rock Metal]
Tous les concerts de Deathawaits Deathawaits
Tous les concerts de 4WD 4WD
vendredi 9 septembre 2011 - Stade Regis Perrin, SAINT MAURICE DE GOURDANS
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Halord et Nyden




19H20 God Damn

C'est à Saint Maurice de Gourdans, à deux pas de l'aéroport Saint Exupéry de Lyon qu'aura donc lieu la première édition du SOA (Sylak open Air).
Un festival Rock Métal en Rhône-Alpes, quelle bonne idée me direz vous ?
Et bien, c'est aussi ce que nous avons pensé en découvrant l'affiche improbable mêlant groupes locaux, pointures nationales et spécialistes de la déconnade.
Allons donc jeter un oeil à ce tout nouveau festival, apparemment soutenu par la municipalité, le comité des fêtes, les commerçants et la région (Carte M'Ra acceptée à l'entrée).


Nous arrivons autour de 19H sur le site du festival, champêtre et très agréable, juste à temps pour le concert de God Damn.
J’avais gardé un excellent souvenir de ce groupe lors de leur passage au Lyon Metal Fest le 5 juin 2010.
L’osmose avec le public du « petit » transbordeur était alors totale, donnant à la fosse des airs de marmite bouillonnante. J’avais donc hâte de revoir ce groupe lyonnais et leur métal sudiste si redoutable en live.




Ce style n’est habituellement pas ma tasse de thé, mais il faut avouer que God Damn connaît la chanson, et que leurs riffs lourds et gras font mouche à chaque représentation. Comme à son habitude, le chanteur est « à fond » et semble littéralement possédé. Ce petit gars au charisme redoutable sait vraiment s’y prendre pour motiver les troupes et faire bouger le public du Sylak, un peu dispersé à cette heure de l’après-midi.




Les autres musiciens ne sont pas en reste et assurent parfaitement le show.
« Nous allons jouer des morceaux du dernier album que personne ne connaît et que l’on maîtrise à la perfection », dit-il non sans un certain humour. Ne doutant de rien, il ira même jusqu’à proposer « le premier Wall of death de ce p….. de Sylak ». Pari réussi, les quelques centaines de personnes présentes se prêteront à l’exercice pour le plus grand plaisir de tous.




Un très bon concert donc, avec un gros son comme on l’aime, une bonne humeur et une énergie communicative. Bravo God Damn pour nous faire apprécier ce style particulier le temps d’un concert.





20h30 Andreas & Nicolas

C’est sur l’unique scène du festival qu’il est temps pour le duo de faire son entrée. Après des balances pour le moins comiques (« je teste ma voix dans le microphone, afin d'obtenir un son optimum »), à l’image de nos deux compères, les voilà qui reviennent devant nous vêtus d’un peignoir blanc avec leurs noms respectifs cousus dans le dos, ainsi qu’un masque d’Iron man blanc sur le visage. Derrière eux arrive un singe qui s’installe à la batterie, trop petite pour lui, aux couleurs de ce duo complètement fou, fou, fou !




C’est dans une ambiance délirante et bon enfant, telle une veillée de colonie de vacances, qu’Andreas & Nicolas enchaînent les titres de leur album Super Chansons, tous plus délirants les uns que les autres.




Photo
Andreas et Nicolas: Photo Nyden
Les morceaux tels que Ours et Compagnie, Je suis narcoleptique, Montrez moi vos miches madame ainsi que l’incontournable Je collectionne des canards (vivants) sont tous repris à l’unisson par des festivaliers peu nombreux mais très efficaces.




Photo
Andreas et Nicolas: Photo Nyden
«Tout ça c’est grâce à vous surtout!», remercie Nicolas visiblement très heureux d’être ici.
Pour finir, les 3 protagonistes font un petit bain de foule afin de récolter quelques câlins. Bref ce fûrent 40min de pur bonheur et on en redemande!




Photo
Andreas et Nicolas: Photo Nyden
Setlist :
Wa ouh! Wa ouh!
Ours et compagnie
Toutes les filles qui jouent au foot sont moches
Je suis narcoleptique
Je déteste le sexe
Singe facteur
Chatroulette
Will Smith
Montrez-moi vos miches madame
Je collectionne des canards (vivants)





21H30 Bernard Minet

Si un jour on m’avait dit que j’irais voir Bernard Minet en concert, je ne l’aurais pas cru…
L’éclectisme de la programmation de cette première édition du Sylak fait qu’après les ineffables Andréas et Nicolas, nous avons droit au kitsch absolu en matière de chanson, à savoir « Monsieur » Bernard Minet , ancien batteur des musclés dans le club Dorothée, qui fait une carrière improbable en reprenant les thèmes des dessins animés de notre enfance.




C’est donc dans un collant moulant, un T-shirt Goldorak et un blouson rouge que le bonhomme apparaît enfin sous les applaudissements nourris de la foule en délire. Et oui, les métalleux ont de l’humour, et ils vont le prouver ce soir en réservant un triomphe à l’ami Bernard. Le concert avait pourtant mal commencé. Les reprises de Bioman, Goldorak, Olive et Tom etc, c’est marrant 5 minutes, mais bon…




C’est surtout son air emprunté, ses expressions ringardes « mon tour de chant,… comment allez vous les copains ?..., quelle belle installation,…) et son air stressé à faire les gros yeux aux techniciens pour qu’ils baissent le son…, qui me font me demander ce que je fais là ce soir.




Heureusement il y aura un deuxième souffle à ce spectacle, juste après Albator (très bon moment soit dit en passant !) et une coupure de courant brutale qui plongera le festival pendant 10 bonnes minutes dans l’obscurité. Le retour de Bernard sera triomphal. Il s’installe à la batterie, nous présente « son jeune guitariste » (humour) et nous annonce qu’il vont nous jouer quelques reprises rock sans prétention. Nous aurons droit à du Led Zep, Deep Purple, Highway to Hell (AC/DC) repris en cœur par le public surexcité du sylak.




Photo
Bernard Minet: Photo Nyden
Florian, le hurleur de Deathawaits, viendra même chanter en duo avec Monsieur Minet le rockeur fou sur Bioman 2. Un grand moment d’ouverture d’esprit et de déconnade.
« Faisons la fête je vous aime ! » sera le mot de la fin de ce concert improbable.
Finalement ce concert fût une excellente surprise rafraîchissante !





23h Punish Yourself

Après Bernard Minet changement de décor radical. Des lasers verts, des squelettes flashy, des lampes UV violettes ainsi qu’une batterie en peau de léopard sont installés. Les acteurs entrent en scène barbouillés de peinture fluo.Il est temps pour Punish Yourself de faire son show !




Dès les premières notes, la foule réagit! Elle saute comme un seul homme, se bouscule, elle entre en communion avec le groupe toulousain. Le son électro est puissant et même décoiffant si l’on se trouve vers les enceintes.




Vincent Villalon, le chanteur squelettique du groupe, se tort dans tous les sens afin d’assurer le spectacle auquel s’additionnent également des effets pyrotechniques orchestrés par la délicieuse Klodia, qui ne cesse les va et vient sur scène pour le plus grand plaisir des festivaliers.




Les titres joués sont en majorités issus du dernier album du groupe « cyberpunk-fluo-zombie » tel que Shiva only is god. Mais on pourra noter l’apparition de Las Vegas 2060’s et de Primitive, deux des célèbres chansons du groupe, dans la setlist.




C’est après Gay Boys in bondage, un titre chargé d’hormones, que les exubérants membres fluo disparaissent dans la fumée.




Le public scande le nom du groupe, celui-ci reviendra interpréter un dernier titre avant de quitter la scène définitivement et ainsi terminer en beauté ce vendredi soir. Pour moi la performance est nettement meilleure que celle lors du Lyon Metalfest en Juin 2010.

Merci à Nyden (nouveau chroniqueur) pour la rédaction et les photos de Andréas et Nicolas et le texte de Punish Yourself.
Halord



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 22 septembre 2011 par halord
(0)

Ce concert fait partie d'un festival sur plusieurs jours, découvrez ses autres programmations :
Sylak Open Air, sam. 10 sept. - rapport de concert



Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Bernard Minet ? Quelle surprise ! ^^

Il manque par contre une intro au live report. Le premier paragraphe tombe très brutalement ! Ce serait bien d'expliquer quel est ce festival "Sylak"...

Chouette rapport et photos en tout cas.

mar. 27 sept. 11- 22:52  


Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Pink Panther Party
Pink Panther Party
2009

Punish Yourself
Punish Yourself
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Indus
Origine : France

Rapports de concerts:

God Damn
God Damn
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Rock Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Deep Purple
Deep Purple
Voir la page du groupe
Création : 1968
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Liebe Ist Für Alle Da
Liebe Ist Für Alle Da
2009

Chronique de Rosenrot
Rosenrot
2005

Chronique de Rosenrot
Rosenrot
2005

Chronique de Reise, Reise
Reise, Reise
2004

Rammstein
Rammstein
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Indus
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Pain
Pain
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Indus
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Educated Horses
Educated Horses
2006

Chronique de Hellbilly Deluxe
Hellbilly Deluxe
1998

Rob Zombie
Rob Zombie
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Indus
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de L'Hymne à La Joie
L'Hymne à La Joie
2007

Chronique de L'Hymne à La Joie
L'Hymne à La Joie
2007

The CNK
The CNK
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Indus
Origine : France

Rapports de concerts: