Retour à l'accueil
Live Reports :: Blood Axe Festival 2011

Live report : Blood Axe Festival 2011

Tous les concerts de Winds of Plague Winds of Plague [Death Metal]
Tous les concerts de For The Fallen Dreams For The Fallen Dreams [Metalcore]
Tous les concerts de Loyal to the Grave Loyal to the Grave [Hardcore]
Tous les concerts de Day Of Mourning Day Of Mourning
Tous les concerts de Ill Communication Ill Communication
Tous les concerts de Xibalba Xibalba [Hardcore]
Tous les concerts de Crystal Lake Crystal Lake
Tous les concerts de Birthplace Birthplace
Tous les concerts de Shark Ethic Shark Ethic
Tous les concerts de Inside Inside
...
samedi 27 août 2011 - Club Asia, Tokyo
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Guillaume Catella, Yoko Ichikawa




Club asia

C'est le club asia, un des clubs réputés du célèbre quartier branché de Shibuya qui accueille le fest de hardcoreux « Blood Axe Festival » ce soir. Organisé par Loyal To The Grave (et son meneur, Kobayashi qu’on retrouvera tout du long de cette soirée), ce fest réunit pas moins de 11 groupes, la plupart Japonais, avec quelques pointures étrangères comme For The Fallen Dreams et Winds Of Plague, tête d’affiche.
Et c'est pour le mieux car les conditions y sont excellentes. Les lumières sont riches, la salle peu profonde mais large et permet donc au public d'être plus proche du groupe. Les photographes ont accès à une petite fosse et a la scène.
Le staff passera même parmi le public pour avec une poubelle pour ramasser les déchets. On est loin des scènes Françaises dégueulasses et recouverte de bière en moins de 30 min (même si ça a son charme ...).





Angagement

La file est encore longue dehors et les gens rentrent péniblement alors que le premier groupe, Angagement a déjà commencé. La salle est du coup encore assez vide, ce qui ne diminue pas la pêche du groupe et de son chanteur, qui n’hésite pas à poser (jeter) son micro pour aller mosher avec le public … ni du bassiste qui nous gratifie de ses plus belles grimaces. Le groupe, dont presque aucune info n’est présente sur internet, joue du hardcore violent et sans concession, et ça marche. Alors qu’il n’y a encore qu’une quarantaine de metalheads, la salle est déjà bien chauffée. Quelqu'un inaugure même le premier slam de la soirée qui ne dure cependant pas plus de quelques secondes.
Leur set s'arrête au bout de 25 minutes intenses et sur les encouragements du chanteur à tout vider pour le dernier morceau. Pour un premier groupe d’une longue série, la réaction chaleureuse du public augure une journée qui va faire mal aux côtes et à la nuque.

Pour écouter le groupe :
http://www.myspace.com/angagement

Photo Photo Photo Photo



Inside

Alors que le groupe suivant se prépare, l’écran au fond de la scène s’illumine et arbore des vidéos d’autres groupes metalcore, pour nous garder bien chauds durant l’attente.
C’est ensuite Inside qui monte sur scène, autre groupe qui semble être proche de Loyal to the Grave et qui tourne souvent avec eux. Même si le public a l’air moins déchaîné, le chanteur est très dynamique et ne reste pas en place deux secondes. On retrouvera d’ailleurs le chanteur et bassiste de nombreuses fois dans la soirée … en tant que slammeurs fous se jettant sur le public en profitant de leur accès à la scène (à noter que tout du long du fest, un videur des plus sévères empêchera le public de monter sur scène ou même de s’appuyer sur la barrière pour slammer).
Leur set prend fin là aussi au bout d'une petite demi-heure, en quittant la scène rapidement.

Pour écouter le groupe :
http://www.myspace.com/insidetokyo

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Shark Ethic

Après une petite intro de samples mystérieux, Shark Ethic, groupe Japonais de Nagoya avec au chant et à la batterie deux occidentaux, nous dispense un hardcore plus mature que les précédents. Il vient défendre leur premier album « Torn Between », sorti seulement 3 jours avant le concert, le 24 août. Josh le chanteur donne de sa voix rauque, et harangue le public en Anglais avec quelques phrases de Japonais « Atarashii cd ga arimasu. 10 gatsu mata Tokyo ni kuru. » (notre nouveau CD est sorti. On revient en Octobre à Tokyo). Simple mais efficace et brutal, Shark Ethic donne une très bonne impression et assure en live.

Pour écouter le groupe :
http://www.myspace.com/sharkethichc

Photo Photo Photo Photo Photo



Birthplace

Plus orienté Metalcore, Birthplace prend ensuite place. Groupe Japonais de Tokyo, son bassiste n’est autre que Kobayashi, l’organisateur. Fort de déjà 15 années d’expérience, les compos sont puissantes et la formule bien maîtrisée. Ayant tourné avec de grands noms du metalcore (The Dillinger Escape Plan, Terror, Heaven Shall Burn …), il sait faire réagir le public même si Birthplace reste un peu plus statique que ses précédents collègues.

Pour écouter le groupe :
http://www.myspace.com/birthplace

Photo Photo Photo Photo Photo



Crystal Lake

Fondé en 2002, ce groupe Tokyoïte a sorti son deuxième album en 2010.
Après une courte intro mélodique, Crystal Lake nous sert un set extrêmement violent et énergique, et donne l’impression d’un groupe déjà plus professionnel. Les riffs sont lents et lourds, la double pédale ravageuse. Le chanteur lance en passant que le groupe recrute … un chanteur justement, leur ancien vocaliste Kentaro ayant effectivement quitté le groupe quelques mois auparavant.
Leur set se termine rapidement (chaque groupe n’ayant qu’à peine une demi-heure de jeu), avec l’impression de s’être pris une bonne grosse claque.

Pour écouter le groupe :
http://www.audioleaf.com/crystallake168/

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Xibalba

Le premier groupe non Japonais à monter sur scène est Xibalba, Latinos de Californie. Au contraire des autres groupes de la soirée, les membres du groupes sont très immobiles, à l’image de leur mélange hardcore / death très lourd, voire pachydermique (sans vouloir faire de mauvais esprit sur l’anatomie). Ayant quelques problèmes sur la batterie pendant plusieurs minutes, le groupe aura d’ailleurs du mal à meubler le vide. L’ambiance électrique du public retombe donc le temps de ce set, même si ce répit n’est pas mauvais au milieu de cette série de groupes.
Les rythmes lents accentuent la noirceur des musiques du groupe. Le chanteur crie par à coup dans son micro, hachant les textes.
A réserver pour les fans du genres donc.

Pour écouter le groupe :
http://www.myspace.com/placeoffear

Photo Photo Photo Photo Photo



Ill Communication

Le hardcore reprend le cours de la soirée avec cet autre groupe HxC fortement teinté de punk, originaire de Tokyo. Les couleurs arrivent à nouveau après le set très sombre de Xibalba, et les projecteurs s’agitent.
Casquette vissée sur la tête, le chanteur sait chauffer les fans, même si le groupe semble manquer un peu de maturité dans ses morceaux.

Pour écouter le groupe :
http://www.myspace.com/mlhc

Photo Photo Photo Photo Photo



Day of Mourning

Ce jeune groupe de metalcore Coréen n’a sorti qu’un EP (Hail From Deperdition, en 2011) mais a déjà une grande maturité. Les deux guitaristes très concentrés sur leur jeu sont d’une remarquable technicité. Le son est excellent, les compositions complexes et bien travaillées. Leur frontman et chanteur, Carlos, seul occidental, précise que leur EP est en téléchargement sur leur compte facebook. A écouter pour ceux qui aiment August Burns Red ou Periphery. Une excellente surprise pour moi en tout cas.

Pour écouter le groupe :
http://www.myspace.com/dayofmourningmetal

Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Loyal To The Grave

Le 9ème groupe de cette soirée est l’organisateur de ce fest, Loyal To The Grave, avec apparemment aux commandes 3 frères, Kobayashi le chanteur, et Kohama et Shinohara les deux guitaristes. Le groupe est très hardcore américain, des rythmes simples mais efficaces à la Hatebreed, à l’allure à base de survêtements et casquettes. Du haut de ses 13 années d’existence, Loyal To The Grave est une des pierres bâtisseuses du hardcore Japonais, ayant tourné aux USA auprès de Hatebreed ou Terror notamment. Et ils savent effectivement mener une foule, d’autant qu’ils sont à proprement parler chez eux.




Leur set tourne alors vite au bon grand bordel, de nombreux autres groupes commençant à rejoindre les côtés (pour info, la salle étant petite, même si il y a entre 100 et 200 fans réunis ce soir, ça reste peu comparés à la cinquantaine de membres des 11 groupes jouant ce soir !). Les membres des autres groupes profitent d'avoir accès a la scène pour slammer (enfin se jeter le plus violemment sur la foule, gniark gniark) alors que le public se fait refouler par le gars de la sécurité, ce qui est tout de même loin de suffire a les calmer ! Le chanteur d’Inside rejoint également Kobayashi, avant de souvent se jeter dans la fosse.
En conclusion, un set très chaud, 100% hardcore, festif et bon esprit.

Pour écouter le groupe :
http://www.myspace.com/loyaltothegrave168

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo



For The Fallen Dreams

La soirée arrive bientôt à son terme avec les deux grandes têtes d’affiche de ce soir : For The Fallen Dreams et Winds of Plague. Les premiers, formés en 2003 et originaires du Michigan (USA) nous livrent un metalcore agrémenté de passages mélodiques. Leur dernier album « Back Burner » paru il y a quelques mois est leur 3ème depuis 2008. Mélange de riffs puissants, de refrains en chant clair qui marchent, et d’une très bonne technicité, la musique de For The Fallen Dreams a de quoi séduire la foule. Le groupe semble également très pro et habitué des grandes scènes, sachant parfaitement tenir le public entre ses doigts. Ils ont une très bonne occupation de la scène et sont souvent au contact du public, notamment Dylan le chanteur et Kalan, guitare rythmique, qui se rapprochent souvent de la foule pour la chauffer, donnant le micro, laissant toucher la gratte ou carrément pour un véritable bain de foule.




Même quand un problème intervient sur la batterie (la grosse caisse percée) et que le groupe perd quelques minutes à devoir changer la peau, le groupe sait très bien meubler pour garder l’ambiance à feu doux. On voit également que Dylan fait l’effort d’être particulièrement audible et compréhensible quand il s’adresse en américain au public Japonais. Nombreux sont les groupes américains qui jouent au Japon et ne font aucun effort, débitent à toute vitesse quelques paroles ambivalentes, voire tentent de faire des blagues en sachant qu’elles ne seront pas comprises de 95% du public et ne cherchant donc pas à se faire comprendre.
Le jeu de lumières est également excellent, et le son bien équilibré.
Un excellent set et une chouette découverte pour ma part !

Pour écouter le groupe :
http://www.myspace.com/forthefallendreams

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Winds of plague

Enfin, après 11 groupes se succédant en à peine 8 heures de concert, au tour du dernier groupe de conclure ce fest très mouvementé. Winds of Plague s’est formé il y a près de 10 ans aux Etats-Unis, plus précisément en Californie, et ça se sent dans leur esprit festif, l’ambiance « plage » et les muscles gonflés … ainsi bien sûr que par leur titre en hommage à leur état « California ».
Ils ne trahissent en tout cas pas leur titre de tête d’affiche et nous servent proprement un show, voire un spectacle qui nous en fout plein les yeux. Très riche en couleurs et lumineux, à peine ils prennent place que les rouleaux de PQ fusent déjà dans la salle tels des guirlandes. En quelques morceaux la petite salle est également pleine d’une dizaine de gros ballons gonflables (voire même d’un dauphin gonflable) voltigeant à gauche à droite. Johnny Plague le chanteur en rajoute en craquant quelques petits feux d’artifice larguant des serpentins sur les premiers rangs. Les slams reprennent également de plus belle, comme sur Loyal to the Grave, avec d’ailleurs Koba-san se jettant dans la fosse armé de sa bouée pour nager sur la foule.




Photo
Winds of Plague: Johnny parle aux dauphins...
Et ce n’est pas pour autant que Winds of Plague ne s’applique pas sur leur musique. Avec une formule assez atypique : au milieu de ce death-hardcore blindé à la testostérone, la belle Alana et ses claviers apporte des éléments symphoniques qui rendent aussi bien sur album que sur scène. Bon, la testostérone l’emporte quand même, surtout quand Johnny décide de tomber le marcel et fait le tank en exhibant ses muscles, rapidement suivi par Andrew Glover. Quand vient l’heure de la fin et que le groupe quitte la scène, l’assistance n’a pas le temps de se calmer que Winds Of Plague revient nous gratifier de deux derniers titres pour nous achever et clôturer ces éreintantes 8 heures de concert.

Pour écouter le groupe :
http://www.myspace.com/windsofplague




Et quand le chaos se termine pour de bon, la discipline Japonaise reprend le dessus, le public quittant la salle en moins de temps qu’il me faut pour m’en rendre compte. Johnny reste cependant jusqu’au bout auprès des fans, se laissant gracieusement prendre en photo avec les derniers errants de la salle. Une attention qui fait très plaisir, même si les derniers fans sont priés de rapidement quitter la salle qui est déjà en train d’être balayée (et qui sera à nouveau clean en moins de 5 minutes … quelle efficacité).
Ce fest s’achève donc avec un air d’hardcore festif restant fortement en tête … et donnant envie de revoir sous peu quelques un des brillants groupes de ce soir.

Photo Photo Photo Photo
Winds of Plague: Koba-san slammant sur sa bouée pendant Winds of Plague
Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Winds of Plague: Johnny parle aux dauphins...
Photo Photo Photo Photo Photo

Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 7 septembre 2011 par NanoRoux
(1)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Winds of Plague
Winds of Plague
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

For The Fallen Dreams
For The Fallen Dreams
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Loyal to the Grave
Loyal to the Grave
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Hardcore
Origine : Japon

Rapports de concerts:

Xibalba
Xibalba
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Grave
Grave
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Heaven Shall Burn
Heaven Shall Burn
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metalcore
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hatebreed
Hatebreed
2009

Chronique de Supremacy
Supremacy
2006

Chronique de The Rise Of Brutality
The Rise Of Brutality
2003

Chronique de Perseverance
Perseverance
2002

Hatebreed
Hatebreed
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: