Retour à l'accueil
Live Reports :: Hellfest 2011 - Main Stage 2 - Jour 3

Live report : Hellfest 2011 - Main Stage 2 - Jour 3

Tous les concerts de Audrey Horne Audrey Horne [Hard Rock]
Tous les concerts de Turisas Turisas [Pagan/Folk]
Tous les concerts de Atheist Atheist [Death Metal]
Tous les concerts de Orphaned Land Orphaned Land [Doom Metal]
Tous les concerts de Pain Of Salvation Pain Of Salvation [Metal Progressif]
Tous les concerts de Anathema Anathema [Rock Metal]
Tous les concerts de Doro Doro [Heavy Metal]
Tous les concerts de Therion Therion [Metal symphonique]
Tous les concerts de Opeth Opeth [Death Metal]
dimanche 19 juin 2011 - Open air Clisson, Clisson
Voir toutes les infos de ce concert

 





Turisas

Dotée d'un décor imposant, la Main Stage 2 accueille les finlandais Turisas avec plus de dix minutes de retard dues à un souci technique. C'est d'ailleurs dommage, car Turisas n'a un temps de jeu que de 30 minutes, et nous avons déjà perdu beaucoup de temps, ce qui écourtera le set des païens peinturlurés.
Les six musiciens foulent les planches après une intro parlée reprenant le concept de l'opus The Varangian Way et ne tardent pas à déverser leur Metal Folklorique devant une assistance bien remplie vu l'horaire. Turisas met le paquet sur les titres les plus efficaces de sa discographie ("Battle Metal", "Venetoi! - Prasinoi"...), donnant à ce show une allure festive loin d'être désagréable. Visuellement, le groupe assure bien et occupe la scène dans sa globalité. En revanche, il y a de quoi être déçu: le son est très mal réglé, les instruments folk (violon et accordéon) sont quasi-absents, tout comme le chant sur le premier morceau !
Du coup, difficile de dire que ce show a été concluant: d'un côté on tient un groupe qui a gagné en expérience, puis de l'autre nous avons tous les désagréments (un son détestable, un retard qui entraîne une sacrée réduction du temps de jeu...)... A voir dans d'autres conditions.

Rapport : Kumelia


Pour aller plus loin, voici une retranscription live du concert par Arte Live, partenaire du Hellfest :






Orphaned Land

Forts de la sortie de leur nouvel opus, "The Never Ending Way of ORwarriOR", l'an dernier, les Israëliens d'Orphaned Land montent sur les planches sous les applaudissements avec "In Thy Neverending Way", extrait dudit album. D'entrée, Kobi Farhi, le chanteur du combo, révèle une très belle voix live, et interprète particulièrement bien les différents morceaux joués par le groupe. La finesse et la puissance des compositions de la formation font plaisir à entendre, d'autant que les musiciens sont tout à fait charismatiques sur les planches. On applaudit les nouveaux titres du groupe, tels que "Sapari", qui se révèle une excellente chanson en live.




Le set se concentre cependant étonnamment sur l'avant-dernier disque de la formation, "Mabool", avec pas moins de quatre chansons extraites de celui-ci. Les Israéliens n'oublient cependant pas leurs fans de première heure, avec "Thee by the Father I Pray", tout droit sorti d' "El Norra Alila", puis avec un "Ornaments Of Gold" puissant, extrait du premier opus du groupe, qui clôture le show sous les applaudissements du public.

Set list :
In Thy Neverending Way (Epilogue)
The Kiss of Babylon (The Sins)
Birth of the Three (The Unification)
Olat Ha'tamid
Sapari
Ocean Land (The Revelation)
Thee by the Father I Pray
Norra el Norra (Entering the Ark)
Ornaments of Gold

Rapport : Menqèt
Photos : Halord


Pour aller plus loin, voici une retranscription live du concert par Arte Live, partenaire du Hellfest :


Photo Photo Photo Photo Photo



Pain of Salvation

En ce dimanche après-midi, un petit tour vers la Main Stage 2 s'impose, afin de découvrir sur scène une autre grande figure du Metal Progessif, Pain Of Salvation. L'affluence du public est tout à fait respectable lorsque les premières notes de l'interlude "Remedy Lane", qui est soit dit en passant parfaite en tant qu'intro de concert, retentissent sous les applaudissements. Daniel Gildenlöw et sa petite troupe montent sur scène, et entament la planante "Of Two Beginnings". La voix du chanteur est limpide et passe très bien l'épreuve du live, ce qui fait toujours plaisir à entendre. Les Suédois continuent sur l'album "Remedy Lane", avec l'efficace "Ending Theme", sous les acclamations des fans visiblement très satisfaits de ce début de show.

Le set est étonnamment partagé entre "Remedy Lane" et "The Perfect Element I", et seulement deux titres du dernier opus en date de Pain Of Salvation sont joués, tandis que les autres, pourtant très bons, albums du combo passent à la trappe. Quoi qu'il en soit, les morceaux extraits de "Road Salt One" passent bien en live. La formation affiche une belle cohésion, et les musiciens démontrent une bonne maîtrise de leur instrument. Le chanteur, quant à lui, s'impose en frontman, et se révèle plutôt charismatique. Le set se termine avec "The Perfect Element", largement acclamé par l'audience. Les Suédois de Pain Of Salvation ont offert un bon concert au public du Hellfest. Sans doute pas le plus mémorable du weekend, mais tout de même un set carré et plein de conviction, chapeau.

Set list :
Remedy Lane
Of Two Beginnings
Ending Theme
Linoleum
Ashes
No Way
Idioglossia
The Perfect Element

Rapport : Menqèt





Anathema

Après avoir été foulé par les suèdois Pain of Salvation, la Main Stage 2 reste dans la mouvance Rock Atmosphérique avec les anglais Anathema. Comme on pouvait s'en douter, un public des plus conséquents s'est amassé pour écouter ceux qui ont formé l'une des pierres angulaires du mouvement Doom des années 90. Il faut dire que la troupe de Liverpool a bénéficié d'un joli cadeau du Hellfest: celui de démarrer son set en étant le seul groupe à jouer sur tout le site.
Comme le veut la coutume, le concert démarre après une petite intro et lance ce qui sera l'un des meilleurs shows du Fest, tout simplement. Ou comment mettre tout le monde d'accord cinq en leçons.
1. Le charisme. Il n'y a pas à dire, les frères Cavanagh ont la côte, même auprès des plus poilus d'entre nous!
2. Des compos efficaces. En alternant les meilleurs titres des opus A Natural Disaster, A Fine Day to Exit, Alternative 4 (dont le mythique "Fragile Dreams") ainsi que le petit dernier We're Here Beacause We're Here, Anathema nous a offert un joli melting-pot de sa discographie.
3. Une interprétation impeccable. Si lors de son passage dans les salles françaises Anathema a parfois faillit, rien à redire du show de ce soir. En prime, le chant était au top!
4. Un son impeccable. Et oui, il y a fort à parier que les anglais ont bénéficié du meilleur son du Fest, rendant audible chaque instrument. Et c'est assez rare pour être souligné.
5. La bonne humeur communicative. Anathema était content d'être là ce soir, ça s'est ressenti et les membres du groupe sont même parvenus à la transmettre!
Bref, vous l'aurez compris, Anathema a fait le boulot à la façon des plus grands et nous a fait regretter que le show ne dure plus longtemps. Un régal, tout simplement.

Rapport : Kumelia





Opeth

Pour terminer en beauté ce Hellfest, trois options se présentent aux festivaliers : Cradle Of Filth, Kyuss ou Opeth. Pour ma part, ce sera Opeth, car Mikael Åkerfeldt et ses compères ont toujours su prouver qu'ils formaient un véritable groupe live, et que leurs prestations sont d'ordinaire mémorables. La question est : le frontman sera-t-il aussi alcoolisé qu'il l'était l'an passé avec Bloodbath ? A priori, non, il a l'air plutôt concentré sur son instrument et son micro, soucieux de faire passer à ses fans un dernier bon moment pour ce cru 2011 du Hellfest. Dès les premières notes de "The Grand Conjuration", le groupe se révèle précis et très carré dans son interprétation des différents morceaux composant la set list.

Fredrik Åkesson et Martín Méndez sont très présents sur les planches, et Martin Axenrot martèle efficacement ses futs, mais il est évident que la principale attraction demeure en l'ami Åkerfeldt. Sa voix si caractéristique, passant du chant clair au growl en une seconde, fait clairement son effet. Le bougre est également un bon frontman, et communique avec aisance avec son public. Il apprécie visiblement provoquer et titiller son audience, puisqu'il déclare notamment qu'il remercie Ozzy Osbourne d'avoir aussi bien réalisé leur première partie. Les présents sourient, et recommencent à headbanguer et à applaudir de plus belle sur "The Lotus Eater", ou encore "The Drapery Falls". Opeth ne réalise sans doute pas le meilleur set de sa carrière pour ce dernier show du Hellfest, mais offre une prestation efficace et très convaincante. Le set se termine sous les acclamations des nombreux fans sur "Hex Omega", extrait du très bon "Watershed". Les Suédois s'en vont visiblement satisfaits de leur prestation, tandis que les festivaliers quitte les lieux, désormais prêts à passer leur dernière nuit sur le camping après avoir passé un excellent weekend. Rendez-vous l'année prochaine !

Set list :
The Grand Conjuration
Face of Melinda
The Lotus Eater
In My Time Of Need
Master's Apprentices
The Drapery Falls
Hex Omega

Rapport : Menqèt





Lire la suite des rapports du Hellfest 2011

Jour 1:
Main Stage 1
Main Stage 2
Rock Hard Tent
Terrorizer Tent

Jour 2:
Main Stage 1
Main Stage 2
Rock Hard Tent
Terrorizer Tent

Jour 3:
Main Stage 1
Main Stage 2
Rock Hard Tent
Terrorizer Tent



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 21 juin 2011 par NanoRoux
(1)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de No Hay Banda
No Hay Banda
2005

Audrey Horne
Audrey Horne
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Hard Rock
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Stand Up and Fight
Stand Up and Fight
2011

Chronique de Battle Metal
Battle Metal
2004

Turisas
Turisas
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Pagan/Folk
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Jupiter
Jupiter
2010

Chronique de Jupiter
Jupiter
2010

Atheist
Atheist
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Never Ending Way Of ORwarriOR
The Never Ending Way Of ORwarriOR
2010

Orphaned Land
Orphaned Land
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Doom Metal
Origine : Israël

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Road Salt One - Ivory
Road Salt One - Ivory
2010

Pain Of Salvation
Pain Of Salvation
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Metal Progressif
Origine : Suède

Concerts:
Rapports de concerts:

Anathema
Anathema
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Rock Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Fear No Evil
Fear No Evil
2009

Doro
Doro
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Sirius B
Sirius B
2004

Chronique de Lemuria
Lemuria
2004

Chronique de Live in Midgard
Live in Midgard
2002

Chronique de Secret of The Runes
Secret of The Runes
2001

Therion
Therion
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Metal symphonique
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Cradle of Filth
Cradle of Filth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Kyuss
Kyuss
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis


Bloodbath
Bloodbath
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Master
Master
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Death Metal
Origine : Tchèque (République)