Retour à l'accueil
Live Reports :: Symphony X

Live report : Symphony X

Tous les concerts de Symphony X Symphony X [Metal Progressif]
Tous les concerts de Nevermore Nevermore [Thrash Metal]
Tous les concerts de Soilwork Soilwork [Melodic Death Metal]
Tous les concerts de Powerglove Powerglove
lundi 25 avril 2011 - Le Metropolis, Montréal
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Unfurl




La curiosité m'avait prise dans ses bras aujourd'hui alors que je me mettais en route vers ma deuxième maison, le Métropolis, pour assister à la performance du groupe de power/prog/epic metal Symphony X.
Les américains étaient pour moi une sorte d'équivalence à Dream Theater, avec peut-être un peu plus de "punch" dans leurs compositions... Cet aspect "power" que ne possédait pas Dream Theater, somme toute.
En revanche, contrairement à DT qui avait lourdement rempli le Centre Bell lors de leur dernier passage à Montréal, Symphony X doit se contenter d'un Métropolis un peu vide ce soir... et pour cause.
Le spectacle de ce soir devait, à la base, être un line-up totalement explosif qui était supposé être composé de Nevermore, Soilwork puis Symphony X. À ma plus grande joie. Mais le destin a fait que Soilwork ont simplement annulé leur venue sur la tournée et nous sommes tous plus ou moins au courant des malheurs qui secouent actuellement le groupe Nevermore qui se sont aussi retiré de l'affiche.
La tournée qui devait s'annoncer monstrueuse se retrouve alors toute nue, laissant place à un public un peu dépouillé. Dommage pour les américains qui doivent sortir leur prochain poulain, Iconoclast, en juin prochain.




Ma déception de ne pas pouvoir voir Soilwork était très grande, mais je me disais qu'il valait largement la peine de se secouer pour Symphony X.
Le show démarre sur Of Sins And Shadows, ce qui permet de mettre le public en route, le groupe est en forme aussi, leur frontman, Russell Allen ne lésine pas sur la performance vocale, et les autres musiciens semblent, comme tous les musiciens prog, pouvoir jouer plus ou moins n'importe quoi en faisant sonner le tout merveilleusement.
Néanmoins, (et d'un point de vue purement subjectif) je trouve que la performance est ennuyeuse. Peut-être est-ce parce qu'au fond je n'ai jamais été vraiment attirée par la musique de Symphony X, ce qui ne m'étonnerait pas. Mais Michael Romeo (à la guitare) a beau faire courir ses doigts comme un fou, je ne me sens pas enveloppée par le spectacle contrairement à certaines autres performances auxquelles j'ai eu la chance d'assister.
Peut-être faut-il mettre ça sur le compte du prog, qui est -qu'on se le dise- un genre particulier qui n'absorbe pas les cerveaux de tout le monde.




Mais une fois encore, un groupe prog comme Porcupine Tree par exemple est capable d'offrir une musique toute en longueur dans le cadre d'un véritable spectacle avec une trame solide et continue et qui m'avait vraiment subjuguée à chacune de leur venue par chez moi.
Chez Symphony X, les pièces Serpent's Kiss et End Of Innocence sont efficaces, mais le groupe en tant que tel manque de dynamisme. Russell Allen s'adressera au public de manière modérée mais cette modération sera solidement soutenue par un humour fin et un franche sympathie, et il vaut mieux ça que certains discours remâchés et quelque fois un peu hypocrites de certains autres frontmen.
Il est rare que ma plume sèche lorsque je rédige des rapports de concert, mais en ce qui concerne le show de Symphony X, c'est clairement ce qui est en train de se produire. Il s'agit d'un concert qui suit son petit bonhomme de chemin sans offrir de véritable intensité. Comme si c'était trop prog pour avoir la vitalité d'un concert metal, mais en même temps trop metal pour pouvoir être apprécié comme un concert de prog à l'état brut.




Le groupe lâchera la scène après Dehumanized et Set The World On Fire avant de revenir en trombe interpréter le morceaux de 25 minutes: The Odyssey.
Le show de Symphony X est fait, je pense, pour les fans du groupe et pas nécessairement pour ceux qui, comme moi, étaient là par curiosité avec une connaissance relative de la musique du groupe. Pour ma part j'ai été un peu déçue. Mais à certains visages que j'ai pu voir dans le public, certains fans et admirateurs de prouesses techniques étaient visiblement comblés.



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 29 avril 2011 par Unfurl
(2)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Malgré tout, le groupe doit aussi en avoir gros sur la patate de s'être fait "lâché" par deux des autres groupes. Face à une salle à moitié vide à cause de ça, j'imagine que l’enthousiasme de partir en tournée est beaucoup moins fort ...
Je regrette de les avoir loupé le mois dernier, ton report m'en apprend quand même un peu plus sur Symphony X en live. Terminer son set par un morceau de 25 minutes, ça a dû paraître long en effet pour ceux qui ne connaissaient pas le titre !

sam. 30 avril 11- 19:52  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Iconoclast
Iconoclast
2011

Chronique de Paradise Lost
Paradise Lost
2007

Symphony X
Symphony X
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Nevermore
Nevermore
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Soilwork
Soilwork
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Dream Theater
Dream Theater
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Incident
The Incident
2009

Chronique de Fear Of A Blank Planet
Fear Of A Blank Planet
2007

Porcupine Tree
Porcupine Tree
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Metal Progressif
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: