Retour à l'accueil
Live Reports :: Sybreed

Live report : Sybreed

Tous les concerts de Sybreed Sybreed [Indus]
Tous les concerts de T.a.n.k. T.a.n.k. [Melodic Death Metal]
Tous les concerts de Soul Betrayed Soul Betrayed
Tous les concerts de Beyond The Dust Beyond The Dust
Tous les concerts de Magoa Magoa [Metal]
dimanche 17 avril 2011 - Glaz'art, Paris
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Menqèt




Plusieurs concerts ont lieu en ce dimanche soir dans la capitale, dont celui de Benighted au Nouveau Casino. Après moultes hésitations, c’est au final la direction du Glaz’art que je prends, pour assister à l’édition parisienne très alléchante du Pulse Tour, qui réunit sur la même scène Sybreed, Beyond The Dust, Magoa, T.A.N.K. et Soul Betrayed. A mon arrivée devant la salle, les portes ne sont pas encore ouvertes, mais le nombre de présents est tout à fait respectable. L’ambiance est plutôt décontractée et tous semblent satisfaits de l’affiche de ce soir, même si un certain nombre de spectateurs se sont apparemment déplacés pour les premières parties plutôt que pour la tête d’affiche.





Soul Betrayed

Tout le monde n’est pas encore entré dans la salle que le premier groupe est déjà sur scène et a entamé son set. Il s’agit de Soul Betrayed, combo parisien de Death Mélodique, qui a été élu, à la suite d’un concours, par les internautes sur l’évènement Facebook de la soirée pour participer à l’affiche. Si les lumières sont globalement mauvaises, comme très souvent au Glaz’art, le son, quant à lui, est assez correct, et l’on entend relativement bien tous les musiciens.




Musicalement, sans être particulièrement originaux, les Parisiens dévoilent des compositions solides. Le public applaudit le groupe et quelques-uns osent de timides headbangs, mais la fosse ne se montre pas très réceptive aux différents morceaux de Soul Betrayed. Le combo aura effectué un set tout à fait convenable, sans pour autant tout balayer sur son passage. Une première partie pas désagréable en somme, mais sans plus.

Set List :
Search Of Purity
No More Tears
Burning Hate
In Your Veins
Apocalypse Theater

Photo



Magoa

Il est à peine 20h que c’est déjà au tour du deuxième groupe de monter sur scène. Chose étonnante, c’est au tour des Magoa d’entamer les hostilités. On aurait pu s’attendre à ce qu’ils passent après T.A.N.K., présent uniquement sur cette date, alors que les Valdoisiens de Magoa font partie de toute la tournée. Quoi qu’il en soit, après avoir reçu une belle tarte sonore lors de leur dernier concert à la Scène Bastille et après écoute de leur premier opus, « Swallow The Earth », j’avoue avoir attendu avec impatience leur venue sur scène.




Et il faut dire que, scéniquement, les cinq membres de Magoa affichent une belle énergie. Grâce à leurs compositions taillées pour le live, les musiciens font mouche, et les premiers pogos de la soirée s’élancent. Musicalement, le groupe a réussi un bon compromis entre puissance et mélodie, sans pour autant tomber dans les méandres stéréotypés du chant clair tant entendus. Très dynamique et visiblement très satisfait d’être sur les planches, Magoa enchaîne les extraits de son album, et réussit presque à faire chanter son public sur « W.A.G.T.P.A.G. ».




Les spectateurs ont en tout cas l’air d’apprécier, et applaudissent avec enthousiasme le combo, qui restera visiblement la bonne surprise de la soirée pour beaucoup, grâce à son set efficace et sans concession. Toutefois, on n’aurait pas dit non à deux ou trois titres supplémentaires. Un grand bravo !

Set list :
Pure
Face Your Lies
Swallow The Earth
No More Pride
WAGTPAG
Skinthetic Sin

Photo Photo



T.A.N.K.

Après une petite pause pour prendre l’air, retour devant la scène pour le set de T.A.N.K. Désormais relativement connus dans la région parisienne grâce à leurs nombreuses dates, en particulier dans le sud de Paris, les cinq musiciens semblent impatients d’en découdre, tout comme la fosse. Et dès le premier titre, c’est une grosse baffe sonore envoyée par le combo, avec « Disturbia ». Au niveau de la set list, le groupe reste sur ses classiques, avec « Brother In Arms », « TANK » et « Beautiful Agony ».




La fosse s’agite et semble apprécier le set, il faut dire que les musiciens sont charismatiques et à l’aise sur les planches, et laissent ressentir une très grande cohésion de groupe. La petite surprise de la soirée réside en « The Raven’s Cry », un nouveau titre tout juste composé par T.A.N.K. Le morceau est tout à fait dans la lignée de ce à quoi le groupe nous a habitués, du bon Death Mélodique bien énergique, on adhère.




Le dernier morceau, « It Bleeds Inside », fait encore monter la température, et il est bien dommage de voir la formation descendre de scène alors qu’on voudrait tellement plus. Bien entendu, avec cinq groupes à l’affiche, difficile de permettre à chacun de jouer pendant une heure. Malgré tout, on aura passé un bon moment avec T.A.N.K., qu’on espère revoir au plus vite !

Set list :
Disturbia
Brother In Arms
TANK
Beautiful Agony
The Raven’s Cry
It Bleeds Inside

Photo Photo Photo Photo



Beyond The Dust

Sans trop de transition, on enchaîne avec l’avant-dernier groupe de la soirée, Beyond The Dust. Musicalement très inspirés de Meshuggah et consorts, les Franciliens ont sorti leur premier EP en février dernier, et une bonne partie du public semble être venue ce soir pour les applaudir. Après une courte intro effectuée par les musiciens déjà sur scène, les deux chanteurs montent les rejoindre sur les planches, afin d’attaquer les hostilités.




Si pour beaucoup de groupes actuels, le concept des deux vocalistes est moyennement maîtrisé et que l’on se retrouve vite dans le stéréotype « méchant braillard / gentil chantant », les deux chanteurs de Beyond The Dust, au contraire, se complètent plutôt bien. Chacun interprète d’ailleurs intégralement un titre seul durant le set, Jed sur « Dust In My Veins », et Anthony sur « Chained At The Gate », si je ne m’abuse, ce qui est plutôt intéressant et original. Tous deux sont visiblement à l’aise sur scène et communiquent facilement avec leur public, et leur duo est très efficace sur scène.




Les autres musiciens ne sont pas en reste, et là encore, le combo délivre un set très énergique. La sueur commence à perler sur le front des spectateurs des premiers rangs, mais tout le monde semble passer un bon moment avec Beyond The Dust, qui se révèle un très bon groupe de scène. Une belle découverte pour les novices, à revoir également lors de ses prochains passages.

Photo Photo Photo Photo



Sybreed

Prendre l’air s’impose tant la chaleur qui règne dans la salle est importante. A peine le temps de faire un petit tour au stand de merchandising que les lumières s’éteignent à nouveau, et que les Franco-suisses de Sybreed montent sur scène sur « AEON », issu du dernier album en date du combo, « The Pulse Of Awakening ». D’entrée, le public semble déjà acquis à la cause du groupe, qui est accueilli par des acclamations et des premiers rangs relativement compacts. Les musiciens semblent satisfaits de l’accueil de leur public, et enchaînent les titres avec précision et dynamisme.




Steph, le bassiste de la formation est particulièrement impressionnant, par son charisme et sa bonne humeur, et dégage beaucoup de présence tout en assénant ses lignes de basse, accompagné par Kevin, batteur carré, et Drop, guitariste efficace et énergique. Le chanteur du combo, Benjamin, est très communicatif, et révèle une très bonne voix live. Au niveau de la set list, Sybreed tape dans toute sa discographie, et l’on apprécie les extraits de « The Pulse Of Awakening », plutôt nombreux, comme ceux du premier album, « Slave Design ». Les spectateurs, bien qu’en nombre de plus en plus réduit au fur et à mesure que l’heure décline, se montrent réceptifs aux morceaux, dansent et headbanguent avec un plaisir évident.




Un nouveau titre est alors joué, « Challenger », tout à fait efficient. Le groupe effectue ensuite un rappel attendu après une descente de scène, et revient avec « Take The Red Pill », puis avec l’un de ses morceaux les plus connus, « Bioactive ». Le set se termine sous les applaudissements d’un public ravi. Les fans venus spécialement pour Sybreed repartent très satisfaits et, pour les autres, l’affiche de la soirée semble avoir contenté la plupart des présents. Pour ma part, cette édition parisienne du Pulse Tour a montré que nos groupes locaux valent sur scène au moins que les pointures internationales. A bon entendeur.

Set list :
AEON
Decoy
Emma-0
Doomsday Party
I Am Ultraviolence
Electronegative
Ego Bypass Generator
Challenger

Take The Red Pill
Bioactive

Photo Photo Photo Photo

Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 22 avril 2011 par Menqèt
(2)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Merci pour le rapport ;-)
Par contre n'oublie pas de mettre les légendes aux photos, au moins les noms des groupes stp.

dim. 24 avril 11- 06:30  
Ah ben je les vois vendredi et ton live report me met bien en confiance pour Sybreed ! Ca va être chouette :3
dim. 24 avril 11- 20:23  


Groupes en rapport


Sybreed
Sybreed
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Indus
Origine : Suisse

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Burden Of Will
The Burden Of Will
2010

T.A.N.K.
T.A.N.K.
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Melodic Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Magoa
Magoa
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Metal
Origine : France

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Carnivore Sublime
Carnivore Sublime
2014

Chronique de Asylum Cave
Asylum Cave
2011

Chronique de Icon
Icon
2007

Chronique de Identisick
Identisick
2006

Benighted
Benighted
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Raven
Raven
Voir la page du groupe
Création : 1974
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Alive
Alive
2010

Chronique de ObZen
ObZen
2008

Chronique de Catch 33
Catch 33
2005

Chronique de Nothing
Nothing
2002

Meshuggah
Meshuggah
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Avant-garde metal
Origine : Suède

Rapports de concerts: