Retour à l'accueil
Live Reports :: Papa Roach

Live report : Papa Roach

Tous les concerts de Papa Roach Papa Roach [Neo Metal]
Tous les concerts de Buckcherry Buckcherry [Hard Rock]
Tous les concerts de My Darkest Days My Darkest Days [Grunge]
mercredi 16 mars 2011 - Le Metropolis, Montréal
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Unfurl




Changement de cap pour ce soir... après m’être prise une baffe monumentale lors de ma dernière venue au Métropolis, je me demandais ce que pouvais me réserver le «Jäger music tour»... Yep’ une tournée sponsorisée à mort par une marque d’alcool. Pour quelqu’un qui vient de France, c’est du jamais vu.
Ce soir, c’est Papa Roach et Buckcherry qui se chargent de nous vendre le produit!
Qu’on se le dise, Papa Roach, c’est le genre de groupe que j’écoutais quand j’avais 13 ans, que j’essayais de faire du skate et que j’avais une drôle de conception du mot «brosse à cheveux». Inutile de dire que la perspective de revoir ce groupe de ma jeunesse me faisait rire un peu...





Buckcherry

Pour le moment, c’est Buckcherry qui est sur scène. Buckcherry... le groupe découvert avec leur «Too drunk to f*ck», hymne national de toutes les bonnes soirées...on va dire.
L’attitude nonchalante du chanteur trahi l’idée qu’on pouvait se faire que le groupe était content d’être sur scène. En effet, ce dernier lâchera un ou deux crachats en direction de la fosse et malgré sa petite danse avec son tambourin, il n’entre pas dans mon top 10 des meilleurs frontmen bien que, vocalement, ce gars là assure solidement. Au niveau de la musique, le son est clair et bien balancé et les lumières sont excellentes. Ça transpire le show à gros moyen, et ce n’est pas désagréable.
Le morceau Dead viendra ouvrir le spectacle, suivi de près par Rescue Me et le morceau «party time» All Night Long. La foule se fait remuante, mais il est clair que le public montréalais, ce soir, n’est pas là pour Buckcherry. Le groupe quittera la scène sur Sorry et Crazy Bitch. Le Métropolis se rallume et tout le monde attend le groupe de la soirée, Papa Roach.

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Papa Roach

Papa Roach on attendu vraaaaiment longtemps avant de revenir faire un tour par Montréal. En effet, aux dires d’un de mes amis photographe, leur dernier passage dans la ville du vent et de la neige pas belle remonterait à 2006. Inutile de dire que le public était impatient. Dans le public d’ailleurs, majoritairement des hommes, peu ou pas de métalleux, car ouais... Jacoby Shaddix aura bon montrer les cornes, Papa Roach offre plus une ambiance punk-rock-skateboard-summertime qu’un vrai show metal. En même temps, on savait à quoi s’attendre. Et si le chanteur de Buckcherry m’a laissée un peu perplexe, le leader de Papa Roach a le mérite non négligeable de tenir son public. Ce dernier ne restera pas immobile plus de 2 secondes, courant et sautant dans tous les coins de la scène, faisant signe au public, envoyant même des bisous de la main (kikoolol) aux fans des premiers rangs. Kick In The Teeth, Lifeline et One Track Mind viendront démarrer la performance.




Le son est impressionnant par sa clarté et Jacoby Shaddix reste vocalement très impressionnant aussi. Son attitude a de quoi ravir n’importe quel fanatique dans la foule. Ce dernier mettra une bonne couche de remerciement et glissera souvent des petites phrases à l’égard des fans présents ce soir. C’est très cool, mais je suis convaincue à 700% qu’il répète exactement la même chose dans chaque ville dans laquelle le groupe se rend. Certes c’est efficace, mais ça manque peut-être de sincérité par moment. Néanmoins, Papa Roach parvient à maintenir une complicité avec le public montréalais bien trop absorbé par la qualité de la performance. Broken Home et Getting Away With Murder prendront leur place dans la setlist. Dans le public, les lèvres murmuraient les paroles de chaque chanson, et, pour les plus féroces, un pit actif permettait d’aller gueuler un coup. Shaddix ne cessera de demander au public de venir se remuer les fesses dans le pit prévu à cet effet.




Compte tenu de la vivacité du public de Montréal face à Papa Roach, il aurait peut-être été apprécié que le groupe ne se contente pas d’un co-headline. En effet, Jacoby Shaddix et ses amis disparaîtront de scène après une performance d’environ 55 minutes. Et, même si le rappel aura été fait au son du cultissime «Last Resort», je suis convaincue que plusieurs personnes dans la salle en aurait bien pris une dose de plus.

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo

Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 19 mars 2011 par Unfurl
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Metamorphosis
Metamorphosis
2009

Papa Roach
Papa Roach
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Black Butterfly
Black Butterfly
2008

Buckcherry
Buckcherry
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

My Darkest Days
My Darkest Days
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Grunge
Origine : Canada

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Vol. 3: (The Subliminal Verses)
Vol. 3: (The Subliminal Verses)
2004

Chronique de Iowa
Iowa
2001

Chronique de Slipknot
Slipknot
1999

Slipknot
Slipknot
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hypnotize
Hypnotize
2005

Chronique de Mezmerize
Mezmerize
2005

Chronique de Steal This Album!
Steal This Album!
2002

Chronique de Toxicity
Toxicity
2001

System of a Down
System of a Down
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Lofofora
Lofofora
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Neo Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Korn
Korn
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: