Retour à l'accueil
Live Reports :: Black Tusk

Live report : Black Tusk

Tous les concerts de Black Tusk Black Tusk [Sludge Metal]
Tous les concerts de Howl Howl [Sludge Metal]
Tous les concerts de Nesseria Nesseria [Hardcore]
samedi 12 février 2011 - Le confort moderne, Poitiers
Voir toutes les infos de ce concert

Photographe : Le Confort Moderne




Quel accueil mes ami(e)s!

Le Confort sait y faire en matière de salle d'attentes. En rentrant dans son antre, un ami me hurle: "Hey c'est énorme ils passent Neurosis!" Bien entendu ce n'est pas Neurosis qui passait en direct live, sans quoi je ne serais plus en mesure de rédiger ces lignes, mais plutôt l'album The Eye Of Every Storm via le DJ du Confort Moderne, maître du son diffusé dans la salle d'entrée où l'on discute autour d'une bière et où l'on peut se rendre à la Fanzinothèque, où tous les fanzines les plus obscurs sont répertoriés (ou presque). Ambiance première garantie déjà. Le temps de déguster une bière, voilà Nesseria qui est annoncé sur la scéne et l'on se dirige alors voir les français assez méconnus semble-t'il du public, première partie d'une soirée qui s'annonce bien virile et qui est, soulignons-le, une des trois proposées pour les adhérents au choix gratuitement.





Nesseria ou l'autre nom pour brutalité



Les Nesseria ne font pas dans la dentelle et à peine entrés dans la salle, les gens sont invités à avancer par le chanteur avant le début d'un show des plus sauvages. Car Nesseria ne fait pas dans la dentelle et propose ce soir un set des plus efficaces, basé sur leur album éponyme sorti il y a peu. Son Hardcore moderne explose les tympans, mélangeant habilement Post-Hardcore, Math-Core et Grind-Core bien gras. Exécution musicale pratiquement sans faille (le batteur semblait à bout de souffle cependant), chant à deux voix avec un bassiste que l'on entendra souvent mal et effets de lumière bien dosés: la recette de leur show de ce soir sera des plus simples, bien underground mais malheureusement peu communicative.

Car le public du Confort Moderne est peu réceptif ce soir, et face à Nesseria se dressent quelques têtes, tout au plus, et jamais l'on ne répondra aux appels incessants du groupe à s'approcher pour jouer du mosh certainement. Entre quelques blagues sur la drogue qu'ils doivent s'acheter ou la semaine de travail pourrie du bassiste et un jeu de scène bien "sur le moment" (les musiciens se taquinent à coup de pied entre eux), Nesseria fait preuve d'un plaisir de jouer agréable et ne se prend pas au sérieux malgré des compositions souvent fort angoissantes mais soutenue par un son contrasté, qui empêche notamment les aigus de ressortir, condamnant des plans Math-Core apparemment démentiel à rester tapis dans l'ombre. Le chanteur sera lui bien en-dessous de ce à quoi l'on pourrait s'attendre. Peu de charisme, peu de souffle et peu de voix, il maquille légèrement des compositions bien plus intéressantes dans leur musicalité (si je puis dire).





Black Tusk



Le temps d'une petite pause discussion avec le guitariste de Nesseria posté au merchandising et d'une ballade du côté du disquaire du Confort, toujours aussi fourni en vinyl underground et voilà que Black Tusk est annoncé, à la surprise générale, le nom étant au plus haut des flyers. Il est possible, me dis-je, que Howl et Black Tusk alternent sur les dates, leur place en tête d'affiche.

LE show de ce soir commence. Les trois musiciens de Black Tusk proposeront bien entendu beaucoup de titres de leur dernier essai en date: Taste The Sin, bougrement efficace. Comme Immortal, le fait qu'ils soient peu nombreux n'altère en rien la présence des zicos de Black Tusk. Chacun possède son micro et son espace et le bassiste et le guitariste n'hésiteront pas à se rejoindre sur les parties bien lourdes et instrumentales afin de headbanguer ensemble.





Sludge and Rock'n'Roooooool!

Le Sludge de Black Tusk envoie donc sévère durant un peu plus de quarante minutes et le son reste comme celui de Nesseria, quelque peu brouillon mais suffisamment dosé pour que l'on puisse retirer les bouchons. La force de Black est son énergie, son entrain scénique et surtout son chant à trois voix.
Quel plaisir que de voir cette tradition ici plus intéressante encore car leurs voix sont bien différentes (le bassiste barbu a mangé Shrek) et apportent à chaque passage l'effet souhaité, si bien que l'on ne s'ennuie pas une seule seconde. Et puis bon, voir un batteur frapper comme un malade en gueulant c'est le pied.

Très efficace, bien Rock'N'Roll, épique à souhait, avec des riffs en veux tu en voilà, Black Tusk est un trio remarquable sur scène mais il est toujours regrettable que la salle ait été si peu réceptive et surtout si peu pleine pour ce groupe visiblement heureux d'être là.





Howl

Howl entre sur scène peu de temps après et a donc la double charge d'assurer derrière Black Tusk et d'assurer sa dernière place en tête de soirée. Un pari qui sera partiellement réussi car dans le premier cas cela était difficile.

Les américains de Howl que je ne connaissais pas entrent donc en piste et saluent d'ores et déjà le public, le remerciant de sa présence. Le groupe nous confiera que la soirée était leur première en Europe.
Et pour une première le groupe a bien assuré, livrant son Metal Sludgy Heavy et j'en passe, à base de psychédélisme et riffs parfois un peu plat mais parfois intéressants. Le chanteur sera par exemple en forme, à côté d'un bassiste que l'on entendait très peu. Malgré quelques soucis du type un guitariste qui perd un câble, Howl fera de son mieux pour enflammer un public toujours amorphe et certainement venu pour écouter plus que pour bouger. Remerciant sans cesse, le chanteur décroche plusieurs applaudissements et le groupe s'en tire avec les honneurs même si leur concert restera moins mémorable que Black Tusk, qui avait l'avantage de l'énergie Rock'N'Roll en plus.





Ce n'est pas la fin...

Une bonne soirée de passée au Confort Moderne donc. Pas transcendante non, mais ce n'est pas le but. Avec Hacride en mars et Electric Wizard cependant, la salle nous gâte et cela promet d'autres expériences bien vénéneuses. Ce n'est pas la fin...oooooh nooooon....



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 13 février 2011 par Prométhée
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Voir les 1 commentaires précédents
Héhé j'y étais pas mais j'y serai pour Hacride et Electric Wizard, ça va envoyer du bois!
ven. 4 mars 11- 20:38  
Ha ha carrément! J'en ferais un report et si tu veux boire une bière avec moi l'ami j'aurais mon shirt Metalship ^^
ven. 4 mars 11- 21:51  
Pas de soucis, moi ça dépendra de mon humeur mais un tee shirt de groupe c'est sur! J'suis pas trop adepte du style donc ça sera Ensiferum, COB ou Korpiklaani x)
dim. 6 mars 11- 18:23  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Black Tusk
Black Tusk
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Howl
Howl
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Nesseria
Nesseria
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Hardcore
Origine : France

Rapports de concerts:

Neurosis
Neurosis
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Immortal
Immortal
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Back To Where You've Never Been
Back To Where You've Never Been
2013

Chronique de Lazarus
Lazarus
2009

Chronique de Lazarus
Lazarus
2009

Chronique de Amoeba
Amoeba
2007

Hacride
Hacride
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Black Masses
Black Masses
2010

Chronique de Black Masses
Black Masses
2010

Chronique de Dopethrone
Dopethrone
2000

Electric Wizard
Electric Wizard
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Doom Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: