Retour à l'accueil
Live Reports :: Finntroll

Live report : Finntroll

Tous les concerts de Finntroll Finntroll [Pagan/Folk]
Tous les concerts de Samael Samael [Black Metal]
Tous les concerts de Rotting Christ Rotting Christ [Black Metal]
Tous les concerts de Metsatoll Metsatoll [Pagan/Folk]
Tous les concerts de Nothnegal Nothnegal [Melodic Death Metal]
jeudi 16 décembre 2010 - Rock School Barbey, Bordeaux
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Guillaume Catella




Photo
Metsatöll: Lauri Varulven, jouant de dos

Folk à Barbey

De grands noms sont présents ce soir, pour une tournée Européenne forte de plusieurs dates en France, avec des groupes d'horizons très divers : Finntroll et Metsatöll pour le Folk, Rotting Christ pour le Black, Samael pour l'electro, et Nothnegal en death/thrash (Maldives). De quoi allécher et attirer un maximum de fans.

Première mauvaise surprise pour moi : quand je suis arrivé dans la salle, à 20h30, l'heure d'ouverture de la salle annoncée sur tous les médias et le site du Barbey, le premier groupe avait non seulement déjà commencé mais était en fait sur le point de terminer leur set. Je n'ai entendu que le dernier morceau du groupe, qui a en tout cas reçu un très bon accueil par le public, déjà assez nombreux.





Photo
Metsatöll: Lauri Varulven et sa kannel

Metsatöll

Très rapidement, les estoniens de Metsatöll s'installent - à noter que de toute la soirée, les changements entre chaque groupe seront très rapides ! Dès les réglages des balances, Lauri Varulven se fait remarquer et acclamer lorsqu'il sort tous ses instruments improbables pour les réglages, avec sa cornemuse estonienne (pardon, un torupill), ses flûtes, et sa sorte de cithare (un "kannel").
Venus défendre leur nouvel album Aïo sorti début mars de cette année, les morceaux de leur dernier album sont à l'honneur, à commencer par Tuletalgud qui ouvre leur set. Le groupe monte sur la scène, tous couverts d'habits imitation "peau de la nature". On ne peut pas s'y tromper en tout cas, le groupe est encore plus Folk que Finntroll. Les instruments traditionnels voient de phase avec les choeurs traditionnels, chantés virilement tous ensemble. Lauri Varulven, la guitare dans le dos, alternant cornemuse estonienne, kannel et double flûte nous étonne également par sa voix très grave durant les choeurs.

Les morceaux sont posés, assez calmes même si le public réagit volontiers à cette deuxième partie. L'ambiance est aux sourires. Assistant le chanteur Markus Rabapagan dans la tâche de chauffer le public, Lauri (toujours lui) vient nous haranguer en ... estonien ! (et ça fait effet).

En bref, leur prestation est un moment détendu et sympathique. Même si très statique, il n'en est pas moins agréable.




Photo
Metsatöll: Lauri Varulven
Set list :
Tuletalgud
Vaid Vaprust
Aïo
Roju
Saaremaa vägimees
Sajatus
Sojahunt
Kodu
Metsaviha Viha 2

Photo
Metsatöll: Lauri Varulven
Photo
Metsatöll: Markus Rabapagan
Photo
Metsatöll: Lauri Varulven sur son torupill
Photo
Metsatöll: Kuriraivo et Markus Rabapagan
Photo
Metsatöll: Lauri Varulven et sa kannel
Photo
Metsatöll: Lauri Varulven




Photo
Rotting Christ: Giorgos Bokos

Rotting Christ

L'ambiance change totalement puisqu'on passe du folk doux de Metsatöll au black extrême acéré des grecs de Rotting Christ et les headbangueurs s'impatientent. La fond est sobrement décoré d'une toile représentant une toile d'araignée (et le fond ne changera d'ailleurs pas de la soirée), sur laquelle est projeté le logo du groupe.

Le set débute avec pour intro un titre épique (Le Seigneur des Anneaux il me semble) annonçant en grande pompe l'arrivée du groupe. Ca faisait depuis bien longtemps que je voulais les voir en concert, adulant leur "Theogonia" sorti en 2007, et j'ai été servi ce soir ! Aealo, leur dernier opus sorti en février 2010 a bien sûr la part belle, mais les classiques de Theogonia reviennent à l'honneur (The Sign of Prime Creation, Enuma Elish, Phobos Synagogue ...). On n'échappera pas non plus aux fameux Athanati Este de 2004 et même au King of a Stellar War qui date de 1996.




Photo
Rotting Christ: Giorgos Bokos
Armé de sa flying V au design tordu, Sakis Tolis assure parfaitement ses parties chants, avec le même éraillement malsain que sur album, aux paroles brutales, comme hachées (et faisant donc frétiller frénétiquement son longue barbichette !). Le son est bien équilibré, et les riffs de Giorgos Bokos sont lourds et acérés. Le groupe reste lui aussi assez statique, même si Sakis sait s'y prendre pour exciter la foule.

C'est en tout cas une bonne claque pour moi qui avais hâte de les voir, et leur concert donne de quoi se défouler, même si pour leur grand âge (plus de 23 ans d'existence) on pourrait espérer d'eux une meilleure présence scénique.

Photo
Rotting Christ: Giorgos Bokos
Photo
Rotting Christ: Giorgos Bokos et Sakis Tolis
Photo
Rotting Christ: Sakis Tolis
Photo
Rotting Christ: Giorgos Bokos
Photo
Rotting Christ: Giorgos Bokos
Photo
Rotting Christ: Sakis Tolis le chanteur
Photo
Rotting Christ: Giorgos Bokos
Photo
Rotting Christ: Andreas Lagios
Photo
Rotting Christ: Sakis Tolis et un slammeur
Photo
Rotting Christ: Giorgos Bokos et Sakis Tolis
Photo
Rotting Christ: Sakis Tolis




Photo
Samael: Mas (basse) et Xy aux claviers

Samael

Après une nouvelle courte pause, l'ambiance rechange pour laisser place aux Suisse de Samael et leur metal electro. Le groupe monte sur scène, suivi par le très charismatique et reconnaissable Vorph, cheveux blonds décolorés noués serrés, et habits rouge vif.
Au contraire des autres groupes, Samael ne défend pas un album sorti récemment, si ce n'est leur nouveau single, Antigod (et d'ailleurs quand Vorph en parle il ne récolte qu'un silence).

Côté scène, la disposition reste la même, sans décor particulier, avec maintenant des projections vidéos sur la toile. Le jeu de lumières est déjà mieux que pour les précédents groupes. Le son est bien affûté dans l'ensemble, sauf les claviers, peu audibles (et faisant notamment défaut sur Slavocracy par exemple). Vorph communique pas mal avec le public et remonte les troupes.




Photo
Samael: Vorph
Le groupe reprend ses compos phares habituelles, Solar Soul, Black Hole, Slavocracy, Reign of Light, ainsi que le nouveau single Antigod. Samael nous gratifiera également d'un morceau de leur prochain album, Soul Invictus.

Enfin après près de 40 min le show arrive à son terme, et le groupe clotûre leur final sur My Saviour. En conclusion : un bon set, haut en couleurs (ne serait-ce que pour le 100% rouge de Vorph) qui aura ravi les fans du groupe.

Photo
Samael: Mas (basse) et Xy aux claviers
Photo
Samael: Mas (basse) et Xy aux claviers
Photo
Samael: Vorph et Xy aux claviers
Photo
Samael: Vorph
Photo
Samael: Vorph
Photo
Samael: Makro (guitare)
Photo
Samael: Vorph
Photo
Samael: Vorph
Photo
Samael: Vorph
Photo
Samael: Makro
Photo
Samael: Vorph
Photo
Samael: Vorph
Photo
Samael: Vorph




Photo
Finntroll: Skrymer

Finntroll

Enfin, au tour des têtes d'affiche de ce soir, et retour au Folk avec les Finlandais de Finntroll. La salle est déjà survoltée avant leur arrivée, suffisamment bien chauffée par Samael et Rotting Christ. Certains commencent à se mettre torse nu, certains ont même apporté de fausses peaux de bêtes pour être dans le ton !
Les membres du groupe montent sur la scène sous les cris des fans, et entament le concert comme Nifelvind, sorti fin février : après l'intro Blodmarsch s'en suivent la violente Solsagan (dont le clip illustre bien le changement du folk au plus brutal) et Den Frusna Munnen.




Photo
Finntroll: Vreth et un slammeur squatteur
Les morceaux plus festifs reviennent également, notamment avec les plus vieux albums, à commencer bien sûr par le fameux Trollhammaren ou Jaktens Tid, presque dansant. Puis Vreth de reprendre, pour annoncer Nattfödd "I am the darkness of this world ! I am the deadly waters" ... puis gros blanc, Skyrmer ayant des problèmes avec sa guitare (qui réapparaîtront deux nouvelles fois au cours du concert). Malgré ça, le groupe sait bien combler les blancs, et surtout Vreth sait y faire pour chauffer le public. Torse nu et recouvert de sa peinture guerrière, il fait des émules dans la salle avec plusieurs grands blonds qui l'imitent.
La foule, déjà nombreuse pour les groupes précédents, est encore plus compacte pour Finntroll. Les slams s'enchaînent. Un slammeur en particulier monte squatter la scène, y restant alors que le morceau s'est terminé. Vreth, joueur, lui laisse le micro, et alors qu'il attend qu'il redescende, le squatteur va voir Skrymer, taper la discute, sous les rires du public. "This is the guy ! Fuck off now please" avant que le groupe ne reprenne.




Photo
Finntroll: Routa
Le groupe annonce enfin son dernier titre, Maktens Spira puis quitte la scène d'un Barbey très échauffé. Les "encore" pleuvent alors de longues minutes, jusqu'à ce que nos Finlandais remontent asséner un dernier gros coup avec le récent Dråp suivi du très festif Jaktens Tid. Les cheveux longs tournoient dans tous les sens, tant sur scène que dans la fosse, et les cornes se dressent à chaque fois que Vreth les réclame, les gens marchant, jusqu'au fond de la salle.

En définitive, un très bon set, vigoureux et plaisant, fleurant la bonne humeur et le troll champêtre. Finntroll a montré la pèche qu'ils pouvaient nous communiquer.




Photo
Finntroll: Vreth
* Setlist :
Blodmarsch
Solsagan
Den Frusna Munnen
Slaget Vid Blodsälv
Skogens Hämnd
Nedgång
Ett Norrskensdåd
Nattfödd
Midnattens Widunder
Eliytres
Grottans Barn
Trollhammaren
Under Bergets Rot
Mot Skuggornas Värld
Maktens Spira

* Rappel :
Dråp
Jaktens Tid

Photo
Finntroll: Skrymer
Photo
Finntroll: Vreth
Photo
Finntroll: Vreth et Routa
Photo
Finntroll: Vreth et Routa
Photo
Finntroll: Vreth
Photo
Finntroll: Skrymer, Vreth et Routa
Photo
Finntroll: Vreth
Photo
Finntroll: Vreth
Photo
Finntroll: Routa
Photo
Finntroll: Routa et Skrymer
Photo
Finntroll: Vreth et un slammeur squatteur
Photo
Finntroll: Vreth
Photo
Finntroll: Vreth


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 18 décembre 2010 par NanoRoux
(2)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Voir les 3 commentaires précédents
Oui putin, je suis sidéré !
Les photos sont sublimissimes ! J'ai emprunté un 70-200 2.8 d'un pote, pour le tester, et là c'est décidé ! Il me le faut à tout prix (et un ultra grand angle pour tout devant et avec ces deux là je ferais tout ^^).
T'as rien à faire, t'appuies juste sur le déclencheur et la photo est fabuleuse. Et pourtant j'étais à l'autre bout de la salle...
J'suis tombé amoureux là ^^

dim. 19 déc. 10- 03:34  
Faut quand même avoir l'oeil et savoir shooter au bon moment. Ne soit pas modeste ;)
dim. 19 déc. 10- 10:17  
^^
Oui c'est clair qu'il faut l'oeil, mais passer d'un objo à 200€ à un à 1500€ ... wargh, on voit la différence ! (et heureusement ...)

dim. 19 déc. 10- 16:43  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Ur Jordens Djup
Ur Jordens Djup
2007

Chronique de Nattfödd
Nattfödd
2004

Finntroll
Finntroll
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Pagan/Folk
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Lux Mundi
Lux Mundi
2011

Chronique de Exodus
Exodus
1998

Chronique de Passage
Passage
1996

Samael
Samael
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Black Metal
Origine : Suisse

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de AEALO
AEALO
2010

Chronique de Sanctus Diavolos
Sanctus Diavolos
2004

Rotting Christ
Rotting Christ
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Black Metal
Origine : Grèce

Rapports de concerts:

Metsatöll
Metsatöll
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Pagan/Folk
Origine : Estonie

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Decadence
Decadence
2012

Nothnegal
Nothnegal
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Maldives

Rapports de concerts:

Exciter
Exciter
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Thrash Metal
Origine : Canada