Retour à l'accueil
Live Reports :: Epica

Live report : Epica

Tous les concerts de Epica Epica [Metal symphonique]
dimanche 21 novembre 2010 - Club Soda, Montréal
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Unfurl




Le Club Soda, a nouveau complètement sold-out accueillait une fois encore la formation Néerlandaise Epica, alias la sublime Simone et sa voix d’ange.
C’était donc la deuxième fois en un an que le groupe était de passage à Montréal et l’aspect sold-out de la salle laisse penser que ce n’est pas une erreur.
Malheureusement, en un an, le spectacle n’a pas vraiment eu la chance de se renouveler. Et votre dévouée Unfurl, présente au spectacle de janvier dernier, se retrouve devant exactement la même performance, à la seule différence que cette fois-ci, Simone Simons a des bouclettes dans les cheveux.




Samadi démarre en fanfare lorsque les lumières s’éteignent et une fois encore, Simone attendra le début des paroles de Resign To Surrender pour faire son apparition, juchée une fois encore sur des talons renversants. Inutile de préciser qu’elle est, une fois encore, belle comme tout.
Epica n’a plus besoin de défendre son nouvel album (Design Your Universe) et maintenant que ce dernier a été parfaitement digéré par les fans, la formation peut se prêter pleinement à l’interprétation de morceaux épars qui couvrent plus ou moins toute la discographie du groupe.




Sensorium, de l’album «The Phantom Agony» précèdera Unleashed, pièce extrêmement efficace pour faire bouger les têtes d’un pit assez calme et attentif. Ce sera par la suite Cry For The Moon qui permettra à Simone de sortir de scène afin que les musiciens restants nous fassent rire un coup en nous interprétant l’Imperial March, thème de la Guerre des Étoiles. Bien que j’aie déjà eu l’occasion d’entendre ce morceau version «Epica», cette fois-ci, je me décide enfin à remarquer que l’interprétation est extrêmement efficace et que ce morceau est vraiment rock’n’roll lorsqu’il est mis entre de bonnes mains.
Par la suite, Simone reviendra, seule, accompagnée de Coen Janssen (claviers) pour nous donner la chair de poule avec la ballade Tides Of Time.




Si lors de sa dernière venue à Montréal, la belle Simone semblait être un peu mal à l’aise et timide sur scène, cette fois ci elle est clairement plus confortable avec le public. Ses mouvements ne sont plus gênés et la communication avec les fans est bien plus efficace. Néanmoins, c’est clairement Mark Jansen qui officiera encore en guise de frontman, dans un anglais approximatif (tout à fait charmant) mais qui réussi avec succès à communiquer son enthousiasme avec le public.
Epica est probablement l’un des seuls groupes qui, à ma connaissance, profite d’une telle complicité entre les membres qui le composent. La complicité qui lie Simone à Mark m’a parfois donné l’impression de m'immiscer dans leur vie privée tant ces deux derniers sont proches. (Je dis ça j’dis rien hein... mais moi à la place du mec de Simone, je verrais ça, je pèterais un câble).




Epica nous livrera ensuite Blank Infinity, The Obsessive Devotion, puis, à ma grande surprise (dans le sens positif naturellement), Kingdom Of Heaven, chef d’oeuvre de 13 minutes qui viendra clore en beauté la performance du groupe.
Mais sitôt Epica hors de scène, le public commencera à piaffer d’impatience pour le rappel. Et naturellement, Epica ne se moquera pas de nous en nous offrant un rappel composé de Sancta Terra, Mother Of Light et le monstrueux Consign To Oblivion.
Si la performance auditive aura été canon, on ne pourra pas en dire autant pour l’éclairage qui, malheureusement, aura été absolument immonde lors des 3 premières chansons, m’empêchant de faire des photos qui ressemblent à quelque chose...
Cela dit, Epica aura su livrer la marchandise, et les fans présents auront probablement tous été comblés.



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 26 novembre 2010 par Unfurl
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Epica
Epica
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de As Yggdrasil Trembles
As Yggdrasil Trembles
2010

Unleashed
Unleashed
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Imaginaerum
Imaginaerum
2011

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Once
Once
2004

Nightwish
Nightwish
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal symphonique
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Unforgiving
The Unforgiving
2011

Chronique de Mother Earth
Mother Earth
2001

Chronique de The Dance
The Dance
1998

Chronique de Enter
Enter
1997

Within Temptation
Within Temptation
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas

Rapports de concerts:

Apocalyptica
Apocalyptica
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Metal symphonique
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Sacrificium
Sacrificium
2014

Chronique de Salomé - The Seventh Veil
Salomé - The Seventh Veil
2007

Xandria
Xandria
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Metal symphonique
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Sirius B
Sirius B
2004

Chronique de Lemuria
Lemuria
2004

Chronique de Live in Midgard
Live in Midgard
2002

Chronique de Secret of The Runes
Secret of The Runes
2001

Therion
Therion
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Metal symphonique
Origine : Suède

Rapports de concerts: