Retour à l'accueil
Live Reports :: Soulfly

Live report : Soulfly

Tous les concerts de Soulfly Soulfly [Thrash Metal]
jeudi 18 novembre 2010 - Elysée Montmartre, Paris
Voir toutes les infos de ce concert





Pour promouvoir son dernier né, « Omen », la tribe de Max Cavalera fait un détour par la scène de l’Elysée Montmartre, à Paris, en ce jeudi de novembre. Un an et demi après un show furieux au Bataclan, on retrouve donc Soulfly prêt à en découdre avec, comme la dernière fois, le groupe de Ritchie (le beau-fils de l’ex-leader de Sepultura), Incite, en première partie. Dommage pour ceux, qui, comme votre humble serviteur, avaient vus la formation lors de leur dernière visite parisienne. On peut néanmoins comprendre les facilités logistiques et personnelles qui ont probablement dicté ce choix.





Incite

D’ailleurs, depuis la dernière représentation d’Incite en terres françaises, les jeunots ont enfin sorti leur premier album, « The Slaughter ». Il faut aussi mentionner que la production a été réalisée par Logan Mader (ex-guitariste de Machine Head et de Soulfly à qui l’on doit les derniers Devildriver, Gojira et… Soulfly).
Le set du groupe de Phoenix débute avec le morceau « The Slaughter », alors que la salle est à peine remplie, ce qui est assez curieux. Les gens prennent leur temps et sont visiblement là pour Soulfly. Le quatuor mené par un Ritchie bondissant est en place et délivre un metal à tendance hardcore, avec comme influences Lamb of God, Devildriver et … Soulfly. Le son est plutôt bon, ce qui est satisfaisant pour une première partie et l’on remarque que les musiciens sont extrêmement concentrés. Cela porte à préjudice pour eux, puisqu’ils restent statiques tout au long de leur prestation, hormis Ritchie. On peut aussi mentionner que le public est peu réceptif aux demandes multiples de circle-pit de la part du chanteur. Cependant, la formation n’en est pas bouleversée pour autant et il en faudra plus pour décourager le combo, qui enchaîne les morceaux à la vitesse de la lumière. Un manque d’originalité flagrant musicalement parlant est toutefois à déplorer. Les morceaux se ressemblent tellement que l’impression d’entendre le même titre pendant les quarante-cinq minutes de set se fait largement ressentir.
Le groupe quitte les planches sous les applaudissements d’un public mitigé, après un concert un peu trop fade, voire linéaire. Il paraît relativement évident qu’Incite n’est présent que grâce à monsieur Cavalera et passerait sans doute au travers du filet si ce dernier n’était pas une légende de la scène metal.





Soulfly

Après une bonne demi-heure d’attente, la salle s’est nettement remplie par un public de tout âge, du fan quinquagénaire de Sepultura à l’adolescent. C’est d’ailleurs un spectacle que l’on ne peut admirer qu’avec plaisir dans les concerts de l’ « âme volante ». Quelques minutes plus tard, le temps que les roadies mettent en place le matériel, Soulfly prépare son entrée sur scène avec« Blood, Fire, War, Hate », repris en cœur par un public éclectique et visiblement heureux d’être présent. Visuellement, rien d’extraordinaire, même pas un fond ou même une banderole Soulfly, juste un drapeau d’Omen déposé sur l’ampli de Marc Rizzo. La sobriété est donc de mise , et c’est Joe Nunez que l’on voit rapidement s’installer derrière son kit, sous la clameur d’un public reprenant les paroles du premier morceau de Conquer. Max Cavalera arrive en deuxième et donne le ton, rapidement suivi du survolté Marc Rizzo et du nouveau venu (et également bassiste de Cavalera Conspiracy), Johnny Chow. Le chanteur a pris du poids, beaucoup de poids depuis quelques temps, et c’est la stupéfaction qui nous frappe lorsque nous posons les yeux sur la silhouette de plus en plus disgracieuse de l’ex-leader de Sepultura.
Comme à son habitude, Cavalera n’aime pas discuter entre les morceaux. Il demande donc au public de faire la guerre avec un enchaînement digne de guérilleros : Prophecy/ Back to the Primitive / Seek ‘n Strike / Babylon. On constate avec le sourire que Max n’a plus la foi de jouer de la guitare correctement en concert, il gratouille et se contente d’hurler avec sa voix heureusement atypique et particulièrement reconnaissable. Marc Rizzo reste concentré sur sa guitare, donc peu de sautillements, afin d’assurer ses parties rythmiques et solistes. Son jeu de guitare est rapide, très rapide même, et ses grimaces tout au long du set ne passent pas inaperçues. Johnny Chow, dont la longue et grosse barbe en « jette » visuellement, n’a pas tardé à se faire une place au sein de Soulfly, faisant rapidement oublier Bobby Burns, qui est parti se consacrer à ses projets personnels.
Le Brésilien sollicite la foule à plusieurs reprises, en demandant de mettre un maximum d’ambiance dans la salle de l’Elysée Montmartre. On passe également en revue des titres de Sepultura, comme le terrifiant Refuse/Resist qui voit un circle pit d’une violence oppressante se dessiner. Ce qui est sûr, c’est que Max Cavalera ne perd pas le fil de son concert, malgré son manque de jus et le fait que sa guitare paraisse de plus en plus inutile. Il est tout de même choquant, bien que le public n’en paraisse pas déprimé pour autant, qu’Omen, tout juste sorti, n’est représenté que par trois morceaux dans le set de ce soir. Et même si l’album n’a pas été au goût de tous, ces chansons typiquement punk/hardcore sont taillées pour la scène. C’est toujours avec grand plaisir que le mythique Roots Bloody Roots enchaîné par le classique de Soulfly, Eye for An Eye, clôture les hostilités de cette soirée à demi-teinte.
D’ailleurs, il convient de relever l’attitude dérangeante et osée des agents de sécurité, qui n’ont pas hésité à frapper des fans lorsque Joe Nunez les saluait.
Ce show de Soulfly déçoit définitivement ceux qui s’attendaient à une prestation digne de la réputation du groupe. Max Cavalera paraît fatigué, il dispose toujours d’une voix exceptionnelle, mais s’économise visiblement au maximum. Voici donc un show satisfaisant pour ceux qui ne s’attendent plus à grand-chose de la part du frontman de Soulfly. Désormais, la seule différence entre Cavalera Conspiracy et Soulfly reste le batteur et il est de plus en plus difficile de distinguer les deux groupes. Si l’âme volante garde son public, c’est sans nul doute grâce à la légende Cavalera et à la présence d’un Marc Rizzo plus qu’omniprésent.

Set list :
Blood Fire War Hate
Prophecy
Back To The Primitive
Seek 'n' Strike
Babylon
Kingdom
Refuse/Resist
(Sepultura cover)
Bloodbath & Beyond
L.O.T.M.
Porrada
Bumba
Troops Of Doom
(Sepultura cover)
Frontlines
Arise / Dead Embryonic Cells
(Sepultura cover)
Rise Of The Fallen
Encore:
Roots Bloody Roots
(Sepultura cover)
Eye For An Eye




Nous vous prions de nous excuser si ce rapport ne comporte aucune photo. Le pass photo qui nous était « a priori » accordé a finalement été rejeté … 2h avant le concert. Notre photographe s’est vu refuser l’entrée avec son matériel. Si vous voulez voir des photos, essayez donc sur certains petits blogs qui, eux, ont pourtant été acceptés.



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 19 novembre 2010 par Choko
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Merci pour ton rapport, précis et intéressant ! Bravo.

Je suis aussi dégoûté du problème des photos !

sam. 20 nov. 10- 00:24  
Merci Nano ! Ouais, les photos...

Vachement déçu tout de même.

mer. 24 nov. 10- 00:32  


Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Omen
Omen
2010

Chronique de Conquer
Conquer
2008

Chronique de Dark Ages
Dark Ages
2005

Chronique de 3
3
2002

Soulfly
Soulfly
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Machine Messiah
Machine Messiah
2017

Chronique de Kairos
Kairos
2011

Chronique de A-Lex
A-Lex
2009

Chronique de Dante XXI
Dante XXI
2006

Sepultura
Sepultura
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Thrash Metal
Origine : Brésil

Rapports de concerts:

Slaughter
Slaughter
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Death Metal
Origine : Canada


Machine Head
Machine Head
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Trust no one
Trust no one
2016

Chronique de The Last Kind Words
The Last Kind Words
2007

Chronique de DevilDriver
DevilDriver
2003

DevilDriver
DevilDriver
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de VII: Sturm und Drang
VII: Sturm und Drang
2015

Chronique de Wrath
Wrath
2009

Chronique de Sacrament
Sacrament
2006

Chronique de Sacrament
Sacrament
2006

Lamb Of God
Lamb Of God
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Bloodbath
Bloodbath
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts: