Retour à l'accueil
Live Reports :: Deep Purple

Live report : Deep Purple

Tous les concerts de Deep Purple Deep Purple [Hard Rock]
Tous les concerts de The Running Birds The Running Birds
vendredi 5 novembre 2010 - Halle Tony Garnier, Lyon
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Halord




Il fait doux et la nuit est déjà bien installée quand nous arrivons à Gerland, au sud de Lyon, en cette soirée d'automne.
Une file d'attente d'une cinquantaine de mètres s'est déjà formée devant la Halle Tony Garnier, lieu des festivités de ce soir. Le public est assez âgé, la cinquantaine en moyenne, avec ça et là quelques plus jeunes et même des enfants venant voir en famille la légende Deep Purple encore en activité. Le look du public est on ne peut plus "normal", on se croirait plus à la foire au vin qu'à un concert de Hard Rock.

Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo
Photo




The Running Birds

J'ai à peine le temps de récupérer le pass photo que le groupe de première partie est déjà sur scène.
Les Running Birds sont originaires de Ventimiglia, à la frontière italienne, et écument avec un certain succès les bars de la côte d'azur où ils sont installés depuis quelques années. Les morceaux sont accrocheurs, c'est du bon Heavy Rock bien interprété et agréable à entendre.




La déco est sobre et surprenante, faite de guirlandes en plume d'autruche rouges et noires enroulées autour du pied des micros. Le son est fort et clair, ce qui n'est pas pour me déplaire et est de bonne augure pour la suite du spectacle. Au fil de l'avancée du set, je constate que le guitariste, le bassiste et le clavier chantent alternativement, en fonction des morceaux. Fabrizio, le chanteur "principal", est aussi un vrai Guitar hero des années 80, avec les cheveux longs bouclés et les attitudes qui vont avec.




Il nous gratifiera de quelques soli bien sentis et sera ovationné par le public à ces diverses occasions. Les compos deviennent de plus en plus puissantes au fur et à mesure du show, le début d'un des morceaux ressemblant même à s'y méprendre à du Metallica.
Simon The Saint, le bassiste, réussit à faire taper le public dans les mains pendant un autre gros riff bien appuyé.




L'ambiance est donc électrique et The Running Birds jouent parfaitement leur rôle de "chauffeurs de salle". Vers la fin du show, on a même droit à une distribution de préservatifs à l'effigie du groupe par Christian, le préposé aux synthés.




Pour finir en beauté, Fabrizio nous gratifie d'un solo "de l'espace" avec
un système qu'il active en bougeant sa main dans les airs, un peu à la
Jean Michel Jarre…
Bref un concert agréable et bon enfant, avec un public partiellement
conquis par la prestation des sudistes.

Photo Photo Photo Photo



Deep Purple

Une pinte plus tard, il est déjà temps de retourner dans la fosse aux photographes pour accueillir comme il se doit les vétérans de Deep Purple. 42 ans de carrière quand même pour ces pères fondateurs du Hard Rock qui, avec Black Sabbath et Led Zeppelin ont influencé des générations de musiciens et ont ouvert la voie au Heavy Metal et au Metal sous toutes les formes que l'on lui connait aujourd'hui.
Rien de moins que des groupes comme Scorpions, Metallica, Iron Maiden ou Judas Priest se disent avoir été influencés par Deep Purple!




La 1ère impression est assez étrange car il me semble voir des papys arriver sur scène... Les traits sont un peu tirés, les gestes lents, le pas mesuré... Cette impression est vite effacée lorsque retentissent les premiers accords "énormes" et la voix de Ian Gillan.
Ce qui frappe le plus, c'est la maîtrise totale des instruments et du chant. Leur talent et leur plaisir de jouer est palpable, et je me prends immédiatement au jeu. Ian parle au public assez volontiers, en toute gentillesse, et le remercie beaucoup.




Au bout des 3 morceaux autorisés pour les prises de vues, je sors de la fosse, et le temps de ranger le matériel photo j'arrive pour un morceau que j'aime beaucoup : Rapture of the Deep. Sa petite mélodie arabisante est bien là et le placement de voix est parfait. La guitare de Steve Morse et le synthé de Don Airey se répondent tandis que basse et batterie assurent une ossature en béton armé. Pour les non connaisseurs, il faut savoir que le mythique Jon Lord au clavier est remplacé par l'excellent Don Airey depuis 2002 et que Ritchie Blackmore, le guitariste légendaire au caractère bien trempé est remplacé par Steve Morse depuis 1994, ce qui fait déjà un bail! Ian Paice (batterie), Roger Glover (basse) et Ian Gillan (chant) sont quant à eux quasiment indéboulonnables depuis la formation du groupe à la fin des années 60. Un bel exploit!




Sur Fireball, un morceau rapide, la batterie démarre en trombe et garde le tempo sans faiblir. Le public reste sage et attentif. La majorité des personnes présentes ce soir ont les yeux qui brillent et apprécient visiblement le show.
On est déjà au tiers du concert et je m'aperçois seulement que le fond de scène représente un temple grec géant, tant l'attention est focalisée sur les musiciens. Entre chaque morceau ceux-ci ont droit à des applaudissements nourris et mérités qui leur vont droit au coeur.
La chanson suivante est Silver Tongue, un titre bien Heavy appuyé par des effets d'étincelles sur les écrans géants. J'éprouve à ce moment là un profond respect pour ces 4 hommes, inventeurs d'un style devenu au fil des années riche et varié, mélodique, expérimental ou violent.




Après Contact Lost, c'est le moment du traditionnel solo de guitare. Celui-ci est introduit avec élégance par Ian Gillan qui nous présente "The Delectable Steve Morse". Fort heureusement pour nous le solo présenté ce soir est très beau et pas du tout ennuyeux, ce qui est malheureusement souvent le cas de ce genre d'exercice…
When the Blind Man Cry arrive ensuite toute en douceur, comme une parenthèse dans ce monde de brutes. J'enlève exceptionnellement les bouchons d'oreilles pour profiter du son excellent. Les mains se lèvent et frappent en cadence pour accompagner le riff entrainant du morceau suivant : "The Well Dressed Guitar". Ian en a profité pour aller se changer et revient avec un T-shirt noir à rayures multicolores, idéal pour la pétanque. Sur Lazy, où le synthé est très présent, le public me donne le sentiment de vraiment s'éclater. Je souhaite à tout le monde de vieillir comme ces gars là, toujours au taquet sur scène...




Je suis à nouveau bluffé par le super solo de guitare sur No One Came, bien senti, avec un son tranchant a souhait. Le morceau s'achève sur des strobos puissants du plus bel effet. Nouvelle introduction par Ian, cette fois-ci pour Don Airey, le "Master of the Galactica", pour un keyboard solo majestueux qui commence par quelques notes de M. Crowley, d'Ozzy Osbourne, pour le fun et les connaisseurs. Un peu de classique et de folklore, et en bonus la marseillaise pour amuser son monde et l'effet est réussi.
Je trouve que Ian Gillan rajeunit au cours du show, comme si les décibels lui redonnaient vie. Pas mal d'effets spéciaux nous sont présentés sur les écrans pendant le riff de Perfect Strangers. Je me croirais un instant à un concert de Rammstein, preuve que ces gars là ont tout inventé…




Bien que l'on s'approche de la fin du concert, Space Trucking ne laisse pas retomber la sauce avant l'arrivée du morceau que tout le monde attend, Smoke On The Water. Il est 22H20 et un frisson me parcourt lorsque résonnent les fameux accords. Il faut reconnaître qu'en live c'est quelque chose! Des images d'archive de l'incendie de Montreux, qui a inspiré la composition de ce morceau, sont projetés sur les écrans. Steve morse apparaît ensuite à l'image entouré de flammes. L'effet est original et réussi.




L'excellent batteur Ian Paice a aussi sa petite heure de gloire avec un mini solo avant la fin de Smoke On The Water. Après avoir salué et remercié, nos 4 compères nous quittent quelques minutes avant de revenir pour le rappel.
La basse revient plus énorme que jamais et Ian Gillan nous sort son harmonica pour la reprise de Billy Joe Royal: Hush. Cet avant-dernier titre est l'occasion d'un florilège de batterie et de synthé. On assiste aussi à une démonstration de basse par l'ami Roger Glover
avant d'attaquer le dernier morceau de la soirée, Black Night. C'est maintenant vraiment la fin du show, tout le monde est ravi, l'ambiance est bon enfant, la guitare et le public se répondent avant le salut final.




En résumé, c'est un concert très puissant qui nous a été livré ce soir. Le public présent a pris une belle leçon de musique par des artistes aguerris dont le plaisir de jouer est resté intact et communicatif. Respect messieurs!

Photo
Deep Purple: Affiche


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 14 novembre 2010 par halord
(3)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Voilà pourquoi il ne faut jamais lire un report si on n'est pas allé au concert : les regrets !!! Un concert de vieux, ça doit être chiant !? Non ?? Pfffff, j'aurais du prendre ma place.
Je ne te remercie pas Halord ... ;-))

mar. 16 nov. 10- 14:10  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Deep Purple
Deep Purple
Voir la page du groupe
Création : 1968
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Dehumanizer
Dehumanizer
1992

Chronique de Tyr
Tyr
1990

Chronique de The Eternal Idol
The Eternal Idol
1987

Chronique de Seventh Star
Seventh Star
1986

Black Sabbath
Black Sabbath
Voir la page du groupe
Création : 1969
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Led Zeppelin
Led Zeppelin
Voir la page du groupe
Création : 1968
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Albums chroniqués :
Chronique de Savage Amusement
Savage Amusement
1988

Chronique de Blackout
Blackout
1982

Chronique de Animal Magnetism
Animal Magnetism
1980

Chronique de Lovedrive
Lovedrive
1979

Scorpions
Scorpions
Voir la page du groupe
Création : 1971
Genre : Hard Rock
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Iron Maiden
Iron Maiden
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Judas Priest
Judas Priest
Voir la page du groupe
Création : 1967
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Liebe Ist Für Alle Da
Liebe Ist Für Alle Da
2009

Chronique de Rosenrot
Rosenrot
2005

Chronique de Rosenrot
Rosenrot
2005

Chronique de Reise, Reise
Reise, Reise
2004

Rammstein
Rammstein
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Indus
Origine : Allemagne

Rapports de concerts: