Retour à l'accueil
Live Reports :: Scorpions

Live report : Scorpions

Tous les concerts de Scorpions Scorpions [Hard Rock]
Tous les concerts de Karelia Karelia [Indus]
mardi 19 octobre 2010 - Zenith De Dijon, Dijon
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Jacques Panizzoli




La tournée d’adieu de Scorpions fait partie des évènements incontournables de cette année 2010 ! Et par chance, une date sur Dijon était prévue ce mardi 19 Octobre ! Déjà venus au Zénith de la capitale des Ducs il y a deux ans en faisant un show plus que convaincant, autant dire que les places se sont vendues assez rapidement !





Karelia

Ce sont les français de Karelia qui ont eu la chance d’ouvrir pour ce groupe culte allemand ! Pas forcément très connu par le public, les français ont fait une entrée magistrale au son d’un Heavy Metal très Rock’n’Roll et puissant ! Le son était d’ailleurs un peu fort n’a pas permis d’apprécier pleinement l’entrée de Karelia. Mais très vite, les ingé-sons ont rattrapé le coup pour que le spectacle se passe dans les meilleures conditions. Avec un charisme assez impressionnant, Matthieu Kleiber arrive à motiver son auditoire avec des morceaux assez percutants. Avec des débuts très Power/Heavy/Prog, puis une orientation plus Indus/Electro, le groupe a su retranscrire sur scène une certaine unité dans les titres joués, et le public a été conquis par des morceaux comme Restless par exemple. Mais pour intéresser encore plus son public, Kleiber nous dévoile ses capacités vocales impressionnantes avec une intro sur laquelle il utilise une voix d’opéra vraiment envoutante et prenante, en un mot, époustouflante !
Ceux qui connaissent un peu le groupe savent qu’ils ont fait une reprise du célèbre Moby (Lift Me Up), et autant dire qu’elle était attendue ! Alors quand Matthieu annonce une reprise, d’un homme assez connu, et qu’ils vont lui donner un aspect plus Metal, c’est avec une grosse surprise que l’on entend les premières notes du Show Must Go On du cultissime Queen, en hommage à Freddy Mercury ! En véritable révélation de la soirée, Karelia n’en a pas fini et enchaine encore quatre ou cinq titres avant que le vocaliste ne parodie les rappeurs bling-bling ! Très drôle, pertinent et bienvenu, il porte un long manteau en fourrure, une paire de lunettes de soleil, des colliers en toc en forme de gros dollar américain, et un bandana sur la tête ! Mais surpris par la chaleur du public, il sera contraint de vite enlever son manteau tellement il aura chaud !
Après un spectacle plus que convaincant devant un public qui ne connaissait pas tellement le groupe, Karelia quitte la scène et laisse place aux légendaires hardos allemands !





Scorpions

Le temps de pause est assez long (largement plus d’une demi-heure), le temps pour les techniciens d’installer des caméras, des écrans, faire des réglages en tout genre, etc. On sait tout de suite que Scorpions nous réserve un spectacle de grande envergure ! Et avec ces caméras un peu partout, le public est en train de se demander si une captation live n’est pas prévue…
Après une attente bien méritée, les Scorpions font leur entrée sur scène, avec une foule en délire ! C’est d’abord la batterie de James Kottak, qui se trouve à quelques mètres de hauteur, que l’on remarque en premier ! L’américain martèle ses fûts avec une puissance prodigieuse. Quand on regarde les photos promo des premiers albums, on voit que les membres originels ont bien changé ! Exit les pantalons moulants à rayure ! Coiffé de son éternel béret, Klaus déchaine la foule avec sa voix toujours aussi expressive et impressionnante ! Du haut de ses 62 ans, Rudolph Schenker a encore cette carrure impressionnante d’un jeune homme ! Et chaque note de guitare résonne avec puissance pour répondre à son collègue Matthias Jabs de l’autre côté de la scène.
Bassite de Scorpions depuis 2004, le polonais Pawel Maciwoda fait figure de jeunot dans la troupe, mais il assure carrément, aussi bien musicalement que dans sa prestation scénique !




Les titres s’enchainent à une vitesse folle et le groupe nous offre un vrai spectacle ! On en prend plein les oreilles et plein la vue ! Un mur de diodes sur le fond de la scène reproduit ce qui est filmé par les fameuses caméras ! Soit le public, soit les musiciens, mais aussi des passages de clips vidéo, des images, etc, etc. Le rendu est vraiment saisissant !




Les morceaux choisis ce soir-là sont puisés dans quasiment toute les périodes de Scorpions, par trop sur les touts débuts, mais on retrouve une bonne rétrospective, avec évidemment les grands classiques : Big City Nights, Blackout, Rock You Like A Hurricane, The Best Is Yet To Come (du dernier album), etc. A chaque fois, le public est déjanté, et on voit que les musiciens sont contents de partager la fin de leur carrière avec nous, ils sourient, ils s’éclatent pleinement ! Et contrairement à bon nombre de groupes de Hard Rock, leur message est un message de paix ! Ainsi, les allemands enroulent leur cou du drapeau français ! C’est assez émouvant, et même très pacifique à la fois ! Surtout pour des allemands qui ont mal vécu la fin de la guerre… Ainsi, ils joueront les fameuses ballades qui les ont rendu si célèbres… Still Loving You, Holiday, Wind Of Change (chanson responsable du baby-boom selon eux…), etc. Un bon nombre de couples se sont formés sur ces chansons parait-il…




Grâce à une partie de la scène qui avance en plein milieu de la fosse, le groupe peut facilement communiquer avec son public, et son public peut voir les Scorpions de n’importe quelle place (à condition de ne pas être trop petit…) Dans ce show, on aura vu passer une multitude de guitares, notamment ces de Rudolf Schenker qui change presque à chaque morceaux, mais toujours avec la forme de la flying V, qu’elle soit électrique ou acoustique, il en possède tout une collection vraiment impressionnante !




Mais c’est aussi lui, Rudolph qui joue Blackout avec le masque d’un visage dont les yeux sont percés par des fourchettes, ce visage de la pochette de Blackout justement ! Pour faire simple, disons que Scorpions nous a concocté un show que l’on n’oubliera pas de sitôt, et même si a priori le groupe ne remontera pas sur scène, ils ont vraiment pris le temps de partager les derniers instants avec un public qui les a toujours soutenu !




Après une tournée comme celle-là, Scorpions revient sur une grande partie de sa carrière passée, et il lui donne une dernière vie en live pour que le groupe reste à jamais dans nos cœurs. C’est chose réussie !




Les Hard Rock Legends allemands quittent la scène avec révérence, et leur nom est à jamais dans le Panthéon de l’Histoire du Rock, et même de la musique dans son sens le plus large ! Une retraite bien méritée !



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 31 octobre 2010 par Pit
(1)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Savage Amusement
Savage Amusement
1988

Chronique de Blackout
Blackout
1982

Chronique de Animal Magnetism
Animal Magnetism
1980

Chronique de Lovedrive
Lovedrive
1979

Scorpions
Scorpions
Voir la page du groupe
Création : 1971
Genre : Hard Rock
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Golden Decadence
Golden Decadence
2011

Chronique de Restless
Restless
2008

Chronique de Raise
Raise
2005

Chronique de Usual Tragedy
Usual Tragedy
2003

Karelia
Karelia
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Indus
Origine : France

Rapports de concerts:

Queen
Queen
Voir la page du groupe
Création : 1970
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Albums chroniqués :
Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

AC/DC
AC/DC
Voir la page du groupe
Création : 1973
Genre : Hard Rock
Origine : Australie


Albums chroniqués :
Chronique de Babez for Breakfast
Babez for Breakfast
2010

Lordi
Lordi
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Hard Rock
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Alice Cooper
Alice Cooper
Voir la page du groupe
Création : 1964
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: