Retour à l'accueil
Live Reports :: Bullet For My Valentine

Live report : Bullet For My Valentine

Tous les concerts de Bullet For My Valentine Bullet For My Valentine [Metalcore]
Tous les concerts de Escape The Fate Escape The Fate [Metalcore]
mercredi 6 octobre 2010 - Le Metropolis, Montréal
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : Unfurl




Je partais mauvaise langue une fois encore ce soir, je me disais «baaaaaah, Bullet For My Valentine, ça va tremper dans le jus d’émo toute la soirée!»
...Bon dans le fond je n’avais pas tort, les kids à mèches étaient bel et bien là, mais en attendant, le concert, complètement sold-out, ne fût pas si désastreux que ce à quoi je m’attendais.
Le Métropolis, complet du sol au plafond, bourdonne d’impatience. Le premier rang, majoritairement composé de visages enfantins est le dernier endroit sur la planète où j’aurais aimé me trouver; les kids se marchent littéralement dessus, et, avant même que le concert ne démarre, les gars de la sécurité sortent quelques personnes de la bouillie humaine qu’est devenu le pit.
Ayant moi même lâché Bullet For My Valentine après leur album Poison sans avoir eu l’occasion de les voir live, j’avais tout de même hâte de voir ce que le groupe avait dans le ventre après ces quelques années.




Les lumières s’éteignent, et là tadaaaaam... dans un élan de grande originalité, la musique de Carmina Burana démarre en trombe! Au premier rang, les petites filles crient bien fort. Et le titre Your Betrayal, pièce d’ouverture de leur dernier album Fever annonce l’arrivée du groupe sur scène.
Tour à tour les musiciens entrent sur scène et ce sera lors de l’arrivée de Matt Tuck, chanteur, que le public sera le plus bruyant. Et par public j’entends «filles». Car ouais, Matt Tuck, en plus de jouer de la guitare, il fait crier les filles. La classe!
Bon, je suis cynique... on va mettre ça de côté.




Le groupe profite néanmoins d’un son ultra clair, bien balancé et super agréable. En bonus, ils sont magnifiquement éclairés! Les jeux de lumières sont absolument parfaits.
Ce sera ensuite le morceau éponyme Fever puis Waking The Demon qui concluront la séance photo avec les britanniques.
Le temps pour moi de faire le tour du Métropolis au complet pour retourner dans la salle, Bullet For My Valentine entame All These Things I Hate (Revolve Around Me), puis Tears Don’t Fall, morceaux plus ou moins classiques dans la discographie du groupe pour ceux qui, comme moi, les ont découverts en 2005!
Si mon cynisme envers le groupe était grand... il est en train de se tasser, car si en effet, la moyenne d’âge dans la salle est d’à peu près 17 ans, le groupe est là sur scène comme s’ils avaient 30 ans d’expérience dans les dents. Aucun temps morts, Matt Tuck s’adresse à son public de manière sympathique et ce dernier le lui rend bien.
Pleasure And Pain, puis 4 Words (To Choke Upon) marqueront la fin de la «première partie» du spectacle, qui sera par la suite réouvert avec un solo qui ma foi m’a semblé ennuyeux les 2 premières minutes mais qui au final aura été grandement efficace, et extrêmement bien placé dans le set-list.




Le nouvel album sera mis à l’honneur sans empiéter sur le territoire d’autres titres qui auront fait le succès de Bullet For My Valentine tels que Scream Aim Fire, de l’album du même nom qui fera gueuler le public sur le refrain accrocheur du morceau.
C’est d’ailleurs le morceau Scream Aim Fire qui marquera le départ de Bullet For My Valentine de la scène.
Mais pas pour longtemps... je trouve toujours que les rappels sont un peu mous de la part du public, mais ce soir, force est de reconnaître que Bullet For My Valentine aura été lourdement réclamé et acclamé.
Après que le public ait manqué de faire s’écrouler le balcon du Métropolis à force de sauter et de taper du pied pour faire revenir le groupe sur scène, B4MV réapparaîtra, en trombe pour nous interpréter Alone, du dernier album, ainsi que Hand Of Blood, une fois encore issu de l’album du même nom.
Un salut qui a de la gueule, le groupe fera distribution de médiators, baguettes de batterie, et autres «goodies» qui feront le bonheur des fans.




...En conclusion, je ravale mon cynisme. J’ai assisté à une grosse performance, un groupe efficace qui sait se dandiner sur scène; les fans sont contents, le groupe ne s’est pas moqué d’eux en ne faisant pas de rappel, et même si la performance aura été un peu courte (1h15 et quelques, il me semble) les fans de Bullet ont surement eu de quoi être satisfaits!
Alors attention aux préjugés! Tous les groupes qui attirent les émos ne mènent pas forcément à des concerts pathétiques et ridicules.



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 7 octobre 2010 par Unfurl
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Ca a donné quoi la première partie Escape the fate ?
dim. 10 oct. 10- 15:12  
Malheureusement je n'ai pas assisté à la première partie...
La production m'avait demandé d'arriver vers 9h... Or Escape The Fate avait déjà terminé leur set. :-/

lun. 11 oct. 10- 00:00  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Scream Aim Fire
Scream Aim Fire
2008

Chronique de The Poison
The Poison
2005

Bullet For My Valentine
Bullet For My Valentine
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Metalcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Escape The Fate
Escape The Fate
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Native Tongue
Native Tongue
1993

Poison
Poison
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de III
III
2012

Chronique de Samantha
Samantha
2002

Eths
Eths
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metalcore
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Nightmare
Nightmare
2010

Chronique de Avenged Sevenfold
Avenged Sevenfold
2007

Avenged Sevenfold
Avenged Sevenfold
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Crusade
The Crusade
2006

Chronique de Ascendancy
Ascendancy
2005

Chronique de Ember To Inferno
Ember To Inferno
2003

Trivium
Trivium
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Sempiternal
Sempiternal
2013

Bring Me The Horizon
Bring Me The Horizon
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Metalcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: