Retour à l'accueil
Live Reports :: The Haunted

Live report : The Haunted

Tous les concerts de The Haunted The Haunted [Thrash Metal]
Tous les concerts de Bomb Scare Crew Bomb Scare Crew [Thrash Metal]
jeudi 1 juillet 2010 - Marche Gare, Lyon
Voir toutes les infos de ce concert

 





Le lendemain du couple polonais Behemoth / Decapitated au Ninkasi, c’est aux Suédois de The Haunted épaulés de Bomb Scare Crew d’animer Lyon, dans la petite salle du Marché Gare.





Bomb Scare Crew

J’arrive hélas en retard au set de BSC et n’assiste qu’à leurs derniers morceaux. Je ne suis pas le seul, la salle est relativement vide, et seules quelques dizaines de personnes sont présentes, éparses. L’ambiance est forcément très statique, le public ne bouge quasiment pas, et les cris pour supporter le groupe à la fin de leurs morceaux restent hélas rares. Mais même si les autres membres du groupe sont également assez statiques, ça n’empêche pas Carlo de se démener, et accompagner le batteur en jouant des cymbales, avant de jeter les baguettes vers le public. Quelqu’un en prend une, « tu l’as prise parce que c’est nous, ou juste pour la pin up qu’il y a dessus ? » plaisante Carlo. Une toile de fond ainsi que deux autres petites sur les côtés rappellent que les Lyonnais / Marseillais défendent ici leur nouvel album « Autopsy of a Monster ». Côté son, ça reste hélas assez brouillis, surtout au niveau du chant qu’on n’entend qu’à peine, et ce même quand Carlo nous parle entre deux morceaux. Bomb Scare Crew termine sur une reprise de Pantera, avec la très fameuse « Cowboys From Hell », très bien accueillie par le public. Même si Carlo ne sonne pas comme Phil Anselmo (de toute façon on ne l’entend quasiment pas), le morceau est réussi. Des remerciements et applaudissements, et le groupe quitte la scène dans un grand silence un poil gênant. Je m’attendais à un show ayant un peu plus d’envergure (c’est un peu euphémique) du haut des 6 ans de BSC, mais je suis un peu dur peut être car je suis moins habitué des concerts à l’ambiance intimiste.

Photo Photo



The Haunted

La petite salle commence à tripler son nombre d’âmes (mais d’où sortent-ils ?), alors que les lumières s’éteignent à nouveau, et les fumigènes démarrent pour annoncer le groupe Suédois. Les 4 membres montent sur scène, suivis du chanteur Peter Dolving, en chemise et short (il fait extrêmement chaud !), barré dès ses premières secondes sur scène : il nous regarde et fait le grand surpris, apeuré de nous voir. Il reprend son sérieux et le groupe démarre en trombe sur Moronic Colossus, et le public réagit au quart de tour. La scène, quoique pas très grande, permet au quintet de bouger (et se rouler par terre, pour Dolving) à leur guise. Elle est simplement décorée d’une toile de fond aux couleurs de Revolver, sorti en 2004 (tiens, ils ont le même depuis tout ce temps ?). Côté réactions du public, il a l’air métamorphosé, et en tout cas survolté, et on sent que les grands fans ont fait le déplacement (The Haunted ne tourne pas non plus très souvent en France). Derrière les headbangueurs fous du premier rang, une petite zone à pogos reste active presque non stop durant leur set.




Avec la chaleur Lyonnaise et l’aération de la salle absente, la température monte très rapidement (heureusement moins qu’avec Behemoth et les centaines de fans dans le petit Ninkasi). « It’s fucking hot » lance Dolving, qui tombe la chemise en sueur, et exhibe ses tatouages « Nothing to fear » au devant « Nothing to lose » au dos, ainsi que quelques longues cicatrices ! Dolving passera d’ailleurs la soirée à s’éponger de ses serviettes, avant de les proposer en rigolant au public féminin, sans grand succès. Le groupe va jouer pendant plus d’une heure près d’une vingtaine de titres de toute leur discographie, de Undead de leur premier album éponyme, à Moronic Colossus, Trenches et Iron Mask de leur dernier album « Versus ». Du point de vue de l’acoustique, petite salle oblige, le son n’est pas au top, le chant est difficilement audible au début même si les ingés réparent ça rapidement. Les morceaux ne se reconnaissent d’ailleurs hélas pas si facilement, les guitares étant un peu étouffées.




En chant ou guitare clairs, pas de problème par contre, et les plaisanteries (nombreuses) de Dolving en anglais entre chaque morceau sont heureusement bien comprises par le public. Lorsqu’un baraqué sort son portable, tout devant, Dolving s’en empare et prétend lire « I want to drink ! » et « Destroy that phone ! ». Il se ravise quand même, et l’enfourne heu … derrière ! Ajoutant que si le gars le sent après l’avoir récupéré, c’est qu’il est vraiment malsain. Un peu plus tard, le chanteur fou ajoute fièrement, tendant des médiators à quelques uns du public, que ceux-ci sont à leur nom ! Et qu’ils vont à Paris sous peu, faire la première partie de Slayer, et pourtant qu’ils ne seront pas payés pour cette date-ci. « That’s cool no ? » Vu la réputation d’un nom tel que The Haunted, je m’attendais à un plus vaste public, alors que le marché gare est encore assez loin d’afficher complet. Un jeune monte d’ailleurs sur scène pour slammer, mais malgré ses efforts pour ramener des gens le porter, son slam avorte et il se fait descendre par un gars de la sécurité. Le groupe ne semble pourtant pas étonné de ce petit public et est clairement venu pour le fun et non le cachet. Au moment de terminer (après un court bis) avec My Shadow, le groupe revient, et chacun des membres serre les mains de tous ceux qui s’avancent, puis la musique change immédiatement pour passer au tube pop « it’s unusual to be loved by anyone » que fredonne alors Dolving, tout sourire.




On ressort avec un grand sourire aux lèvres nous aussi, et l’impression d’avoir vécu un petit concert intimiste avec un groupe venant pourtant de Suède, venu pour le plaisir s’amuser un moment avec nous. Ca nous rappelle en quoi nos petites salles aux scènes étriquées et au son passable peuvent être des bonheurs de proximité avec de grands groupes étrangers.

La (longue !) setlist :
Moronic Colossus
99
The Drowning
Trespass
Undead
Intro (premonition)
The Flood
The Medication
A.A.A.
Intro
Privation of Faith Inc.
Shadow World
Guilt Trip
Outro / Intro
No Compromise
Trenches
Forensick
D.O.A
Ceremony
Iron Mask
Dark Intentions
Bury Your Dead
My Shadow

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo

Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 3 juillet 2010 par NanoRoux
(1)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Comme pour Behemoth, désolé pour les photos floues, j'avais que mon objectif foutu, j'avais pas celui qui est bien pour ces conditions.
sam. 3 juil. 10- 03:22  


Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Unseen
Unseen
2011

Chronique de Unseen
Unseen
2011

The Haunted
The Haunted
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Thrash Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Autopsy of a Monster
Autopsy of a Monster
2010

Bomb Scare Crew
Bomb Scare Crew
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Thrash Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Evangelion
Evangelion
2009

Chronique de Demigod
Demigod
2004

Behemoth
Behemoth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Death Metal
Origine : Pologne

Rapports de concerts:

Decapitated
Decapitated
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : Pologne

Rapports de concerts:

Autopsy
Autopsy
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis



Slayer
Slayer
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: