Retour à l'accueil
Live Reports :: Hellfest 2010 - Main stage 1 - Jour 3

Live report : Hellfest 2010 - Main stage 1 - Jour 3

Tous les concerts de Kiss Kiss [Hard Rock]
Tous les concerts de Motörhead Motörhead [Hard Rock]
Tous les concerts de Stone Sour Stone Sour [Rock Metal]
Tous les concerts de Saxon Saxon [Heavy Metal]
Tous les concerts de U.D.O. U.D.O. [Heavy Metal]
Tous les concerts de Primal Fear Primal Fear [Heavy Metal]
Tous les concerts de Freak Kitchen Freak Kitchen [Heavy Metal]
Tous les concerts de Vulcain Vulcain [Heavy Metal]
dimanche 20 juin 2010 - Open air Clisson, Clisson
Voir toutes les infos de ce concert

 





Rapport des groupes de la Main Stage 1, Jour 3 du Hellfest 2010.





Freak Kitchen

Premier passage au Hellfest pour la bande de Mattias IA Eklundh ou l’un des guitar hero les plus créatifs et doués de sa génération. Le trio débarque, Christer affublé de son casque traditionnel, le Mattias rasé de près et Björn toujours…blond quoi. Le show commence suite à un « agrougrou » d’Eklundh, toujours aussi délirant. Le set sera on ne peut plus satisfaisant car très peu basé sur le dernier album, pas terrible (peut-être qu’ils s’en sont rendus compte ^^). Le niveau de technicité est bien sûr dingue, chaque solo de Eklundh entrainant un raz de marée d’applaudissement et le son est on ne peut plus bon. Le leader fera dans le comique comme à son habitude et donnera au Hellfest de la bonne humeur pour le déjeuner, riant des seuls mots qu’il connaît en français (notamment « je suis une petite fille ») et faisant des blagues sur le terme GPS et « tournez à gauche », « tournez à droite ». Le meilleur sera un petit jeu ridicule où il énoncera des problèmes mathématiques sans queue ni tête auxquels on se devait de répondre un « What ? » avec la tête qui va avec. Complétement fun, plein d’énergie et musicalement parfait, le concert de Freak Kitchen était un bonheur ce dimanche !

Rapport : Prométhée, photos : Nanoroux

Photo Photo Photo



UDO

C'est le retour du Heavy avec un grand H sur la mainstage 1 avec les vétérans d'Udo. Les allemands nous envoient d'emblée un gros son bien puissant qui nous rappelle la belle époque de l'apogée d'Accept, qui a marqué fortement les esprits en son temps. Udo Dirkschneider, le petit chanteur rondelet à la voix si caractéristique, a pris un bon coup de vieux, mais nous envoie toujours son énergie en pleine face avec des morceaux comme Dominator ou thunderball. Les 5 musiciens assurent le show, en particulier les 2 guitaristes, dont le fameux Stefan Kaufmann également ancien musicien d'Accept. Le parterre est bien rempli, le public est motivé et participe volontiers en headbangant et en tapant dans les mains. Les morceaux sont assez formatés, avec de gros riffs basiques, un chant hurlé et des refrains accrocheurs. Après Animal House, c'est l'excellent Metal Heart qui fera hurler le thème de "la lettre à Elise" à la foule en délire. Avec Balls to the Wall, un grand frisson me parcoure l'échine. Il y avait bien longtemps que je n'avais pas entendu ce morceau culte d'Accept. Une excellente prestation des allemands et du public de quadras et de jeunes loups présents en nombre en cette belle après-midi!

Rapport, photos : Halord

Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Saxon

Avant d'entrer en scène, Saxon nous envoie un bon vieux "Seek and Destroy" dans la sono, pour notre plus grand plaisir. Le premier morceau est Heavy Metal Thunder, un grand classique du répertoire des anglais. Le ton est donné, c'est du f......g Heavy Metal old school qui nous attends ce soir. C'est le temps pour moi de shooter quelques photos sur Motorcycle Man. Le nombre de photographes étant important sur cette édition du Hellfest, nous n'avons droit à chaque fois qu'à un morceau au lieu des 3 habituels. De là où je me trouve le son est un peu brouillon mais la voix de Biff est bien claire et toujours aussi percutante malgré les années. Ils nous interprètent ensuite une chanson de 1981: To Hell and Back Again, ce qui ne nous rajeunit pas... Le set est sans fioriture, rock et parfois franchement boogie sur certains morceaux. Pas de chichis, c'est du bon heavy metal à l'anglaise que nous proposent Biff et sa bande. C'est sur Princess of the Night et son riff incisif que le show s'envole réellement et que le public laisse exprimer sa joie. Le morceau suivant est le superbe et très musical Crusader, un autre grand classique de Saxon. Biff est très "classe", tout en noir avec ses longs cheveux au vent, et demande si l'on veut entendre de nouvelles ou de vieilles chansons. Le choix ne manque pas et c'est Wheels of Steel qui continue ce concert enjoué et plein de bonne humeur. C'est le moment de chanter : Le public du Hellfest, très ouvert, comme à son habitude, se prête au jeu et les "yeah eah" succèdent aux "oh oh", dans une joyeuse joute vocale. La dernière chanson, Denim and Leather, est dédicacée à Ronnie James Dio, grand chanteur de Heavy Metal, décédé cette année. Un beau concert de Saxon pour une cette belle édition du Hellfest.

Rapport, photos : Halord

Photo Photo Photo Photo



Stone Sour

Après leur premier live au Hellfest en 2006, Corey et sa troupe reviennent avec leur métal alternatif, considéré comme très pop friendly dans l'univers musical américain. Et c'est avec un humour très poussé entre les tracks que Corey a animé le set de son groupe, avec des productions déjà connues de l'album éponyme "Stone Sour" et de "Comme What(ever) May", mais aussi 3 titres qui seront présents sur "Audio Secrecy" qui sortira courant 2010.
C'est toujours un plaisir de retrouver une voix aussi stable et puissante que celle de Corey, et ce Hellfest 2010 a très bien réussi au groupe. Petit regret, pas de "Through Glass" à la fin, malgré l'insistance apparente du chanteur face à l'organisation en coulisses…. Une prochaine fois peut-être!





Motörhead

Motörhead est un groupe très attendu, le nombre de t-shirt à l'effigie du combo anglais en ce dimanche en témoigne. Lemmy Kilmister est comme toujours très zen et pas du tout effrayé par le public venu en nombre pour l'écouter. Droit dans ses santiags et coiffé de son inoxydable chapeau, il préside un show très professionnel et néanmoins très naturel, malgré le grand nombre d'années passé sur la route. Le plus étonnant avec Motörhead, c'est qu'on ne sent pas la routine, on à l'impression qu'ils viennent jouer devant quelques potes après l'apéro. La plupart des grands classiques comme The Ace of Spades ou Killed by Death sont interprètés devant un public totalement acquis à la cause. Sur ce dernier, une danseuse orientale viendra même agrémenter le spectacle grâce à ses déhanchements. Le guitariste du trio, Phil Campbell, semble avoir rajeuni. Très sûr de lui, il exécute avec brio de superbes soli en mâchant imperturbablement son chewing gum.
Le monstrueux Overkill et un solo de batterie de Mikkey Dee, "the best drummer of the world", dixit Lemmy, viennent clôturer ce spectacle. Après des remerciements appuyés, les 3 compères se prennent par les épaules et saluent la foule de quelques courbettes appuyées.
Motörhead nous aura une fois de plus délivré un set de qualité, mais classique et sans surprise. Le son n'était pas démesurément fort, comme ils s'en sont forgé la réputation. Metalship tient en tout cas à signaler la superbe qualité du son de cette édition 2010 du Hellfest.

Rapport, photos : Halord

Photo Photo Photo



Kiss

La voilà donc, LA tête d’affiche de ce Fest ! Kiss, adulé par toute une génération de fans dévoués, se produit sur la scène de la Mainstage I, et pour l’occasion, il a mis le paquet ! Après une courte vidéo de présentation (diffusée sur l’écran des scènes), le rideau tombe et c’est à l’aide d’un bras oscillant que les membres de Kiss atterrissent sur scène ! Les décors mouvants font apparaître le logo Kiss, pendant que le set sera diffusé en direct sur le fond de la scène.

C’est parti pour 2h de show. Car là, ce n’est plus un concert auquel le public assiste, c’est un véritable spectacle ! Les effets pyrotechniques sont ultra-présents, pendant que les musiciens (maquillés évidemment) arpente la scène d’un côté à l’autre. Gene Simmons passera la quasi-totalité du set la langue tirée, pour offrir les meilleurs clichés possibles à la cohorte de fans qui s’était amassée devant lui. Les meilleurs titres du combo résonnent, forçant le public à chanter avec Paul Stanley.

Pour terminer le set, c’est d’ailleurs le chanteur guitariste qui survolera le public à l’aide d’une tyrolienne jusqu’à la tour-régie, depuis laquelle il entonnera le culte I Was Made for Loving You ! Une fois revenu sur scène, c’est dans les airs (toujours avec des bras oscillants), à plus de 10 mètres de haut, que Kiss assènera ses derniers accords, alors qu’un feu d’artifice démarre au dessus du Fest.

Un superbe spectacle, un final terrible que tout le Festival gardera en tête !

Rapport : Kumelia

Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo



Lire la suite des rapports Hellfest 2010

Jour 1:
Rapport Main Stage 1
Rapport Main Stage 2
Rapport Rock Hard tent
Rapport Terrorizer tent

Jour 2:
Rapport Main Stage 1
Rapport Main Stage 2
Rapport Rock Hard tent
Rapport Terrorizer tent

Jour 3:
Rapport Main Stage 1
Rapport Main Stage 2
Rapport Rock Hard tent
Rapport Terrorizer tent



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 23 juin 2010 par NanoRoux
(1)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Les photos de Kiss arrachent sévèrement la rétine!
Excellent boulot!

mer. 23 juin 10- 01:41  
Oui, magnifiques hein !
mer. 23 juin 10- 02:00  
Ce qui est bien c'est que contrairement à 2009 avec MM (ça à rien à voir mais bon) là ça n'a pas tourné en émeute personne ne poussait, moi je trouve quand même que le public était endormi mais attentif (le public Français XD jamais trop à fond dans le trip), bon c'est compréhensible après 3 jours à écumer les concerts, les bières, les boeufs qui braillent toute la nuit... Mais quel show ! A l'américaine !
jeu. 10 févr. 11- 05:54  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Monster
Monster
2012

Chronique de Sonic Boom
Sonic Boom
2009

Chronique de Sonic Boom
Sonic Boom
2009

Chronique de Revenge
Revenge
1992

Kiss
Kiss
Voir la page du groupe
Création : 1973
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Stone Sour
Stone Sour
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Rock Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Sacrifice
Sacrifice
2013

Chronique de Into The Labyrinth
Into The Labyrinth
2009

Chronique de Killing Ground
Killing Ground
2001

Chronique de Metalhead
Metalhead
1999

Saxon
Saxon
Voir la page du groupe
Création : 1976
Genre : Heavy Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Decadent
Decadent
2015

Chronique de Steelhammer
Steelhammer
2013

Chronique de Rev-Raptor
Rev-Raptor
2011

Chronique de Leatherhead
Leatherhead
2011

U.D.O.
U.D.O.
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Primal Fear
Primal Fear
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Heavy Metal
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Freak Kitchen
Freak Kitchen
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Heavy Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Vulcain
Vulcain
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Heavy Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Overkill
Overkill
Voir la page du groupe
Création : 1980
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: