Retour à l'accueil
Live Reports :: Rock en France

Live report : Rock en France

Tous les concerts de METALLICA METALLICA [Thrash Metal]
Tous les concerts de GOJIRA GOJIRA [Death Metal]
Tous les concerts de DOWN DOWN [Sludge Metal]
Tous les concerts de WITHIN TEMPTATION WITHIN TEMPTATION [Metal symphonique]
jeudi 14 août 2008 - Grand place d'Arras, Arras
Voir toutes les infos de ce concert

 





Arras, France le 14 Août 2008

Arrivée à Arras 12h, il fait un temps superbe, et après 1h30 de route nous ne sommes évidemment pas fatigués, ce qui rajoute à la bonne humeur ambiante. Le parking 1 (la ville d’Arras s’étant organisée pour la circonstance en aménageant 6 parkings), le plus proche du site ou doit avoir lieu le concert, est encore peu occupé à cette heure et les quelques fans présents cassent tranquillement la croûte dans une ambiance décontractée.

Nous partons en repérage pour faire un « état des lieux », mais dés la sortie du parking, des décibels ce font entendre et nous ne pouvons faire autrement que de suivre ces sons qui nous attirent. Nous avons la riche idée de prendre une ruelle, qui nous mène directement sur le côté droit de la scène, où un roadie est en train de faire les balances avec la guitare favorite de Kirk Hammett (Boris Kharloff – La momie – pour ceux qui connaissent). Nous pouvons aussi admirer pour la première fois cette Grand’ Place d’Arras et je dois dire que nous sommes tous trois sous le charme de l’endroit. Puis, arrive la sécurité et nous nous faisons refouler, de façon ferme mais courtoise. L’accès à la ruelle sera ensuite fermé au public.

Alors que nous nous baladons dans Arras nous pouvons nous rendre compte que pas mal de fans font déjà le pied de grue devant les différentes entrées qui mènent à la Grand’ Place. Après un arrêt « boisson » et une petite visite de la très belle abbaye, qui est en fait la mairie de la ville, nous retournons à la voiture pour nous sustenter des quelques victuailles amenées avec nous. Il est alors 15h et nous décidons de nous mêler à la foule déjà existante et de poireauter jusqu’à l’ouverture des portes. Il y a là le lot habituel de traditionnels picolos metalleux, plus bruyants que méchants qui font plus ou moins l’attraction, avant que n’apparaisse à sa fenêtre, une sexa/septuagénaire, qui se prenant pour la reine mère au balcon de Buckingham Palace se met à saluer la foule, celle-ci, en mal d’occupation se met à siffler et applaudir, surnommant même cette femme du doux nom de Jeanine.

Il est environ 16h, et c’est dans cette ambiance tranquille que nous nous avançons doucement vers le premier barrage de sécurité, ça ne bouscule pas vraiment, et nous papotons joyeusement avec 4 jeunes (15/16 ans) venus de Besançon, accompagnés du papa de l’un d’eux, tous hyper excités à l’idée de voir les 4 horsemen pour la toute première fois. Ils nous posent un million de questions sur le concert à venir et les concerts que nous avons déjà fait du groupe. Nous racontent leurs morceaux favoris et ceux qu’ils adoreraient entendre, ils sont d’un enthousiasme débordant et extrêmement communicatif.

Nous passons la sécurité, pour nous apercevoir qu’un second barrage (d’attente celui-ci – sans fouille ou autre vérif.) nous attends 20 mètres plus loin. Puis nous arrivons enfin à l’entrée à proprement parler où nous sommes à nouveau fouiller (de façon plutôt zélée d’ailleurs), seul hic, il est à ce moment là 17h20 et Gojira vient de monter sur scène. Je dois avouer qu’il est assez énervant d’être arrivé à l’heure, d’avoir attendu bien sagement, d’avoir passer tous les barrages de sécurité, et d’entrer dans l’enceinte alors que le concert est déjà commencé. Enfin bref, nous y sommes, et ne perdons pas de temps à nous avancer car nous souhaitons tout de même profiter de Gojira que je découvre pour la première fois live.





Gojira

Y’a pas à dire, Gojira, en live, ça le fait! Quelle patate !!! Ce groupe a absolument tout ce qu’il faut pour avoir sa place parmi les grands du metal, et si je peux me permettre, de les faire passer en toute première partie d’un concert comme celui là, n’est, à mon humble avis, pas justifié. Ils auraient largement mérité de jouer juste avant MetallicA, d’autant que le public présent à ce moment là n’est pas très important, et du coup l’ambiance pas aussi « bruyante » qu’elle devrait l’être. Ceci dit, Gojira peut se targuer d’avoir à ses côtés de véritables acharnés qui les soutiennent de façon efficace.

Côté décor, c’est sobre, un immense back drop avec le nom du groupe en fond de scène suffira à annoncer la couleur, les 4 musiciens feront le reste.

D’ailleurs parlons en des musiciens. Joe Duplantier, est un excellent frontman, il sait à la fois assurer musicalement, s’exprimer de façon claire et franche face au public et, chose non négligeable, occuper une scène de grande dimension, telle que celle de ce jour, de manière naturelle, sans avoir l’air de s’y perdre. Les autres musiciens du groupe ne déméritent pas non plus. Ils sont tous au top, se donnent à fond et dégage une énergie de folie.

Musicalement le son de Gojira est puissant, rythmé, et fort! Que demander de plus comme mise en bouche avant un concert de Metallica?

Set List:
Lizard Skin
Backbone
Rememberance
Clone
Love
Flying Whales
Space Time
Toxic Garbage Island
Vacuity
Wisdom Comes
The Heaviest Matter Of The Universe

http://www.gojira-music.com





Within Temptation

Je dois être complètement honnête, j’aime beaucoup Within Temptation (je les ai d’ailleurs vu et adoré en Octobre dernier au Zénith), mais je n’ai pas compris pourquoi programmer un groupe de ce style entre Gojira et MetallicA. Ce genre de chose est totalement compréhensible en festival ou le mélange de différentes catégories de metal est réellement bienvenu, mais il ne s’agit pas là d’un festival à proprement parler (3 groupes) et les Néerlandais menés par leur gracieuse chanteuse et leur metal mélodique faisaient, un peu, figure d’ovni.

Même le temps n’était pas avec eux, alors qu’il a été superbe depuis notre arrivée, il est devenu tristounet et quelques gouttes de pluie se mettent à tomber au même moment où WT investit la scène. Du coup les efforts de Sharon et ses acolytes pour plaire au public présent sont vains. J’ai le sentiment que ce groupe n’est pas fait pour une grande scène comme celle-ci et que les épaules de Sharon sont bien trop frêles pour assumer le rôle de leader qui est le sien. Passer entre des personnages aussi charismatiques que Joseph Duplantier et surtout James Hetfield est loin d’être chose aisée.
Je dois dire que coté son ce n’est pas non plus le meilleur du groupe que j’entends, j’ai largement préféré le concert qu’ils nous ont « offert » le 08 Octobre et quand je regarde autour de moi, il semble que les gens sont plus aux buvettes, n’oublions pas que nous sommes à un concert de heavy metal et en plus dans le nord, la bière coule donc à flot, et sera vidangée « à flot » également, si j’en crois la rigole d’urine qui s’est formée à une cinquantaine de centimètres de là ou nous nous trouvons. Je profite aussi moi-même de ce moment pour aller papoter avec des connaissances arrivées depuis peu sur la Grand’ place.

Il est 20h10 quand Within quitte la scène et nous sommes presque soulagés de ce départ qui annonce l’arrivée prochaine DU groupe pour lequel nous avons fait le déplacement.

Set List:
Jillian
The Howling
What have you done
Stand My Ground
The Heart Of Everything
Our Solemn Hour
Angels
Hand Of Sorrow
Mother Earth
Deceiver Of Fools
Ice Queen

http://www.within-temptation.com/
http://www.within-temptation.fr/





Metallica

Il est près de 21h30, l’attente devient un peu longuette, les esprits s’échauffent, et même le strip-tease des jeunes Arrageois à la fenêtre d’une des maisons qui donnent sur la Grand’ Place n’arrive plus à distraire les fans présents. C’est à ce moment là que j’entends «It’s a long way to the top» d’AC/DC, qui pour n’importe quel fan lambda, n’est qu’un morceau de plus en fond sonore, mais qui pour un fan de MetallicA est le signal de l’arrivée du groupe, puisque ce morceau précède depuis quelques temps maintenant, «The Ecstasy Of Gold» (d’Ennio Morricone, bande originale du film « Le Bon, La Brute et le Truand » qui ouvre les concerts de MetallicA). Dès les premières notes de «The Ecstasy Of Gold» le public explose! D’un seul coup le peu de place qu’il peut y avoir entre mes amis et moi est comblé par des fans qui essaient de se rapprocher au maximum de la scène. Lars apparait enfin pour s’installer derrière ses fûts, et c’est l’intro de «Creeping Death» qui se fait entendre dans un délire général,
j’en ai à nouveau des frissons rien que de l’écrire. Il y a une ambiance de folie, ça crie, ça siffle et ça headbangue dans tous les sens !!! Tout le monde reprend en chœur « So let it be written… » Et James enchaine « Can you sing it ?» Ce que fait le public sans attendre et James content crie « YES ! » puis au refrain suivant «Give it to me » crie à nouveau James et la foule reprend « So let it be written… ». Solo de Kirk et tout le monde se met à scander « Die ! Die ! Die » et James avant de reprendre se met à hurler « It’s beautiful ».C’est aussi pour ça qu’on aime MetallicA, le public participe. Ce n’est pas simplement un groupe qui joue sur scène face à des fans, mais plus un échange. Contrairement à la majorité des groupes qui se contente de faire morceau sur morceau en faisant de temps en temps participer le public, MetallicA intègre son public dans tous les morceaux, des parties entières de refrains sont entonnés par la foule, James Hetfield n’a qu’à dire « You know what to do » ou « Give it to me » et le public sait effectivement quoi faire. « Metallica is here my friends, are you ready to make some big noise? It certainly seems like it! » Puis James nous présente Robert Trujillo dont le son de la basse se fait entendre sur l’intro de «For Whom The Bell Tolls» qui fait partie comme beaucoup le savent mon album préféré du groupe, je suis aux anges. D’autant que «Ride The Lightning» suit immédiatement après !!!! Ce n’est pas du bonheur ça ?? Nous avons une petite remarque de James sur l’endroit qu’il trouve (comme nous tous) très joli.

Il nous demande ensuite « Are you having fun tonight? » Puis il entonne «The Memory Remains» repris en chœur par la foule. Bien que n’étant pas particulièrement accro à ce titre je dois dire que la reprise de la foule sur le refrain ça le fait!!! C’est suivi de «Sanitarium», Kirk est particulièrement en forme, ses soli (solos pour les Américains) sont parfaits, il reste discret mais terriblement efficace. Nous sommes gratifies d’un « Good Singing! » “We have dedicated MetallicA friends here, you passed the test”.

Il nous dit que c’est un moment important pour MetallicA car leur album sort le 12 Septembre prochain qu’il s’appelle «Death Magnetic» et nous demande si nous désirons en écouter un morceau, ce que nous acceptons bien volontiers ! «Cyanide» commence alors. Une basse bien présente pour commencer, un refrain facile à retenir, des riffs rapides, bref c’est le pied ! Je ne suis pas sure du chant mais bon… Ce petit avant goût me donne encore plus envie d’être au 12 Septembre pour connaitre l’intégralité de cet album tant attendu. «And Justice for all» suit. Cool! C’est d’ailleurs le 20ème anniversaire de l’album du même nom. C’est ensuite «No Remorse» qui commence sur un furieux solo de Kirk, et continue à une vitesse effréné, c’est une tuerie, «Mon dieu! Mon brushing !» Arrive alors «Fade To Black» et… je quitte la planète terre ! Rien à dire c’est magique!

«Master Of Puppets» suit sans qu’il soit besoin de le présenter, ce titre est carrément un hymne. « End of passion play, crumbling away » et le public poursuit « I’m your source of self destruction”. Une phrase sur deux par couplet est chantée par le public ainsi qu’une bonne partie du refrain et la musique qui est reprise par les fans elle aussi à grand coup de “hohoho”. «Master» se termine sur le rire « démoniaque » de James Hetfield qui enchaine en disant « Did Someone say Kill’em All ? » Lars commence alors le début de «Whiplash» ce titre déjà rapide en temps ordinaire est joué là à une vitesse d’enfer! Malheureusement pour moi, le titre d’après est «Nothing Else Matters». Je n’aime pas ce titre. Trop entendu, trop mou, trop MTV, trop je ne sais pas quoi, mais en tout cas pas assez à mon goût ! Enfin cela ne dure que 5 minutes. Juste après nous entendons James tout seul entamer « I’m your dream, make you real, I’m your eyes when you must steal, I’m your pain when you can’t feel” “Sad But True” “I’m your dream, mind astray….” Et le public tout seul continue “I’m your eyes while you’re away, I’m your pain while you repay, you know it’s sad but true” suivit des coups de grosse caisse de Lars….et c’est parti pour “Sad But True”. En live ce morceau est un pur régal.

Des pétarades et autres bruits de guerre se font entendre, pour finir en feux d’artifices, juste avant que nous entendions les premières notes de «One», il n’est pas concevable d’avoir un concert des Mets sans que «One» soit jouée. Comme c’est le cas pour «Enter Sandman» qui lui emboite le pas d’ailleurs, avec explosions sur l’intro, et James qui nous demande « Are you still out there ? », il nous fait ensuite chanter le refrain, nous ne nous faisons pas vraiment prier du reste. A la fin d’Enter Sandman, James nous dit, «Thank you !!» puis « Merci « en français dans le texte!» Puis le groupe quitte la scène, pour un temps relativement court, tout cela étant bien programmé à l’avance évidemment.

C’est déjà le rappel, avec «Last Caress». Je suis comme une folle dés que j’entends «I got something to say…», C’est de la pure folie, et ça headbangue de plus belle. «So-What» arrive juste après, ne faisant pas redescendre la pression, ça gigote dans tous les sens, il y a une énergie incroyable qui se dégage de partout. James profite de la fin du titre pour dire «Thank You Goodnight !» sur un ton peu convaincant et amusé, les gens crient «non !» Puis il demande «combien de fois avez-vous vu MetallicA live ?» avant de dire, que le nombre de fois importe peu tant que nous sommes décidés à chanter aussi fort que possible sur le prochain titre qui est «Seek & Destroy» et là, la participation du public est à son comble, comme moi les 25 000 personnes présentent sur la Grand’ Place d’Arras ne veulent pas perdre une miette de ce dernier morceau, et nous en profitons au maximum.

“Did you have fun tonight?” Tout le monde répond “yeah” «So did we my friends!» Et le son s’arrête sur « MetallicA loves you baby! Thank you! Merci!» de James. Puis le groupe prend le temps de saluer et applaudir le public qui lui est bien décidé à remercier MetallicA. Il y a distribution de mediators et baguettes. James revient alors au micro pour dire « It’s great to see you again, thank you ! » puis c’est au tour de Kirk qui nous dit “Merci beaucoup motherfuckers ! Yeah ! ». Robert sera le troisième à nous dire un p’tit « ça va ? Ça va bien ? » Puis demande à la foule de pousser un genre de cris de guerre à la « Old Black ». Lars arrive enfin au micro pour nous annoncer « you know what, I got an idea, let’s not wait another four fucking years to come back to France again shall we not? » “We will see you in September with a brand new album, and next year with a brand new indoors tour” “France we love you; Thank you!!!”

Il est certain que nous avons hâte d’être au 12 Septembre pour enfin avoir en main ce « Death Magnetic » tant attendu, et sommes, pour beaucoup d’entre nous, pressés de revoir le groupe surement à Bercy pour la France. Le show a duré prés de deux heures et malgré la fatigue cumulée, les maux divers, pieds, dos etc., les envies diverses, soif, faim, pipi.… Nous serions bien resté deux heures de plus.

Nous retrouvons les jeunes de Besançon qui nous tombent, littéralement dans les bras, l’un d’eux n’a plus de voix, ils nous avouent avoir pleuré de joie en entendant certains titres et je m’aperçois que MetallicA à fait, encore une fois, ce soir l’unanimité, que l’on 15, 25, 40 ans ou plus, les mines sont réjouies, il y a des sourires sur les lèvres et des yeux pleins de p’tites étoiles. Le retour vers la voiture se fait dans la bonne humeur et même les embouteillages pour sortir d’Arras (eh oui, 25000 personnes qui partent en même temps d’une petite ville ça bouche) n’entameront pas notre gaieté.

Set List:

Creeping Death
Ride The Lightning
For Whom The Bell Tolls
The Memory Remains
Sanitarium
Cyanide
And Justice For All
No Remorse
Fade To Black
Master Of Puppets
Whiplash
Nothing Else Matters
Sad But True
One
Enter Sandman
Last Caress
So What
Seek & Destroy

http://www.metallica.com



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 28 septembre 2008 par Orionie
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Voir les 2 commentaires précédents
Excellent article. BRAVO!. Moi qui ai eu la chance de les voir une douzaine de fois en 25 ans, je m'y serais crû.
Seul chose qui me rassure de ne pas y être allé, c'est la perspective d'avoir raté Gojira, que j'apprécie aussi beaucoup...

ven. 3 oct. 08- 05:54  
La track list de Metallica démonte sa maman.

Gojira est cool mais... argh, ils ont pas fait From The Sky ! Les cons !

dim. 5 oct. 08- 20:43  
halord a écrit :
Excellent article. BRAVO!. Moi qui ai eu la chance de les voir une douzaine de fois en 25 ans, je m'y serais crû.
Seul chose qui me rassure de ne pas y être allé, c'est la perspective d'avoir raté Gojira, que j'apprécie aussi beaucoup...


Nous avons du nous croiser plusieurs fois car je les ai pour ma part vu 18 fois en 24 ans (mon premier concert de Tallica étant le 18 Novembre 1984 à Ballard avec Tank et Girlschool en première parties)

dim. 5 oct. 08- 21:07  


Groupes en rapport


Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Down II: A Bustle In Your Hedgerow
Down II: A Bustle In Your Hedgerow
2002

Chronique de NOLA
NOLA
1995

Down
Down
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Sludge Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Unforgiving
The Unforgiving
2011

Chronique de Mother Earth
Mother Earth
2001

Chronique de The Dance
The Dance
1998

Chronique de Enter
Enter
1997

Within Temptation
Within Temptation
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas

Rapports de concerts:

Slayer
Slayer
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Megadeth
Megadeth
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Seven Years...
Seven Years...
2009

Chronique de Beyond the Mirrors
Beyond the Mirrors
2008

Broken Mirrors
Broken Mirrors
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Thrash Metal
Origine : France