Retour à l'accueil
Live Reports :: Lyon Metal Fest 3

Live report : Lyon Metal Fest 3

Tous les concerts de LOFOFORA LOFOFORA [Neo Metal]
Tous les concerts de BLACK BOMB A BLACK BOMB A [Hardcore]
Tous les concerts de THE OLD DEAD TREE THE OLD DEAD TREE [Gothique Metal]
Tous les concerts de EYELESS EYELESS [Thrash Metal]
Tous les concerts de The CNK The CNK [Indus]
Tous les concerts de FURTHER DIMENSION FURTHER DIMENSION
Tous les concerts de TROIDES PRIAMUS HECUBA TROIDES PRIAMUS HECUBA [Fusion]
Tous les concerts de UNCOLORED WISHES UNCOLORED WISHES
Tous les concerts de SILLY TWATS SILLY TWATS
samedi 31 mai 2008 - Transbordeur, Lyon
Voir toutes les infos de ce concert

 





Lyon Metal Fest 3

18h00, m****, je suis en retard ! J’entre dans l’antre, et tout de suite, j’ouie du bruit !
ARG, du gros, du lourd … j’aime arriver en retard, l’ambiance est déjà bien installée, palpable ; les gros métalleux gesticulent et vocifèrent … Une odeur de bière plane dans les airs, les boom boom bass font vibrer l’ancienne usine … bienvenue au Lyon Metal Fest 3 !!!!





Thurther Dimension

Dans la grande salle, un chanteur au look « Scot Ian » (Anthrax) et à la voix de Bruce Dickinson fait jouer son organe sur des airs dignes d’Halloween ; le style n’est pas nouveau, mais il reste efficace et très intéressant. Au 4ème titre, la température monte, et on assiste à un « circle of death » complètement spontané !!! Belle récompense pour leur première scène ensemble ; on sent malgré tout qu’ils ont du mal à se laisser aller même si le public semble conquis. Leur album n’est pas encore sorti, mais on l’attend dans les bacs pour cet été. Vers la fin du concert, les métalleux de la fosse, décidés à en découdre s’improvisent un « brave heart » … Indéniablement, l’ambiance est à la « fest » !!!





Troïdes

Autre salle, autre atmosphère, Troïdes, groupe local, met tout le monde au pas !!! Au pas de charge ou au galop, on ne sait plus ! Un joyeux bordel règne en maitre absolu dès les premiers accords. Dans la fosse se mélangent, fanatiques du groupe, et jeunes convertis, instantanément touchés par la grâce ! Diable ! Qu’ils sont forts, autant de bonnes choses dans si peu de place. Leur Métal puissant, rapide et contagieux, mélange de rap, rythmes africains et plein d’autres inspirations, me traverse et irrémédiablement, me fait danser … Ca y est, je saute !!! Les premiers slams débutent. Tout le monde prend son pied, le public renvoie une énergie au groupe qui le retransmet décuplée. Le guitariste à moustache (très tendance la moustache) ne peu pas s’empêcher de sourire : avec cette tête là, ce regard barré, il transpire le bonheur ! Dans la fosse, une fille demande (en hurlant) : « Mais qui c’est, ils sont trop bien !!!?? » « C’est Troïdes » réponds-je, fier que j’étais d’avoir apporté une petite pierre à tout ce bonheur. Merci les gars, dites moi quand vous repassez dans une salle !





Uncolored Wishes

Retour à la grande salle. Yeahhh, un mec déguisé en touareg … si si, avec des draps sur plusieurs épaisseurs. Malheureusement,l’habit faisant le moine, une longue traversée du désert l’ attendait. Une musique à la « Guns et Roses » … Après le premier slow, puis le deuxième, puis le … et avant que je m’endorme, je décide de faire un saut au bar, et monter voir mon pote Christian d’Adipocère sans qui le Métal Français serait sans doute beaucoup trop sage.
Dommage, le groupe n’était pas mauvais, c’était plutôt réussi dans le genre 80ies, mais manifestement, le public a fait comme moi : pas convaincu, ce n’était pas dans l’esprit de la soirée : la fête !





EyeLess

Tous droits venus de Montpellier, une bande d’assoiffés d’énergie nous assènent des riffs bien fort et bien puissants à la « Dago » ; dans la petite salle, les barbus réagissent aussitôt au gros Power Métal. A plusieurs reprise, Eyeless nous délivre des solos bien amenés, et il est vrai que cela surprend tant on n’est plus très habitué aux solos !! Solo comme plaisir solitaire ? Non, il s’agissait bien là d’un plaisir collectif !
Au titre « Burning », le public monte encore d’un cran ! Juste après, éclate une nouvelle joute démente dans le public, où l’on ramasse les gars à terre avant les charges suivantes … Une véritable furie ! Vous aussi, vous nous avez donné du plaisir, une grande rasade de plaisir !





The Old Dead Tree

Voilà la quatrième fois que je revois ce groupe d’exception. Mon ami Halord sort d’interview avec eux : à l’évidence, un moment très agréable… Ambiance simple et chaleureuse, ces gars là jouent sur un style différent de ce qu’on a vu ce soir. Chaleur, douceur, émotion, finesse et puissance domptée, voilà leur registre ; les oreilles féminines se font plus présentes. Des couples s’enlassent aux moments les plus doux, les barbus se jettent les uns sur les autres dans les moments les plus puissants. A l’image du visage de Manu, le chanteur très charismatique, TODT nous fait naviguer en rage et douceur. A plusieurs reprises Manu ironise sur la place du groupe dans le concert : « comme vous l’avez deviné, on est le groupe le plus violent de la soirée » ; ou encore, « on pensait se prendre des canettes ce soir … Comme quoi vous ne buvez pas beaucoup ! ». Effectivement, le public, pour autant qu’on en ait vu, était plutôt sur la corde du brutal, mais ce soir TODT a montré qu’intelligence musicale et subtilité n’enlevaient rien à l’énergie de leurs interprétations. Encore une fois, bien joué, vielles branches !





The C.N.K

Ach !!! Comment dire ??? « Cosa Nostra Klub », le groupe très attendu de la soirée si l’on en juge l’empressement avec lequel se rattroupe le public, fait son entrée dans la petite salle … Vêtus de costumes de la guerre de 1870, le visage livide, les yeux cerclés de noir, des crêtes à la punks Anglais, ces visages inquiétants grimacent sur une musique indus et martiale.
Derrière les musiciens, un écran géant distille des slogans tels que « Eat meat », « Wear Fur », « Horse Meat Is Excellent » et enfin, « Sauvons les boucheries chevalines »… En arrière plan de la projection, on aperçoit un boucher dans l’exercice de ses fonctions. Du sang, de la violence, et un niveau de provocation visuel rarement atteint, voilà ce qu’offrent nos compères du C.N.K….
Entre presque saluts douteux et marches militaires, on voit des messages comme « C’est ma victoire, en Europe », « Vive la mort », autant de phrases évocatrices d’un passé pas forcément glorieux. Pour le dernier titre, deux hôtesses à forte poitrine et chemisier blanc (deux tailles en dessous) jettent en rythme, des confettis rouges, comme autant de gouttes de sang sur le public.
Un personnage cagoulé mime de frapper ses Kamarades avec le marteau de la justice ( ???) ; sur son dos est écrit « Cont Nosferatu Kommando ».
Le concert se termine sur un texte, visiblement une critique du groupe avec en phrase de fin : « En ce qui me concerne, c’est de la merde ! ».
Que penser d’une telle exhibition ? Provocation, c’est sûr, mais dans quel sens ? En tout cas, tout est millimétré, professionnel et soigneusement ajusté.





Black Bomb A

Rarement un groupe n’a aussi bien porté son nom : car c’est bien d’une explosion qu’il s’agit dès le premier accord et les premiers cris des deux chanteurs ; une voix aigue et criée et une voix plus velue. A eux deux, sous forme de duels vocaux, Djag et Poun donnent une patate infernale, un rythme de dingue. Djag se déplace à la façon du chanteur de Infectious Groove, dans un mouvement très punchy et rap, donnant parfois des kicks de Kung Fu, pendant que Poun fait enfler son cou à s’époumoner comme un diable.
Le Funky-hardcore Métal déchire la salle de part en part … Au risque d’abuser des superlatifs, je n’avais jamais vu un public aussi déchainé au Transbordeur ; ce jour là, la fosse s’est étendue à la salle entière !!!!! C’est là qu’on a assisté au plus grand « Circle of Death », où de nombreuses baskets sont restées orphelines …
Djag nous a fait l’honneur d’un slam … Plus tard, sur « Police », on a assisté au le « brave heart » le plus impressionant jamais vu au Transbo … Tout le monde sautait, volait … Le batteur de Troïdes a profité de la scène pour s’offrir un slam. Le concert de BBA s’est terminé comme il a commencé : en trombe, sur une reprise musclée et fort bien menée de Midnight Oil : « Beds are burning »…
… Repos !





Lofofora

Très professionnel, trop peut-être, Lofo nous a exécuté une prestation parfaitement huilée ; une grande partie du public reprenait les slogans et les titres du groupe ; encore abasourdi par BBA, la salle n’a pas réagi tout de suite à la puissance de Lofo, mais petit à petit, est entré dans le jeu de Reuno, le chanteur aux yeux qui font, très très peur.
Hautement politique, et semble t-il à l’antithèse de C.N.K. (à moins que C.N.K. …), le ton de Reuno est revendicateur et exhorte à la révolte, ou tout au moins, à la prise de conscience … Mais, avant de partir, il nous a bien dit qu’il fallait qu’on fasse comme si de rien était, et que tout irait bien ? …




La soirée s’achève, comme la conclusion d’une course folle, une mêlée de sueur ; les lumières s’allument, et assommés par une sur consommation de puissance, nos chères tètes de cheveux se retournent et doucement rejoignent la sortie du Transbo. C’était une très bonne soirée, du gros, du lourd et de l’inattendu …
Telle une armée silencieuse, nous regagnons nos foyers, épuisés d’avoir sauté si haut, d’avoir si bien combattu lors des « Brave Hearts » ; c’est sûr, le LMF3 restera une très bonne édition. Merci à tous les groupes de nous avoir donné autant de plaisir. A l’année prochaine !



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 12 juin 2008 par TheBastien
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Bravo pour le rapport, il est excellent.

Un concert inoubliable avec une prestation énorme de Black Bomb A.

lun. 23 juin 08- 22:52  
Wahouou, se qu'il ne faut pas lire. Sans dec, mec, pour Uncolored Wishes, tu ne te serais pas planté de groupe ? :D
"Une musique à la « Guns et Roses » … Après le premier slow, puis le deuxième, puis le … et avant que je m’endorme"
A la Gun's n' Roses ? depuis qd les guns font du prog. En tout cas leur chanteur halucinant et haluciné m'a fait une très belle impression. Quelle maitrise.

Ca se fut la bonne surprise. la déception vint du CNK, autant ca passe sur album, autant en live j'ai été très déçu. Et pourtant je les attendais. Masi la musique perd de sa puissance, et les samples étant en retrait, on s'appercoit que le tout est finalement très punk, les orchestrations n'étant qu'un prétexte pour le 'grandiloquant', mais inutiles en terme de composition, au final.

voilà :)

dim. 21 déc. 08- 02:09  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Lofofora
Lofofora
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Neo Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Black Bomb A
Black Bomb A
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Hardcore
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The nameless disease
The nameless disease
2003

Chronique de The blossom
The blossom
1999

The Old Dead Tree
The Old Dead Tree
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Gothique Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Diary
The Diary
2009

Eyeless
Eyeless
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Thrash Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de L'Hymne à La Joie
L'Hymne à La Joie
2007

Chronique de L'Hymne à La Joie
L'Hymne à La Joie
2007

The CNK
The CNK
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Indus
Origine : France

Rapports de concerts:

Troïdes Priamus Hecuba
Troïdes Priamus Hecuba
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Fusion
Origine : France

Rapports de concerts: