Retour à l'accueil
Live Reports :: Katatonia

Live report : Katatonia

Tous les concerts de Katatonia Katatonia [Rock Metal]
Tous les concerts de Swallow the Sun Swallow the Sun [Doom Metal]
Tous les concerts de Long Distance Calling Long Distance Calling [Ambiant/Atmo]
samedi 20 mars 2010 - Espace Tatry, Bordeaux
Voir toutes les infos de ce concert





C'est à Bordeaux qu'avait lieu ce soir la troisième date française de la tournée européenne de Katatonia, accompagné des finlandais Swallow the Sun et des allemands Long Distance Calling. Pour l'occasion, l'Espace Tatry a été réquisitionné, bien que cette salle ne soit pas vraiment habituée aux concerts Metal.
Malgré la popularité des groupes, peu de monde sera présent ce soir (environ 150 personnes), ce qui confère à cette manifestation une allure intimiste qui n'est pas déplaisante.
20h30 sonne, c'est l'heure de laisser le public envahir la sympathique salle. Avant de débuter cette soirée, l'organisateur grimpe sur scène et prend le micro pour présenter brièvement les formations présentes, en demandant au public de leur réserver un accueil mémorable.
L'initiative est belle, mais le public n'était pas là pour rien et comptait bien donner de la voix pour ces trois groupes...





Long Distance Calling

Cinq minutes seulement après l'ouverture des portes, les allemands de Long Distance Calling foulent les planches d'un Tatry bien peu rempli. Proposant une musique instrumentale bourrée de nuances et véritablement planante, le quintet se lance dans les hostilités avec le très bon "Black Paper Planes", sans intro au préalable.
La musique emplit les murs de cette sympathique salle, commence à faire remuer quelques têtes... Ça y est, Long Distance Calling est en train de faire bonne impression. Visiblement, le public bordelais se laisse guider au rythme des morceaux, dépassant pour la plupart les cinq minutes.

Les titres s'enchaînent, plantant ça et là des ambiances aériennes aussi fines que délicates ("I Know You, Stanley Milgrami", "Sundown Highway"...) grâce à des guitares inspirées et une section rythmique vraiment bien en place. Seule étrangeté dans ce concert, Reimut (samples), debout derrière son ordinateur, semble bien dispensable à côté de ses collègues... Cependant les musiciens semblent heureux de jouer devant un parterre bordelais qui ne manquera pas de les ovationner à plusieurs reprises.

Proposant en très grande partie des morceaux issus du dernier album Avoid the Light, le set de Long Distance Calling durera en tout et pour tout un peu plus d'une demie-heure. C'est également le temps qu'il leur a fallu pour se mettre le public en poche.
Une très bonne première partie donc, qui nous aura prouver à quel point la musique peut-être émotionnelle et peut transporter un auditoire entier...





Swallow the Sun

Sûrement le groupe le plus extrême de la soirée, Swallow the Sun arrive sur scène aux sons d'une intro sombre et inquiétante, puis lance "These Woods Breathe Evil", issu du dernier album New Moon. Les finlandais feront trembler les murs de Tatry sur toute la durée du set, avec leur Doom-Death Mélodique sombre et pesant.
Bénéficiant d'éclairages bleuis qui développent une atmosphère inquiétante et oppressante, Swallow the Sun est ici pour faire les choses comme il le faut, n'hésitant pas à suivre Aleksi Munter (claviers) dans un headbanging frénétique et pour le moins ordonné.
Piochant tour à tour dans chacun de ses albums, les finlandais régalent le public avec ses "Falling World", "Sleepless Swans" et autres "Don't Fall Asleep" et "New Moon". Le show est parfaitement calibré, chacun des musiciens délivre une prestation en tout point remarquable (avec en point d'honneur un Kai Hahto (batterie) parfaitement intégré dans le combo).

Le son est vraiment puissant et audible, même si les interventions claires de Mikko Kotamäki (chant) manquent un peu de poids comparées à ses growls... D'ailleurs, ce concert sera une nouvelle occasion pour apprécier à sa juste valeur la remarquable polyvalence de Mikko, même si le bonhomme n'est pas vraiment bavard entre les morceaux (tout juste s'il les présente!).
Après une belle collection de titres (omettant pourtant l'excellent "Descending Winters" issu de Ghosts of Loss), les finlandais concluent un show intéressant sous les applaudissements du public.

Une prestation carrée pour un groupe talentueux, tout simplement.





Katatonia

C'est sur le son du générique d'Amicalement Vôtre (!) que les suédois de Katatonia montent sur scène, très attendus par une très grande majorité du public.
Sans perdre de temps, "Forsaker" résonne, présageant un concert monstrueux dû à un son équilibré et vraiment percutant. Le public répond immédiatement présent, et se délecte du chant si aérien de Jonas Renkse. Car comme sur album, le frontman assure son rôle d'une justesse très appréciable.
Pourtant, et là encore c'est dans son habitude, Jonas se cache derrière ses longs cheveux, apportant ainsi un mystère qui fera rager les photographes de la soirée qui tentent en vain de le mitrailler à visage découvert!

Après une petite mise en jambe avec deux titres issus de Night is the New Day, dernier album en date, Jonas présente à un public déjà chauffé à blanc ses membres live remplaçant les frères Norrman: Per Eriksson (Bloodbath) à la guitare et Niklas Sandin (non, pas Sundin de Dark Tranquillity, celui de Siebenbürgen et Amaran) à la basse.
Une fois les présentations faites, le groupe repart de plus belle, piochant ses titres en grande partie dans son dernier album avec "The Longest Year ", "Day & Then the Shade" et "Onward Into Battle". Mais Katatonia ne manquera pas de taper aussi dans ses plus grands "tubes" ("Evidence", "Teargas", "My Twin", "Ghost of the Sun"...). Le concert monte en puissance, le public ovationne Katatonia entre chaque morceau, auquel Jonas ne cesse de répondre "thank you so much".

Comparativement au show de Niort auquel j'ai pu assisté, la set-list était loin d'être identique ce soir. Un très bon point qui prouve que Katatonia ne se contente pas de jouer le même concert chaque soir. Autre bon point, l'éclairage. Sans en faire des tonnes, il reste simple mais efficace, se balançant aux rythmes de la musique des suédois.
Après plus d'une quinzaine de titres tapant dans toute sa discographie (hormis l'époque Dance of December Souls et Brave Murder Day) avec en prime quelques raretés ("Saw You Drown", "Complicity"...), c'est déjà la fin du show... Mais c'était sans compter sur la ferveur du public bordelais qui n'a pas hésité à donner de la voix pour un rappel... Chose que le groupe attendait bien sûr, mais qui s'est joyeusement exécuté avec l'excellent "Dispossession" et l'ultime "Leaders", que Renkse s'amusera à présenter: "devinez quel est ce morceau".

Cette fois-ci, c'est vraiment la fin, le groupe applaudit le public acquis à sa cause et semble heureux de sa prestation. Katatonia est venu, a vu et a logiquement vaincu, point à la ligne.




Une très bonne soirée s'achève, avec trois concerts vraiment très intéressants. Le public sort des murs de Tatry avec le sourire aux lèvres, certains d'entre eux ont eu la chance de discuter avec les gars de Swallow the Sun et Long Distance Calling, mais malheureusement pas avec Katatonia. Vu la façon dont le stand de Merchandising a été pris d'assaut à la fin de chaque show, il est évident que chacun des groupes présents ce soir a réussi le pari de se mettre le public bordelais en poche. Et c'est bien tout ce qui importe!



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 21 mars 2010 par kumelia
(2)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Voir les 5 commentaires précédents
Oui c'est vrai...maintenant que tu le dis...
Mais je trouve que la ville de Bordeaux ne met pas assez en avant la vie musicale, on a AUCUNE bonne salle, il y a toujours très peu de promotion, et ce même pour les gros évènements (du style de ceux qui passent à Meriadeck)...
Il faut être bien renseigné et être un peu "dedans" pour profiter de la scène musicale bordelaise.

lun. 29 mars 10- 07:27  
Tu as raison Unf', c'est sûr que le Metal ou la création de concerts n'est pas au coeur des réflexions de nos chers élus, mais c'est partout pareil en France!
C'est sûr, pour être un minimum informé, il faut un minimum s'impliquer dans le milieu...
Sinon, qu'est-ce que tu penses de Barbey?

lun. 29 mars 10- 12:41  
Je dirais que c'est la seule salle "potable" de la ville malgré sa petite taille.
J'y ai vu Stone Sour et j'en garde un très bon souvenir parce qu'il n'y a que quelques centaines de places la dedans et que c'était très sympa...

lun. 29 mars 10- 17:09  


Groupes en rapport


Katatonia
Katatonia
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Rock Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Swallow the Sun
Swallow the Sun
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Doom Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Avoid the Light
Avoid the Light
2009

Long Distance Calling
Long Distance Calling
Voir la page du groupe
Création : 2006
Genre : Ambiant/Atmo
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Atoma
Atoma
2016

Chronique de We Are The Void
We Are The Void
2010

Chronique de We Are The Void
We Are The Void
2010

Chronique de Fiction
Fiction
2007

Dark Tranquillity
Dark Tranquillity
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Yoshū Fukushū
Yoshū Fukushū
2013

Chronique de Tsume Tsume Tsume
Tsume Tsume Tsume
2008

Chronique de Buikikaesu
Buikikaesu
2007

Maximum The Hormone
Maximum The Hormone
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Rock Metal
Origine : Japon

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Delirium
Delirium
2016

Chronique de Broken Crown Halo
Broken Crown Halo
2014

Chronique de Dark Adrenaline
Dark Adrenaline
2012

Chronique de Shallow Life
Shallow Life
2009

Lacuna Coil
Lacuna Coil
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Rock Metal
Origine : Italie

Rapports de concerts:

Stone Sour
Stone Sour
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Rock Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: