Retour à l'accueil
Live Reports :: Sunn O)))

Live report : Sunn O)))

Tous les concerts de Sunn O))) Sunn O))) [Doom Metal]
Tous les concerts de Eagle Twin Eagle Twin [Doom Metal]
samedi 30 janvier 2010 - Le confort moderne, Poitiers
Voir toutes les infos de ce concert

 

Photographe : C. Chort




Olives au piment

Sunn O))) au Confort moderne. Lorsque j'ai lu ça sur les tracts distribués à la faculté je crois que jamais mon pantalon n'avait été aussi proche de connaître le Déluge. En bon ami prévenant, je contacte des potes amateurs en vitesse pour un concert qui s'annonce incroyable. En matant par ci par là des vidéos sur le net, mon pantalon se réfugie dans le placard, sachant à quoi s'en tenir. Sunn O))) ça va faire mal et c'est exactement ce qu'on nous dit à l'entrée du Confort moderne, ce samedi 30 janvier de l'an 2010 (ou de l'ère Nanoroux sur Metalship en attendant un coup d'Etat).
L'accueil est en effet on ne peut plus significatif. Un responsable distribue un papier ma foi fort sympathique qui se résume à ça: bouchons obligatoires, pauses régulières conseillées et: si vous sentez qu'un petit sifflement s'immisce dans votre oreille c'est qu'il faut arrêter et qu'il est peut être trop tard. Sunn O))) en concert c'est donc une Nuit en enfer quoi.
Pour l'occasion, le Confort moderne a tout fait péter. Apéro au comptoir pour patienter et du bon son pour mettre dans l'ambiance (aaah Candlemass!!!!!). Du coup des olives au piment et une Grimbergen ambrée ça se refuse pas avant d'attaquer la première partie: Eagle twin.





Eagle twin

Le groupe est déjà sur scène lorsque le public rentre. Le terme de groupe est d'ailleurs mal approprié car les gars d'Eagle twin ne sont en fait que deux. Un barbu et...un barbu. Mais roux. Je ne peux m'empêcher d'avoir un geste de recul mais décide de prendre sur moi malgré tout (ha ha). Et j'avais raison. Eagle twin commence à jouer et nous délivre un morceau unique de près de 45 minutes si je ne m'abuse. Le son est déjà hyper fort et on se dit que les murs d'amplis derrière servent peut être plus que dans les clips de Tokio Hotel.
Eagle twin démarre donc et fait mal, très mal. Déjà, aux oreilles, ce qui presse tout le monde à enfoncer ces bouchons oranges toujours aussi design dans leurs orifices pour abeilles, révélant vite un confort paisible. La musique d'Eagle twin convient très bien pour une première partie de Sunn O))). L'influence Earth est là, c'est sûr, les parties Stoner rappelent vite le côté désert américain tandis que la lourdeur pachydermique des parties plus Drone valorisent la voix incantatoire du chanteur. Le batteur se déchaine au fil du titre et ne tarde pas à enlever son T-shirt pour nous dévoiler un sex appeal terrifiant. Eagle twin sait en tout cas attirer son monde, la salle se remplissant vite (de toute manière autant venir dans la salle si l'on entend même au comptoir extérieur). Eagle twin c'est donc du Drone Stoner bien Rock avec des parties bien énervées comme il faut et un sens de l'accord qui fait mouche. Une première partie surprenante.





Sunn O)))

Après avoir repris quelques olives au piment, on annonce que Sunn O))) va commencer. Premier rang obligatoire pour votre obligé qui ne se sent déjà plus. La salle est envahie par une fumée épaisse mais également par un public vraiment nombreux ce qui me surpris davantage. Le groupe entre sur scène, trois musiciens en robe de bure dont on ne voit pas le visage. L'effet est saisissant. Après avoir allumé leurs fameux amplis de la marque légendaire, le premier accord tombe, comme une sentence. Sunn O))) joue, à deux pas de moi.
Il est très difficile de dire ce que l'on ressent face à ce type de musique. Jamais je n'avais entendu musique aussi forte (le papier affirmait que le groupe était hors la loi car jouant au-dessus de 105 décibels, limite maximum pour se produire) et aussi vibrante. Pour faire simple, chaque accord de Sunn O))) regroupe toutes les vibrations de 02:00 minutes de Dub. Autant dire que ça décoiffe. Tout le corps tremble et un ami me fait signe de poser mes mains sur la scène qui semble victime d'un tremblement de terre. Après quelques minutes du show, j'aurais l'occasion d'apercevoir que chaque membre possède un casque sous son capuchon, ce qui ne m'étonna guère. Durant une bonne vingtaine de minutes, les trois musiciens jouent lentement, très lentement et le calme est total dans la salle tandis qu'un quatrième moine arrive.





Attila

Attila entre en scène, en robe de bure lui aussi et nous gratifie d'une mise en scène théâtrale, dos au public, face à Steve Moore, décrivant des cercles et courbes avec ses bras, comme invoquant un élément. A sa gauche, l'un des moines saisit une chose étrange qu'il exhibe et jette derrière les murs d'amplis. Curieux.
Le chanteur de Mayhem se retourne alors et se saisit du micro. Pas de chant criard ici, Attila la joue mystique, il suit la lenteur de la musique. L'un des guitaristes (est-ce Anderson?) théâtralise également sa présence sur scène, élevant sa main jusqu'au nue et la laissant retomber lentement pour bien gratter toutes les cordes de son instrument, faisant alors trembler toute la salle. Les lamentations de Csihar sont incroyables, à la fois divine et démoniaque, se conjuguant à merveille avec la lourdeur monolithique de la musique. En fermant les yeux, on est véritablement happé par les intentions de Sunn O))), visuellement dingue et musicalement génial.





Messe noire

Le show avance et la tension ne faiblit pas. Au bout d'un certain temps, l'impression d'assister à autre chose qu'un concert s'intensifie en moi. Attila est parti et les trois musiciens sont toujours là, austères et habités, faisant pleuvoir le tonnerre sur nos pauvres têtes. Particulièrement amusant dans ce magma de noirceur, la présence d'une bouteille de vin que les membres se font passer. Par moment, le Drone ténébreux céde sa place à un peu plus de bruitisme permettant au guitariste de gauche de se déchainer sur scène comme un dément. Flippant.
Et là, Attila revient. S'avancant près de la scène, il ressaisit son micro et la musique semble diminuer de volume tandis qu'il entame une plainte grave et une incantation terrifiante, secondé par le trombone de Moore. Se penchant au-dessus du premier rang (moi ha ha!) tout en chantant, il montre à tous la transformation qui s'est opérée durant son départ. Adieu le visage d'Attila Csihar, la peau lisse a cédé sa place à une sorte de visage fondu solidifié. Très étrange je dois dire. Je reconnais alors la chose qu'avait lancé le guitariste auparavant. Un masque bizarre tellement réel qui laisse croire qu'Attila perd sa peau, qu'elle fond. C'est glauque à souhait il faut le dire.
Le concert céde alors de plus en plus la place à une véritable messe noire, une cérémonie macabre mais austère où tout se déroule dans le silence mais dans le bruit, dans le mouvement et dans l'immobilité. Tout est contraste chez Sunn O))). Pour tout dire, on a l'impression de s'ennuyer chaque minute alors qu'en fait on est captivé tout du long.





Final terrifiant

Attila repartira encore mais la musique ne faiblira pas, l'intensité allant de pair avec la course du temps. Moore saupoudre le tonnerre de fines couches de lumière avec ses nappes de claviers célestes vite étouffées par le reste.
Un bon quart d'heure plus tard, Attila reveint pour la dernière fois. Saisisant, déroutant, son dernier costume, sa dernière transformation surprend. Plus de bras, il est devenu une sorte d'homme-arbre, de Dieu arbre peut-être. Un corbeau se tient sur la branche rattachée à sa couronne boisée, son masque de peau fondue est toujours là et il est dans un sac à patate. Si la description est amusante, le résultat est plutôt énorme. C'est avec ce dernier costume que s'achéve le concert de Sunn O))), les lamentations d'Attila se font de plus en plus insistantes et le trombone de plus en plus présent. Les musiciens bougent, sont possédés et toujours cette impression d'assister à une messe noire, à une transformation d'un disciple par l'incantation. Attila finit à terre, à quatre pattes et Sunn O))) s'en va.





Le bruit m'est indifférent

Tout le monde sort. On s'arrête au stant de Sunn O))), mon ami s'achéte un T-Shirt et on regarde un boitier sur la table avec une description en anglais: "ce CD est l'un des 5000 uniques exemplaires du concert de Mayhem enregistré avec le line up originel dont Eurnymous et Vag Vikernes, Attila Csihar viendra le signer à la fin du concert de Sunn O)))". Enorme jusqu'au bout! Attendant que les gars de Sunn O))) descendent, c'est avec déception que mon ami ne voit personne arriver. Personne sauf Attila. En effet, le chanteur de Mayhem vient pour parler avec les gens, signer des autographes, et se révéle véritablement sympathique et ouvert, nous gratifiant d'un au revoir de la main avec un sourire (putain il sourit!!!!!) en remontant dans sa loge.
Il est 23h30, je rentre chez moi et le tumulte citadin me semble être le chant produit par les feuilles des arbres en forêt. Tout est silence, je viens de vivre une véritable expèrience et une catharsis hors du commun.

P.S: Merci à C.Chort qui a aimablement bien voulu me prêter ses photos. Lien vers son site: http://cchort.free.fr/



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 5 février 2010 par Prométhée
(0)




Rapport précédent

Tout

Rapport suivant


Commentaires


Voir les 2 commentaires précédents
A Solo Necrozis: Oui j'ai eu vent de cet autre costume et en ait aperçu des photos. Mais l'homme arbre ça en jetait! Et oui Pit c'est à voir, vraiment.
dim. 7 févr. 10- 20:45  
Joli live report! En tout cas, ça prouve que c'est bien le groupe à voir au moins une fois dans sa vie.
jeu. 11 févr. 10- 00:15  
J'y étais aussi :P C'était plus une "expérience" qu'un concert!
dim. 30 mai 10- 00:22  


Groupes en rapport


Sunn O)))
Sunn O)))
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Doom Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Eagle Twin
Eagle Twin
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Doom Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Epicus doomicus metallicus
Epicus doomicus metallicus
1986

Candlemass
Candlemass
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Doom Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Mayhem
Mayhem
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Incantation
Incantation
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: