Retour à l'accueil
Live Reports :: The Unholy Alliance

Live report : The Unholy Alliance

Tous les concerts de Slayer Slayer [Thrash Metal]
Tous les concerts de In Flames In Flames [Melodic Death Metal]
Tous les concerts de Children of Bodom Children of Bodom [Melodic Death Metal]
Tous les concerts de Lamb of God Lamb of God [Metal]
Tous les concerts de Gojira Gojira [Death Metal]
Tous les concerts de Thine Eyes Bleed Thine Eyes Bleed
mardi 7 novembre 2006 - AccorHotels Arena - POPB, Paris
Voir toutes les infos de ce concert

 





Photo
Bercy se vide de ses spectateurs, petite photo pour la fin.
On a beau dire que l’habit ne fait pas le moine, mais les longues vestes en cuir, les cheveux longs, et surtout les habits noirs étaient de rigueur pour cette soirée basse en couleurs !
Les cadavres de bouteilles s’amoncelaient devant l’entrée de Bercy, tandis que les cadavres humains étaient surtout présents dans la salle. Encore que … au moment où l’on passe la première barrière de videurs contrôlant l’entrée, quelques morts saouls tentaient de se fritter avec les gars de la sécu !
Heureusement, avant de partir, on avait prévu la déshydratation, évitée à coups de Sangria One et Kro dégueu. Prévoyants, on avait acheté un pack d’eau pour vider l’eau dans une grille d’égout (et c’est le prez club eau qui l’a jetée, en plus !! Scandale !), pour transvaser l’alcool dans les bouteilles en plastoc. Comme on pensait qu’on ne pourrait rentrer que sans bouchons, on avait vidé d’autres bouteilles pour garder leurs bouchons qu’on s’était planqué (derrière la ceinture ou dans les chaussettes ^^). Sauf que le videur voulait aucune bouteille … on s’est donc fini devant l’entrée, en vitesse, la bouteille qui restait (heureusement on avait pris de l’avance sur notre conso, dans la caisse …). On était donc partis à 12h30, le concert commençant à 17h30.

Photo
La salle encore calme et presque vide, avec ses rangées d'enceintes déjà menaçantes.
Photo
Saturnin, moi, Gervaise (désolé, on était jeunes ...)
Photo
Ecran géant au plafond qui n'a hélas pas servi à retranscrire les images des groupes.
Photo
Le Bercy POP
Photo
Un inconnu bien velu.
Photo
Le russe et son mercurochrome vert (oui c'est vert en Russie)
Photo
La salle vibrant sur Slayer




Gojira

A peine la porte passée, une douce fragrance musicale vient bercer nos tympans … et faire vibrer notre cage thoracique ! On avait raté le premier groupe (Thine Eyes Bleed), et Gojira commençait déjà les hostilités. On cherche alors l’entrée de la fosse … et on débouche sur une vue imprenable de la minuscule scène de Bercy s’offrant à nous, loin en dessous de nous. Pendant que la double pédale gojiresque fait s’entrechoquer nos côtes, on se faufile alors parmi les masses qui composent le public, pour rentrer dans la zone de pogo. Première bonne surprise : il y a beaucoup de monde, mais pas excessivement, et c’est sans trop de problèmes qu’on peut approcher la 5ème ligne. On n’avait pas non plus trop de problèmes pour se retrouver, à partir du moment où on savait globalement où étaient les autres.
Au gré des flashs lumineux, on aperçoit de temps à autre le mur d’amplis Marshall et le mur d’enceintes, crachant les puissantes basses rythmées de Gojira. La voix du chanteur se fait tout juste entendre, mais on lui pardonne : se taper le morceau en tapping de Clone pendant qu’il chante, c’est déjà assez dur ! Coté géographie, le schéma global est respecté :-p : les premières lignes sont stables et compactes (jusqu’à une dizaine, tenant en un ou deux mètres), avec une large zone à pogo juste derrière. Mais là où d’habitude on voit souvent une zone de pogo assez vide et une zone après pogo (statique : ceux qui viennent pour regarder sans se faire bousculer), ici il y avait une large zone de pogos, mais suffisamment dense pour ne pas que ce soit trop dangereux. La quasi-totalité du public se démenait donc vraiment, les plus calmes préférant les gradins.
Gojira termine alors son set, sans trop demander leur reste, pendant qu’on se remet la colonne vertébrale en place.

Photo Photo Photo



Lamb of God

Vient alors mon groupe cultissime tant adoré qui débarque sans fioritures : ils auront très peu parlé de tout leur set, assez peu fait bouger la salle, mais on le leur pardonne ! Les pogos commencent à vraiment s’agiter, le son des grattes est vraiment bon, au détriment de celui de la voix, quasi inaudible (bah, pas grave :-p). Les slams prennent aussi vraiment de l’ampleur, et c’est avec grand bonheur que je m’y joins ! Pour les slams, le problème était qu’on était très vite projeté vers l’avant. Il y avait une zone de 2 mètres entre la foule et la scène, protégée par des barrières … et de bons gros videurs qui happaient au passage tous les slammeurs qu’ils voyaient, en les choppant par les pieds, la tête ou autre, sans ménagement. Pour faire un slam suffisamment long, il fallait donc soit partir du fond de la salle (pas très évident) soit trouver une technique pour remonter le courant et ne pas tomber directement sur les videurs peu farouches ! Et le plus simple était alors de rouler sur soi même, pour repartir vers le fond de la salle. Et la foule était tellement compacte que ça marchait très bien :-p

Photo
Lamb of God: installation du matos pour les Américains de Richmond.
Photo Photo Photo Photo Photo



Children of Bodom

Viennent alors en scène les grands Children of Bodom, introduits par une très simpa petite zik disco (voir vidéo, à chopper chez moi), « Ladies and Gentlemen, welcome to our show tonight. I’m proud to present our special guest ... ». Leur show passera alors lui aussi sans grosse fioriture (ou en tout cas à mes yeux, mais c’est peut être le fait de les avoir déjà vus à Lyon il y a quelques mois qui ne m’a pas fait extasier devant le jeu d’Alexi Laiho, cette fois. Et faut dire … je le préférais avec sa petite tête blonde, notre cher Alexi ! :-p). Enfin, leur prestation sera quand même géniale, et bien mieux que celle à Lyon, où la fosse ne bougeait qu’à peine. Cette fois, les slams continuaient de déferler sur de longues vagues de pogo.

Photo Photo
Children of Bodom: La montée sur scène des Finlandais
Photo Photo
Children of Bodom: Alexi Laiho haranguant la foule




Photo
In Flames: Anders Fridén

In Flames

Ce fut alors au tour de In Flames d’honorer de leur présence le grand Bercy. Et autant je partais avec des a priori moyens sur eux, autant c’est le groupe qui m’a le plus étonné de la soirée. A priori le public de Slayer ou CoB est assez différent de celui de In Flames, et c’est sans problème qu’In Flames a réussi à se l’approprier. Le son était très bon, la voix très détachée, (surtout sa voix claire), et le chanteur a finalement passé plus de temps à haranguer la foule que le reste des groupes réunis, quasiment :-p ! Après un set très sympathique, arrivant au terme de leurs 45 min, ils ont du lâcher le micro, Bercy leur imposant de respecter à la lettre les horaires (le concert se sera d’ailleurs finalement terminé pile à l’heure prévue … à 23h30 ! Ce qui fait bien tôt, pour 5 groupes !).

Photo
In Flames: Bannière aux couleurs de In Flames
Photo Photo Photo Photo Photo
In Flames: Anders Fridén
Photo



Slayer

Et c’est alors au tour du seigneur de ces lieux de clôturer cette marche cacophonique, sur la magnifique intro de « God Hates Us All » (Darkness of Christ), suivie bien sûr de Disciple. Toute la foule aura été étonnée de voir le vieux chanteur Tom Araya se ramener avec une bonne grosse barbe grisonnante, mais le bougre n’avait pas perdu ses qualités vocales (si on peut appeler ça des qualités ;-)). Le groupe n’a pas fait de gros efforts pour soulever la foule, mais leur simple présence a réussit à faire doubler le nombre de pogoteurs dans la fosse (et de slammeurs !) ! Et quel bonheur de voir de près, en vrai, Kerry King, grosse masse de muscle décorée de nombreux tatouages (amour amour :-p). A noter que deux gigantesques croix sataniques se profilaient sur la scène, faites de 10 baffles Marshall chacune. Sur le fond défilaient des images de guerre ou autre joyeusetés funèbres et macabres, comme on les aime. La sono était largement suffisante, (ie : de quoi faire exploser le crâne d’une personne normale qui se retrouverait devant les baffles), et le jeu de lumière avait de quoi tuer n’importe quel épileptique. J’avais d’ailleurs un horrible mal de tête, m’empêchant d’headbanguer pour la suite de la soirée. Durant cette partie, j’ai réussi à me faufiler à la deuxième place, puis à la première, place avantageuse pour pouvoir prendre des photos, c’est vrai, mais qui s’avère finalement vite être un cauchemar ! Déjà à la deuxième, un sale con sur ma gauche essayait à chaque fois de foutre ses bras devant ma gueule pour passer devant moi. Mettant ses avant bras sur le type devant lui, j’avais ses coudes devant moi, alors comme il comprenait pas je me suis pas gêné pour lui faire la pareille, avant de m’énerver et de le bourrer vers l’arrière (j’étais à la limite de lui mettre un pain) … Ensuite, le gars devant moi tentant se sortir de sa première place, j’ai alors atteint le premier rang à mon tour … et là c’est l’enfer ! Les hanches se font exploser par la barrière et la pression derrière nous des centaines de personnes poussant, alors pour les protéger, on essaie de tenir la barrière avec les mains, et elles sont alors bloquées (je mettais alors 20 s pour sortir une main, choper l’appareil pour prendre une photo … j’avais d’ailleurs peur que l’appareil explose sous la pression qu’il y avait ^^). Et le pire, c’est pour le dos : la barrière aux hanches, toutes les personnes derrière poussent sur notre dos, et si on se laisse faire, on se retrouve plié en deux, face contre terre, et si on essaie de se redresser, on se pète la colonne vertébrale. Bref, une position qui n’a finalement rien à envier … je suis donc resté un court quart d’heure avant de difficilement m’extraire de là en sautant dans la « fosse aux vigiles ».
Leur très bon set s’est alors terminé sur un hommage au mythique Dimebag Darrel, sur un air de Cemetary Gates (titre prédestiné), grandiose gratteux de Pantera puis de Damage Plan, assassiné par balle il y a maintenant un an et demi, au cours d’un concert (aux USA, bien sûr :-/).




Photo
Slayer: Vue d'ensemble de la scène
Quant au retour, à minuit (horaires parfaitement respectés par les groupes), il s’est passé sans problèmes grâce à notre ange gardien, Gervaise ;-). J’ai même pas eu à conduire, il a assuré tout seul le rapatriement des loques qu’on était !
Et maintenant, ce sera à vous d’écrire la prochaine page de l’histoire de Bercy, avec un Unholy Alliance III, l’an prochain (auquel Slayer nous a donné rendez vous à tous :-p).

Photo
Slayer: Tom Araya, débarquant ... avec des poils gris au menton !
Photo
Slayer: Jeff Hanneman
Photo
Slayer: Kerry King, plus impressionnant en vrai qu'en photo
Photo Photo Photo Photo Photo Photo Photo
Slayer: Kerry King sur sa BC Rich
Photo
Slayer: [[Tom Araya]], toujours aussi adulé


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
le 19 mars 2007 par NanoRoux
(1)




Tout

Rapport suivant


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Groupes en rapport


Slayer
Slayer
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

In Flames
In Flames
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Children of Bodom
Children of Bodom
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de VII: Sturm und Drang
VII: Sturm und Drang
2015

Chronique de Wrath
Wrath
2009

Chronique de Sacrament
Sacrament
2006

Chronique de Sacrament
Sacrament
2006

Lamb Of God
Lamb Of God
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts: