Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Nemost

Interview de Nemost


Rythmique solide, refrains efficaces et ambiances mélancoliques… Voici le savoureux cocktail distillé par les français de Nemost! Sortant début mars 2010 The Shadow’s Trail, premier rejeton et première baffe, on ne peut pas dire que le combo parisien ait chômé !

Pour ça (et aussi pour toi Metalshipien), il devenait normal de laisser la parole aux maîtres à penser de l'entité Nemost!


Metalship : Salut Nemost ! Avant de débuter cette interview, pouvez-vous remonter dans le passé avec nous, de la formation du groupe jusqu’à la sortie de votre premier album ?

Johan Nat (Guitare) : Salut Metalship! Il est difficile de résumer le passé de Nemost en quelques lignes, mais je vais faire de mon mieux.
Tout commence en automne 2005. J’avais alors 15 ans et l’envie d’explorer ma passion du Metal et de la composition. Attelé à la guitare, je me suis mis à la recherche des membres qui seraient capables d’apporter leur talent, mais aussi une stabilité qui a fait défaut au groupe pendant deux longues années d‘interminables défilements de membres.
C’est en été 2007 que nous (les membres d’alors et moi) avons rencontré TimCod, et l’avons adopté comme vocaliste du fait de son timbre de voix pour le moins unique. Samuel Eymonym, guitariste et compositeur, a rejoint le groupe dans la foulée avec de nombreux morceaux sombres et mélancoliques à nous proposer.
Après quelques concerts et l’enregistrement d’une première démo nous avons intégré Thybo, un batteur au sens rythmique que je qualifierais presque de "mélodique" à l’écoute de son jeu, en août 2008. Enfin Merry DotA, bassiste dont le style apporte beaucoup à l’ensemble des riffs de Nemost, nous a rejoints en fin 2009 alors que l’enregistrement de The Shadow’s Trail avait déjà débuté.


Metalship : Comme on l’a vu plus haut, votre premier album The Shadow’s Trail vient de paraître. Satisfaits du résultat final ? Quelles sont les premières retombées ?

Samuel Eymonym (Guitare) : Pour l‘instant que de bonnes critiques! Donc ça fait vraiment plaisir, c‘est sûr. En ce qui me concerne le résultat final est conforme à mes espérances.

Johan Nat : Nous ne voulions pas d’une réalisation médiocre cachée sous le prétexte de premier album, que ce soit au niveau des enregistrements, du son ou des graphismes. Je pense que nous avons su éviter ces écueils, et les retombées en témoignent vraiment bien jusqu’ici puisque les gens s’étonnent de la qualité du produit!



Metalship : Comment s’est passé l’enregistrement ?

Samuel Eymonym : Ça a été très long! On a fait ça dans le home studio de Lucas d’Angelo de Black Curtains, qui s’était déjà occupé de l’enregistrement de son propre groupe entre autres, et on avait apprécié leur son.

Johan Nat : Il a été intransigeant sur les passages les plus techniques des guitares, des basses et de la voix, et nous a apporté de précieux conseils lors du mixage.
Le mixage s’est donc également effectué chez Lucas d‘Angelo, tout ceci entre septembre 2009 et janvier 2010. Pour le mastering, nous avons ensuite choisi Sylvain Biguet, qui s’est chargé d’alourdir notre son!


Metalship : A l’écoute de ce premier opus, on devine un spectre d’influences plutôt varié : un Death-Mélodique efficace lorgnant vers un Amorphis inspiré et plus moderne, quelques touches mélancoliques proches d’un Opeth ou Katatonia ou un Pagan ravageur… Comment définiriez-vous votre musique et quelles sont vos principales influences?

Johan Nat : Dans l’ensemble, notre musique se compose de deux mouvances qui sont, comme tu l’as bien analysé, le Death Mélodique et un Death Progressif plus atmosphérique et plus sombre, avec parfois des croisements entre ces deux styles.
Dark Tranquillity, les anciens In Flames, de même qu’Opeth et un grand nombre d’autres groupes marquent nos compositions. Ce qui est intéressant dans le groupe c’est qu’on écoute tous des choses différentes et on en arrive donc à un mélange assez original. Aussi lorsque Sam ou moi proposons une nouvelle composition au groupe, nous pensons rarement à suivre un exemple précis. Souvent ce sont même les autres membres qui découvrent des influences en écoutant le morceau, alors que nous n’y pensions vraiment pas au moment de le créer!


Metalship : Le morceau "Whisper" est une véritable bouffée d’air frais dans un style qui ne mise pas souvent sur l’originalité… Comment en êtes-vous venus à composer un morceau aussi sensible et touchant ?

Samuel Eymonym : Ça a commencé par quelques notes qui s’enchaînent sur la guitare sans que je sache trop comment ni pourquoi. Ça a donné le couplet. Et puis ensuite sont apparus l’intro, le solo, le refrain. Par petits bouts la chanson s’est construite, très lentement. J’aime prendre le temps de peaufiner tous mes morceaux, mais là je dois dire que c’est de loin celui qui a demandé le plus de maturation.

A mon arrivée dans Nemost j’avais déjà composé "Whisper" dans sa version brute, avec l’aide des autres membres du groupe c’est devenu ce que c’est aujourd’hui. C’est un morceau qui n’a pas cessé d’évoluer jusqu’au jour même où on l’a enregistré. On peut donc dire que sa composition s’est étalée entre 2005 et 2009!

En tout cas ça me touche vraiment que tu l’aies apprécié, si je fais de la musique c’est pour transmettre des émotions et rien ne me fait plus plaisir que d’avoir ce genre de retours!


Metalship : Autre morceau sortant du lot, l’instrumentale "Fading Ember". Est-ce une impression où vous avez tenté de mettre en musique la beauté des paysages naturels avec un morceau atmosphérique proche des travaux acoustiques d’October Falls ?

Johan Nat : "Fading Ember" est un morceau qui permet de révéler une autre facette de Nemost. Elle donne à l’auditeur l’occasion de souffler un peu, c’est une sorte d’intermède pour l‘album.
En ce qui concerne mes influences je pensais plutôt aux passages acoustiques d’Opeth, ou encore au groupe Oblivion’s Chronicles. Le paysage et l’atmosphère que j’ai essayé d’évoquer en le composant sont finalement au choix de l’auditeur, qui décidera où peut bien l’emmener cet air acoustique.


Metalship : Quels sont les thèmes développés par Nemost sur The Shadow’s Trail ?

TimCod (Chant) : Dans les textes que j’écris avec l’étroite collaboration de Sam et Jo, ce sont principalement deux voies qui sont explorées : d’une part un aspect mystique ("Sardanapale", "Skin for Skin") et d’autre part des thèmes plus personnels ("Whisper", "Unexpected"). On ne perd jamais de vue cette dualité entre dimension onirique et émotionnelle.


Metalship : L’artwork de The Shadow’s Trail est vraiment sympa… Est-ce que pour vous le visuel compte autant que la musique ?

TimCod : Tout d’abord merci! Je suis technicien audiovisuel polyvalent, et je fais un peu de graphisme principalement pour Nemost. Je suis donc à l’origine des créations graphiques de Nemost, et j’ai la chance de travailler avec un excellent photographe, Martial Soula.
Quand on peut donner le meilleur de soi à son groupe, on se donne à fond! Le but recherché, c’est de décliner la musique de Nemost en images et c’est ce que je tente de faire.


Metalship : Dans le même esprit, Nemost a tourné un clip pour le titre "Sardanapale". Comment s’est passée sa réalisation ? Est-ce une expérience enrichissante du point de vue d’un artiste ?

TimCod : J’ai fait appel à Alain Cogne pour la co-réalisation du clip. Il a une expérience dans le court métrage qui nous a apporté beaucoup. Le clip devant être diffusé sur « Zone Metal » sur MTV Pulse, on a du faire très vite. Il a fallu tourner et monter le plus rapidement possible : deux mois pour la réalisation, cinq jours pour le tournage, et trois semaines pour le montage, une vraie course contre la montre! Cela nous a d‘ailleurs coûté quelques nuits blanches! Mais c’était une occasion à ne pas manquer, et cela nous a apporté une expérience intéressante puisque c’est notre premier clip.


Metalship : A quoi doit-on s’attendre en venant voir Nemost en live ?

Samuel Eymonym : En concert, on met plus l’accent sur l’efficacité parce qu’on aime voir les gens bouger! Bien sûr, on y retrouve aussi nos passages mélodiques, mais le partage avec le public passe par l’énergie qui est dégagée, tant sur scène que dans la fosse!



Metalship : Quels sont les projets de Nemost ?

Samuel Eymonym : Quatre nouveaux morceaux sont d’ores et déjà composés et d’autres sont en préparation pour le prochain album. Le public pourra d’ailleurs en découvrir deux sur scène le 30 avril au Muzik Jam Palace de Montreuil.
On pense donc évidemment à un deuxième album même si l’on en est encore qu’au tout début du processus. Nous allons également démarcher activement des labels et des sponsors.


Metalship : D’après votre page Myspace, une tournée française se profile en cours d’année… Avez-vous déjà des dates confirmées ?

Johan Nat : En effet, nous sommes en train de programmer une tournée, principalement en France, pour fin septembre/début octobre. Les dates exactes seront révélées une fois toute la tournée organisée, les informations seront disponibles sur notre Myspace et sur Facebook au plus tôt!


Metalship : Allez, c’est la tradition : je vous laisse conclure en vous souhaitant le meilleur!

Johan Nat : Merci pour cette interview! Si vous aimez Nemost sur CD, venez nous voir sur scène, c‘est là que la musique vit! Nous remercions tous ceux qui nous soutiennent et qui parlent de nous, c’est la meilleure aide que l’on puisse recevoir! A bientôt sur scène!


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par kumelia, le 5 avril 2010 pour Metalship

(1)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires


Comme ils disent, venez les voir sur scène, c'est là que la musique vit ! Ils seront d'ailleurs en concert le 21 septembre au Divan du Monde... Seulement si 35 places sont vendues avant le 15 septembre ! Si les places ne sont pas vendues, le concert sera annulé :( Alors prenez vite votre place, et faites valider ce concert qui promet d'être fou : http://www.plemi.com/fr/concert/nemost-au-divan-du-monde-divan-du-monde-21-09-2012

(Pour plus d'infos : http://blog.plemi.com/post/festival-metal-divan-du-monde)

ven. 31 août 12- 12:58  


Nemost

Albums chroniqués :
Chronique de The Shadow's Trail
The Shadow's Trail
2010

Nemost
Nemost
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Melodic Death Metal
Origine : France




Groupes en rapport


Spectre
Spectre
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Black Metal
Origine : Belgique


Albums chroniqués :
Chronique de Circle
Circle
2013

Chronique de The Beginning of Times
The Beginning of Times
2011

Chronique de Skyforger
Skyforger
2009

Chronique de Chapters
Chapters
2003

Amorphis
Amorphis
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Katatonia
Katatonia
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Rock Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Atoma
Atoma
2016

Chronique de We Are The Void
We Are The Void
2010

Chronique de We Are The Void
We Are The Void
2010

Chronique de Fiction
Fiction
2007

Dark Tranquillity
Dark Tranquillity
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

In Flames
In Flames
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Refrain
Refrain
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Heavy Metal
Origine : Finlande