Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Alternine

Interview de Alternine




Alternine est un groupe séduisant, au potentiel clairement palpable sur leur première démo auto-produite. Aussi, il est devenu naturel de leur laisser la parole pour se présenter eux-mêmes, sans fard, sans retenue et avec sincérité.

Interview réalisée via internet entre le 12 et le 25 juillet 2008 avec Julien Névo, Laetitia Jehanno, Guillaume Durand et Pierre-Antoine Picot.
Un grand merci au groupe d'avoir pris le temps de répondre à mes questions et de toujours être disponibles.


Metalship : Quelle est l'origine du nom du groupe ? J'ai l'impression de retrouver une racine latine alliée au chiffre 9 ?

Guillaume : C'est le fruit d'une longue concertation sur ce que nous voulions faire passer à travers ce nom. Je crois qu'il était question de mouvement, d'évolution et d'immatérialité, des impressions que nous semblait dégager notre musique en fait.

Julien : Cela faisait longtemps qu'on cherchait un nom, et on ne trouvait rien de valable... Donc le nom Alternine fut intégré très rapidement et avec soulagement. Juste après, on créait notre myspace avec nos pré-démos, et trois mois plus tard, on trouvait Laetitia grâce à cette page. Le timing n'était pas trop mauvais.


Metalship : De quoi parlent vos textes ? Suivez-vous une ligne directrice ou y allez-vous au feeling ?

Julien : Oh, les textes... Ils ne contiennent rien de vraiment concret, tout reste assez vague. Ils viennent toujours après la musique, et après la mélodie vocale. Chanter la mélodie m'inspirent des mots, qui m'inspirent un thème. Je fais en sorte que tout reste très imagé, de manière à ce que celui qui lit le texte puisse y voir à peu près ce qu'il veut... ce qui fait que bien souvent personne n'y comprend rien :). Toujours est il que je ne parle pas des problèmes quotidiens, de la guerre dans le monde, les malheurs de nos petites vies, etc... Il y a des tas de gens qui le font, et personnellement je pense qu'il y en a bien assez comme ça ! Par exemple, Ignition parle d'un groupe de musique qui accède au succès, avec tous les inconvénients que cela entraîne. Pourtant, au vu des métaphores utilisées, il est presque impossible de le comprendre comme ça à première vue... Trigger parle de mégalomanes qui se font la guerre par ennui. Sciensology parle de destinée, de plusieurs points de vue différents (superstitions, astrologie, religion)... Quand à Satellites, elle parle d'évasion 'spirituelle' (par l'intermédiaire de voyages astraux, mais pourquoi pas de drogues également) alors que le corps est enfermé (emprisonnement, paralysie...).

Laetitia : Comme le dit Julien, ses textes sont très métaphoriques. Traduit mot à mot, on a l'impression que ça n'a aucune logique, et quand il te donne l'explication, tout prend son sens. Ainsi, je peux me réapproprier les chansons et j'imagine mes propres images sur ces thèmes généraux afin de cibler au mieux l'émotion à transmettre.


Metalship : Laetitia, le metal est connu pour être un milieu machiste même si on note de plus en plus de groupes à chanteuses ces dernières années. Comment le vis-tu à ton échelle ?

Laetitia : Honnêtement, je n'ai jamais ressenti ce côté machiste dans le milieu de la musique. Je dois même avouer que ta question me fait sourire. Si certains mecs ont du mal à accepter l'idée que les nanas peuvent aussi intégrer le milieu du métal, et bien ils ne savent pas ce qu'ils perdent. Personnellement, je me suis toujours bien intégrée dans des groupes masculins sans aucun problème. Peut-être que je ne fréquente que des gentlemen après tout... ou alors la musique adoucit vraiment les moeurs :-)

Guillaume : D'une part je dirais que cette question ne me semble plus d'actualité : il y a des genres musicaux franchement machistes et pour moi le métal n'en fait plus partie.
D'autre part je saisis l'occasion pour préciser que nous ne nous voyons pas comme un groupe de métal mais simplement de rock. Certes la façon dont nous exécutons nos morceaux renvoie certainement au métal, mais ce n'est pas dans cette optique qu'ils sont composés et nous ne les ressentons pas ainsi.


Metalship : Julien, tu es l'unique compositeur du groupe pour cette démo. En est-il de même pour l'ensemble de vos morceaux ou c'est plus ouvert ? Est-ce une situation qui arrange tout le monde ?

Julien : Le groupe a été créé par moi et Pierre-Antoine, sur la base sur mes compositions. La ligne directrice était donnée. Par habitude, j'ai toujours composé tout seul. Personnellement, je ne vois aucun inconvénient à ce que quelqu'un apporte ses compositions. Mais comme le style est déjà donné, c'est peut être plus difficile à d'autres personnes d'intégrer des chansons a la set-list... Et puis les compos arrivent assez régulièrement, donc un morceau est à peine maîtrisé par le groupe qu'un nouveau vient juste après... La plupart des groupes composent en jammant, or on ne se donne pas souvent le temps de le faire. Personnellement, ça ne me dérange pas le moins du monde.

Guillaume : Quand j'ai rencontré Julien j'ai immédiatement été séduit par la qualité de sa composition et ce style particulier, immédiatement reconnaissable et donc inimitable. Pour moi c'est une raison suffisante pour ne pas tenter de participer à la composition, et je n'en suis pas du tout frustré. De plus ce fonctionnement nous fait gagner énormément de temps.

Laetitia : On ne se penchera sur les compositions qu'à la mort de Julien. Plus sérieusement, c'est une situation qui me convient aussi. Peut-être que je me lancerai dans l'écriture de textes et sur la composition de nouveaux morceaux en accord avec le groupe plus tard mais pour l'instant, l'inspiration me manque et j'ai des objectifs plus importants à atteindre au sein du groupe notamment en ce qui concerne le travail vocal...

Pierre-Antoine : C’est vrai que c’est une situation qui arrange tout le monde. Le fait qu’il n’y ait qu’une seule personne qui compose rend la musique homogène et très caractérisée. Le côté dangereux de la chose est le moment où l’inspiration tombera, et là pour le coup il faudra tous nous y mettre.


Metalship : La musique d'Alternine semble ouverte à l'ajout d'un clavier ou de samples. Est-ce dans vos idées à plus ou moins long terme ?

Julien : J'ai souvent eu des idées de nappes, mais psychologiquement j'ai un peu de mal à les intégrer, car je me dis que ça va compliquer les choses sur scène. Laetitia pourrait très bien s'accommoder d'un clavier, c'est faisable, mais le truc c'est que je déteste absolument les claviers maîtres, et je préfère mourir que d'en voir un sur scène. La solution serait plutôt un clavier esclave relié à un ordinateur portable... Mais en ce qui me concerne, je pense qu'on peut obtenir des tas de choses avec deux guitares. Tant qu'on ne se sent pas limités par nos instruments respectifs, je ne vois pas trop l'intérêt d'en ajouter un autre.

Guillaume : Au cours du mixage j'ai également réfléchi à l'ajout de nappes, mais nous avons une musique déjà dense qui ne demande pas qu'on en rajoute davantage.

Laetitia : De plus, l'absence de clavier, c'est ce qui fait l'originalité de ce groupe.

Pierre-Antoine : Ah bon ? Pour moi les claviers sont à utiliser avec parcimonie, tout dépend du style. Une utilisation prolongée d’un clavier peut entraîner de graves troubles du bon goût, je pense à un groupe en particulier mais je vais me taire par peur de procès. Secrètement, j’espère entendre un jour un côté un peu plus électronique de notre musique.


Metalship : Votre démo comporte juste quatre titres mais l'ensemble est homogène. Peut-on imaginer que les autres morceaux sont dans des lignes mélodiques différentes ?

Julien : Je manque peut-être de recul par rapport aux compositions, mais je pense qu'elles sont très différentes en fait. La production très 'compacte' de notre démo nuit un peu aux dynamiques des instruments... Mais pour répondre à ta question, nous avons d'autres morceaux qui sont plutôt différents, d'un point de vue arrangement, structure, ou mélodique. Avec cette démo, nous avons préféré viser l'efficacité histoire afin d'en mettre plein les oreilles.

Guillaume : Je dirais qu'il y a une homogénéité au niveau du style, on reconnaît immédiatement la touche Alternine. Mais effectivement le répertoire est globalement très varié, vous vous en rendrez compte en concert ou sur de prochains enregistrements.


Metalship : Quelles sont vos influences à chacun ?

Julien : Mes premières grosses influences viennent de Yes, Genesis et un peu de King Crimson. J'ai connu ces groupes vers 14 ans, a côté de ça tout me paraissait insipide (et je ne me faisais pas beaucoup d'amis musiciens a cause de ça :). Mais c'est une musique que je n'écoute pratiquement plus, lassé de ses excès techniques/conceptuels. Un groupe comme Smashing Pumpkins m'a montré qu'on pouvait avoir des musiques plus courtes, mais tout aussi riches, et même faire des musiques plus longues sans tomber dans la surenchère ou l'indigeste. Dans mes inspirations aujourd'hui, on trouve du At The Drive In, A Perfect Circle, Tool, Jeff Buckley, Radiohead, Nine Inch Nails. Ce qui ne m'empêche pas d'écouter également du Mike Oldfield après un Behemoth...

Guillaume : J'écoute - donc je suis en partie influencé - par des choses très variées, même si ça reste globalement rock dans le sens très large du terme. Pour l'exemple ça va de Sigur Ros à Anaal Nathrakh... Au niveau du groupe il y a peu de groupes sur lesquels on tombe d'accord, en fait il ne m'en vient même pas à l'esprit.

Laetitia : Oulala ! Question piège ! On va dire que je puise dans tout et n'importe quoi ! Et que je fonctionne aussi par période... J'ai des moments plus électro, d'autres plus dub-reggae et certains plus rock ou métal... J'aime beaucoup aussi découvrir des groupes locaux et je ne suis pas réticente à ce que les gens me fassent découvrir des styles musicaux vers lesquels je n'irais pas forcément... De là à dire ensuite que je m'inspire de tout pour chanter dans Alternine serait un mensonge mais c'est une grande richesse que de ne pas se limiter à un seul genre musical.


Metalship : Quelle est votre affinité avec la scène ? Une bonne expérience ? Le public est-il réceptif ? Avez-vous déjà fait l'ouverture d'un groupe relativement connu ?

Julien : A part dans Alternine, je n'ai fait qu'un seul concert, donc on peut dire que je n'ai pas beaucoup d'expérience de scène. Mais ce que j'ai vécu avec Alternine est globalement très positif, même si à chaque fin de concert je me dis que j'ai fait des erreurs à tel endroit. On a toujours joué devant un public relativement timide, mais toujours enthousiaste et nos musiques semblent bien accueillies.

Guillaume : Nous avons encore peu de concerts à notre actif, donc outre l'intérêt "éducatif" qu'ils ont pour nous, c'est un aspect sur lequel on ne peut pas encore s'étaler.

Laetitia: Mon expérience scénique.....Je ne dis pas que j'ai fait beaucoup de concerts, mais je suis très familiarisée avec la scène étant technicienne du son... J'ai chanté dans une chorale au collège et fait aussi du théâtre, là se situent mes premiers début scénique. Concernant les concerts d'Alternine, nous en avons encore peu à notre actif mais nous avons eu de très bons retours des gens concernant nos prestations scéniques. Leur critiques sont plutôt constructives et on s'en sert pour améliorer nos futurs concerts. Les vidéos sont aussi un excellent moyen de s'analyser (on a une démarche un peu psy là non ?). On les visionne et on parle ensuite, afin de définir les choses qu'on doit garder et celles qu'on ne doit plus faire.


Metalship : Quels sont vos projets pour le futur proche ? D'autres démos pour le démarchage de labels ? L'écriture d'un album si la démo actuelle se montre suffisante ?

Julien : Pour l'instant, on fait la promo de notre démo afin de commencer sérieusement les concerts pour consolider notre musique en live. Pour le moment, on reçoit des échos très positifs de notre musique, donc on ne compte pas s'arrêter en si bon chemin... Envisager un album est, pour moi en tout cas, très prématuré, mais c'est plus par rapport au manque d'expérience de scène, de contacts, etc... Parce que musicalement, on dispose déjà d'un certain nombre de morceaux, largement de quoi remplir un album. Donc ça viendra, mais uniquement quand on se sentira prêt, qu'on aura une structure derrière, et créé un certain buzz...


Metalship : En tant que jeune groupe, que vous inspire le marasme actuel du monde du disque ?

Julien : Personnellement, je n'en ai strictement rien à faire. Il existe toujours des solutions pour se faire connaître, il suffit d'être malin et persévérant, de sortir des sentiers battus. Enfin, je dirai probablement l'inverse après une bonne pluie de refus et d'insultes, mais pour l'instant, je ne m'en soucie pas plus que ça. On fonce, et on verra après... Mais si tu fais également allusion a ce qui passe à la radio, à la télé, etc, ma réponse est la même : rien a faire ! Il existe tellement de bons groupes sur cette planète qu'il serait dommage de se focaliser sur les 0,00001% que ciblent ces médias. A notre époque c'est tellement facile d'accéder à de la musique, on devrait même pas avoir le temps de se plaindre.

Pierre-Antoine : Pareil ! Aujourd’hui, il appartient aux gens de découvrir par eux-mêmes la musique et non pas d’attendre ce que servent les médias (Internet et radio FERARock non compris). Internet fait bouger énormément de choses à ce niveau.


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par Elric des Dragons, le 26 juillet 2008 pour Metalship

(0)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires


Super interview. Beau boulot!
sam. 9 août 08- 08:53  


Alternine

Albums chroniqués :
Chronique de Alternine
Alternine
2008

Alternine
Alternine
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Rock Metal
Origine : France




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Yoshū Fukushū
Yoshū Fukushū
2013

Chronique de Tsume Tsume Tsume
Tsume Tsume Tsume
2008

Chronique de Buikikaesu
Buikikaesu
2007

Maximum The Hormone
Maximum The Hormone
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Rock Metal
Origine : Japon

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Delirium
Delirium
2016

Chronique de Broken Crown Halo
Broken Crown Halo
2014

Chronique de Dark Adrenaline
Dark Adrenaline
2012

Chronique de Shallow Life
Shallow Life
2009

Lacuna Coil
Lacuna Coil
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Rock Metal
Origine : Italie

Rapports de concerts:

Stone Sour
Stone Sour
Voir la page du groupe
Création : 1992
Genre : Rock Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Katatonia
Katatonia
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Rock Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Anathema
Anathema
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Rock Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de This Is War
This Is War
2009

Chronique de A Beautiful Lie
A Beautiful Lie
2007

Chronique de 30 Seconds To Mars
30 Seconds To Mars
2002

30 Seconds To Mars
30 Seconds To Mars
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Rock Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Foo Fighters
Foo Fighters
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Rock Metal
Origine : États-Unis