Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Swallow the Sun

Interview de Swallow the Sun


Qu'on se le dise, Swallow the Sun est en train de devenir le nouveau roi du Doom-Death finlandais. Son approche plus moderne, plus mélancolique et finalement plus classieuse du style lui a permis de s'ouvrir les portes de la reconnaissance, à grands coups d'atmosphères pesantes.
A la sortie de leur nouvel album New Moon, l'occasion était trop belle pour laisser filer Juha Raivio, guitariste et surtout compositeur en chef du combo.

Entretien avec un homme passionné par sa musique et par son pays...


Metalship : Salut Juha! Question d’usage pour débuter: peux-tu présenter aux lecteurs de Metalship ton groupe et ses origines ?

Salut à tous. J’ai créé Swallow the Sun en 2000, lorsque j’ai commencé à composer des morceaux qui ne collaient pas avec le style de mon groupe de l’époque (Plutonium Orange, groupe de stoner). Il m’a fallu un certain temps avant de trouver les bonnes personnes pour former ce qu’allait alors devenir Swallow the Sun. Après cela, nous avons sorti notre unique démo Out Of This Gloomy Light et signé chez Spinefarm en 2003. Depuis, nous avons réalisé quatre albums et un EP, tourné de nombreuses fois dans le monde entier.
Pour vous faire une idée de notre musique, c’est vers des groupes comme My Dying Bride, Opeth et Type O Negative qu’il faut se tourner.


Metalship : Votre nouvel album, New Moon, est sorti en novembre dernier. Les critiques et les fans sont unanimes : il marque un nouveau départ pour le Doom-Death Metal Moderne. Que peux-tu nous dire à propos de cette sortie, et de son titre particulièrement évocateur ?

Je pense qu’avec Swallow the Sun nous avons poussé notre son plus loin que les traditionnels groupes de Doom. La raison principale est simple : nous n’avons pas peur d’aller au bout de nos idées, de jouer la musique qui nous plaît. J’imagine que c’est pour cette raison que tu qualifies notre musique de Doom-Death Moderne. Lorsque j’ai composé l’EP Plague Of Butterflies, j’ai inconsciemment apporté une certaine dose progressive, alliée à un côté plus Black que par le passé, cela nous convenait à ce moment-là. Pour écrire les nouveaux morceaux de New Moon, j’ai puisé une partie de mon inspiration dans cet EP. Le résultat est simple : New Moon est à la fois plus progressif et plus sombre que Hope par exemple.
Le nom de l’album a un rapport étroit avec le fait que je considère cet album comme un nouveau départ pour le groupe. L’arrivée de Kai Hahto à la batterie marque elle aussi une nouvelle ère pour Swallow the Sun.


Metalship : Votre musique est particulièrement sombre et mélancolique, parfois proche du Funeral Doom de Shape Of Despair. Quelles sont vos influences, vos inspirations musicales et dans la vie en général ?

Nos principales influences musicales? Type O Negative, Marillion, un peu de Rush et beaucoup de My Dying Bride. Pour le reste, j’avoue être très inspiré par la nature finlandaise, ses immenses forêts et ses saisons, spécialement l’hiver. Je pense sincèrement que Swallow the Sun n’aurait jamais sonné ainsi si nous venions d’autre part que de ce grand pays sombre…


Metalship : A présent, parlons un peu plus de votre nouvel album. Depuis The Morning Never Came, Swallow the Sun propose de superbes artworks. Qui s’est chargé de réaliser celui de New Moon, et que représente-t-il à vos yeux?

Merci pour ton compliment. La pochette a été réalisée par le finlandais Rami Mursula. Lors de notre dernière tournée américaine, j’avais l’idée de serpents avalant la lune en tête. Nous lui avons alors demandé de nous créer la pochette, avec pour paramètre principal cet aspect vieilli rappelant les vieux livres. Nous sommes vraiment satisfaits du résultat.
En ce qui concerne sa signification… Les serpents représentent le durcissement général de notre son, mais également la manière dont le groupe se dirige vers cette nouvelle lune, cette nouvelle ère.


Metalship : Sortir un nouvel album après le succès de Hope n’a pas dû être chose aisée… Avez-vous ressenti une certaine pression lors du processus de création de New Moon ?

Pas du tout. Lorsque je compose, je ne pense pas à faire un meilleur album que Hope, ni qu’aucunes de nos autres sorties précédentes d’ailleurs. J’ai toujours créé notre musique avant tout pour moi, pour mon propre plaisir. Si les fans l’apprécient, alors c’est vraiment génial.
Tu sais, réfléchir à créer de meilleurs albums, tout comme les faire sonner selon l’envie des auditeurs... Je ne pense pas que ce soit une bonne chose pour ta musique. Non, je pense qu’il faut être honnête avec toi-même, avec tes goûts. C’est en tout cas mon but premier dans la musique.


Metalship : A son écoute, New Moon m’a paru plus violent, plus sombre et aussi plus lourd que Hope. C’est sûrement l’album le plus varié que vous ayez composé à ce jour. Vous êtes sensiblement allés bien plus loin que l’EP Plague Of Butterflies, non ?

Tu as tout à fait raison. Plague Of Butterflies a eu du mal à trouver son public, en partie à cause du morceau de 35 minutes, qui est bien plus progressif que ce que nous proposions jusqu’alors. Je pense sincèrement que New Moon a hérité de cette approche progressive, tout en étant plus sombre et composé de morceaux plus courts. Tu trouves cet album plus sombre et plus lourd, c’est une décision délibérée du groupe, et je pense qu’à l’avenir nous garderons un son aussi lourd et puissant.


Metalship : En parlant d’avenir, la chanson "New Moon" est très lente, sombre et mélancolique. Est-ce un chemin que vous souhaiteriez explorer pour les sorties futures ?

Je ne peux vraiment pas te dire comment le prochain album sonnera. Peut-être sera-t-il plus sombre encore et en même temps plus beau, ou peut-être sera-t-il totalement différent. Tout ce que je peux te dire, c’est qu’il sera l’expression de ce que je serai à ce moment-là.


Metalship : “Lights On The Lake (Horror Pt II)” est le second morceau à porter le nom de Horror Pt, tout comme “Don’t Fall Asleep” sur Hope. Quel est le lien entre ces deux pièces ?

Il n’y a pas vraiment de connexion au niveau des paroles, hormis le fait qu’elles traitent toutes deux d’histoires de fantôme. Mais ce sont bien deux histoires différentes. Le lien entre ces deux titres se situe au niveau des atmosphères. Si tu écoutes attentivement, tu pourras le percevoir.


Metalship : En 2009, Pasi Pasanen (batterie) a décidé de quitter Swallow the Sun, et a été remplacé par Kai Hahto (Wintersun, Rotten Sound). Comment s’est passé son intégration ?

Kai était la première personne à qui nous avons pensé lorsqu’il a fallu trouver un remplaçant à Pasi. Il l’avait déjà remplacé le temps de notre première tournée américaine. Kai est l’un des meilleurs batteurs de la planète et, parce que notre musique nécessite un certain niveau, il nous fallait une personne capable d’endosser ce rôle. Beaucoup de personnes pensent que jouer une musique lente est facile, mais crois-moi, ce n’est pas le cas !
Nous n’avions que quelques jours pour enregistrer New Moon, et Kai a abattu un boulot incroyable en studio. Nous sommes heureux de le compter parmi nous.


Metalship : En décembre dernier, vous avez sillonné l’Europe en compagnie d’Insomnium et Omnium Gatherum, avec une seule date française (Paris, GlazArt le 10 décembre). Je me souviens de votre concert : une véritable communion avec le public, des atmosphères pesantes… Que pensez-vous de ce show et du public français en général ?

C’était énorme de rejouer en France, nous ne nous rappelions pas que c’était si bon de jouer devant vous, car nous n’avons jamais beaucoup joué dans votre pays, nous ne savions pas vraiment à quoi nous attendre. Le public français semble comprendre notre musique plus que les autres pays, j’espère vraiment que nous reviendrons très vite chez vous…
Notre musique n’est pas joyeuse ou défoulante, certains pays ont du mal à la comprendre. Nous préférons les atmosphères profondes à l’énergie pure, et vous les français, vous le comprenez.


Metalship : Quels sont tes meilleurs et pires souvenirs avec Swallow the Sun ?

C’est toujours génial de rencontrer des fans ou de recevoir des mails de personnes affirmant que notre musique les a « sauvés » à un moment où ça n’allait pas. Beaucoup de personnes affectées par le décès d’un proche, même des gens au bord du suicide qui retrouvent le courage à travers nos chansons et nos textes. C’est vraiment touchant…
Mon pire souvenir ? J’ai perdu ma maison pour pouvoir jouer la musique qui me plaît, mais je ne le regrette pas, Swallow the Sun me donne bien plus que ce que j’espérais alors.


Metalship : Merci pour tes réponses Juha. Comme le veut la tradition, je te laisse le mot de la fin…

Merci à toi. Il fait tellement froid, il neige tellement ici qu’il te faut au moins 10 caleçons pour survivre et ne pas vous geler les couilles ! Vous êtes prévenus si vous venez dans notre beau pays !
Bonne Année à tous, et rendez-vous au Hellfest !


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par kumelia, le 15 janvier 2010 pour Metalship

(1)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires


Voir les 1 commentaires précédents
Merci Maczym!
ven. 15 janv. 10- 16:40  
ouais vraiment bien ça
une excellente interview pour un excellent album :p

ven. 15 janv. 10- 21:49  
Heureux que cette interview vous plaise les gars, j'y ai passé un certain temps mine de rien!
sam. 16 janv. 10- 01:48  


Swallow the Sun

Swallow the Sun
Swallow the Sun
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Doom Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de An Ode To Woe
An Ode To Woe
2008

Chronique de The Angel And The Dark River
The Angel And The Dark River
1995

My Dying Bride
My Dying Bride
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Doom Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Heritage
Heritage
2011

Chronique de Watershed
Watershed
2008

Chronique de The Roundhouse Tapes
The Roundhouse Tapes
2007

Chronique de Ghost Reveries
Ghost Reveries
2005

Opeth
Opeth
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Dead Again
Dead Again
2007

Chronique de Life Is Killing Me
Life Is Killing Me
2003

Chronique de October Rust
October Rust
1996

Chronique de Bloody Kisses
Bloody Kisses
1993

Type O Negative
Type O Negative
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Gothique Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de Monotony Fields
Monotony Fields
2015

Shape of Despair
Shape of Despair
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Doom Metal
Origine : Finlande