Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Last Prey

Interview de Last Prey


Avec leur premier EP, les lillois de Last Prey ont fait très fort. Le mélange néo, hardcore et thrash, teinté d'un furieux groove en fait un groupe très prometteur. Quelques mois après la sortie de ce premier effort, les gars de Last Prey se sont prêtés au petit jeu questions-réponses, rien que pour Metalship...


Metalship : Les débuts de Last Prey sont un peu confus... Pourriez-vous retracer en quelques lignes le parcours de Last Prey depuis sa création ?

Sam (Guitare): Fraîchement débarqué sur Lille, je cherchais un groupe de potes pour monter un groupe sérieux après plusieurs tentatives infructueuses. J'ai répondu à une annonce et le feeling est passé direct entre nous tous. Personne ne se prenait la tête, et ça n'a pas changé!
Rémy (Basse): Je suis arrivé dans le groupe en Septembre 2007: ils étaient à la recherche d'un nouveau bassiste suite au départ de l'ancien. J'ai tout de suite accroché au style du groupe! Je suppose que mon groove leur a également plu puisque je suis encore là aujourd'hui!
Tony (Guitare): Seul M-J et moi nous connaissions d'avant. Notre ancien groupe a splitté, mais on voulait continuer à jouer ensemble. On a donc recruté Sam et Seb à la basse puis Max, le frère de M-J, qui cherchait un groupe également. En Septembre 2007, Seb nous quitte et Rémy devint la nouvelle salade dans notre sandwich.


Metalship : Pourquoi un tel patronyme (Last Prey signifiant dernière proie) ?

Rémy : Tout simplement parce que l'on est l'un des rares groupes à oser faire du néo ces temps-ci. C'est vrai quoi, on est très peu nombreux à laisser transparaître cette influence en ce moment !
Sam : Oui, on aime le néo, et n'en déplaise à certains qui ne jurent que par le death ou autre, on est fier de nos influences ! C'est trop facile d'en écouter et après dire « oui c'est de la merde vive Napalm Death »! On est fan du Metal en général et je pense que l'ouverture de chacun des membres de Last Prey lui donne sa propre touche.
Tony : Il y a 3 sens à ce nom. Le premier a été donné par Rémy. Le deuxième est un jeu de mot avec « last pray », la dernière prière. Ça rejoint le troisième sens: la dernière proie, c'est l'homme. On se tue à petit feu en détruisant notre planète et ses ressources. On se croit invincible et supérieur mais on est rien en fin de compte, on est juste une proie.


Metalship : D'après votre EP, vous avez un paquet d'influences... Pourriez-vous nous éclaircir sur vos goûts et inspirations ?

Sam : J'ai autant de CD de Metallica que de Slipknot, Pantera, Gojira, Sepultura, Korn et
System of a Down, Napalm Death, Deftones, Soulfly ou encore In Flames. Tous ces groupes sonnent différemment et pourtant je les aime tous!
Tony : « Freak On Leash » de Korn, le premier morceau de métal que j'ai écouté. Depuis, je suis un gros gros fan. Pour moi le meilleur reste le néo fin 90's-début 2000: Korn, Deftones, Limp
Bizkit, POD, Slipknot, System of a Down et Watcha, Pleymo, Tripod pour les français.
Max (Chant): J'ai baigné dans du Slayer, Slipknot, Meshuggah, Terror, Hatebreed, Kaizen... Pas mal de death core et de thrash, venant même à blâmer le néo. Puis avec le temps, je suis sorti de ce délire, trop sérieux à mon goût. J'écoute pas mal (Hed)P.E. Mon maître à penser et à chanter reste Zach de la Rocha (RATM).
Rémy : Perso, j'écoute pas mal de groupe qui ont des lignes de basse funky comme Jamiroquai, les Red Hot... Mais aussi pas mal de Metallica, Gojira, QOSTA, Muse...
MJ (Batterie): Pour ma part ce serait Killswitch Engage ou D'EspairsRay.


Metalship : Last Prey EP semble être un joyeux mélange de styles divers comme le néo, le thrash ou encore le hardcore. Comment définiriez-vous votre musique ?

Sam : Ça ne ferait que mettre une étiquette de plus ! On peut nous cataloguer néo, ça n'en n’est pas vraiment. Du thrash? Il y a des influences certaines mais sans plus. Du hardcore? Un peu également… Je pense que le plus simple c'est de dire qu'on fait du néo thrash hardcore.
Tony : Pas mieux! Notre petit plus par rapport à la scène actuelle est qu'on garde des riffs vraiment mélodiques entourés de passages plus énervés, mais sans tomber dans l'excès. On a cet esprit néo qu'on ne retrouve plus beaucoup en ce moment. Bref, on évite de tomber dans la surenchère.


Metalship : Après quelques mois, comment voyez-vous cet EP? Etes-vous pleinement satisfaits, ou, avec le recul, quelques petits détails l'auraient rendu meilleur ?

Sam : Je crois que des monstres du metal comme Metallica même eux trouvent des défauts sur leur disque! Bien sûr, on aurait aimé faire ci ou ça après coup! Mais dans l'ensemble nous en sommes très fiers! On ne voulait pas sortir un EP pour dire « Voilà, on a un EP »! On a voulu faire ça entouré de pro. Pour des jeunes groupes, la crédibilité est importante, le groupe a de l’ambition et s'en donne les moyens.
Tony : Cinq jours d'enregistrement, c'est très court. Je pense qu'on ne ferait pas la même chose maintenant. On évolue en permanence.
Max : Mon flow, depuis l'enregistrement, a pas mal évolué, tout comme mon accent anglais...


Metalship : L'enregistrement s'est-il passé comme prévu ?

Sam : Oui, on s'est bien poilé! Et puis c'était aussi la première fois que les cinq membres du groupe vivaient ensemble, on est comme un vieux couple à cinq maintenant! On a énormément appris en enregistrement, c'est bien plus complexe que ça n'y parait!
Tony : À part la tête de Sam qui a explosé le premier jour, ouais. On était parti sur un cinq titres, mais au final, pris par le temps, on a préféré en faire quatre vraiment solides et bien travaillés que cinq bâclés.


Metalship : Parlez-nous de la chanson "Human & Moroïd". Pourquoi un tel nom au sens si déroutant ?

Max : Les « moroïds » sont un petit peuple issu de mon imagination. Comme les Minimoys, mais en beaucoup plus grands et bien plus méchants! Le titre raconte l'histoire d'un pauvre gars qui, assit dans la rue, regarde défiler des centaines de « moroïds » qui ont envahit son monde, et qui planifie sa terrible vengeance. « Human & Moroïd" exprime non-explicitement le fait que ça me fait mal et en même temps chier de voir ce que l'Homme fait de sa planète.


Metalship : D'une manière générale, quels sont les thèmes abordés sur cet EP?

Sam : En général, c'est Max qui écrit les textes et les titres des chansons. Il aime bien prendre à contre-pied les clichés du Metal en général au niveau des textes.
Max : Travaillant dans l'écologie, une partie de mon job’ consiste à sensibiliser à l'environnement et la plupart de mes textes sont portés sur la sauvegarde de la biodiversité.
J'aimerais en parler sans tomber dans le phénomène actuel qui consiste à profiter de l'essor de l'écologie et du réchauffement climatique afin de se faire du pognon. Je ne gagne pas 1 euro à chanter ça et j'aimerais expliquer aux ignorants que l'environnement ce n'est pas un yaourt bio devant un pubis à la télévision, des énergies "bio" à l'huile de palme ou encore simplement le fait d'éteindre la lumière en sortant de chez soi. Je côtoie des gens qui passent leurs week-end, bottes aux pieds, dans la boue à essayer de restaurer des milieux menacés (et touchant à peine le smic), ou d’autres qui sacrifient leur vie "bien au chaud" afin de sauver ce qu'il reste de la biodiversité.
Je prends énormément de recul face à mes chansons et il m'arrive de me moquer de certains clichés du metal comme les gros gaillards vêtus de noir et bardés de piercings, ceux qui se forcent à être méchant alors qu'on voit très bien qu'ils sont doux comme des agneaux, les pessimistes apocalyptico-dramatiques qui ne cessent de voir la vie en noir... Trop de gens oublient le coté rock’n’roll qui est à la base ce qu'on appel aujourd'hui "le Metal".


Metalship : Quels sont les projets de Last Prey ? Avez-vous des dates programmées ?

Sam : Oui, nous avons des concerts prévus dans la région mais nous cherchons à aller plus loin, découvrir de nouveaux lieux et de nouveaux fans de metal qui ne nous connaissent pas encore!
Tony: Comme le dit Sam, on cherche à sortir du Nord-Pas de Calais pour aller voir si l'herbe est plus verte ailleurs. Pour le moment, on a quelques projets en Lorraine et dans les Ardennes mais on cherche toujours! Toutes les dates sont sur Myspace et d'autres viendront s'y ajouter en cours d'année.


Metalship : Comment voyez-vous la scène Metal française en cette fin 2009 ?

M-J : Il n’y a aucune médiatisation. Ça joue fort alors le metal n'a pas le droit à sa place dans les médias. Heureusement qu'il y a des radios internet ou encore Youtube et Deezer pour faire la connaissance de nouveaux groupes.
Après pour ce qui est des magazines, je n’en n’achète pas donc demandez à quelqu'un d'autre.
En tout cas respect à ceux qui ont réussi à se faire repérer comme Dagoba ou Gojira, des pointures qui ont le droit qu'on parle plus d'eux.
Sam : Elle subit mais elle est toujours là! En France, nous sommes inexistants pour les majors, et bien faisons sans eux! Quand on voit que Gojira a fait une tournée aux USA en tête d'affiche... Le metal est l'avenir en France de l'underground! Il y a toujours eu une culture très rock mais ces dernières années avec les pseudos groupes r’n’b et electro, les jeunes ont perdu la notion de musique. Heureusement, beaucoup se rendent compte qu'une fois l'effet de mode passé, il n'y a rien derrière...
Tony: C'est une ambiance particulière, on se tire beaucoup dans les pattes... Dès qu'un événement est organisé, il y a toujours des jaloux ou des rageux pour cracher dessus. Dans le nord en tout cas, c'est souvent à celui qui aura la plus grosse ... Dernière anecdote en date: le tremplin du East/West Fest (tremplin qui a lieu chaque année à Lille avec à la clé une participation au East West Fest). Tout le monde salue l'initiative, plus de 100 groupes participent mais à l'annonce des résultats, on crache sur l'organisation et on parle de "mafia lilloise" dans le metal... Je comprends que certains arrêtent…
Max : C'est à celui qui aura l'air le plus méchant!!!


Metalship : Je vous laisse conclure en vous souhaitant le meilleur.

Sam: Venez nous voir à nos concerts, toujours plus nombreux, ne vous arrêtez pas aux clichés, aux préjugés sur qui que ce soit, restez vous-mêmes et surtout restez METAL!!!
Tony: Merci d'avoir consacré du temps à écouter le groupe. Je tiens à remercier également tous ceux qui nous suivent régulièrement en concert et ceux qui nous envoient des commentaires ou des mails de soutien. Vraiment ça nous touche!


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par kumelia, le 24 novembre 2009 pour Metalship

(2)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires




Last Prey

Albums chroniqués :
Chronique de Last Prey EP
Last Prey EP
2009

Last Prey
Last Prey
Voir la page du groupe
Création : 2007
Genre : Neo Metal
Origine : France




Groupes en rapport


Napalm Death
Napalm Death
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Grindcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Vol. 3: (The Subliminal Verses)
Vol. 3: (The Subliminal Verses)
2004

Chronique de Iowa
Iowa
2001

Chronique de Slipknot
Slipknot
1999

Slipknot
Slipknot
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:


Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Machine Messiah
Machine Messiah
2017

Chronique de Kairos
Kairos
2011

Chronique de A-Lex
A-Lex
2009

Chronique de Dante XXI
Dante XXI
2006

Sepultura
Sepultura
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Thrash Metal
Origine : Brésil

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hypnotize
Hypnotize
2005

Chronique de Mezmerize
Mezmerize
2005

Chronique de Steal This Album!
Steal This Album!
2002

Chronique de Toxicity
Toxicity
2001

System of a Down
System of a Down
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Koi No Yokan
Koi No Yokan
2012

Chronique de Diamond Eyes
Diamond Eyes
2010

Chronique de Saturday Night Wrist
Saturday Night Wrist
2006

Chronique de White Pony
White Pony
2000

Deftones
Deftones
Voir la page du groupe
Création : 1988
Genre : Neo Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Omen
Omen
2010

Chronique de Conquer
Conquer
2008

Chronique de Dark Ages
Dark Ages
2005

Chronique de 3
3
2002

Soulfly
Soulfly
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

In Flames
In Flames
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Watcha
Watcha
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Neo Metal
Origine : France


Albums chroniqués :
Chronique de Alphabet Prison
Alphabet Prison
2006

Pleymo
Pleymo
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Neo Metal
Origine : France


Tripod
Tripod
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Neo Metal
Origine : France


Slayer
Slayer
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Violent Sleep Of Reason
The Violent Sleep Of Reason
2016

Chronique de Alive
Alive
2010

Chronique de ObZen
ObZen
2008

Chronique de Catch 33
Catch 33
2005

Meshuggah
Meshuggah
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Avant-garde metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de One With The Underdogs
One With The Underdogs
2004

Terror
Terror
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Hatebreed
Hatebreed
2009

Chronique de Supremacy
Supremacy
2006

Chronique de The Rise Of Brutality
The Rise Of Brutality
2003

Chronique de Perseverance
Perseverance
2002

Hatebreed
Hatebreed
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Hardcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Killswitch Engage
Killswitch Engage
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Dagoba
Dagoba
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Metal
Origine : France

Rapports de concerts: