Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de The ARRS

Interview de The ARRS


Le 16 Octobre dernier, à l'occasion de leur concert avec Headcharger, j'ai pu interviewer Toki (batterie) et Pierre(guitare) de The ARRS, une petite semaine après leur concert spécial filmé sur la scène du Trabendo à Paris. Résumé d'une rencontre entre quelques bières et un show d'une puissance dévastatrice !!


Metalship : Vous avez sorti votre dernier album (le troisième du groupe) le 4 mai de cette année, peux-tu nous le présenter un peu s'il te plait ?

Pierre : Et bien il a été produit par le même producteur que les anciens albums (Francis Caste), c'est quelqu'un avec qui on a déjà travaillé et en qui on a entièrement confiance. On a voulu faire un album plus metal que les précédents, enlever un peu cette patte hardcore qu'on avait. Je pense que c'est là la principale évolution avec cet album.


Metalship : On peux y distinguer plus de voix claires chantées que sur vos précédents albums, pourquoi ce choix ? Y-a-t-il un concept spécial derrière cet album, j'ai remarqué par exemple qu'il contient beaucoup de contrastes :le contraste des voix claires et voix criées, et aussi (et surtout) le titre de l'album : "Heros Assassin" ! Que peux-tu nous en dire ?

Pierre :En fait on a toujours mis un peu de mélodie dans The ARRS,c'est quelque chose qu'on aime et qu'on assume totalement, pour cet album on s'est un peu lâché sur les mélodies en effet.

Toki : Le titre de l'album comme tu le disait : "Héros Assassin" c'est une dualité en fait. En tant que groupe on a forcément une dualité, parce qu'on écoute tous de trucs différents, ce qui fait qu'on a une part en nous bourrine, et une autre part qui est un peu plus mélodique. Sur cet album on a réussi a faire quelque chose qu'on faisait pas forcément avant, aérer les morceaux, parce que c'est vrai qu'ils étaient très dense avant.


Metalship : Et d'ailleurs on s'en rends bien compte dans la structure de l'album, il est coupé en deux par Martyres, qui peut beaucoup surprendre !

Toki : Bah justement c'est un peu pour prendre les gens à contrepied, sur les autres albums on avait aussi tendance à faire une ambiance comme sa vers le milieu du CD, tout simplement pour aérer le truc, passer d'un passage bien bourrin à un passage avec des cordes, c'est encore une fois la dualité comme on le disait.


Metalship : Quel retour avez-vous reçu du public pour cet album ? Vos morceaux sont carrément taillés pour la scène !

Pierre : Pour l'instant l'album est bien accueilli , enfin on n'a fait que quelques dates pour le moment, on a fait la scène du Trabendo le 10 Octobre, et c'était vraiment un concert énorme, sa se frittait dans tous les sens, c'était la guerre !

Toki : C'est vrai qu'en général on fait en sorte que les gens ne puissent pas faire autrement que de bouger en concert. Que même une personne qui à priori ne va pas aimer bouge au moins la tête !


Metalship : Justement vous avez filmé votre concert au Trabendo pour en faire un DVD, comment le projet s'est-il monté, et comment s'est passé cette expérience ?

Toki : Alors en fait on avait des contacts avec des boites de prod video, on a réussi à avoir une dizaine de caméras, c'était bien classe ! Le tout s'est vachement bien passé, maintenant sa va surtout être un boulot énorme de mixage / montage, mais on va tout faire pour restituer au mieux la soirée comme elle s'est passé, parce que comme dit c'était vraiment la guerre !

Piere: C'est vrai que le Trabendo est vraiment une super salle, et elle était quasiment pleine pour nous, il y avait une putain d'ambiance, c'était dément ! Nos 2 premières parties étaient Ite Missa Est et Lokurah, des potes parisiens qu'on connait pas mal et avec qui on a déjà tourné sur quelques dates. Donc on pense que le DVD sortira vers Mars, enfin on espère, et avant ça un clip live sortira en tout cas !


Metalship : Alors au niveau des labels, vous avez sorti "Et la douleur est la même" en 2005 chez PIAS, "Trinité" en 2007 chez Active Entertainment, et cette année vous changez à nouveau pour sortir "Héros Assassin" chez Season of Mist. Peut-tu nous raconter votre histoire avec tous ses labels ? Comment se passe votre collaboration avec Season of Mist ?

Toki : En fait PIAS c'était pour la distribution, c'est sorti sur un petit label qui s'appelle "Beat them all records". Pour Trinité, c'est comme tu dit sorti chez Active Entertainment qui était aussi notre booker à l'époque, toujours avec PIAS pour la distribution.

Pierre: Et maintenant notre label c'est Season of Mist, et pour le booking on est chez K-Production ( NDLR : qui ont fait tourner Delain ici même à Strasbourg par ailleurs). Season of Mist on y est arrivé d'abord parce qu'on connaissait un peu des gens qui y travaillent, après le deal nous convenait et ça s'est fait tout seul ! On a quitté Active Entertainment, car ils ne sont plus présents en France, ils sont maintenant uniquement aux Etats-Unis.

Toki : Et Season of Mist, c'est quand même un gros label en France, et tu remarquera aussi qu'on reste chez des labels français, bah tout d'abord parce qu'on chante en français, et aussi parce que les labels étrangers ne sont pas forcément intéressés par des groupes qui chantent en français. Vaut mieux être empereur dans son royaume que sous-fifre chez les autres.


Metalship : Quand on regarde les pochettes de tous vos albums, on sent une réelle cohésion au niveau visuel. Quel artiste s'occupe de vos pochettes ?

Pierre: Bah en fait c'est pas un artiste mais trois artistes différents qui ont fais nos pochettes, mais comme tu le dit il y a une continuité parce que c'est l'univers qu'on veut donner. On est tous branché mythologie, antiquité, du coup c'est vrai qu'on adore avoir des visuels de démons, statues, ou un visuel plutôt abstrait comme pour notre premier album.


Metalship : Vous fêtez cette année vos 11 ans d'existence. Comment as-tu perçu l'évolution de la scène métal française au cours de toutes ces années ?

Toki : Si tu te base sur ce qui se fait aux Etats-Unis, ouais on est en retard, mais pour le moment en France on en est encore au stade d'essayer de faire pareil que les américains. La scène il y a 15 ans était largement différente, il y avait plus de collectifs, comme la Team Nowhere par exemple. Sa a évolué, la scène s'est perfectionnée, elle est plus médiatisée, mais il y a surtout une évolution du côté individualiste de chaque groupe.


Metalship : J'ai vu que votre site est actuellement en maintenance, ce qui fait de votre myspace votre principale vitrine sur Internet. Que pense-tu du réseau myspace en particulier, car il a révolutionné la promotion de milliers de groupes, professionnels ou amateurs sur Internet ?

Pierre : C'est vrai que c'est un super réseau de communication ! Autant pour les grands groupes que pour les petites structures, sa a tout changé. Avant myspace, les gars se bougeaient, distribuaient des flyers partout ou ils pouvaient, c'est vrai que myspace c'est une sacrée ouverture sur le monde, c'est énorme quoi. Maintenant tu organise une tournée en 3 clics !

Toki : C'est aussi à double tranchant, parce que chaque groupe se met en avant, et tu ne verra que quelques rares myspace de collectifs comme je disais avant. Donc c'est à double tranchant c'est sûr, tout comme le téléchargement illégal, si t'as envie de te faire connaître c'est cool, c'est un super moyen de te faire de la pub, mais après une fois que tu as de la notoriété et que t'essaie de vivre de ta musique, c'est une toute autre histoire ...


Metalship : Est-ce facile de percer pour un groupe de métal français, à l'heure ou la scène française est en pleine explosion, on peut notamment penser au succès outre-atlantique de Gojira !

Toki : Ouais forcément c'est possible, surtout avec des outils comme myspace, mais le plus important reste toujours de tourner ! Bon maintenant avec des lois comme Hadopi, tout ce que sa va faire c'est que sa va empêcher aux petits groupes de ce faire connaitre c'est tout. Après c'est comme tout, faut bosser bosser bosser, et faut être à fond dedans ! Sans la motivation tu n'ira pas loin du tout.

Pierre: Maintenant le plus dur c'est aussi niveau argent, avec le téléchargement, les CD c'est plus une carte de visite qu'une rentrée d'argent comme ça l'était il y a 10 ans. Donc forcément maintenant tu trouvera plus de merchandising comme des fringues, etc ...


Metalship : Je vous laisse conclure à ton aise, un message à passer ?

Pierre : N'achetez peut-être pas le CD, mais venez au concert !
Toki : Achetez le CD ET venez au concert ! [rires]


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par Florent Ch, le 29 octobre 2009 pour Metalship

(1)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires




The ARRS

Albums chroniqués :
Chronique de Χρόνος/Khrónos
Χρόνος/Khrónos
2015

Chronique de Just Live
Just Live
2010

Chronique de Héros Assassin
Héros Assassin
2009

Chronique de Trinité
Trinité
2007

The ARRS
The ARRS
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Metalcore
Origine : France

Concerts:
Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Moonbathers
Moonbathers
2016

Chronique de Lucidity
Lucidity
2006

Delain
Delain
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas

Rapports de concerts:

Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Scream Aim Fire
Scream Aim Fire
2008

Chronique de The Poison
The Poison
2005

Bullet For My Valentine
Bullet For My Valentine
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Metalcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de III
III
2012

Chronique de Samantha
Samantha
2002

Eths
Eths
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metalcore
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Nightmare
Nightmare
2010

Chronique de Avenged Sevenfold
Avenged Sevenfold
2007

Avenged Sevenfold
Avenged Sevenfold
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Crusade
The Crusade
2006

Chronique de Ascendancy
Ascendancy
2005

Chronique de Ember To Inferno
Ember To Inferno
2003

Trivium
Trivium
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Sempiternal
Sempiternal
2013

Bring Me The Horizon
Bring Me The Horizon
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Metalcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts: