Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Coexistence

Interview de Coexistence


Coexistence est un jeune groupe pas vraiment banal, puisqu’il est composé d’un chanteur, Carl Lindquist, vivant à Stockholm, et d’un compositeur, Grégory Giraudo, domicilié dans le sud de la France ! Premier résultat de cette collaboration, une excellente demo de quatre titres, Carrion Comfort, qui donne bien envie de voir la suite !


Metalship : D’abord, merci pour cet album ! Pourriez-vous vous présenter, vous deux et le projet ? Vos parcours, comment vous êtes vous rencontrés, comment est née votre association ?

Greg : Merci à toi pour la chronique tout d’abord et pour votre soutien !
Le projet Coexistence est né en Août 2008. Mon précédent groupe Lyrae venait de splitter suite à de nombreuses divergences musicales ainsi que de gros problèmes au niveau relationnel. Comme je ne suis pas du genre à me laisser abattre, j’ai eu très vite l’intention de remonter un nouveau groupe, qui correspondrait davantage à mes aspirations musicales. Je suis tombé sur une vidéo de Carl sur Youtube, où il reprenait un morceau de Iced Earth et j’ai été totalement bluffé par sa voix. C’était exactement le type de voix que je cherchais depuis des années, et que je n’ai jamais réussi à trouver là où je vis. Quand j’ai vu sa liste d’influence au niveau des chanteurs, j’ai compris que nous avions énormément de goûts en commun : Russell Allen, Matthew Barlow et Jorn Lande sont ses trois plus grosses influences et il s’agit de mes trois chanteurs préférés ! Je l’ai donc contacté pour lui présenter les morceaux que j’avais déjà composés, et il a été directement emballé par le projet. Le fait qu’il habite en Suède a du me freiner l’espace de 2 minutes, mais je me suis dit que l’occasion était trop belle pour que je la laisse filer, et je ne regrette pas de l’avoir contacté. Tout s’est fait très vite en fait !


Metalship : Commençons par la question la plus évidente, et la première qui vient à l’esprit : comment arrive-t-on à réaliser un projet pareil, quand on est deux personnes vivant à des centaines de kilomètres de distance ?

Greg : Et bien il est évident que ça ne rend pas les choses faciles. Disons que ça ralentit le processus. Mais Internet et l’informatique nous permettent tout de même de réaliser ce projet qu’il n’aurait pas été possible de mener il y a quelques années. Carl et moi communiquons énormément par Internet mais aussi par téléphone, il y a une vrai communion d’esprit entre nous, nous sommes sur la même longueur d’onde, ce qui n’était absolument pas le cas avec les membres de Lyrae. Je n’ai pas besoin de dire à Carl ce qu’il a à faire, je sais qu’il sait exactement ce dont le morceau a besoin en terme de chant, et nous avons une confiance mutuelle l’un envers l’autre. Ca facilite énormément le boulot ! Je dirais même qu’il est bien plus facile pour moi de travailler avec Coexistence qu’avec Lyrae à l’époque, quand bien même nous vivions tous au même endroit.

Carl : Nous nous envoyons beaucoup d’Emails, nous discutons sur Skype et par téléphone parfois aussi. Et puis il y a cette communion d’esprit, qui est assez difficile à expliquer, mais cela facilite vraiment les choses. La plupart du temps nous savons ce que l’autre pense, et nous nous comprenons très bien ce qui est très important compte tenu de la distance qui nous sépare. Nous adorons tous les deux la musique, nous avons les même influences et nous prenons tous les deux ce projet très au sérieux. Tout ceci contribue à rendre le travail plus facile.


Metalship : Vous avez tout deux déjà réalisés des compositions ; comment vous êtes vous organisés pour celles ci? Vous composez chacun de votre côté et vous échangez, ou vous le faites ensemble ?

Greg : On commence la plupart du temps avec la musique. J’écris toute la partie instrumentale et je l’enregistre directement de manière plus ou moins propre sur ordinateur avec des arrangements de batterie et de synthé parfois. J’envoie ensuite le morceau à Carl et c’est lui qui se charge de trouver les mélodies vocales qu’il va ensuite devoir chanter et enregistrer chez lui de son côté. On se partage les tâches pour les paroles. Sur le EP, Carl est l’auteur des paroles de Seize the day et de Twisted Soul, et je me suis chargé de celles de Carrion Comfort et Layarteb. C’est donc vraiment un travail d’équipe, chacun a son mot à dire. Carl a enregistré 3 des 4 titres chez lui à Stockholm, mais il est venu chez moi pour enregistrer les vocaux de Twisted Soul. Mais la plupart de ce que tu entends sur le Cd a été enregistré et composé séparément.

Carl: Greg est le maître à penser de notre musique, il écrit tous les arrangements musicaux, et trouve toujours de super riffs et mélodies. Il m’envoie ensuite ce qu’il a composé, et je commence à essayer de trouver des mélodies vocales qui collent avec sa musique. Pour ce qui est des paroles, nous les écrivons parfois à deux, parfois séparément. Nous avons un bon esprit d’équipe et une bonne communication pendant la phase d’écriture.


Metalship : Sur le myspace, le style du groupe est défini comme du « fuckin-kickass-straight-to-the-point Heavy Metal with some Progressive and Country (!!) elements » ! Personnellement, je trouve que c’est une excellente définition ; mais pour ceux qui ne vous ont pas encore écouté, pourriez-vous nous parler plus en détaille de vos influences ?

Greg : C’est en effet une excellente définition, à condition bien sûr que tu enlèves le mot Country qui était juste une private joke qui nous faisait bien marrer. C’était plus une petite boutade liée à toute cette labellisation à outrance qu’on trouve aujourd’hui avec ces groupes de Heavy Speed symphonique épique Black brutal à tendance Emogoth progressif lyrique et j’en passe et des meilleures !! Pour nous notre musique est du Metal avant tout, avec certes des influences progressives mais on ne se considère pas vraiment comme un groupe de Metal Prog à proprement parler.
Nos influences sont larges mais disons que les groupes qui ont le plus d’impact sur notre musique sont Symphony X, Iced Earth, Pain of Salvation, Savatage et Dream Theater.


Metalship : Une question qui me tient particulièrement à coeur : pensez-vous que votre association pourra perdurer longtemps, dans ces conditions ? Peut-on espérer une suite à Carrion Comfort ?

Greg : Je pense sincèrement que cette association va durer, en tout cas je l’espère ! Comme je te l’ai dit, Carl et moi entretenons une relation quasi spirituelle dans le sens où chacun respecte énormément l’autre, nous sommes dans le même état d’esprit en ce qui concerne la musique mais aussi la vie en général. Il y a une véritable amitié qui nous lie, qui va maintenant bien au-delà de la musique, je ne vois donc aucune raison de mettre un terme à Coexistence.
Nous avons déjà pas mal de morceaux en plus des 4 présents sur Carrion Comfort, suffisamment pour faire un album entier d’ailleurs mais on ne se précipite pas. On compte faire les choses dans les règles de l’art cette fois ci, avec un vrai enregistrement studio et un ingénieur du son capable de tirer le meilleur de nous même. Il y aura donc une suite à Carrion Comfort ! Je peux te dire déjà que les prochains titres montreront la face un peu plus progressive de notre musique, avec davantage de claviers (mais pas trop non plus) et un plus gros travail sur les ambiances et les dynamiques. C’était un choix délibéré de mettre 4 morceaux très pêchus et sombres sur Carrion Comfort, mais on compte bien diversifier le propos pour un album complet. Ca restera Metal de toute façon.

Carl: Je pense que ça va durer, grâce à l’alchimie qu’il y a entre nous. Pas que musicalement mais en dehors également. Nous sommes de très bons amis et nous passons de très bons moments ensemble.
Nous sommes toujours en train de travailler sur de nouveaux morceaux et nous avons suffisamment de morceaux pour faire un album complet comme Greg l’a dit, vous pouvez donc vous attendre à de nouvelles choses de notre part dans un futur proche. Nous avons une petite surprise de 24 minutes, qui est le petit bébé que Greg prépare depuis 2005, et c’est un vrai monstre. On a hâte de la finir celle là !!


Metalship : Greg, après le split up de votre ancien groupe, Lyrae, cette démo revêt-elle une importance symbolique particulière à vos yeux ? Cet évènement serait il pour quelque chose dans le choix du nom de votre nouveau groupe : Coexistence ?

Greg : Oui effectivement je vois cette démo comme une étape personnelle importante. Le split de Lyrae ne s’est pas passé de la plus belle des façons, et cette démo est un peu une revanche personnelle sur cette période, même si ce n’est pas ce sentiment qui a motivé sa création à la base. Le nom Coexistence n’a par contre aucun rapport avec Lyrae. C’est juste un nom qui sonne bien et qui symbolise bien la nature du projet.


Metalship : En écoutant les titres de Lyrae que vous avez mis sur myspace, j’ai été surpris par l’incroyable différence de maturité avec Coexistence ; est ce due aux partenaires, aux conditions techniques, ou tout simplement à une évolution personnelle ?

Greg : Tu n’es pas le premier à me faire cette remarque. Je suis très content de voir que Coexistence a l’air de plaire davantage aux gens qui ont écouté les deux groupes. Je pense que c’est un ensemble de choses. Le problème majeur de Lyrae était le manque d’unité au sein du groupe, chacun avait une idée définie de comment le groupe devait sonner mais aucun n’était réellement d’accord. Puis des gros problèmes relationnels ont également entaché l’ambiance au sein du groupe ce qui ne facilite jamais le processus créatif. C’est donc en partie dû au personnel même si je pense que les musiciens qui m’accompagnaient à l’époque étaient d’un niveau excellent tout de même. Le problème ne venait pas de là.
Dans Coexistence je pense être arrivé à m’exprimer réellement sans aucun compromis, chose qu’il m’était impossible avant. Carl correspond bien plus au style de voix que je cherchais depuis le départ, nous partageons exactement la même vision des choses sur le plan musical, et on s’entend très bien sur le plan humain ce qui est je pense le plus important !
Je pense aussi avoir évolué sur le plan musical depuis la première démo de Lyrae, dont les morceaux datent quand même de 2006, voire 2005 pour certains.


Metalship : Carl j’ai vraiment trouvé votre voix extraordinaire ! C’est une des raisons pour laquelle, dans la chronique, je n’ai pas hésité à comparer le groupe à Symphony X ou Iced Earth… D’où vous vient ce talent, et comment l’avez-vous développé ?

Carl : Tout d’abord merci beaucoup pour ces compliments! J’ai été élevé dans une famille très ouverte sur la musique, et chanter a toujours été quelque chose de très naturel chez nous. J’ai commencé à chanter à l’âge de 6 ans, mais c’est vers mes 16 ans que j’ai commencé à prendre le chant réellement au sérieux. Je suis inspiré par des chanteurs comme Russell Allen, Jorn Lande, Dio et Matt Barlow, qui sont 4 de mes plus grosses influences. Ce sont eux qui m’ont fait comprendre que le chant était ce que je voulais faire. Ma cousine adorée Maria m’a donné de précieux conseils pour développer ma voix (merci cousine !) et maintenant je travaille ma voix tous les jours.


Metalship : Un groupe comme le votre, ça n’est quand même pas banal ! Est-ce que vous vous sentez plus proche de la scène metal suédoise ou française, ou d’une autre encore ? Quels regards portez-vous sur ces deux scènes ?

Greg : Personnellement, je pense être bien plus attiré par la scène suédoise que par la scène française. Rien que pour des groupes comme Pain of Salvation, Evergrey, Soilwork, In Flames (les vieux), ou encore Tad Morose, la Suède c’est le pays du Metal. La scène française a aussi des bons groupes comme Adagio ou Spheric Universe Experience, mais il y a en fait peu de groupes français que j’écoute vraiment régulièrement. Je pense que notre style est plus proche de la musique suédoise que de la musique française. Mais mes groupes favoris sont pour la plupart américains ceci dit.

Carl: Je me sens également plus proche de la scène suédoise, car j’écoute plus de groupes issus de cette scène là. Pain of salvation et Evergrey sont deux grosses influences pour nous. Je n’écoute pas beaucoup de groupes français hormis Adagio. Je suis également plus penché vers la scène américaine. C’est de là que viennent la plupart de nos influences majeures.


Metalship : Le titre de l’album fait référence à un célèbre ouvrage de Dan Simmons ; est ce que les paroles des chansons s’inspirent de l’histoire ? Qu’est ce qui vous a donné l’idée de vous en inspirer ?

Greg : J’ai été très content de voir dans la chronique que tu avais relevé la référence au bouquin de Dan Simmons. Tu es le premier. Oui effectivement les paroles de Carrion Comfort en sont directement inspirées, mais uniquement pour la chanson titre, pas les autres morceaux. Ca faisait en fait un moment que j’avais cette musique en tête, on avait même commencé à le répéter avec Lyrae avant le split. J’ai décidé de remanier un peu le morceau, et de changer complètement les paroles, et je trouvais que le thème du livre s’accordait bien avec l’ambiance qui se dégage de la musique, ce côté un peu torturé et malsain. Ce bouquin m’a marqué à vie ! Je suis en train de lire la série Hypérion et Endymion en ce moment, Simmons est un génie !! Les autres morceaux abordent des thématiques différentes. Seize the day évoque l’aliénation mentale, le sentiment d’isolement, et la volonté de se battre contre ses propres démons. Twisted Soul aborde le thème du suicide, mais sous un angle assez inhabituel. Chacun de ces textes utilisent une histoire fictionnelle et plutôt orienté Dark Fantasy, mais qui renferme toujours une métaphore au sens plus large et plus profond. Seul Layarteb a un texte très direct et réaliste, qui reflète une expérience personnelle négative que j’ai voulu exorciser. Bref, beaucoup de textes très joyeux en somme mais c’est aussi la musique qui veut ça.


Metalship : Une dernière question, mais la plus importante je crois : quelles sont vos projet d’avenir, à tous les deux?

Greg : Continuer à composer et faire autant de promos que l’on peut autour du groupe. On a commencé à répéter avec d’autres musiciens qui formeront le line up live de Coexistence pour les prochains concerts. Faire des concerts est évidemment difficile vu la distance qui me sépare de Carl mais rien n’est impossible dans la vie, et je compte bien montrer aux gens que Coexistence n’est pas uniquement un projet studio. Je pense que les chansons sont d’ailleurs taillées pour la scène !
Merci en tout cas encore une fois pour ta chronique et pour votre soutien !! Ca fait vraiment plaisir ! On espère que notre musique plaira à certains de tes lecteurs !!
Rejoignez nous sur www.myspace.com/coexistenceproject

Carl: Nous aimerions que le plus de gens possible puissent nous écouter, et nous aimerions continuer à écrire de la bonne musique. On espère vous voir très bientôt sur scène où nous pourrons coexister ensemble. D’ici là Keep on rockin et merci pour votre soutien ! Carpe Diem !


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par Ouraz, le 23 juin 2009 pour Metalship

(0)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires




Coexistence

Albums chroniqués :
Chronique de Carrion Comfort
Carrion Comfort
2009

Coexistence
Coexistence
Voir la page du groupe
Création : 2008
Genre : Power Metal
Origine : France




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Iconoclast
Iconoclast
2011

Chronique de Paradise Lost
Paradise Lost
2007

Symphony X
Symphony X
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Iced Earth
Iced Earth
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Power Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Road Salt One - Ivory
Road Salt One - Ivory
2010

Pain Of Salvation
Pain Of Salvation
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Metal Progressif
Origine : Suède

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Handful Of Rain
Handful Of Rain
1994

Chronique de Streets
Streets
1991

Chronique de Gutter Ballet
Gutter Ballet
1989

Savatage
Savatage
Voir la page du groupe
Création : 1978
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis


Dream Theater
Dream Theater
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The storm within
The storm within
2016

Chronique de Glorious Collision
Glorious Collision
2011

Evergrey
Evergrey
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Metal Progressif
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Soilwork
Soilwork
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

In Flames
In Flames
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Melodic Death Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Archangels In Black
Archangels In Black
2009

Chronique de Dominate
Dominate
2006

Chronique de Underworld
Underworld
2003

Adagio
Adagio
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Power Metal
Origine : France

Rapports de concerts: