Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de L'Esprit Du Clan

Interview de L'Esprit Du Clan


Samedi en fin d'après midi, j'ai rendez vous avec les membres de L'Esprit du Clan, me voilà parti à Arbois au Festival de la Crue pour faire leur rencontre. A l'ouverture des portes, je me dirige derrière la scène dans un local où m'attendent Ben, guitariste et Nicolas batteur du groupe.
Petite présentation de Metalship, du boss qui code plus vite que son ombre, Nanoroux et l'interview commence.


Metalship : Pourquoi L'Esprit du Clan ?

Ben (guitariste) : A l'époque, on était "pote" de lycée et le groupe venait de se former et ne s'appelait pas L'Esprit du Clan mais Aquilone, on chantait déjà en français et on avait une chanson qui s'appelait "L'Esprit du Clan". Elle résumait bien notre vie et la manière dont on fonctionnait et quand ça s'est confirmé et professionnalisé, on s'est dit qu'on allait changer de nom et appeler le groupe L'Esprit du Clan, cela date de 15 ans.


Metalship : Cela n'a pas été trop dur de faire un groupe de Metal dans une banlieue ?

Ben : Non, ce n'était pas dur car nous avons tous baigné dans cette culture urbaine, on fréquentait des mecs qui écoutaient plus du Rap mais aussi du Metal car il y a aussi beaucoup de Metaleux en région Parisienne et voilà nous avions toujours eu cette double culture et donc jamais eu vraiment de problème pour se démarquer et puis on chante en français donc ça aide les gens qui ne sont pas dans l'univers Metal, ils comprennent mieux le message.


Metalship : Comment vos proches ont-il réagit lors de la formation d'un groupe de Metal ?

Ben : Moi personnellement, oui ça été difficile au début car j'ai arrêté les études à 17 ans et j'ai intégré le groupe en 2000 avant l'enregistrement du premier album. Ça a été de grosses négociations avec les parents car je vivais encore chez ma mère. J'adore la musique depuis tout petit et mon rêve c'était de faire ça et quand j'ai eu une opportunité de rentrer dans le groupe, j'ai tout fait pour atteindre mon but. Ma mère a fini par accepter et a attendu des preuves de motivation et de sérieux, que ça ne soit pas une lubie ou un délire et maintenant tout va bien car je suis là.

Nicolas : Moi j'ai eu la chance que mes deux parents me soutiennent à fond dans le délire, il n'y a pas eu de véto, de barrière ou de difficulté à faire accepter que, la batterie c'est sérieux, que j'aimerais en faire mon métier. J'ai pu faire une école en Angleterre, on ma financé m'a première batterie, vraiment je n'ai pas eu de difficulté contrairement a beaucoup d'autres qui n'arrivent même pas à avoir la batterie, parce que du point de vu commun c'est "relou", moi j'ai été bien gâté. Mais comme a dit Ben, ça n'empêche qu'il faut faire ses preuves et rendre des comptes comme ça tu obtient la reconnaissance familiale et tu es tranquille. On est musicien et on est reconnu en tant que tel, mais cela prend du temps pour que ça soit accepté mais ça en vaut la penne.

Ben : Je voulais juste rectifier une chose, comme il disait, j'ai aussi eu des parents qui m'ont soutenu toute mon enfance à me mettre au piano, à la guitare et à la batterie , on m'a quand même poussé à faire de la musique à défaut du sport. Par contre ça été plus le coté "officiel" quand j'ai dit que je voulais me lancer la dedans, là ça a commencé à poser problème car je n'avais pas de diplôme en poche.


Metalship : Déjà 15 ans, avez vous toujours la même flamme qu'à vos début ?

Ben : Oui écoute, c'est même de mieux en mieux, ça change de forme mais pas dans le fond. On est toujours aussi motivé, c'est toujours un plaisir de rencontrer des gens, de jouer, de partager des moments comme ça, c'est plus que jamais ce qui nous anime tous.

Nicolas : Et heureusement, tu ne peux pas t'en lasser, autant la routine peut s'installer dans un couple...mais quand tu es passionné, c'est là quoi.

Ben : Faut dire aussi qu'on a la chance de sortir nos albums sans trop de souci jusqu'à maintenant. Ça aide beaucoup à ne pas sombrer dans la déprime et comme disait Ben, une routine parce que difficulté à sortir un album, à jouer, à faire des dates... Nous pour l'instant, je touche du bois, on a la chance de pouvoir sortir nos albums quand on en a envie, de faire des tournées qui suivent et donc voilà c'est royal.


Metalship : Un mot pour vous qui décrie la société actuelle ?

Ben : Ça c'est plus une question pour le chanteur (rire). En gros si tu lis les paroles de L'Esprit du Clan, tu comprendras notre point de vue.
Mais personnellement, je n'accepte pas le gouvernement actuel...


Metalship : Une question super con pour changer (rire), combien de groupies vous vous êtes "tapés" ?

(Mort de rire)

Nicolas : Alors José, ah merde c'est un garçon (rire). Moi personnellement j'en ai plus d'une centaine à mon actif... (rire)

Ben : Non non, cela n'est pas ce que nous recherchons et pi c'est quoi une groupie au juste ?


Metalship : Vous êtes actuellement en tournée pour promouvoir votre nouvel album, Chapitre 4 : L'Enfer c'est Le Notre, la tournée se passe telle bien ?

Ben : Franchement, très bien, on est surpris par l'accueil que les gens nous donnent depuis les premières dates de la tournée L'Enfer c'est le Notre. On a commencé la tournée début Avril, on joue tous les weekends-end, 2, 3 fois par semaine et vraiment c'est royal. Il y a du monde tous les soirs, hier on était à Belfort et c'était vraiment la folie.


Metalship : Quelle est votre meilleure date de cette tournée ?

Nicolas : Pour l'instant, le Nouveau Casino mais après c'est relatif à chacun.

Ben : Le Nouveau Casino , on va dire, c'était chez nous, c'était à Paris, c'était notre date Parisienne, c'était pour la sortie de l'album et on a fait complet. On avait déjà joué dans cette salle pour l'album précédent et ce n'était pas le cas donc on est vraiment content.

Nicolas : C'était la date symbolique et puis on avait les proches.


Metalship : La set-list change t-elle au fil des dates ?

Ben : Non on essaye d'avoir une set-list que l'on tient et après on voit le temps de scène que nous avons et suivant le temps de scène qui nous ait accordé, on enlève des morceaux ou on joue le set complet. Mais généralement on prépare un set et on essaye de s'y tenir et puis on voit si ça répond ou pas sur scène, on enlève des morceaux et on en rajoute à la place.


Metalship : Est-ce que le rythme des dates ne vous fatigue pas trop ? Et comment faites-vous pour vous relaxer ?

Nicolas : Cocaïne ! (rires)

Ben : Là on revient de chez Henri Maire, on a dégusté du vin, on se met bien. (rires) Non non c'est cool, cela fait 2 jours que nous avons le temps de profiter un peu. Car desfois c'est un peu la course, on part tôt de chez nous et on arrive tard, c'est tout de suite les balances et donc on a pas le temps de profiter, de visiter et de se détendre un peu.
Mais ça reste quand même une chance de faire ça, un plaisir mais le plaisir en plus, c'est de te balader et de voir d'autres choses...
Non parce que ça faisait genre, c'est chiant d'arriver et de jouer (rires) Ce n'est pas ça du tout, au contraire.


Metalship : Quel est votre meilleur souvenir de concert ?

Nicolas : A part les groupies justement... (mort de rire)
Non, personnellement j'aime le temps passé dans le bus, sur le trajet du concert à l'hôtel. Cela doit duré 5 à 30 min mais c'est une super ambiance et on a l'impression d'avoir 2 ans d'âge mental. (rires)

Ben : Ouais ouais car après le concert tu n'as plus le stress de l'avant concert, tu te lâches et c'est parti.

Nicolas : Pas forcément le temps de jeux, alors si, c'est génial mais c'est un "kiff" particulier, ou t'as une part de concentration qui est là, tu fais attention parce que techniquement il y a un certain niveau. Tu croises les doigts sur certaines parties pour que cela se passe bien, alors tu vois c'est ce qui est autour qui et super.

Ben : Une belle tournée que nous avons faites, le "Dizorder Tour" avec Black Bomb A et Tagada Jones, il y a 3 ans, c'était plein tous les soirs, on jouait dans des grandes salles et c'était vraiment "terrible".


Metalship : L'Enfer c'est le Nôtre est sortie en Février, comment le public ainsi que les médias, perçoivent ce nouveau chapitre ?

Ben : On a des bons retours, mais j'ai l'impression quand même qu'il y a toujours un temps d'adaptation pour accepter un nouvel album, que ce soit pour n'importe quel groupe. Après c'est peut être propre à chacun, tu attends souvent beaucoup d'un groupe, si tu as aimé un album qui a 2ans, tu l'as "digéré", réécouté..., tu vas t'attendre à un truc de fou sur l'album d'après et finalement quand il sort, tu n'es pas convaincu. C'est en réécoutant, en détaillant les choses que tu apprécies vraiment l'album. Personnellement, je ne me prend jamais une "claque" d'entrée de jeu à la sortie d'un album, d'un groupe que j'aime.
Exemple Gojira, l'album From Mars To Sirius, j'ai trouvé que c'était un chef-d'œuvre et j'ai eu beaucoup plus de mal avec le dernier, The Way of All Flesh. C'est un très bon album mais je resterais sur From Mars To Sirius.
Pour en revenir à L'Enfer c'est le Nôtre, des retours positifs mais les gens n'ont pas encore bien digéré et on nous parle encore de Corpus Delicti qui est sorti il y a 2 ans et que les gens ont bien digéré. Mais à l'époque de Corpus Delicti on nous parlait de Reverence ...


Metalship : Que pensez-vous du téléchargement ? Cela vous affecte t'il ?

Ben : On fait parti des groupes qui ne sont pas touché directement par le téléchargement, cela est plutôt bénéfique pour nous, pour les gens qui n'ont pas trop d'agent ou ceux qui ont juste envie d'écouter l'album. Aujourd'hui c'est devenu une sacrée démarche d'aller acheter un album, tu achètes un album lorsque tu veux vraiment soutenir le groupe, c'est tellement facile de cliquer et d'avoir un album en 5 min.
Personnellement, je télécharge ce qui te permet d'avoir une large discothèque mais après j'achète des albums aux groupes que je soutiens et que j'aime vraiment. Je ne suis pas contre le téléchargement, cela ne peut que être bénéfique, on vendra quasiment toujours la même chose, on a un public qui est là et la chute des ventes de disque ne nous touche pas directement. Pour nous les disques sont plus un CV pour tournée, que concrètement un "gagne pain".


Metalship : Comment avez-vous composé le dernier album, L'Enfer c'est le Nôtre ?

Ben : Nous l'avons composé comme le précédent, c'est à dire, que nous travaillons chacun de notre côté. Moi je fais mes parties de guitare à la maison sur l'ordinateur, ça part d'un riff de guitare, ensuite je dessine des batteries avec une boîte a rythme et une fois que nous avons la basse, la guitare et la batterie, Nicolas repasse sur mes idées car moi je ne suis pas batteur et donc je n'ai pas la même approche que lui. Après ce sont les chanteurs qui choisissent les 11 retenus parmi les 50 en maquette et qui disent si il y a des choses à modifier.


Metalship : Est-ce que l'expérience de votre vie vous aide à composer ?

Ben : Oui carrément, on s'inspire beaucoup de la vie de tous les jours et de ce qui nous affecte, même indirectement. Notre musique et nos paroles sont purement le reflet de notre vie.


Metalship : Quel est votre morceau préféré où vous prenez le plus de plaisir en Live de L'Enfer c'est le Nôtre ?

Nicolas : Moi ça serait "L'Enfer c'est le Notre".

Ben : Moi je dirais "J'aime".


Metalship : L'avenir du groupe, vous le voyez comment ? Avez-vous des idées pour un Chapitre 5 ?

Ben : Oui on commence à avoir des idées mais pour l'instant nous n'avons pas encore commencé à composer. On avait commencé très vite après la sortie de Corpus Delicti parce qu'on en avait besoin, une envie de le faire.
Mais là, on a plus des idées techniques, tout a l'heure on parlait de la manière de composer eh bien là on a envie de changer pour revenir à quelque chose de plus Live. Tous ensemble dans un local, apporter ses riffs, que le batteur créer vraiment ses batteries sans êtres influencé indirectement par ce que j'ai dessiné sur ordinateur. On va revenir à quelque chose de plus brut et qui sait, enregistrer en Live si l'on maîtrise bien notre "truc", ça serait l'idéal pour changer de direction technique.


Metalship : Auriez-vous une anecdote à me donner, celle qui vous a le plus marqué ?

Ben : Écoute, c'était un peu dans un camion un soir...

(mort de rire)

C'est dur ces questions là car il y en a beaucoup, on vit tellement de choses tout le temps, c'est difficile de placer au top un événement plus qu'un autre.

Nicolas : Petit bruit suspect !

Ben: (rires) Voilà une belle anecdote. Nan je ne sais pas il y en a vraiment beaucoup...


Metalship : Un mot pour la fin ?

Ben : Oui ! Allez chez Henri Maire ! (rires) Il sont très sympas, dégustation de vin et je vous conseille le "Pulsar", qui est un mi-rouge mi-rosé , très sympathique. On va revenir à Paris avec des bouteilles et on va vanter les mérites d'Arbois.

Ben et Nicolas : Non mais en tout cas merci beaucoup, merci pour l'interview, merci pour votre motivation et continuez comme ça.


Metalship : Merci à vous, merci d'avoir accepté cette interview c'était vraiment super. Restez comme vous êtes, c'est à dire un groupe qui ne se prend pas la tête, qui est super sympa et très proche de son public. Bonne chance pour votre show tout à l'heure.



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par Iceman39, le 15 juin 2009 pour Metalship

(1)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires


Voir les 4 commentaires précédents
En vrai, il sont super sympa..

Merci Kev pour l'interview (et l'accès) =D

Bise..

mar. 16 juin 09- 18:21  
Petite présentation de Metalship, du boss qui code plus vite que son ombre, Nanoroux et l'interview commence.


haha, j'avais pas lu ^^
Merci pour ton interview, Iceman !

lun. 12 oct. 09- 14:38  
mais c'est la vérité ! =)
Merci à toi Nano ;)

lun. 12 oct. 09- 15:29  
En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

L'Esprit Du Clan

L'Esprit Du Clan
L'Esprit Du Clan
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Metalcore
Origine : France

Concerts:
Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Gojira
Gojira
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Scream Aim Fire
Scream Aim Fire
2008

Chronique de The Poison
The Poison
2005

Bullet For My Valentine
Bullet For My Valentine
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Metalcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de III
III
2012

Chronique de Samantha
Samantha
2002

Eths
Eths
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metalcore
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Nightmare
Nightmare
2010

Chronique de Avenged Sevenfold
Avenged Sevenfold
2007

Avenged Sevenfold
Avenged Sevenfold
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Crusade
The Crusade
2006

Chronique de Ascendancy
Ascendancy
2005

Chronique de Ember To Inferno
Ember To Inferno
2003

Trivium
Trivium
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Sempiternal
Sempiternal
2013

Bring Me The Horizon
Bring Me The Horizon
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Metalcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Killswitch Engage
Killswitch Engage
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: