Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Burning Witches

Interview de Burning Witches


Les filles de BURNING WITCHES viennnent de sortir leur second album Hexenhammer via Century Media. Un très bon album qui saura séduire les amateurs de heavy metal traditionnel. Ces charmantes demoiselles ont accepté de répondre aux questions de Metalship. Rencontre avec Lala Frischknecht (batterie) (à droite sur la photo).




Metalship : Etait-ce un objectif de monter un groupe uniquement composé de filles ? Quelles sont les groupes de filles qui vous ont donné envie de vous lancez dans l'aventure ?

Hello Metalship! Merci de nous consacrer cette interview. C'était le rêve de Sereina (Telli), notre vocaliste, d'avoir un groupe uniquement composé de filles, c'est pourquoi elle a fondé BURNING WITCHES. Nous n'avons pas forcément été influencés par d'autres groupes féminins. Nos influences se situent plutôt du côté d'IRON MAIDEN et de JUDAS PRIEST.


Metalship : Le groupe a été fondé en 2015 et a déjà sorti deux albums sur l'un des plus gros labels metal du monde…pour vous, est-ce le résultat d'un gros travail ?

Oui, cela fait 3 ans que tout a commencé. Nous sommes encore un jeune groupe et c'est comme si nous étions monté dans un train à grande vitesse. Nous sommes bien entendu ravies de faire partie de la famille Nuclear Blast. Nous sommes très déterminés, très motivés depuis le premier jour et nous avons fourni un gros travail collectif. Mais le travail paye !


Metalship : Comment a démarré votre collaboration avec Nuclear Blast justement ?

On ne s'y attendait pas. Mais c'est une bonne chose que Nuclear Blast ait cru en notre potentiel, pas seulement parce que nous sommes un groupe de filles, mais aussi parce que notre musique est intéressante.



Metalship : Pour ce nouvel album, vous avez travaillé avec la même équipe que pour le précédent : V.O. Pulver (GURD) et Schmier (DESTRUCTION). Pourquoi ne pas avoir change ? Et que vous apportent ces messieurs ?

Schmier est un ami de longue date de Romana, il nous suit depuis le premier, et même avant la naissance du groupe ! C'est notre manager et il nous aide sur de nombreux points. C'est un super gars. V.O. Pulver sait exactement ce qu'il fait. L'autre producteur de cet album est Damir Eskic du groupe GONOREAS, qui est très compétent aussi. Nous sommes un jeune groupe, plutôt novice dans l'industrie musicale, et nous sommes donc vraiment chanceuses d'avoir ces garçons expérimentés à nos côtés. C'est comme une grande famille donc nous n'avons pas envie de changer.


Metalship : Ressentez-vous une pression particulière en travaillant avec eux, ou, au contraire, est-ce que cela vous pousse à vous dépassez ?

Nous sommes comme une famille donc nous ne ressentons pas vraiment de pression. Par contre, c'est certain que nous nous investissons à 120 %. Nous sommes là pour prendre du plaisir.


Metalship : Le heavy / power metal est un genre très codifié, penses-tu qu'il soit difficile d'y apporter un peu d'originalité, que ce soit dans la musique ou dans les textes ?

C'est important de garder ce côté traditionnel, mais bien sûr il n'est pas interdit d'y apporter quelques touches plus modernes, comme du growl, tant que cela ne dénature pas trop le genre.


Metalship : Comment décrirais-tu l'album en quelques mots ?

Du metal des années 80 avec une touché de modernité.


Metalship : Il y a une attention toute particulière apportée aux solos de guitares. Comment travaillent Romana et Sonia ?

Oui, les solos sonnent très bien, grace à un vrai travail d'équipe autour de Romana. Tous les titres sont écrits par Romana et Seraina depuis nos débuts.



Metalship : Seraina varie beaucoup son chant, que peux-tu nous dire à ce sujet ?

Seraina est une vocaliste très talentueuse. Elle peut faire beaucoup de choses avec sa voix, des notes les plus hautes aux growls. Il y a beaucoup d'éléments dans nos chansons, t notamment le growl, que nous aimons mettre à la fin de nos chansons, un peu comme un twist.


Metalship : Dans le groupe, n'y a t'il que des influences heavy / power metal ou y a t-il d'autres influences plus extrêmes ?

Effectivement, les influences principales restent le Heavy et le Power metal, mais nous écoutons aussi du hardcore, du punk, du thrash, du jazz aussi. C'est très varié et cela dépend de notre humeur.


Metalship : L'artwork est l'oeuvre de Gyula, artiste hongrois estimé, qui a notamment travaillé avec DESTRUCTION. Que peux-tu nous dire de son travail ?

Gyula est un artiste incroyable. Nous sommes très satisfaites de son travail. C'est juste parfait. Quand nous avons choisi Hexenhammer comme concept de l'album, nous avons tout de suite pensé au livre ouvert, avec les âmes des sorcières qui s'en échappent. Et maintenant, la pochette parle d'elle-même !



Metalship : Justement, si nous étions au Moyen-Age, vous seriez probablement brûlées sur le bûcher, comme le suggère le petit interlude "Dungeon of infamy"…

Probablement oui. La plupart des gens qui sont morts à cette époque étaient innocents. Il y avait moins de sorcières que l'Eglise a voulu le faire croire à l'époque. C'est une période sombre de notre histoire. "Dungeon of infamy" essaye de transmettre cette idée en évoquant ce qu'il s'est passé dans la prison de Bamberg.


Metalship : Qui écrit les textes et quelles sont les sujets principalement abordés ?

Seraina écrit les textes. Ils parlent du comportement humain et de sorcières bien entendu. Par exemple, le titre "Executed" raconte l'histoire d'Anna Göldi, la dernière sorcière suisse, qui a eu une vie très pénible ! Le titre "Hexenhammer" parle de Heinrich Kramer, l'auteur du Malleus Maleficarum, qui préconisait que les sorcières soient brûlées vivantes.


Metalship : Le titre "Don't cry my tears" se distingue des autres, c'est une ballade avec beaucoup d'émotions. Que peux-t nous dire sur ce morceau en particulier ?

"Don’t cry my tears" parle de dépression. Il est dit que personne ne peut prendre votre peine. Mais il est dit aussi qu'il faut avancer et construire sa propre existence. C'est une ballade mélancolique avec un solo très "sexy" de Romana. J'aime beaucoup ce titre. Dans le premier album, nous avions également fait une version acoustique de"Save me" qui se situe un peu dans le même registre.


Metalship : Pourquoi avoir repris "Holy driver" de DIO, un titre déjà repris de nombreuses fois. Qu'apporte votre version ?

"Holy driver" est une chanson fantastique. C'est un hymne du heavy metal.Nous l'avons souvent joué pendant nos concerts et les réactions ont toujours été très positives. Tout le monde la reprend en chœur. Nous avons donc décidé de la mettre sur notre second album. Notre version est aussi simple que possible, pour qu'elle soit meilleure. Nous ne souhaitions pas ajouter plein de trucs qui auraient dénaturé son authenticité.


Metalship : Vous avez déjà réalisé plusieurs vidéos pour promouvoir l'album. Comment s'opère vos choix et disposez vous d'une totale liberté ?

Oui, nous avons une totale liberté de choix. Nous avons selectionné "Executed" en premier car nous pensions que c'était le meilleur titre pour faire découvrir l'album. Il est agressif et rapide, avec des riffs de guitares énergiques et des vocaux percutants. Il est très représentatif de l'album en fin de compte."Hexenhammer" est un autre excellent morceau, avec un feeling très années 80. Du pur heavy metal !


Metalship : L'album est disponible en edition special et dans different formats. On assiste depuis quelques temps à un retour en force du vinyl. Qu'en penses-tu et quels formats préfères-tu : cd, vinyl, digital et playlist ?

Il y aura une édition limitée avec deux titres bonus. Je suis une collectionneuse de cds et de vinyls. Pour moi, la valeur est différente de la musique digitale. C'est un feeling très différent d'ouvrir e livret, de découvrir l'artwork, les paroles pendant que le disque tourne. A l'ancienne quoi ! Mais je n'ai rien contre la musique digitale. Nous sommes dans une ère plus moderne, désormais tout est fait pour être compact, peu encombrant, pratique, et certaines personnes adhèrent au fait de ne plus rien avoir chez eux.


Metalship : Avez-vous des concerts prévus, notamment en France ?

Nous tournerons avec GRAVE DIGGER au mois de janvier 2019 et nous serons à Paris le 28 janvier au Petit Bain. Nous sommes impatientes car ce sera la première fois que nous jouerons là-bas. Nous espérons également participer à quelques festivals !



Metalship : Cela vous énerve quand on dit que vous êtes favorisés en tant que groupe de filles…

L'important reste la musique. Si elle est naze, les gens ne l'écouteront pas. Mais par contre, si elle rend les gens heureux, les commentaires seront bons et tout va suivre. Le plus important c'est de jouer de la bonne musique. Certains artistes n'étaient pas très attractifs et pourtant ils ont laissé une vraie empreinte dans l'histoire de la musique.


Metalship : Je te laisse les derniers mots de l'interview…

Merci pour l'interview. Hexenhammer contient plein de bonnes chansons. Nous avons travaillé dur et nous espérons qu'il sera apprécié. Les gens qui aiment le metal des années 80 devraient s'y retrouver. Merci à tous pour le soutien ! Merci à Metalship !


Metalship : Merci à Lala Frischknecht et BURNING WITCHES, à Valérie Reux et à Nuclear Blast.



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par Gandalflegris, le 16 décembre 2018 pour Metalship

(0)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires




Burning Witches

Albums chroniqués :
Chronique de Hexenhammer
Hexenhammer
2018

Burning Witches
Burning Witches
Voir la page du groupe
Création : 2015
Genre : Power Metal
Origine : Suisse




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de The Final Sign
The Final Sign
2014

En Force
En Force
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Power Metal
Origine : États-Unis


Witches
Witches
Voir la page du groupe
Création : 1986
Genre : Thrash Metal
Origine : France



Sonata Arctica
Sonata Arctica
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Power Metal
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Archangels In Black
Archangels In Black
2009

Chronique de Dominate
Dominate
2006

Chronique de Underworld
Underworld
2003

Adagio
Adagio
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Power Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de In the line of fire
In the line of fire
2015

Chronique de Inhuman Rampage
Inhuman Rampage
2006

DragonForce
DragonForce
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Power Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Rhapsody Of Fire
Rhapsody Of Fire
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Power Metal
Origine : Italie