Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de While She Sleeps

Interview de While She Sleeps


C'est aujourd'hui, 21 avril, que sort You Are We, le nouvel album très attendu des Anglais de WHILE SHE SLEEPS. Un album désormais chroniqué sur le site, dont le vocaliste Lawrence Taylor a bien voulu nous parler au téléphone !




Metalship : Hello Lawrence, j'ai d'abord envie de te demander comment tu vas personnellement. Est-ce que tes problèmes de santé ne sont plus désormais un mauvais souvenir ?

Hello, je vais bien et ma voix aussi. L'enregistrement n'a pas forcement été toujours facile. Mais, comme les autres, je me suis investi à fond.


Metalship : Dois-tu donc toujours prendre des précautions particulières concernant ta voix ?

Bien sûr, oui. Quand tu es chanteur, tu dois toujours faire attention. C'est ton instrument de travail en quelque sorte. Il ne faut pas trop fumer et pas trop boire…ah ah ah. Avec l'expérience tu apprends à gérer tout ça.


Metalship : Vous avez décidé de réaliser votre album de manière aussi indépendante que possible, à moitié grâce à une campagne de fonds, à moitié grâce à Arising Empire / Nuclear Blast. Pourquoi ce choix ? Et quel est le rôle de chacun ?

A la base, nous devions sortir l'album de façon indépendante, tout du moins au Royaume-Uni. Nous nous sommes concentrés sur le Royaume-Uni pour la campagne de financement participatif car cela était plus simple pour nous. C'était plus compliqué de le faire pour le monde entier. Cela à fonctionner au-delà des objectifs et de nos espérances. Nous voulions que tout le monde puisse néanmoins trouver l'album partout dans le monde, et c'est là que le rôle d'Arising Empire / Nuclear Blast est essentiel pour la distribution.



Metalship : Je suppose que cela vous a donné un surcroît de travail et une pression supplémentaire…

C'est certain car il y a plein de choses auxquelles tu dois penser, alors qu'avant tu ne t'en occupais pas ! C'est très différent. Quand tu es sur un label, et que tu désires faire quelque chose, tu dois en parler à 10 personnes différentes. Là, tu décides de faire un truc, t'en parles à deux personnes…et c'est fait ! C'est plus direct et moins frustrant d'un point de vue artistique parce que tu fais ce que tu veux.


Metalship : L'album démarre avec la chanson titre "You are we". La notion de communauté, de fraternité est très importante depuis vos débuts, et transparaît clairement dans les vidéos comme "Seven hills" et "Hurricane". Est-il essentiel pour vous de grader cet état d'esprit dans votre travail ?

Oui c'est très important. La campagne de financement, le titre, vous êtes nous. Tout nous ramène à ces valeurs. Nous avons enregistré l'album dans notre propre studio. Nous avons mis un an à le construire. Cela renforce le groupe et notre solidarité.


Metalship : L'artwork est dans le même ordre d'idée avec tous ces langages différents. Quelle est l'importance de ce concept pour vous ?

Oui, on a repris plusieurs langages parlés dans le monde. Il y a tellement de chaos dans le monde que nous voulions insister sur une voie plus positive. C'est facile d'être très négatif sur plein de choses, mais nous préférons retenir le positif. Notre album précédent "Brainwashed" était plus critique, notamment sur la politique. Il reste d'actualité mais nous souhaitions retenir le sentiment d'unité, comme on peut le voir par exemple à travers notre campagne de financement, auquel chacun pouvait apporter sa contribution pour nous aider à progresser en tant que groupe. On fait attention à vous, et vous faites attention à nous, comme si nous ne formions qu'un. C'est très important pour nous d'avoir tous ces langages sur la pochette et de faire comprendre que nous formons un tout. Il n'a pas de limites, pas de frontières. Tout le monde peut venir à nos concerts et prendre du plaisir à écouter notre groupe.



Metalship : Sur cet album, vous semblez avoir trouvé le parfait équilibre entre toutes vos influences et développé encore un peu plus votre propre style. Peut-on donc parler de l'album de la maturité ?

Nous essayons toujours de pousser les choses plus loin et d'essayer de nouvelles choses. Je pense que les chansons de ce nouvel album sont vraiment bien dans cet esprit. Je pense qu'il est important pour nous de progresser en tant que musicien. Et de proposer le meilleur travail possible. Je pense que chaque album est différent des autres. Ce n'a pas d'intérêt de toujours faire la même chose, de toujours sortir le même album. C'est plus sympa de changer des choses et de voir la réaction des gens.


Metalship : Vos textes sont socialement très engagés. Pourrais-tu t'engager en politique par exemple pour faire changer les choses ?

On essaye de parler de choses qui nous tiennent à cœur, de ce qu'on voit dans les médias et qui nous touchent. Et, politicien n'est pas un boulot pour moi, je ne suis pas assez intelligent pour ça ! Je ne pourrais pas être un politicien, c'est trop ennuyeux, je préfère faire du rock !


Metalship : Vos deux précédents albums, This Is The Six et Brainwashed ont bénéficié d'éditions spéciales, avec bonus tracks. Doit-on s'attendre à une édition semblable avec You Are We ?

Il y a actuellement 11 titres sur l'album. Et nous avons bien sûr du matériel supplémentaire, pour les éventuels bonus d'une future édition. Mais pour le moment, je pense que l'album est bien comme ça !


Metalship : Même si vous n'en abusez pas, on trouve quelques invités sur vos albums. Il y a eu Andrew Neufeld de COMEBACK KID et la chanteuse Jenny Stanisforth sur This Is The Six et c'est maintenant au tour d' Oly Sykes de BRING ME THE HORIZON. Que peux-tu nous dire là-dessus ?

C'était très cool d'avoir Andrew Neufeld, car on apprécie ce que fait COMEBACK KID. C'est une idole de jeunesse donc c'était très spécial pour nous de l'avoir sur le disque. Jenny Stanisforth a posté une vidéo sur YouTube de cette version acoustique de "Seven hills", parue sur l'édition spéciale de "This is the six". C'est excellent. Et oui, cette fois ci c'est Oli (Sykes) de BRING ME THE HORIZON. Ils sont originaires de Sheffield comme nous. Oli a entendu "Silence speak", une de nouvelles chansons. Et il s'est dit, ce serait cool de collaborer à ce titre ! C'est bizarre mais aussi simple que cela !



Metalship : Il n'y a jamais de reprise sur vos albums. Cela ne vous a jamais tenté ?

Non, cela nous a déjà traversé l'esprit. Le plus dur sera de nous mettre d'accord car on écoute tous des trucs très différents !


Metalship : La dernière fois que vous êtes venus en France, c'était en octobre l'année passée, comment c'était ?

On a passé d'excellents moments. Les Français nous ont bien accueillis. C'était vraiment cool de pouvoir discuter avec eux avant ou après les concerts.


Metalship : En juin, vous serez à l'affiche du Hellfest, est-ce une date particulière pour vous ?

C'est une date spéciale car en 2014 nous devions venir et nous avons du annuler suite à mes problèmes de santé. Donc on attend cette date avec impatience.


Metalship : Vous reverra-t-on en Europe après la saison des festivals d'été ?

Oui on tournera sans doute en tête d'affiche pour promouvoir l'album après les festivals d'été. En Europe et dans le monde. Et en France évidemment ! On a envie de jouer dans des endroits qu'on n'a pas encore visiter. Mais nous n'avons pas encore de dates précises à annoncer pour l'instant.


Metalship : Merci à Lawrence Taylor, à WHILE SHE SLEPS, et à Valérie Reux de Nuclear Blast.



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par Gandalflegris, le 21 avril 2017 pour Metalship

(0)



Interview précédente

Tout


Commentaires




While She Sleeps

Albums chroniqués :
Chronique de You Are We
You Are We
2017

Chronique de Brainwashed
Brainwashed
2015

Chronique de This is the six
This is the six
2012

While She Sleeps
While She Sleeps
Voir la page du groupe
Création : 2010
Genre : Metalcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Scream Aim Fire
Scream Aim Fire
2008

Chronique de The Poison
The Poison
2005

Bullet For My Valentine
Bullet For My Valentine
Voir la page du groupe
Création : 1997
Genre : Metalcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de III
III
2012

Chronique de Samantha
Samantha
2002

Eths
Eths
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metalcore
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Nightmare
Nightmare
2010

Chronique de Avenged Sevenfold
Avenged Sevenfold
2007

Avenged Sevenfold
Avenged Sevenfold
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Crusade
The Crusade
2006

Chronique de Ascendancy
Ascendancy
2005

Chronique de Ember To Inferno
Ember To Inferno
2003

Trivium
Trivium
Voir la page du groupe
Création : 2000
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Sempiternal
Sempiternal
2013

Bring Me The Horizon
Bring Me The Horizon
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Metalcore
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Killswitch Engage
Killswitch Engage
Voir la page du groupe
Création : 1999
Genre : Metalcore
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Five
Five
2016

The Agonist
The Agonist
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Metalcore
Origine : Canada

Rapports de concerts: