Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Vaiddreams

Interview de Vaiddreams


Mine de rien, Vaiddreams commence à se faire une petite place dans le paysage musical français (metal bien sûr, je doute que Michel Drucker en ait entendu parlé) et qui devient un habitué de Metalship vu qu'il est l'un des premiers à avoir deux interviews à son actif. Sans oublier qu'il y en aura encore une cette année si le nouvel album sort et vous n'aurez plus d'excuses, vous ne pourrez plus ignorer ces Alsaciens. Mais on en est pas encore là, aussi laissons la parole au groupe.


Interview réalisée par internet le 28 janvier 2009.


Metalship : Salut ! Avant toute chose pouvez-vous présenter votre nouveau batteur ?

Vaidd (David, chant) : Salut ! Notre batteur s’appelle Gaël ‘Picco’ Tardio, il a 21 ans et c’est une vraie mitraillette. (Rires)
Neewok (Nicolas, guitare) : On est des mecs plutôt simples, on essaie d'être drôle, mais on aime bien trouver une part suffisante de sérieux chez les musiciens que nous cherchons. Gaël a un peu de tout ça et ça marche plutôt bien. En plus il a une capacité d'absorbation assez phénoménale. On nous prédisait souvent qu'on ne trouverait jamais un batteur foutu de jouer nos morceaux. On a trouvé mieux, il se les approprie, et c'est génial.
Cpi (Sébastien, claviers) : Je ne sais pas si ça existe ça « absorbation » (Rires), j’aurais dit absorption moi, mais oui c’est ça en fait qui est phénoménal. Sinon c’est le neveu de mon ancien prof de piano. Vous vous en foutez, je sais, mais c’était juste pour le dire voilà, le monde est petit non ?


Metalship : Le groupe a rapidement signé chez Brennus. Comment cela s’est-il fait ? Que peut apporter ce label à un groupe comme Vaiddreams ?

Vaidd : ça c’est fait assez simplement ! Au mois de janvier 2008, nous avons sorti un quatre titres autoproduit nommé Lycanthropia. Nous l’avons envoyé à plusieurs labels nationaux. Alain Ricard nous a répondu deux semaines après notre envoi, en nous spécifiant qu’il avait accroché sur notre musique, qu’il y avait encore des petits problèmes de son à résoudre, mais qu’il serait ravi de nous signer. Nous avons accepté, c’était pour nous un honneur de travailler avec lui et cela nous permettait de rejoindre des groupes que nous aimons beaucoup, comme Phenix, Killers, etc.…
Alain nous apporte beaucoup de choses, outre la distribution de notre cd à travers le globe, il nous conseille, nous oriente, nous apporte son expérience. C’est toujours un gage de sérieux que d’avoir le logo Brennus Music apposé sur son cd.


Metalship : Book Of Dreams, votre premier album, est sorti en septembre dernier. Avec le recul, quand on est un jeune groupe, que ressent-on à ce moment là outre une grande fierté ?

Vaidd : On a envie de crier sur tout les toits « Eh les gars on vient de sortir notre premier album, achetez-le c’est de la bombe » (Rires) J’ai ressenti aussi un grand soulagement, je me suis dit on va enfin pouvoir prendre un peu de repos. Mais ça a été de courte durée, on a tout de suite commencé à bosser sur le prochain album, en se disant il faut faire encore mieux que ‘Book of Dreams’. On se dit aussi est-ce qu’on a pas sorti l’album trop tôt, est-ce que les gens vont aimer, est-ce qu’ils vont ressentir la même chose que nous en écoutant cet album… En fait y a trop de choses qui passent par la tête.
Neewok : Pour ma part, un mélange de fierté et de déception. Déçu de n'avoir pas pu en faire plus, on est jamais content de ce qu'on fait, c'est sûrement mon côté pessimiste. Mais fier de se dire, on a fini un truc, ça y est, fier de voir notre album dans les étales aux côtés de nos groupes favoris. Ça fait bizarre … J'essaie de rester modéré, il y a bien plus devant nous que derrière, on en est qu'au début et va falloir bosser plus encore !
Cpi : Quand t’as galèré pendant des années avec d’autres groupes, d’autres musiciens, forcément tu es fier : ça y est, on l’a fait !
Maintenant avec le recul, je rejoins un peu Nico. Oui on aurait pu faire mieux. Heureusement, on va avoir la chance de le prouver sur un prochain album.


Metalship : En écoutant l’album, de nombreuses influences peuvent se faire sentir, comme Stratovarius et dans une moindre mesure, Edguy ou encore Evergrey. N’avez-vous pas peur d’évoluer dans un registre musical où presque tout a déjà été dit ?

Vaidd : Où tout a déjà été dit ! Non, là je ne suis pas du tout d’accord ! (NdR : presque, j'ai dit presque ! Argh !) Je crois justement qu’il reste encore beaucoup de choses à dire. Je pense que c’est un style où l’on peut se permettre beaucoup de fantaisie, où l’on peut innover sans cesse. Quand tu dis qu’on ressent les influences d’Edguy ça me fait vraiment plaisir, c’est vraiment un groupe que j’apprécie. Ils ont vraiment évolué dans leur musique à travers le temps, ils ont toujours fait ce qu’ils avaient envie de faire, c’est ce qu’on cherche à faire, se faire plaisir, jouer ce qu’on a envie et non pas jouer ce que les gens voudraient qu’on joue. Par contre, j’aurais bien voulu que tu cites aussi Kamelot ! C’est mon groupe fétiche !
Neewok : Stratovarius ! Ouais, c'est sûr, Tolkki est une référence pour moi … Ensuite évoluer dans un registre où tout a été dit ? Je ne sais pas … En fait tout dépend de la vision qu'on a de la musique. Soit on considère la musique comme une fin, le résultat d'une recherche qui aurait pour aboutissement la mise en place de codes, de règles qui identifieraient un style bien particulier. Là on pourrait dire que oui, une grosse majorité de ce qui ce fait dans ce style a été posé …
Soit on considère la musique comme un moyen, un outil, pour exprimer des émotions, des choses personnelles. Et là je pense qu'il ne peut y avoir de limite, de fin. Après, savoir si nos émotions, notre esprit, trouvera écho, c'est une autre question. Disons qu'on se sert de cet outil pour écrire ce qu'on ressent à un instant "t". En fait je crois qu'il y a les premiers qui vont s'échiner à trouver des ressemblances dans la forme mais passeront peut-être à côté du fond, et les seconds qui écouteront la musique, sentiront si elle leur parle, accrocheront ou n'accrocheront pas.
Cpi : Le plus dur c’est d’arriver à faire ce « presque » dont tu parles. Perso je suis content, on y arrive bien.
Picco (Gaël, batterie) : On n’en dit jamais assez quand il s’agit d’un art et surtout de la musique.


Metalship : Vaiddreams, c’est avant tout le projet de deux frères. J’imagine qu’il doit y avoir une certaine complicité entre vous pour que cela fonctionne. Quelle est votre méthode de travail ? Les autres membres ont-ils leur mot à dire et influent-ils sur l’écriture ?

Neewok : Ouais, il y a une complicité entre nous, c'est indéniable. Il faut ça de toute façon pour réussir à faire quelque chose. Après comment se passe le travail de composition : en fait c'est assez simple, je compose toute la musique, j'enregistre les grattes, la basse, les claviers, la batterie, les arrangements. Tout ça en restant dans un esprit que David me transmet. Je jette les compos qui ne correspondent pas à l'esprit souhaité et au fur et à mesure j'aboutis à un album qui à ce stade n'est orphelin que de son chant. Avec David on discute des morceaux, il propose des choses, je lui propose des choses, mais il reste maître de son chant, de ses lignes. Les musiciens, eux, apprennent et jouent en live. Ça c'était pour Book of Dreams.
Pour le deuxième opus ce sera un peu différent, Gaël enregistrera sa batterie, et je ne peux que m'incliner devant lui. Même si les morceaux sont terminés quand je les propose, c'est à chacun d'interpréter ses parties. En fait c'est le terme, David et moi composons et les autres interprètent.
Vaidd : C’est vrai que pour le prochain album, Nicolas et moi allons passer encore plus de temps à cogiter ensemble sur les morceaux. On va peaufiner ensemble les lignes de chants, les chœurs et l’orchestration. En fait, on est vraiment complémentaire ! Chacun cherche à savoir ce que l’autre ressent, ce que l’autre veut faire passer comme émotion. Dans Book of Dreams, mon chant était assez mélancolique et Nicolas a très bien su retranscrire ça en musique.
Cpi : Je n’aime pas « perturber » la fibre créatrice de Nico. Depuis toutes ces années où je bosse avec lui (plus de dix ans), je SAIS que je peux lui faire entièrement confiance.
Picco : Non un batteur n’a jamais rien à dire, il se contente de taper (Rires).


Metalship : Il y a également un titre bonus assez étonnant et détonnant, Serial Killer Cat. Pouvez-vous nous en parler un peu ?

Neewok : Comment dire … pour commencer je pense qu'on peut dire que Serial Killer Cat préfigure de ce que sera le deuxième album dans l'esprit des morceaux, un peu décalé soit dans leurs formes ou dans autres choses, j'ai pas envie d'en dire plus pour le moment. C'était un délire survenu à la suite d'un visionnage d'un épisode des "Power Rangers force mystique", où j'ai vu une sorte de grosse marionnette en forme de chat, toute molle et diabolique. Bon ça n'a rien à voir mais ça a été le déclencheur (rires). C'est juste que c'est dur de rester sérieux tout au long de ces années sans péter une pile à un moment.
Vaidd : C’est justement quand je réécoute SKC que je me dis qu’il reste encore plein de terres inconnues à explorer.


Metalship : Il semblerait qu’un nouvel album soit déjà en préparation, non ? Sera-t-il dans la même lignée ?

Vaidd : Dans la même lignée, OUI ! Mais avec plus de guitares, plus de batterie, plus de mélodies et plus de patate !
Neewok : … On y trouvera des titres progressifs comme on les aime, mais dans sa globalité l'album sera plus speed, plus agressif, plus décalé. Comme David l'a dit, plus de patate, on travaille beaucoup sur le son. On a envie de faire quelque chose d'irréprochable à ce niveau. Un passage en studio sera sûrement programmé… On aimerait aussi offrir plus de choses, des vidéos, des photos, des bonus, des guests, etc.
Vaidd : Et pourquoi pas un clip !
Cpi : Un clip je veux bien, mais pourquoi des patates ? Ca va être chiant pour le packaging ça.
Picco : En batterie faudra que je sois à la hauteur!! C’est un challenge pour moi car certains titres sont extrêmement rapide et je ne suis jamais allez aussi vite à la double pédale. Pour ce nouvel album je vais devoir beaucoup travailler.


Metalship : 8. Dans le métal, on cause souvent de vampires, de dragons ou de sorcières. Les loups garous, c’est pour l’originalité ou y a-t-il une passion particulière derrière ce sujet ? Quels ouvrages ou quels films vous ont le plus marqué ?

Vaidd : Je suis un grand fan d’Underworld, d’où le loup garou ! En plus cette créature collait bien à mes textes, parce qu’ils ont tous un point commun ‘la dualité’. Mais il n’y a que la chanson Lycanthropia qui parlait de loup garou. Par contre mes personnages sont toujours tiraillés entre le bien et le mal, un peu comme un ‘Lycan’, son côté humain le pousse à aimer et quand il se transforme il ne pense qu’à tuer, ou alors il le fait pour se défendre. Si on sort du registre fantastique, dans la vrai vie c’est un peu pareil, on doit constamment faire des choix et quand on fait du mal c’est souvent qu’on cherche à se protéger.
Cpi : Moi j’avais proposé le canard comme concept pour le prochain… Mais non ce sera (encore) le loup-garou. Franchement je ne comprends pas, parce que le canard on ne le sait pas toujours mais…


Metalship : Vous donnez régulièrement des concerts en Alsace et en Lorraine. Assurez-vous généralement la tête d’affiche ou avez-vous en charge de chauffer la salle ? Quelle est la première partie la plus prestigieuse que vous ayez eu à assurer ou que vous rêveriez d’assurer dans un futur proche ?

Neewok : Et bien pour l'instant nous assurons parfois des premières parties, parfois des secondes. On joue surtout avec des groupes qu'on apprécie, on cherche dans les environs et plus largement là où nous trouvons des contacts mais c'est un métier, et ce n'est pas évident. Affiche prestigieuse, non, pour les gens on existe depuis septembre, on a jamais entendu parler de nous avant ça.
Vaidd : On joue la plus part du temps avec des groupes signés chez Brennus, c’est un des avantages d’avoir un label. Le contact est plus facile avec les artistes signés dans la même maison. D’ailleurs merci à Phenix de nous faire confiance.
Cpi : C’est quand même la super méga galère pour trouver une date, et encore plus pour se faire « respecter » en tant que musicien.
Picco : Je rêverais bien d’assurer la première partie d’André Rieu (Rires). Sérieusement je ne préfère pas trop m’avancer là-dessus, l’avenir nous le dira.


Metalship : Quels sont votre coup de cœur et votre coup de gueule musical de l’année 2008 ?

Vaidd : Mon coup de cœur… Je vais essayer de ne pas dire Kamelot (Rires)
Je dirais Evergrey, Torn c’est une vraie tuerie ! Ce qui est drôle c’est que c’est avec cet album que j’ai découvert le groupe. A force de travailler sur sa propre musique on fini par ne plus en écouter beaucoup. Mais j’aurais pu rajouter, Serenity, Edguy, Arch Enemy
Mon coup de gueule ! C’est quand j’entends dire que le métal français est sclérosé ! Ça me fou en boule, la majorité des personnes ne prennent pas le temps de découvrir de nouveaux groupes, ils se contentent d’écouter ce qu’on leur sert sur un plateau et ça c’est navrant.
Cpi : Le splitte de Strato… Pas vraiment un coup de gueule, c’est la vie, c’est comme ça, mais une grosse déception quand même. Je suis très curieux d’entendre ce que ça va donner sans le génie de Tolkki. Mon coup de cœur c’est Revolution Renaissance avec l’ancien line up de Stratovarius… je sais, ça n’existe pas, mais j’aime à penser ce que ça aurait donné.
Picco : Pour moi le gros coup cœur c’est Opeth avec leur album Watershed. Mais dernièrement j’ai écouté le nouveau Guns N’ Roses : Chinese Democracy, c’est une pure tuerie. J’aurais aussi mit en coup de cœur le dernier DVD d’Arch Enemy : Tyrants Of The Rising Sun - Live In Japan. Sinon mon coup de gueule je crois que c’est tout les ans le même : les préjugés envers le Métal. J’ai l’impression, bien qu’il existe de super groupe de métal français, que la mentalité et la culture musicale en France évolue très peu.


Metalship : Que peut-on vous souhaiter pour 2009 ?

Neewok : Une sortie dans les bacs du deuxième opus !!
Vaidd : Beaucoup de concerts, beaucoup d’argent, beaucoup de groupies !!!!
Picco : Un parking neuf juste devant notre local^^.
Cpi : ça c’est une super idée !


Metalship : Cette interview se termine, merci de votre patience. Souhaitez-vous ajouter quelque chose à ce qui a déjà été dit ?

Neewok : Merci à vous, pour le temps que vous nous consacrez.
Vaidd : Rendez-vous le 21 février à Marlenheim au Kobus ! Venez nombreux !
Picco : Sortez de chez vous et venez nous voir. Faites vivre le métal !!!!!!


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par Elric des Dragons, le 29 janvier 2009 pour Metalship

(0)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires




Vaiddreams

Albums chroniqués :
Chronique de Book of Dreams
Book of Dreams
2008

Vaiddreams
Vaiddreams
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Metal Progressif
Origine : France

Rapports de concerts:



Groupes en rapport


Dream Theater
Dream Theater
Voir la page du groupe
Création : 1985
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Iconoclast
Iconoclast
2011

Chronique de Paradise Lost
Paradise Lost
2007

Symphony X
Symphony X
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Metal Progressif
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The storm within
The storm within
2016

Chronique de Glorious Collision
Glorious Collision
2011

Evergrey
Evergrey
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Metal Progressif
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Grace Decapitated
The Grace Decapitated
2009

Ellipsis
Ellipsis
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal Progressif
Origine : France


Albums chroniqués :
Chronique de Road Salt One - Ivory
Road Salt One - Ivory
2010

Pain Of Salvation
Pain Of Salvation
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Metal Progressif
Origine : Suède

Concerts:
Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Incident
The Incident
2009

Chronique de Fear Of A Blank Planet
Fear Of A Blank Planet
2007

Porcupine Tree
Porcupine Tree
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Metal Progressif
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

To-Mera
To-Mera
Voir la page du groupe
Création : 2005
Genre : Metal Progressif
Origine : Royaume-Uni