Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de The Drowning

Interview de The Drowning


The Drowning brise le silence qu’il a gardé pendant 5 longues années avec Senscence Signs. Metalship s’est entretenu avec le batteur Steve Hart pour discuter de ce nouvel album.


Metalship : THE DROWNING n’avait pas sorti d’album depuis 5 ans. Qu’avez-vous durant ces années ?

C'est tout un ensemble de choses qui a mené à une pause aussi longue de notre part, les plus grandes étant les changements dans la composition du groupe et Des problèmes techniques dans le studio. Nous avions enregistré plus de la moitié de a Senescent Signs quand nous avons perdu les disques durs et toutes les sauvegardes, nous forçant à recommencer à zéro. Le moral du groupe a touché le fond quand on a appris la nouvelle mais ça nous a finalement permis de nous y remettre avec une vision plus claire de l'album, alors je suppose que cette pause était un mal pour un bien.


Metalship : Quand avez-vous commencé à travailler sur Senescent Signs ?

Nous avons commencé à écrire Senescent Signs juste après avoir fini Fall Jerusalem Fall en 2011. James venait de quitter le groupe mais nous continuions à composer des morceaux. Quand Matt a rejoint le groupe nous étions capable de construire les morceaux proprement du début. Au départ on a surtout travaillé de vieilles compos avec Matt et on a passé toute l'année 2012 en tournée. La première fois que nous sommes allés en studio pour enregistrer Senescent Signs était à l'été 2013! Haha


Metalship : Senescent Signs, le titre de l’album, évoque le thème du temps qui fuit. La couverture illustre-t-elle ce thème ? Qu’elle est la signification du masque, de la cape que le personnage porte et du bâtiment pyramidal sous lequel il se tient ?

C'est Matt Vickerstaff qu'il faut féliciter pour l'illustration de couverture. Nous lui avons donné carte blanche, tout ce qu'on a fait c'est lui donner le thème et il a créé cette incroyable œuvre d'art. On lui a donné quelques paroles et premiers enregistrements de l'album pour qu'il puisse capter l'atmosphère de la musique et je crois qu'il a fait mouche!

Nous en sommes venus à voir le bâtiment en forme de clocher comme un portail entre la jeunesse et la vieillesse ; la silhouette enfantine de la mort avec sa tête penchée nous invitant à traverser l'arcade. La forêt en décomposition capture la sensation de vieillesse sans espoir et de décomposition.


Metalship : On sent une grande influence romantique (le courant esthétique) dans votre musique: le temps qui fuit est un thème romantique par excellence, Faust est le personnage d’un auteur imminent de ce courant littéraire. Comment qualifiez-vous votre musique ?

Je ne crois pas que nous avons jamais essayé de nous définir, nous n'avons jamais dit genre "Bon, on est un groupe de Doom, si on composait quelque chose morbide" on a toujours simplement écrit ce qui nous semble juste: si on ressent quelque chose, on le garde. C'est comme ça qu'on a toujours fait ça. Je sais que Matt a parfois des paroles qui pourraient être perçues comme romantiques, comme dans "At One With the Dead".


Metalship : Les romantiques ont un lien privilégié avec la nature: the drowning évoque l’eau, la forêt sur la couverture. La nature est-elle une Source d’inspiration importante pour vous ?

C'est vrai que la nature dégage une certaine tranquilité, j'aime y passer du temps pour être seul avec mes pensées. Le nom du groupe, The Drowning, vient en fait à l'original de l'acte de meurtre rituel et la forêt morte sur la couverture joue bien avec ça.


Metalship : Le metal est généralement jugé laid et présenté comme à l’opposé de la musique classique, même si les éléments de cette dernière se mélangent parfaitement avec ceux du metal (prenons l’exemple de la voix soprano).
Faut-il avoir une structure d’esprit particulière pour savoir apprécier ce genre musical ?

D'une certaine manière, oui! Je veux dire, j'aime bien écouter de la musique classique quand il y a quelque chose qui se construit, qui raconte une histoire, mais je ne pense pas pouvoir tenir un concert entier. Cela dit, dans beaucoup de métal la construction est très proche du classique, alors si on aime la musique métal et comprend les mécanismes de la musique il n'y a pas de raison qu'on ne puisse pas apprécier des moments de musique classique.
Si on parle d'avoir un état d'esprit particulier pour notre genre, j'irais jusqu'à dire qu'un esprit plus sombre aiderait sans doute à apprécier ce que nous faisons.


Metalship : A quoi est due cette image si négative du metal dans la société selon vous ?

Je pense que les gens vont toujours craindre ce qu'ils ne comprennent pas. Je pense que beaucoup de ceux qui trouvent refuge dans le métal sont incompris et le reste de la société nous dépend sous un joue négatif simplement par ignorance. Au moins nous écrivons avec passion et émotion sincère contrairement à la soupe qui passe à la radio.


Metalship : Peu de musiciens vivent de leur passion. Etre membre de THE DROWNING est-ce votre job à plein temps ou l’exercez-vous à côté d’un autre loin de l’univers de l’industrie musicale ?

Je sais, c'est tellement dur d'être musicien de métal comme travail à plein temps! Nous avons tous nos propres boulots en dehors du groupe, quelques uns ont un travail de bureau, je suis tatoueur professionnel et le dernier venu, Dicky (Richard Moore) est chef cuisinier, ce qui est génial! On mange toujours bien en tournée comme ça haha!


Metalship : Quels sont vos projets futurs ?

Nous sommes déjà en train de travailler pour le nouvel album, ce qui se passe vraiment bien. C'est la première fois que Dicky participe au processus de composition et c'est un plus bénéfique comme il est un incroyable musicien, pas seulement un bassiste haha! Nous espérons être de retour en studio d'ici la fin de l'année. Et d'ici-là on sera en tournée autant que possible.


Metalship : Merci beaucoup!

Interview par Wafa ZLITNI
Traduit de l’anglais par Gautier Milewski


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par Waifai, le 3 août 2016 pour Metalship

(0)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires




The Drowning

Albums chroniqués :
Chronique de Senescent Signs
Senescent Signs
2016

The Drowning
The Drowning
Voir la page du groupe
Création : 2003
Genre : Doom Metal
Origine : Royaume-Uni




Groupes en rapport


Jerusalem
Jerusalem
Voir la page du groupe
Création : 1970
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni


Daylight Dies
Daylight Dies
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Doom Metal
Origine : États-Unis


Albums chroniqués :
Chronique de An Ode To Woe
An Ode To Woe
2008

Chronique de The Angel And The Dark River
The Angel And The Dark River
1995

My Dying Bride
My Dying Bride
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Doom Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Never Ending Way Of ORwarriOR
The Never Ending Way Of ORwarriOR
2010

Orphaned Land
Orphaned Land
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Doom Metal
Origine : Israël

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Black Masses
Black Masses
2010

Chronique de Black Masses
Black Masses
2010

Chronique de Dopethrone
Dopethrone
2000

Electric Wizard
Electric Wizard
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Doom Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Sovran
Sovran
2015

Chronique de Sovran
Sovran
2015

Chronique de A Rose for the Apocalypse
A Rose for the Apocalypse
2011

Chronique de No Greater Sorrow
No Greater Sorrow
2008

Draconian
Draconian
Voir la page du groupe
Création : 1994
Genre : Doom Metal
Origine : Suède


Albums chroniqués :
Chronique de Epicus doomicus metallicus
Epicus doomicus metallicus
1986

Candlemass
Candlemass
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Doom Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts: