Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Crossing Rubicon

Interview de Crossing Rubicon


Sorti en début d'année, le premier album des Américains de CROSSING RUBICON avait bien plu à la rédaction de Metalship (voir chronique sur le site). Le vocaliste Scott Wawrzyniak, alias Scotty Anarchy, a accepté de répondre à quelques questions. Il se livre sans détour et nous permet d'en savoir plus sur lui et sur ce premier essai fort réussi.


Metalship : Pour commencer, peux tu nous en dire plus sur toi ?

Je suis Scotty Arnachy, chanteur et compositeur du groupe CROSSING RUBICON. J'étais un gamin un peu geek, un peu renfermé. Ce gamin a connu un certain succès dans le business de la musique, et a sombré dans l'alcool et la drogue. J'ai depuis combattu tout ça en essayant de donner le meilleur de moi même dans la musique.



Metalship : Quelle est l'histoire qui se cache derrière le nom de scène Scotty Anarchy ?

En fait, j'étais détenu par la police quand l'un des officiers m'a appelé "Mr Anarchy". Je lui ai répondu : "Ah non, pour vous ce sera Scotty Arnachy !". Ils se sont marrés et le nom est resté ! Et puis, il faut bien dire qu'Anarchy et plus facile à retenir que Wawrzyniak !


Metalship : Ta femme, Jeanne Sagan fait aussi partie du groupe. Cela change-t-il quelque chose pour vous deux ?

Pouvoir créer de la musique et voyager dans le monde est un rêve qui est devenu réalité. Partager cela avec ton âme soeur est encore plus incroyable. C'est plus qu'un rêve, ça rend notre vie géniale.



Metalship : Quelle est la signification du nom du groupe ?

Je fais de la musique depuis que j'ai 3 ans, mais je n'ai jamais rien écrit d'intéressant avant d'avoir bousillé ma vie par bien des côtés. J'avais du mal à admettre certaines choses, et j'ai donc écrit des chansons, qui me servaient de thérapie, pensant que d'autres personnes avaient sans doute rencontré les mêmes problèmes. Je suis aussi un grand fan de Shakespeare, franchir le Rubicon, c'est atteindre le point de non retour, comme l'a fait Jules César en son temps. Ecrire de la musique, basée sur mes confessions personnelles, c'est pour moi atteindre le point de non retour. Franchir le Rubicon, ça peut aussi être considérer comme une déclaration de guerre. Et en tant que groupe, nous savons qu'il va falloir livrer bataille pour se faire une bonne place dans la musique.


Metalship : Vous venez de réaliser votre (excellent) premier album No less than everything. Peux-tu nous en expliquer la genèse ?

A l'originie, j'ai crée le groupe lorsque mon docteur m'a dit que si je n'arrêtais pas mes conneries, je serai probablement mort dans l'année. Je voulais réaliser un album avant de mourir car cela a toujours été un but. Je voulais appeler cet album Epitathe. Puis j'ai vu les choses de façon différente en me remettant à écrire, je voulais vivre. Les gens en proie aux mêmes problèmes que moi trouvaient une source d'inspiration dans mon travail et cela m'a motivé encore plus. Cette audience est une des raisons pour lesquelles je suis encore là, on fait tout cela pour eux.



Metalship : Comment s'est passé votre collaboration avec Pavement Music ? Des copies physiques seront-elles disponibles ?

Tim King de Pavement a entendu notre single "Unhinged", que nous avons diffusé en septembre 2015. Il était trs enthousiaste et nous pouvait pas se le sortir de la tête. Il a contacté Jeanne et a proposé son aide. On avait déjà travaillé avec plusieurs personnes, souvent des "costards-cravates", et on avait été déçus par à peu près tout le monde. C'était rafraîchissant de bosser avec un vrai musicien, qui comprenait notre passion. Et effectivement, nous allons bientôt lancer notre site de vente en ligne, où les copies physiques seront bien sûr disponibles.


Metalship : Vous mixez beaucoup d'influences pour un résultat très surprenant. Avez-vous tenu compte des sensibilités de chacun pour construire cet album ?

CROSSING RUBICON compte 5 membres et chacun a une part de responsabilité égale dans le processus créatif. Nous sommes tous crédités sur chaque titre. Nous avons des centaines d'influences différentes et le disque en est imprégné. J'aime acheter et écouter des cds, dans tous les styles. Mes plus grandes influences personnelles se situent du côté de David Bowie, QUEEN, GUNS N'ROSES, MOTLEY CRUE, QUEENSRYCHE...Aucun de ces groupes ne peut vraiment être cloisonné dans un style préçis et c'est pour ça que leurs albums sont bons. Je dis toujours qu'on essaye de faire la meilleure musique de CROSSING RUBICON.



Metalship : Si tu devais résumer votre musique en quelques mots ? Quels seraient-ils ?

Notre musique est faite pour les gens ouverts d'esprit, qui n'hésitent pas à prendre des risques et emmerdent un peu les conventions !


Metalship : Le disque possède un feeling très années 80 et dégage, du coup, un charme unique. Etait-ce une volonté délibérée de votre part ?

Ironiquement non. C'est notre structure qui veut ça avec deux guitaristes incroyables et une section rythmique qui cartonne avec Jeanne et Brandi à la batterie. Ma voix évoque un hard rock très mélodique. C'est probablement pour tout ça qu'on sonne très années 80 !


Metalship : Justement, ta voix participe pleinement à cette impression et se rapproche clairement d'un Klaus Meine. Es tu d'accord avec cette constatation ?

C'est marrant que tu dises ça parce que Jeanne m'a déjà dit la même chose et je l'ai pris pour un grand compliment. Si dans 40 ans, je suis toujours en train de botter des culs, je pourrais éventuellement être comparer à lui. Klaus Meine (SCORPIONS) est une légende, un vocaliste extraordinaire...donc merci !



Metalship : La production est très catchy. Peut-tu nous en dire plus à ce sujet ?

On a travaillé avec deux personnes qui nous ont beaucoup apporté, chacun à leur manière. Vic Rivera Adriangale a enregistré l'album aux studios Red V dans le Bronx à New-York. Il a été capable de mettre les harmonies et les mélodies en place. Son oeil extérieur nous a vraiment aidé et on le considère comme le sixième membre du groupe. Le disque a ensuite était produit par Nick Bellmore (TOXIC HOLOCAUST) au Dexter's Lab Studio. Il a produit HATEBREED (dont je suis grand fan) et plein d'autres de mes groupes favoris. Il a su tirer le meilleur de nos morceaux. On voulait donner aux gens une parfaite symbiose de nos cinq talents et ces mecs là ont été pour nous la bonne combinaison pour y parvenir.


Metalship : Avez vous des projets de tournée ?

On va tourner cet été aux Etats-Unis avec nos compagnons de label CAUSTIC METHOD. On va aussi participer à quelques festivals. On pense à tourner sur la côte Ouest et on aimerait venir en Europe l'année prochaine. C'est à peu près tout !


Metalship : Changeons un peu de sujet ! En tant que Français et Européen, on a du mal à comprendre l'engouement suscité par une personne comme Donald Trump ? En tant qu'Américain, quel est ton avis sur la question ?

J'ai toujours été inquiet du fait qu'il y ait des personnes pour supporter un idiot comme Donald Trump aux Etats-Unis. Et je n'aurais jamais pensé qu'il puisse être si nombreux. J'ai une profonde aversion pour ce qu'il dit et ce qu'il compte faire. Ma franchise a poussé certains à menacer de me tirer dessus, ce qui te donnes un aperçu de la mentalité de ces gens ! Honnêtement, je ne suis pas un grand fan d'Hilary Clinton non plus ! Essayer de faire un choix c'est comme choisir quelle maladie sexuellement transmissible vous souhaitez avoir. Tous les dictateurs majeurs ont été menés au pouvoir par des gens dans la difficulté, notamment financière, qui n'ont pas la capacité de voir plus loin. Et je pense que ce sont ce genre de personnes qui supportent ce trou du cul. Il veut sauver l'industrie américaine, mais ses propres usines sont en Chine. Il veut construire un mur, pour empêcher les clandestins de venir prendre notre boulot, alors que lui même fait du business avec les pays frontaliers. Nous sommes encore un pays où le gouvernement est fait par les gens et pour les gens. Pas pour 1% de la population. Je suis peut être un peu idéaliste dans un pays où l'argent fait loi. Une partie de moi voudrait partir au Canada s'il est élu, mais je resterai pour continuer d'ouvrir ma gueule et d'écrire des chansons afin que nous ne devenions pas le quatrième Reich. Ce serait le cauchemar que George Orwell avait prédit. Je pense vraiment qu'il y a des gens extras aux Etats-Unis, c'est juste que les imbéciles ont plus de voix en ce moment !



Metalship : Je te laisse les derniers mots de cette interview....un message à faire passer ?

Ne perdez pas l'envie de combattre, la passion. Posez vos téléphones et levez le poing ! Je pense que la musique est une des choses qui peut tous nous réunir !


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par Gandalflegris, le 16 mai 2016 pour Metalship

(1)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Crossing Rubicon

Albums chroniqués :
Chronique de No less than everything
No less than everything
2016

Crossing Rubicon
Crossing Rubicon
Voir la page du groupe
Création : 2009
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Black Ice
Black Ice
2008

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

Chronique de Ballbreaker
Ballbreaker
1995

AC/DC
AC/DC
Voir la page du groupe
Création : 1973
Genre : Hard Rock
Origine : Australie


Albums chroniqués :
Chronique de Babez for Breakfast
Babez for Breakfast
2010

Lordi
Lordi
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Hard Rock
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Aftershock
Aftershock
2013

Chronique de Kiss Of Death
Kiss Of Death
2006

Chronique de Inferno
Inferno
2004

Chronique de Overnight Sensation
Overnight Sensation
1996

Motörhead
Motörhead
Voir la page du groupe
Création : 1975
Genre : Hard Rock
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Alice Cooper
Alice Cooper
Voir la page du groupe
Création : 1964
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Savage Amusement
Savage Amusement
1988

Chronique de Blackout
Blackout
1982

Chronique de Animal Magnetism
Animal Magnetism
1980

Chronique de Lovedrive
Lovedrive
1979

Scorpions
Scorpions
Voir la page du groupe
Création : 1971
Genre : Hard Rock
Origine : Allemagne

Rapports de concerts:

Aerosmith
Aerosmith
Voir la page du groupe
Création : 1970
Genre : Hard Rock
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Airbourne
Airbourne
Voir la page du groupe
Création : 2001
Genre : Hard Rock
Origine : Australie

Rapports de concerts: