Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Persona

Interview de Persona


Les Tunisiens de PERSONA sortent cette semaine leur premier album « Elusive reflections ». Un opus remarquable qui méritait bien quelques questions. Et c’est à Tunis que Metalship, accompagné de la photographe N.B. Aissa, a rencontré le claviériste Walid Bessadok.


Metalship : Walid Bessadok, clavériste de Persona, merci d’accorder cette interview à Metalship.

Je vous en prie.


Metalship : Tout d’abord, à quel genre de métal rattachez-vous la musique de Persona ? Peut-on la qualifier de métal symphonique ?

Pas vraiment, parce que chacun des membres apporte sa touche personnelle. Par exemple, moi, j’adore le métal symphonique et la musique classique (j’ai une formation de piano classique). Melik, lui, aime plutôt le métal des années 80. Chacun contribue à sa manière et ça fait un mélange … un peu compliqué à comprendre. C’est du métal alternatif, un mélange de tout.


Metalship : Quels sont les grands groupes qui vous inspirent ?

Queen, Metallica, Epica, Nightwish


Metalship : Quelle est la signification du nom Persona ?

Contrairement à ce que pas mal de personnes peuvent penser, « Persona » ne vient pas du mot « personne ». En fait, c’est plutôt le sens psychologique du terme : c’est le masque que l’individu porte. Le personnage des paroles met un masque, ne montre pas son vrai visage. Les miroirs illustrés sur la pochette de l’album représentent ce masque.


Metalship : Qui a choisi ce nom ?

C’est Jelena et Melik.


Metalship : Les membres fondateurs ?

Oui.


Metalship : Comment les as-tu rencontrés ? Et comment as-tu intégré le groupe ?

C’est plutôt eux qui m’ont rencontré. J’étais un fan de Persona il y a trois ans. Ils ont décidé de trouver un pianiste. J’avais partagé « Forgotten » sur facebook, et de là Melik m’a contacté parce qu’il avait vu des photos de moi en train de jouer du piano. Et vu que j’aimais leur style…


Metalship : Comment le processus d’écriture et de composition de la musique de Persona se déroule-t-il ? Est-il collégial ?

Melik et Jelena forment l’idée principale et composent plus ou moins la maquette, et nous l’envoient. Et de là, on ajoute la touche personnelle.


Metalship : C'est-à-dire ?

Par exemple moi j’adore le métal symphonique, j’essaye d’ajouter un peu de métal symphonique dans la composition. Nesrine, elle adore le gothique… Chacun contribue à sa manière tu vois ?


Metalship : Et comment ajoutes-tu ta touche individuelle aux compositions?

J’essaye de mélanger le métal à la musique classique, et je vois où ça va mener.


Metalship : Tu m’as dit que t’étais un fan de Persona alors qu’Elusive Reflections est le premier album. Y a-t-il des EP ou des demos?

Il y a d’anciennes chansons plus rock que metal. Soit on va les garder comme ça, soit on va revoir les maquettes pour ajouter la touche metal.


Metalship : Persona s’autoproduit. Est-ce par désir de liberté, ou à défaut de label ?

On a eu pas mal de propositions concernant les labels, mais les offres n’étaient pas… T’es forcé de t’autoproduire ici : il n’y a pas de support physique ou moral.


Metalship : Comment vous vous financez ? Où est-ce-que vous trouvez l’argent ?

Dans les banques… On travaille. On contribue à Persona personnellement.


Metalship : La production est d’une qualité impressionnante. Mon collègue chargé de la chronique de l’album vous félicite ! Vous avez votre propre studio d’enregistrement ?

Non, on a le matériel nécessaire pour enregistrer quelque chose et on envoie notre travail à un ami qui a un studio en France.


Metalship : Vous avez produit un video clip pour votre single « Blinded ». Tu pourrais expliquer la story line du clip par rapport au thème principal des paroles ?

Les paroles parlent de quelqu’un qui est aveuglé par l’amour, des personnes qui mettent des masques, surtout en ce qui concerne l’amour. Elles se cachent, ne montrent pas se qu’elles ressentent.


Metalship : Ici en Tunisie, le genre musical est marginalisé par les medias, et il n’y a pas non plus de festival metal. Où Persona se produit en live ?

On fait des concerts pour des associations, on joue souvent dans des cafés culturels, dans les facultés. Mais non il n’y a pas de festival ici.


Metalship : D’après toi à quoi est dû ce manque de vie de la culture métal en Tunisie ?

C’est d’abord dû à la mentalité générale. Ensuite, la communauté metal n’est pas très grande. Enfin, le gouvernement n’apporte pas de soutien moral ni financier, et il n’y a pas d’organisateur.


Metalship : Le métal souffre d’une image négative ici ; le tunisien commun fait l’amalgame entre le métal, Marilyn Manson et le satanisme. Bien que le métal ne se résume pas à Marilyn Manson qui n’est pas le représentant du satanisme !

Ils croient que le métal c’est juste du bruit, ils ne connaissent pas la vraie valeur du genre.


Metalship : Quelles sont les causes de cette image si péjorative ?

C’est encore une question de mentalité.


Metalship : Je pense que c’est rattaché aux médias, à cause du manque de communication, les gens mettent des étiquettes sur les choses qu’ils ne connaissent pas, des étiquettes négatives.

Ils ne veulent pas faire la recherche. Ils mettent tous les groupes dans le même sac, du métal dont le thème est satanique au métal progressif.


Metalship : Quelles sont les solutions pour changer les choses ? On utilise internet pour informer. Mais on ne peut pas changer les mentalités rapidement.

On ne peut pas changer les mentalités par rapport à notre produit. On a notre produit, on le met en valeur, si tu aimes, tu aimes, si tu n’aimes pas, tans pis. Tu ne peux pas obliger une personne à aimer l’album.


Metalship : Un dernier mot à ajouter pour nos lecteurs ?

Ca me fait énormément plaisir qu’il y ait autant de personnes qui nous supportent moralement. 60% du travail c’est le public. Je tiens à remercier tous ceux qui nous suivent.


Metalship : Et je te remercie d’avoir répondu à ces questions

.


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par Waifai, le 17 février 2016 pour Metalship

(0)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires


Et l'interview tourne à la leçon de piano...
jeu. 18 févr. 16- 10:57  


Persona

Albums chroniqués :
Chronique de Elusive reflections
Elusive reflections
2016

Persona
Persona
Voir la page du groupe
Création : 2012
Genre : Metal symphonique
Origine : Tunisie




Groupes en rapport


Metallica
Metallica
Voir la page du groupe
Création : 1981
Genre : Thrash Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Epica
Epica
Voir la page du groupe
Création : 2002
Genre : Metal symphonique
Origine : Pays-Bas

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Imaginaerum
Imaginaerum
2011

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Dark Passion Play
Dark Passion Play
2007

Chronique de Once
Once
2004

Nightwish
Nightwish
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Metal symphonique
Origine : Finlande

Rapports de concerts:

Marilyn Manson
Marilyn Manson
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Gothique Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts: