Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de S.U.P.

Interview de S.U.P.




Après une longue période dédiée à SUPURATION, Thierry Berger, Frédéric Fievez, Fabrice Loez et Ludovic Loez se consacrent de nouveau à leur deuxième entité S.U.P . Leur actualité est intense, avec l'arrivée sur un nouveau label, la préparation d'un nouvel album et la réédition de toute leur discographie. L'occasion était donc belle de s'entretenir avec Fabrice (guitare) et Ludovic (chant / guitare).


Metalship : Bonjour, votre actu c’est d’abord la signature avec le jeune label lillois Overpowered Records. Pouvez-vous nous raconter comment cela s’est passé ?

Ludovic : Bonjour, par le biais d’une connaissance, nous nous sommes rencontrés pour discuter longuement , des produits que nous avons sortis par le passé, nous sommes très vite tombés d’accord sur plusieurs choses, les problèmes que nous avons rencontré, les contrats à durée indéterminée avec les maisons de disques, une sorte de prise en otage que nous ne pouvons plus accepter aujourd’hui, bref, l’histoire de la vie du groupe tout simplement .

Fabrice : Nous sommes vite tombés d'accord sur ce que l'on pourrait faire, Ce label nous laisse une liberté artistique pas négligeable, nous apporte de bons conseils, et je pense qu'il nous correspond bien. Donc, bon contact. Il est venu à nous également, ce n'est pas nous qui sommes allés à lui. C'est un détail très important!


Metalship : Des rééditions de vos albums sont prévues à intervalles réguliers. Pouvez-vous nous en dire plus, notamment sur le fait qu’ils paraîtront en vinyles (pourquoi pas en cd) ? Certains seront-ils remastérisés ?

Ludovic : Nous allons retravailler certaines choses ici et là, les pochettes, les bonus qui seront disponibles sur le second LP car toutes les rééditions seront accompagnées de bonus, lives etc…on y travaille en ce moment c’est un long moment à passer mais nous aimerions faire plaisir à tous nos fans et aux personnes qui nous suivent depuis le début de cette aventure.

Fabrice : C'est un long projet qui va permettre au groupe de rééditer tous ses albums sur un support jusqu'à inédit pour S.U.P Quel bonheur de pouvoir bénéficier de cet immense objet pour notre groupe. C'est un véritable plaisir. D’ailleurs nos fans apprécient ! Les rééditions sont limitées à 300 exemplaires et plus 100 ont déjà été vendues sur la boutique du label ! On est vraiment très heureux de ce succès.



Metalship : Overpowered Records a l’habitude de soigner ses sorties et de proposer de beaux objets, notamment en terme de packaging (et ce sera encore le cas avec vos rééditions).Vous avez toujours attaché de l’importance à cela ("Cube" a été un des pionniers du digipack), cela est-il rentré en ligne de compte au moment de la signature ?

Ludovic : Pour nous c’est essentiel, c’est l’une des raisons pour laquelle nous avons choisi ce label, les produits se doivent d’être de qualité, depuis un certain temps nous nous sommes rendus compte que les sorties d’albums se faisait un peu à la va vite et que le produit n’est qu’un produit, nous sommes friands de beaux packagings comme beaucoup de monde, nous pensons que c’est essentiel de sortir de belles choses c’est l’essence même de l’artistique.

Fabrice : Surtout que S.U.P c'est aussi une histoire sur chaque album, et un bel objet permet de mieux s’en imprégner, Et le book de 16 pages va permettre au fan de s’imprégner encore plus de l’univers de S.U.P Je confirme que le produit sera magnifique.


Metalship : Vous avez travaillé avec plusieurs labels au cours de votre carrière, qu’elles ont été les bonnes et les mauvaises expériences ?

Ludovic : Comme beaucoup de groupes, nous avons eu du bon et du moins bon, je pense que la moins bonne fut avec PIAS, même si le réseau de distribution était énorme, il y avait beaucoup de problèmes dans cette entreprise, après il y a du bon et du moins bon en chacun de nous, les maisons de disques y compris.

Fabrice : C'est difficile de répondre à cette question, je pense que tous nos labels ont été, à un moment, vraiment impliqué dans notre univers, Chacun d'eux a eu une réelle importance dans la vie du groupe. Mais comme toutes les belles histoires, il y a toujours une fin. Voilà tout.


Metalship : Un nouvel album est prévu pour l’année 2016. Pouvez-vous nous dire quel est l’avancement du projet ?

Ludovic : nous y travaillons, mais pour le moment nous sommes sur les ré éditions de tous nos albums, ce qui n’est pas une mince affaire…

Fabrice : Nous n'avons pas indiqué de date sur la sortie du prochain album de S.U.P D'abord, les rééditions, comme le précise Ludovic, pour le moment, nous sommes dans la période de composition, on réintègre doucement l'univers de S.U.P Laissons débuter ces rééditions, on verra ensuite.


Metalship : Sera-t-il comme toujours un concept album ? Envisagez-vous de sortir un jour une œuvre non conceptuelle ?

Ludovic : Tous les albums de S.U.P racontent des histoires de science-fiction, de fantastique ou encore d’anticipation…force est de constater que le prochain album de S.U.P sera dans cette veine, nous ne voulons pas nous écarter de notre ligne conductrice, il nous est impossible de sortir un album qui ne soit pas "conceptuel".

Fabrice : C'est carrément impossible qu'un album de S.U.P ne soit pas conceptuel. C'est là toute l'essence de S.U.P


Metalship : Comment se passe le processus de composition ? Est-il immuable ou y a-t-il eu des évolutions avec le temps ?

Ludovic : Plus ou moins, je ne vais pas enregistrer les basses sur le prochain album, nous travaillons depuis longtemps de la même façon, mais certaines choses ont évoluées, je compose les chansons, je les soumets au reste du groupe, je fais les corrections nécessaires au bon déroulement du projet et on voit ensemble jusqu’à ce que tout le monde soit satisfait. Mis à part les parties basses, et le temps que l’on va prendre pour travailler, les choses n’ont pas changées.

Fabrice: Il est vrai que Frédéric, faisant partie intégrante de S.U.P va devoir apporter son savoir-faire, Habituellement, c'était Ludovic qui composait et enregistrait les parties de Basse. C'est un point important, C'est le changement le plus significatif. Pour le reste, nous sommes tous très soudé, nous avons la même façon de voir les choses, nous sommes S.U.P


Metalship : Pourquoi une si longue attente depuis le dernier S.U.P ("Hegemony" en 2008) ?

Ludovic : Beaucoup de boulot dans nos vies et sur la trilogie de "The cube" avec "Cube 3", une musique de long métrage, des musiques de courts métrages, des bootlegs. Il est parfois bénéfique de prendre un peu de recul. Nous n’avons pas rien fait pendant ces longues années, nous avons eu quelques problèmes à droite et à gauche, mais maintenant que certains problèmes sont résolus, nous pensons repartir d’un bon pied, c’est ce que nous souhaitons

Fabrice : Rien à ajouter, le temps passe de plus en plus vite pour chacun d'entre nous. Nous n'avons pas rien fait pendant cette période, Ludovic l'a bien dit...



Metalship : Votre collaboration avec Dan Seagrave sur "Reveries..." était très réussie. Peut-on s’attendre à une association du même genre, même si l’univers développé par S.U.P s’y prête moins ?

Ludovic : Nous ne travaillerons pas avec Dan Seagrave pour le prochain S.U.P, son boulot sur "Reveries…" est très bien et correspond totalement au produit. C’est un sampling de vieilles chansons que nous avons enregistré en 1990, cela correspond au thème de ce bootleg de luxe. Nous ne sommes pas encore décidés pour l’artwork du prochain album.

Fabrice : Non, Dan Seagrave, c'était un petit hommage au Death Metal old school que nous voulions apporter sur cet ensemble de réenregistrements qu'est "Reveries... ". S.U.P se doit d'être beaucoup plus particulier, plus originale. Nous n'avons encore rien décidé sur la pochette du prochain album.



Metalship : S.U.P. se fait plus rare sur scène, une tournée accompagnera-t-elle cette sortie d’album ? En France ? En Europe ?

Ludovic : Nous n’en sommes pas là, je ne pense pas qu’il y aura une tournée européenne, nous n’en savons rien pour le moment, il y aura certainement des dates ponctuelles, pour le moment c’est trop tôt pour en parler.

Fabrice : Aucune idée, nous nous focalisons plus sur la composition que sur la scène pour le moment, il est évident que vous aurez l'occasion de voir S.U.P sur scène. Nous réfléchissons déjà avec Overpowered Records sur de belles dates et pas seulement en France. Le label possède une forte orientation internationale et vous devriez nous retrouver en effet sur des dates européennes.


Metalship : Seriez-vous tenter par une tournée ou des shows spéciaux, centrés sur un ou deux albums, comme on le voit de plus en plus, ou en acoustique ?

Ludovic : Nous ne sommes pas décidés pour l’instant, peut-être qu’il y aura ce genre de choses…c’est une chose qui nous intéresse…. à voir

Fabrice : C'est l'idéal d'avoir l’opportunité de jouer un album dans son intégralité. Mais lequel? Quel album pouvons-nous privilégier par rapport à un autre? La est la question. Lol.


Metalship : Depuis que j’écoute du metal, S.U.P et SUPURATION ont toujours fait partie du paysage métallique. Je l’ai toujours retrouvé au travers les pages de mes magazines (Hard Rock, Hard Force ou autre Hard’N’Heavy) et a toujours bénéficié d’un accueil favorable et de bonnes chroniques, il demeure un groupe très respecté et pourtant votre succès a toujours été mesuré. Comment expliquez-vous cela ?

Ludovic : C’est comme ça que les choses se passent, nous ne sommes pas déçus par cela, nous respectons nos fans au même titre que eux nous respectent, le terme "succès" ne fait pas partie de notre vocabulaire, nous sommes des passionnés et non des carriéristes. Nous faisons ce qu’il nous plait tant que faire se peut, le reste n’est pas entre nos mains.

Fabrice : Ludovic a tout dit...Mais nous avons de beaux projets dans les cartons avec Overpowered Records.


Metalship : L’aspect clinique et froid, voire cérébral de votre musique y est-il pour quelque chose selon vous ?

Ludovic : Oui. Ne pas rentrer dans un moule ou une mouvance quelconque peut être néfaste à n’importe quel groupe, c’est notre volonté, on ne changera pas d’optique à ce sujet.


Metalship : En tant que "vétérans" de la scène française, quel regard portez-vous sur l’évolution de l’industrie musicale, passée en gros d’Underground Records (disquaire culte pour les gens de notre âge et de notre région !) au téléchargement ? Comment S.U.P s’est adapté à ces changements ?

Ludovic : Nous nous adaptons comme tout le monde, nous n’avons pas le choix, les téléchargements font partie intégrante de chaque contrat avec les maisons de disques, il faut faire avec, personnellement, je ne sais pas si c’est une bonne chose ou non, le fait est que c’est comme cela que cela se passe…

Fabrice : Avec le temps, on s'adapte à tout. Mais, on revient toujours aux vraies valeurs. La musique se doit d'être graver sur un support. Pour moi le plus beau support qui existe reste le disque vinyle. C'est sur un tel support que la musique prend toute sa dimension. Avec le numérique, la musique disparait, c'est comme si on te supprimer des sens, notamment celui de la vue et du toucher. La musique est un tout.


Metalship : Vous avez déjà composé des bandes originales de films (Jacques le fataliste et Dolorosa), seriez-vous partant pour une autre expérience. Un genre et un réalisateur qui vous inspirerait plus qu’un autre ?

Ludovic: Cela prend un temps fou, mais tout dépendra du projet en question, c’est une question d’inspiration et de contenu. Si le projet tient la route nous serons partants, il y a de bonnes choses à apprendre à travailler pour le cinéma et le côté underground des courts métrages, cela dépend des projets en question… nous ne sommes pas hermétiques aux propositions, mais cela peut entraver sur le temps que nous passons à travailler sur nos propres projets.

Fabrice : c'est pour les raisons que Ludovic vient d'écrire que, si on nous demande de participer à l'élaboration d'un autre projet cinématographique ou court métrage, il faudra faire avec S.U.P, c'est à dire qu'il faudra nous laisser carte blanche sur les musiques : ça sera du S.U.P et rien d'autre.


Metalship : Qu’est-ce qui vous a bien fait vibrer ces derniers temps (musique bien sûr, concerts mais aussi films, séries ou autres) ?

Ludovic : BEHEMOTH en live, Inception au cinéma, sortir nos albums en LPS.

Fabrice : J'adore aussi BEHEMOTH, Interstellar au cinéma et voir S.U.P débarquer en vinyle sur ma platine. Ensuite, j’ai aimé le dernier PARADISE LOST, et je vibre encore sur les vieux BLACK SABBATH.


Metalship : Quelques mots pour conclure cette interview…

Ludovic : Merci beaucoup pour l’entretien, bonne continuation et pensez par vous-mêmes, la musique est un art, écoutez ce qui vous fait plaisir, merci à toutes celles et ceux qui nous suivent depuis le début et à ceux qui ont pris le train en marche… à bientôt !

Fabrice : Merci à toutes et à tous! L' underground, y’a que ça de vrai.


Metalship : Merci à S.U.P, aux frères Loez et à Arnaud d'Overpowered Records.


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par Gandalflegris, le 22 janvier 2016 pour Metalship

(1)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires




S.U.P.

S.U.P.
S.U.P.
Voir la page du groupe
Création : 1995
Genre : Avant-garde metal
Origine : France




Groupes en rapport


Supuration
Supuration
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Death Metal
Origine : France

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Evangelion
Evangelion
2009

Chronique de Demigod
Demigod
2004

Behemoth
Behemoth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Death Metal
Origine : Pologne

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de The Violent Sleep Of Reason
The Violent Sleep Of Reason
2016

Chronique de Alive
Alive
2010

Chronique de ObZen
ObZen
2008

Chronique de Catch 33
Catch 33
2005

Meshuggah
Meshuggah
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Avant-garde metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Celtic Frost
Celtic Frost
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Avant-garde metal
Origine : Suisse


Faith No More
Faith No More
Voir la page du groupe
Création : 1982
Genre : Avant-garde metal
Origine : États-Unis


Devin Townsend Project
Devin Townsend Project
Voir la page du groupe
Création : 1996
Genre : Avant-garde metal
Origine : Canada

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Sideshow Symphonies
Sideshow Symphonies
2005

Chronique de La Masquerade Infernale
La Masquerade Infernale
1997

Arcturus
Arcturus
Voir la page du groupe
Création : 1987
Genre : Avant-garde metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts: