Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Moonreich

Interview de Moonreich


Rencontre avec Weddir et W. de Moonreich, groupe français de Black Metal dont la renommée ne cesse de progresser et dont le dernier album, Pillars Of Detest, accumule les chroniques élogieuses ou sinon très positives depuis sa sortie en Septembre dernier.


Metalship : Faisons tout d’abord le point sur la formation et le line up. Moonreich est il toujours à définir comme ton projet solo Weddir ou bien certains musiciens qui t’accompagnent depuis longtemps sont ils pleinement intégrés à la formation ?

Weddir : Moonreich est vraiment né comme mon projet solo. J’ai néanmoins tout de suite voulu faire du live et je ne me voyais pas engager seulement des musiciens de session, Moonreich est donc assez rapidement devenu un groupe à part entière. Même si le line up a encore récemment beaucoup évolué et que j’assume toujours l’essentiel de la composition, je pense que ce qui fait la richesse d’un groupe est que tous ses membres puissent apporter leurs influences au reste de la formation. Les prestations live sont également meilleures s’il y a osmose entre les musiciens, la notion de groupe est donc importante et on essaye de stabiliser le line up.

A l’heure actuelle Moonreich est donc constitué de moi-même à la guitare et de W. à la batterie, qui est revenu à ce poste après une parenthèse au moment de Terribilis Iste Locus Est. Macabre avec qui nous jouions depuis longtemps et auquel tu faisais certainement référence a encore assuré les enregistrements des parties basses sur Pillars Of Detest mais a depuis décidé de se consacrer pleinement à Mortuus Mutilati. Nous avons donc recruté un nouveau bassiste et un nouveau guitariste pour les scènes à venir. De même, un chanteur nous a rejoint car je ne m’occuperais plus que de la guitare sur scène, bien que ce soit également encore ma voix sur le dernier album. On va très bientôt faire une annonce et des photos pour présenter la nouvelle équipe Moonreich au complet.


Metalship : La musique de Moonreich a beaucoup évolué depuis vos premières réalisations. Comment en êtes vous venus à basculer d’un album comme Loi Martiale et les Ep l’encadrant (chant principalement français, le thème de la guerre omniprésent) aux albums Terribilis Iste Locus Est et Pillars of Detests moins guerriers mais anglophones, plus sombres et aux thèmes plus spirituels ?

Weddir : Et bien ce n’était absolument pas réfléchi, c’est une évolution naturelle. J’écris tous les textes et à peu de chose près toute la musique mais je ne recherche pas spécialement à obtenir quelque chose, je laisse l’inspiration me guider. Je pense que les évolutions musicales de Moonreich viennent surtout du fait qu’aujourd’hui j’écoute beaucoup plus de musiques différentes qu’à l’époque de Zoon Politikon ou de Loi Martiale, mes influences étant plus larges, moins centrées sur le « War Black Metal » et assimilés, la musique de Moonreich s’est enrichie et a évolué vers quelques chose de moins brutal.

Pour le chant en anglais ou en français c’est pareil, je trouvais que le chant francophone collait bien sur Loi Martiale mais ensuite j’ai préféré écrire en anglais. Il n’y a pas d’explication autre que les aléas de l’inspiration. Je ne m’interdis d’ailleurs absolument pas de revenir sur nos pas ou d’en faire de nouveaux en avant, le Black Metal est en soit une musique très codifiée mais je ne cherche pas à me fixer de limite dans ma façon d’en faire.


Metalship : Comment s’est déroulée la composition de ce troisième album « Pillars of Detest », plongez vous dans certains états que l’on qualifiera de « second » ou de « mystique » pour composer votre musique ?

Weddir : Je compose la quasi totalité des morceaux chez moi et j’envois les partitions aux musiciens qui éventuellement apportent quelques touches personnelles. J’ai mis une bonne année à boucler Pillars Of Detest, nous avons enregistré en janvier dernier en région parisienne mais le mixage et le mastering n’ont eu lieu qu’au mois de mai par Devo, le bassiste de Marduk dont j’aime beaucoup les productions.

D’une manière générale je ne cherche pas à plonger dans un « état » particulier pour composer, je n’ai pas besoin de prendre quoique ce soit pour écrire, l’inspiration vient quand ça lui chante, quelque soit mon état d’esprit, je n’aime pas trop expliquer mes textes ni la façon dont je les écris, ils sont certes plus spirituels qu’avant mais chacun est libre de les interpréter « à sa sauce » comme il l’entend, la signification qu’ils peuvent avoir pour moi ne doit pas influencer ce que les gens ressentent et je garde cela pour moi.


Metalship : Par rapport à son prédécesseur, Pillars of Detest me paraît moins percutant mais plus envoutant, j’y vois une dilution encore un peu plus importante de la violence brute pour quelque chose de plus profond, plus méditatif. Est ce là la manifestation de ce que vous cherchez à atteindre de plus en plus au fil des réalisations ?

Weddir : Effectivement, la musique de Moonreich est moins violente, moins guerrière et j’ai plus envie de poser une ambiance, d’installer un climat particulier avec ma musique. Ce n’est néanmoins pas vraiment une recherche consciente.

Comme je le disais précédemment, je ne cherche pas à prendre une direction particulière, je suis celle que mon inspiration prend toute seule. J’écoute beaucoup plus de musiques riches en ambiances qu’avant et cela se ressent dans la mienne mais je ne cherche vraiment pas à forcer les choses en codifiant ou délimitant là où Moonreich doit aller.


Metalship : Les parties batteries de vos albums se sont toujours distinguées par pas mal de subtilités. Les parties guitares de Terribilis et de Pillars mettent d’ailleurs bien plus en relief cette richesse et se sont également étoffées de thèmes jouant sur la dissonance. En parallèle, votre usage de sample est plus réduit, plus ciblé. Considérez vous ces subtilités rythmiques et harmoniques comme des ingrédients dorénavant indissociables de votre musique et de l’ambiance qu’elle dégage ?

W. : Weddir a toujours composé les parties batteries et sur les albums, c’était une boite à rythme. Pour le live, moi et le batteur qui m’a remplacé sur la période entourant Terribilis Iste Locus Est, on adaptait quelques parties en répétitions mais sans retoucher plus que ça, c’est surtout nos styles de jeux respectifs qui teintaient plus ou moins les parties.

Au fil du temps Weddir a beaucoup progressé sur la composition des parties rythmiques, cédant moins aux nappes continues de blast et plaçant un peu plus de ces « subtilités » dont tu parles, d’autant plus que la musique de Moonreich étant moins brutale, il y a plus de place pour étoffer la section rythmique de ce genre de chose.

Pour Pillars Of Detest, nous avons choisi pour la première fois d’enregistrer une vraie batterie. Nous avons pu en studio expérimenter un peu plus et j’ai globalement plus participé aux partitions finales, bien qu’elles restent à 80% de Weddir.

Weddir : Pour les parties guitares c’est un peu la même chose, c’est un style de jeu et l’inspiration qui priment, je ne cherche pas à accentuer quoique ce soit ou à intégrer des ingrédients particuliers. Pour les samples ou les nappes de claviers, effectivement nous les utilisons de manières plus ciblées afin de mieux servir la musique et l’ambiance, en transition entre les morceaux par exemple. Sur Loi Martiale j’en utilisais un peu sans trop réfléchir, à l’envie. Dorénavant j’essaye de ne mettre vraiment que ce qui est utile au reste de la musique. Par contre nous essayons de plus les intégrer au live de sorte à mieux retranscrire l’ambiance de l’album pendant les concerts.


Metalship : Les parties les plus aériennes, les plus envoutantes de Pillars me font par moment beaucoup penser à Glorrior Belli, autre formation de Black Metal Française, plus encore que sur Terribilis. Est ce une influence importante sachant que cela fait un peu plus d’un an que toi Weddir tu assures la guitare pour Glorrior Belli sur scène ?

Weddir : J’ai envie de dire oui car j’aime beaucoup ce groupe depuis longtemps, bien avant que j’y sois guitariste de session. Mais à l’écoute de nos réalisations avec Moonreich, je ne ressens pas vraiment de trace de Glorrior Belli dans ma musique. Pourtant tu n’es pas le premier à me dire qu’il trouve des correspondances et à nous comparer à ce groupe.

W. : Personnellement je comprends la comparaison mais peut–être surtout avec les premiers Glorrior Belli où la dissonance était plus présente qu’aujourd’hui sur leurs réalisations


Metalship : Quels sont les artistes français et étrangers qui vous influencent le plus musicalement ?

Weddir : C’est une bonne question à laquelle je n’ai pas vraiment de réponse. Je considère que Moonreich est un peu un melting pot de tout ce qui pourrait m’inspirer, ça peut-être de la musique comme une peinture ou une photo. Je ne sais pas ce que sera la musique de Moonreich dans dix ans, il y a bien sur des références avec lesquelles je ne peux nier une proximité, comme Marduk pour citer un groupe étranger, mais je pense que les albums de Moonreich sont des synthèses de ce que j’écoute regarde ou ressent à un instant t.

Actuellement, je dois reconnaître que je suis très admiratif de groupe français comme Oracle et Celeste ou Deathspell Omega. Pour sortir un peu du registre Black Metal, j’apprécie beaucoup des groupes comme Kwoon, Kickback ou All Pigs Must Die.

W. : En ce moment et du fait de notre rapprochement avec Les Acteurs De l’Ombre, j’écoute et j’apprécie beaucoup des groupes comme Regarde les Hommes Tomber ou Deluge. De par ma formation de batterie j’ai aussi pas mal d’influence Jazz ou Classique.


Metalship : Globalement, à quoi aimeriez vous que les auditeurs de Pillars pensent et ressentent à l’écoute de l’album, quels sentiments idées ou messages avez vous tenté de faire passer avec ce troisième album ?

Weddir : Ce que je cherche en composant c’est des ambiances pesantes voire dérangeantes mais je n’ai pas d’idéologie, ou de message à faire passer. On peut prendre chaque morceau indépendamment, je ne fais pas de concept album. J’aime entendre ce que chaque auditeur pense ou a ressenti en écoutant Moonreich, mais comme je le disais au début, je n’aime pas expliquer mes textes ni ma musique, elle sort de moi naturellement, les gens la consomme et la digère ensuite comme bon leur semble.

W. : De mon point de vue j’aimerais que l’on ne considère pas Pillars Of Detest comme un simple album de Black de plus. C’est un peu ce que je reprochais à la musique du groupe à ses débuts et je crois que ce dernier album est beaucoup plus riche, plus subtil, peut-être plus personnel et j’aimerais que les gens prennent vraiment le temps de l’écouter avant de le juger trop vite en fonction de ce qu’ils connaissent déjà du groupe.


Metalship : Pillars of Detest est signé sur le label « Les Acteurs de l’Ombre » alors que vos précédentes réalisations étaient signées chez Aeternitas Tenebrarum Music Foundation (ATMF) ou sa subdivision De Tenebrarum Principio, pourquoi ce changement de Label ?

Weddir : Nous avions signé un contrat de deux albums, on l’a terminé avec Terribilis Iste Locus Est et on a voulu changer pour des raisons assez pratiques. Notre collaboration avec ATMF a été bonne mais c’est un label espagnol et ce n’était pas toujours pratique pour échanger, ni pour avoir une bonne communication en France.

J’avais déjà par le passé rencontré le gérant du label Les Acteurs de l’Ombre, il avait bien aimé Terribilis et m’avait demandé quelques démos de Pillars lorsqu’il était encore en cours de compos. Le résultat lui a plu et voilà, le contrat a été rapidement signé et nous sommes très contents du travail de ce label jusqu’à maintenant.


Metalship : Depuis les débuts de Moonreich, on vous a relativement peu vu sur scène. Pillars sera t-il défendu plus fortement que ses prédécesseurs face au public ?

Weddir : On avait déjà fait pas mal d’efforts pour Terribilis avec une trentaine de concerts en une année, ce qui de par nos activités professionnelles respectives n’était vraiment pas évident. Plusieurs dates sont en discussion, notamment en Allemagne mais pour le moment pas de tournée de prévue, cela va se faire au fur et à mesure dans les mois qui viennent. En attendant nous avons déjà la date du 5 décembre à Tours organisée par l’asso Mfest.


Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par TooDoe, le 13 novembre 2015 pour Metalship

(0)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Moonreich

Albums chroniqués :
Chronique de Pillars Of Detest
Pillars Of Detest
2015

Chronique de Loi Martiale
Loi Martiale
2011

Moonreich
Moonreich
Voir la page du groupe
Création : 2008
Genre : Black Metal
Origine : France




Groupes en rapport


Albums chroniqués :
Chronique de Grim Scary Tales
Grim Scary Tales
2011

Macabre
Macabre
Voir la page du groupe
Création : 1984
Genre : Death Metal
Origine : États-Unis

Rapports de concerts:

Marduk
Marduk
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Black Metal
Origine : Suède

Rapports de concerts:

Albums chroniqués :
Chronique de Si Monvmentvm Reqvires, Circvmspice
Si Monvmentvm Reqvires, Circvmspice
2004

Deathspell Omega
Deathspell Omega
Voir la page du groupe
Création : 1998
Genre : Black Metal
Origine : France


Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Immortal
Immortal
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Emperor
Emperor
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Norvège