Retour à l'accueil
Interviews :: Interview de Gris

Interview de Gris


Alors que son album À l'Âme Enflammée, l'Äme Constellée... est sorti voici quelques mois maintenant, l'entité Gris a accepté de prendre la parole dans nos colonnes et nous dévoile la genèse de l'un des meilleurs groupes de Metal Noir Québécois...


Metalship : Bonjour Icare et Neptune! Afin de démarrer cette interview comme il se doit, pouvez-vous revenir sur le parcours de Gris, des débuts de Niflheim jusqu'à aujourd'hui?

Niflheim a été créé en 2004. Nous avons produit Neurasthénie, en 2006, sous ce nom (Neurasthénie a par la suite été ré-édité, avec une nouvelle approche visuelle, sous le nom de Gris. Il est le premier album de Gris.). En 2007, nous avons créé notre deuxième opus Il Était Une Forêt.... Nous avons consacré les années 2009 et 2010 a élaborer Miserere Luminis avec Annatar de Sombres Forêts et de début 2011 à maintenant, nous avons été plongés dans le processus et la construction de À l'Âme Enflammée, l'Äme Constellée..., notre troisième œuvre musicale.


Metalship : Qu'est-ce qui vous a poussé à changer de patronyme pour prendre celui de Gris?

Le nom Niflheim était un choix profondément ancré dans un esthétisme « Black Metal norvégien » traditionnel que nous admirions beaucoup à l'époque. Par contre, il était très peu représentatif de notre identité personnelle et artistique. Un changement vers quelque chose de plus honnête était inévitable, ne serait-ce qu'au niveau de la langue.
Sur le plan conceptuel et symbolique, « Gris » est intimement lié à sa raison d'être : l'équilibre, la cherche de transcendance à travers le large spectre des émotions humaines.


Metalship : Il Etait Une Forêt est sorti en 2007. Après toutes ces années, quel regard portez-vous sur l'album qui vous a fait connaître auprès d'un public plus large?

Nous regardons « Il Était Une Forêt... » comme la plupart des gens regarde une partie antérieure de leur vie, comme un souvenir ; parfois avec nostalgie, parfois avec indifférence, parfois avec fierté. « Il Était Une Forêt... » nous a permis d'une part de nous faire connaître un peu plus, mais aussi d'apprendre à nous connaître nous-mêmes, d'apprendre à éprouver notre détresse et aussi nos convictions. À travers Gris, peu de choses déliées dans nos vies, elles servent à créer et établir ce que nous serons et ce que nous allons faire. « Il Était Une Forêt... » appartient au passé tout en ayant servi à forgé un idéal que nous poursuivons. Nous le voyons comme une ancienne forme, un ancien visage de nous-mêmes.


Metalship : Pourquoi avoir attendu tout ce temps avant de proposer A L'Âme Enflammée, L'Äme Constellée?

Pour dire la vérité, ce n'était pas directement un choix. Nous avons été impliqués dans le projet Miserere Luminis pendant deux ans après la sortie de Il Était Une Forêt... et À l'Âme Enflammée, l'Äme Constellée...a pris trois années à écrire, composer et produire. Nous aurions probablement couper en quantité de matériel pour ce dernier, mais ceci aurait été une entrave à l'objectif artistique que nous nous étions fixé et aurait potentiellement dérobé ou atténué la pertinence des efforts et de l'énergie que nous y avons mis.


Metalship : Sur ce nouvel album, de nombreuses influences plus classiques se font sentir. D'une manière générale, on peut dire que c'est un opus plus ambiant encore que ne l'était Il Etait Une Forêt. Cette direction résulte-t-elle d'un choix artistique délibéré?

Dans certaines mesures, oui, nous voulions créer un album plus « massif » et « complet » en termes d'instrumentation et d'éléments musicaux. C'était notre volonté initiale et le cours des choses et notre intuition ont en grande partie fait le reste du travail. Nous réfléchissons beaucoup à ce que nous voulons faire, mais dans les faits de la création, ce sont plutôt l'action et les sentiments momentanés qui opèrent et dirigent l'ensemble.


Metalship : Comment s'est déroulé l'enregistrement?

L'enregistrement de À l'Âme Enflammée, l'Äme Constellée... a été laborieux et long, étiré sur un peu plus d'une année. C'était une expérience à la fois enrichissante et difficile humainement. Il nous a fallu beaucoup de discipline et de rigueur envers nous-mêmes et nos objectifs. C'était une période très « intérieure » pendant laquelle nous devions constamment alterner entre le monde et notre monde. L'effet de voyage, de longue durée, que possède À l'Âme Enflammée, l'Äme Constellée... provient très certainement de comment nous l'avons vécu.


Metalship : Sur cet album, vous utilisez une nouvelle fois le chant français. On vous connaît attachés aux traditions et à votre identité, mais se pourrait-il que vous chantiez en anglais?

Nous ne pensons pas utiliser la langue anglaise à nouveau à travers Gris.


Metalship : Quels sont les thèmes évoqués par vos textes?

La spiritualité, la tristesse, la beauté, la déchirure, la lumière, le désenchantement et l'espoir.


Metalship : L’œuvre graphique est plutôt intrigante... Quelle est la genèse de l'artwork et qui s'en est chargé?

L'ouvrage graphique de l'album a été créé et fait par Fursy Teyssier (Les Discrets) et nous. Il représente et symbolise l'aspect mystérieux et voilé de l'âme ; sa posture solennelle et l'agitation qui la dévore.


Metalship : Il est difficile de parler de Black Metal Québécois sans penser à Sepulchral Productions. Que pouvez-vous nous dire sur leur travail et sur les personnes qui y sont rattachées?

Sepulchral Productions, en tant qu'étiquette, est très dévouée à faire connaître internationalement le musique noire du Québec. Elle a mis beaucoup d'efforts aux cours des dernières années à établir un bon réseau de distribution et de promotion pour les artistes qu'elle prend sous son aile. Elle est aussi d'ailleurs soucieuse d'amener et inviter les groupes internationaux de black métal à jouer au Québec et de promouvoir le Québec comme un endroit florissant pour ce genre d'art.

Nous avons une très bonne relation avec Myrkhaal, son propriétaire, qui a toujours supporté nos projets et nos idées.


Metalship : Envisagez-vous un jour de donner vie à votre musique sur scène?

Peut-être. Probablement. Mais nous ne savons pas encore comment.


Metalship : En dehors d'Annatar de Sombres Forêts, êtes-vous en relation avec les autres groupes de Black Metal Québécois?

De manière distante, nous le sommes un peu. Nous connaissons quelques personnes qui oeuvrent dans la scène depuis que nous avons commencé, mais nos contacts sont peu fréquents.


Metalship : L'interview touche à sa fin... Je voulais vous dire que c'est un réel plaisir que de vous donner la parole dans nos colonnes. Vous avez le dernier mot.

Phosphène.



Signaler un article incomplet Signaler une erreur
ajouté par kumelia, le 16 décembre 2013 pour Metalship

(3)



Interview précédente

Tout

Interview suivante


Commentaires


En raison du spam, l'écriture de commentaires est suspendue.

Gris

Gris
Gris
Voir la page du groupe
Création : 2004
Genre : Black Metal
Origine : Canada




Groupes en rapport


Cradle Of Filth
Cradle Of Filth
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Royaume-Uni

Rapports de concerts:

Dimmu Borgir
Dimmu Borgir
Voir la page du groupe
Création : 1993
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Immortal
Immortal
Voir la page du groupe
Création : 1990
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts:

Emperor
Emperor
Voir la page du groupe
Création : 1991
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Albums chroniqués :
Chronique de Umskiptar
Umskiptar
2012

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Fallen
Fallen
2011

Chronique de Belus
Belus
2010

Burzum
Burzum
Voir la page du groupe
Création : 1989
Genre : Black Metal
Origine : Norvège


Albums chroniqués :
Chronique de Nordland II
Nordland II
2003

Chronique de Nordland I
Nordland I
2002

Chronique de Hammerheart
Hammerheart
1990

Chronique de Blood Fire Death
Blood Fire Death
1988

Bathory
Bathory
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Suède


Mayhem
Mayhem
Voir la page du groupe
Création : 1983
Genre : Black Metal
Origine : Norvège

Rapports de concerts: